Jicky

 

 

Transsexuel de la parfumerie, Jicky est passé du masculin au féminin. Bel oriental, il porte en germe tout le délice de ce qui fera la signature Guerlain.

Né en 1889, Jicky a le même âge que l’exposition universelle et la tour Eiffel.

Premier grand parfum moderne, il associe subtilement des notes naturelles à des notes synthétiques. L’époque est à la chimie et à ses découvertes en matière d’odeurs. La coumarine, présente dans la fève tonka, est synthétisée par Perkin en 1868. En 1876, Laire et Reimer réussissent à obtenir de la vanilline à partir d’un extrait de pin. Cette douce vanilline figure bien plus probablement dans nos répertoires d’odeurs que la véritable vanille en gousse. Pour Jicky, Aimé Guerlain a mélangé les deux, la naturelle et la nouvelle vanilline.

Jicky signe le lien ente une parfumerie du passé et son futur. Il s’agit aussi de l’orchestration due à l’intelligence humaine qui compose ;  toute la différence entre une odeur, aussi belle soit-elle, et la volonté de créer.

L’idée de base de Jicky est de marier la lavande et la vanille ; s’ajoutent bergamote, romarin, bois de rose, fève tonka, opoponax,…

Le nom est un diminutif, celui de Jacques, peut-être, neveu d’Aimé Guerlain ou encore prénom d’une jeune Anglaise dont le parfumeur fut amoureux, hommage ?

Dans Prières exaucées, Truman Capote l‘évoque : « La pièce était imprégnée de son parfum (à un moment je demandai le nom et Colette dit : « Jicky. L’impératrice Eugénie ne portait que ça. Je l’aime parce que c’est une fragrance d’autrefois à la charmante histoire et parce qu’il est léger sans être licencieux – comme les beaux diseurs. Proust le portait. C’est du moins ce que Cocteau me raconte. Mais il ne faut pas trop se fier à lui »).

Classique, élégant, le flacon (extrait) d’aujourd’hui est celui du modèle de 1908 de Gabriel Guerlain surmonté d’un bouchon à l’allure pétillante d’un champagne.

Est-ce pour lui ou pour elle, peu importe, Jicky demeure un monstre sacré de la parfumerie et chez Guerlain, il y en a pléthore. Parmi les magnifiques, j’ai aussi porté cette signature (guerlinade) chaleureuse, enveloppante figurant à l’excès dans Shalimar et sa magnifique histoire d’Orient et d’Inde romantique. Sans doute LE sillage le plus mémorable de la parfumerie. Composé par Jacques Guerlain, Shalimar est le fruit d’un surdosage d’éthylvanilline (puissante odeur de vanille) dans Jicky ! Sans oublier la douce et enivrante  Heure bleue qui, quand le jour disparaît, a des allures de parfum impressionniste.

La guerlinade (aussi le nom d’un parfum de 1921) est une signature, un sceau très présent chez Guerlain. Une fois sentie, on ne peut l’oublier. Dans ces notes de fond opulentes, douces, enchanteresses se croisent notamment iris, vanille, mais aussi bergamote, fève tonka, rose… avec des variantes. Cette guerlinade est surtout due aux créations de Jacques Guerlain, elle signe à jamais de nombreux parfums maison avec opulence et volupté.

 

Naissance : 1889

Papa : Aimé Guerlain

Famille : Oriental

Genre : Trans

 

Le 18 décembre

 

Les commentaires sont fermés !

« »