Guerlain, le muguet du 1er mai

Muguet OK
« Il sort le bout du nez
Quand arrive le mois de mai
Le muguet, le muguet du 1er mai »

Si les légendes sont nombreuses autour du muguet et de la coutume porte-bonheur du 1er mai, de Charles IX (?) jusqu’à nos jours et la fête du travail en passant par le chansonnier Félix Mayol (Bravo c’est drôle dit Trenet).
En parfum, si le muguet inspire avec son odeur caractéristique, il ne se livre pas avec des procédés classiques, mais est recomposé via la chimie. Parmi les quasi soliflores qui ont fleuri : Muguet des bois (Coty en 1941), Muguet du bonheur (Caron, 1952). Diorissimo (Dior, 1956) rend hommage à la fleur fétiche du couturier (une collection en 54 se nommait « ligne muguet ») avec une création mythique d’Edmond Roudnitska dans un bouquet rose, jasmin, fleur d’oranger, ylang-ylang. Le Muguet (Annick Goutal, 2001). Muguet blanc (Collection extraordinaire de Van Cleef & Arpels, 2009). Chez Penhaligon (1976) fleurit le muguet sous son patronyme anglais, Lily of the Valley.
Première interprétation du muguet en 1908 par Jacques Guerlain, le muguet est désormais une tradition de la maison avec un rendez-vous incontournable le 1er mai (en vente uniquement autour de ce jour). L’édition 2015 renoue avec la forme du flacon fleuri des origines, mais dans une édition en biscuit de porcelaine blanche (Artoria, « entreprise du patrimoine vivant ». Autour du muguet la fragrance s’entoure de notes rose, jasmin et un accord lilas. Ruban vert en organdi autour du cou, le parfum porte-bonheur se découvre dans une édition limitée de 1659 flacons.

Les commentaires sont fermés !

« »