Pour un homme

 

Pour un homme ? Pas seulement. La magnifique création de Caron, composée en 1934, a tout d’un masculin qui peut plaire aux femmes.

Masculin / féminin, la distinction doit beaucoup à la parfumerie moderne et s’est progressivement installée à partir de la fin du XIXè siècle. Aux  femmes, les fleurs (difficiles de les séparer !) ; aux hommes, les cuirs, les bois… et la lavande.

Avec une odeur de propre associée aux lavandières (des légendaires du Portugal au cinéma à la truculente mère Denis) et aux petits sachets de grands-mères posés dans les placards, la lavande des marchés de Provence ensoleille le linge de son odeur si particulière.

Avec sa fraîcheur vive, aromatique, la lavande est devenue un pilier de la parfumerie masculine. Elle constitue aussi l’ingrédient majeur de cette famille dénommée « fougère », depuis la création de la Fougère royale d’Houbigant (1882 ou 1884) avec lavande, géranium, coumarine et mousse de chêne…, très aromatique.

Avec Pour un homme composé en 1934 par Ernest Daltroff,  Caron a utilisé une base de lavande, mais avec sophistication, élégance, chic. Une lavande des Alpes de Haute Provence, une douceur veloutée suggérée par la vanille, l’ambre, la fève tonka.

Droit, épuré et massif, le flacon, avec effet de triptyque rend hommage à une idée de puissance imposée par la carrure (du flacon).

Et si Sébastien Chabal a marqué l’essai de Pour un homme, il demeure un des grands masculins de l’histoire de la parfumerie.

 

Naissance : 1934

Papa : Ernest Daltroff

Famille : Fougère ?

Genre : Masculin

 

Le 11 decembre

 

Le parfum de Yam à 13 ans.

Les commentaires sont fermés !

« »