Cuir mauresque

 

De ma rencontre avec Serge Lutens est né un amour particulier et irraisonné pour ses créations, son univers.

C’est sans doute autour des odeurs animales que Serge Lutens est le plus prolixe, l’entendre parler du vrai musc, de ses rêves de passer un lapin  à la moulinette, avec jubilation…

Sa parfumerie se révèle opulente, enveloppante, séduisante, riche de 1001 senteurs pour nuits plus belles que les jours. Le personnage de Lutens (lutin’s) me renvoie à Des Esseintes et je l’imagine (Serge L.) égaré dans son époque, mais y inscrivant des merveilles parfumées. Dans A rebours : « … il insuffla une légère pluie d’essences humaines et quasi félines, sentant la jupe, annonçant la femme poudrée et fardée, le stéphanotis, l’ayapana, l’opoponax, le chypre, le champaka, le sarcanthus… » des accumulations d’odeurs, des créations obsédantes jusqu’à ce que le héros en perde les sens.

Si plusieurs parfums m’enthousiasment, j’ai mes favoris, dont certains traversent immuablement le ciel de mes humeurs parfumées.

Cuir mauresque en fait partie. D’abord le mot cuir, un élément majeur dans ma « bibliothèque » avec ces réinterprétations qui empruntent les senteurs du bouleau (souvenir des belles forêts sans fin que le train parcourt entre Varsovie et Moscou). « Mauresque », le voyage emporte vers des routes de l’Orient, les Maures à la conquête de l’Espagne… Autrefois, les peaux, notamment celles dites d’Espagne s’imprégnaient de senteurs. Serge Lutens se serait inspiré de cette coutume pour habiller son cuir.

Des vapeurs d’Orient viennent titiller les narines, chaleur, opulence, sensualité. Farandole d’épices : cumin (une odeur très «  sueur ») et passez muscade, fleur d’oranger, fruits séchés, ou encore cèdre ?

Serge Lutens insiste sur deux ingrédients : jasmin d’Egypte et styrax brûlé. Sur la route du styrax, se profile à nouveau l’ombre de Des Esseintes, manipulant la résine : « … la brise qu’il soulevait avec des éventails ; et la nature exhalait encore, dans cette purulence de l’air, ses doux effluves. Des Esseintes maniait, échauffait entre ses doigts, une boulette de styrax, et une très bizarre odeur montait dans la pièce, une odeur tout à la fois répugnante et exquise, tenant de la délicieuse senteur de jonquille et de l’immonde puanteur de la gutta-percha et de l’huile de houille. »

 

 

Naissance : 1996

Papa : Serge Lutens / Christopher Sheldrake

Famille : Oriental magnifique, cuir

Sexe : No sex

Le 12 décembre

 

Un commentaire pour “Cuir mauresque”

  1. Difficile à porter mais très joli cuir.
    Un des rares parfums que Serge Lutens porte lui-même d’ailleurs.

« »