Looking for number five ?

Poupoupidou 00448

Un polar, une parodie, des clins d’oeil, Poupoupidou (film de Gerald Hustache-Mathieu) annonce la couleur avec ses faux airs de Marilyn. Présentatrice météo et égérie du fromage Belle du Jura, Candice Lecoeur, de son nom de scène, fleure curieusement le N°5 (Chanel).

Découverte morte à Mouthe, la ville la plus froide de France, la star locale intrigue un écrivain en mal d’inspiration. Curieusement sur la piste du chiffre 5, il va parcourir la « petite Sibérie ». S’il occupe une chambre N°5, ce nombre l’incite à choisir le même numéro à la morgue et à découvrir le corps de la jolie blonde. Les clins d’oeil au 5 se succèdent (un vinyle qui tourne portant le chiffre 5, le fantôme d’un flacon de parfum, une 504… what else ?). Du N°5 à Marilyn M. , il y a un parfum. Le parallèle avec la star américaine s’accentue : le blond platine chez la coiffeuse, un président (pas camembert), le frère du président, un anniversaire surprise où l’égérie du fromage chante Happy Birthday et tombe la robe en sac de pomme de terre. Suicide or not suicide ? Candice Lecoeur a semé des cailloux en fil rouge numérique, rosebud inconscient du passage par la case Marilyn avec juste quelques gouttes de souvenir.

Le N°5 au-delà des 5 sens, du Pentateuque, des 5 points cardinaux (en Chine), du chiffre de Shiva…, est aujourd’hui en Occident, un parfum, celui de Marilyn, le 5 de Chanel. Poupoupidou.

Poupoupidou 00082

Les commentaires sont fermés !

« »