Ces pilotes devraient devenir séries…

Le 13 mai prochain débuteront aux États-Unis les « upfronts », ces cérémonies si dramatiques durant lesquelles les grandes chaînes (les networks) annoncent les séries qu’elles lanceront la saison prochaine. D’ici-là, tout un tas d’exécutifs et de téléspectateurs tests vont regarder les pilotes d’un paquet de séries (une centaine), dont seuls cinq ou six, au mieux, par chaîne, deviendront des séries (qui pour la moitié trépasseront avant Noël). Je n’aurai pas la chance d’en faire partie, mais je vais quand même vous dire ce que j’en pense, et vous donner mon avis hasardeux (puisque basé sur les seuls pitchs et fiches techniques) sur les pilotes que j’aimerais bien voir en série. Pas qu’ils soient nécessairement bons, mais juste parce qu’il serait intéressant de voir ce qu’ils donneront…

[Chez ABC]

S.H.I.E.L.D. Le titre le plus chiant à écrire de l’histoire récente des séries (je n’arrive pas à bien mettre les points) est sans doute la nouveauté dont on parle le plus, sans rien en avoir vu. C’est Joss Whedon qui est à la manœuvre, et ça devrait suffire. Son casting n’est pas fracassant, on se demande bien comment il va vendre ce spin-off de Avengers sans un budget de cinéma, mais qui ne voudrait pas voir le résultat ?
Moi, je veux voir ça, parce que Joss Whedon, et parce que les superhéros à la télé ne sont pas en grande forme (Arrow est un peu seul).
Excitomètre : 7/10.

Influence. Là aussi, c’est avant tout une histoire de créateur. Cette histoire au pitch poussif (deux frères, un bipolaire, génie en psychologie, et un ancien arnaqueur rusé, qui sont à la tête d’une agence qui règle les problèmes de ses clients en utilisant les sciences humaines et la manipulation) est signée par Kyle Killen, le créateur de Lone Star et Awake, un des rares scénaristes à proposer des choses risquées sur les networks. On se demande ce qu’il fait à insister de la sorte, et on craint qu’il ne se casse les dents sur ABC comme sur la FOX et NBC les saisons passées…
Moi, je veux voir ça, parce que Kyle Killen va sans doute encore faire un (petit) miracle, avant d’être annulé et de (enfin) aller là où on saura l’accueillir, sur le câble.
Excitomètre : 6/10

The Returned. On a présenté ça comme un plagiat des Revenants. Des parents y assistent au retour de leur fils mort des années plus tôt, qui ne semble pas avoir vieilli. Ils découvrent que le phénomène est mondial. S’agit-il d’un miracle ou d’un signe annonciateur de l’apocalypse ? Ou d’un pompage de la série de Canal+ dissimulé derrière la sortie d’un bouquin par encore édité ?
Moi, je veux voir ça, parce que le pitch, même pompé, est bon. Et que d’un point de vu critique, c’est intéressant de comparer. Et puis, la dernière fois qu’ABC a « pompé » une série française, Fais pas ci, fais pas ça, ça a donné Modern Family. On a vu plus mauvais…
Excitomètre : 6/10

Mixology. Une comédie, signée par les scénaristes de Very Bad Trip. Son « concept » à mon avis méga casse-gueule mérite à lui seul le coup d’œil, juste pour voir comment ils s’en sortent. Le pitch a l’air de rien, comme ça : une bande de potes et de copines dans un bar de Manhattan, cherchent l’amour. En une soirée. Là est la feinte : tout est censé se passer le même soir. Comme dirait un autre pilier de bar new-yorkais : challenge accepted !
Moi, je veux voir ça, parce que… ben je viens de vous le dire. J’aime les défis narratifs, et celui-là n’est pas une mince affaire. Attention cependant de ne pas feinter en mode How I Met Your Mother, et de transformer ladite soirée unique en séquence canapé avec les enfants, si vous voyez ce que je veux dire…
Excitomètre : 5/10

[Chez CBS]

Le Flic de Beverly Hills. Je vous la fais en français. En VO, ça donne Beverly Hills Cop. Le flic en question, ce n’est pas Axel Foley (entendez la voix française, ce délice de doublage), mais son fils, putain, mec. Ça risque d’être une bouse monumentale (on est sur CBS, la chaîne du polar à papa), mais je veux quand même voir ça. Et puis, mine de rien, il y a Shawn Ryan et Barry Sonnenfeld planqués derrière la caméra. Ils ont un peu honte, mais ils peuvent faire des miracles.
Moi, je veux voir ça, parce que putain, mec, non Dieu de bordel de merde.
Excitomètre : 4/10

The Advocates. On n’est pas obligé d’aimer le Mentalist, mais il faut reconnaître que son créateur, Bruno Heller, a réussi à coup de maître : il venait du câble, de Rome, et il a décidé, comme un grand, de faire un carton. En gros, d’exploiter les cordes qui mènent à l’audience. Visiblement, il en veut plus. The Advocates suit une avocate et un ancien malfrat qui font équipe pour aider les plus démunis et les cas les plus indéfendables, quitte à flirter avec les limites de la loi. On a vu des pitchs plus originaux.
Moi, je veux voir ça, parce que comme ça, quand ça fera 8 millions sur TF1, je pourrais dire que je vous l’avais dit. A moins que ce soit l’heure de la ramasse pour Heller.
Excitomètre : 4/10

Crazy Ones. Parfois, un casting seul suffit à souhaiter qu’une série voie le jour. Ici, le duo Robin Williams / Sarah Michelle Gellar, improbable, intrigue (Buffy the Jumanji Killer ou Le Cercle des Slayers Disparues, je prends). C’est David E. Kelley, de plus en plus un faiseur hollywoodien, qui bidouille cette histoire d’agence de pub entre père et fille. Reste une question, que je poserai prudemment, au risque de me faire trucider par les fans de Sarah Michelle : sait-elle jouer la comédie sur un mode plus souple que l’ironie de Buffy ? Vaut-elle une série humoristique ? La simple réponse à cette question mérite un coup d’œil.
Moi, je veux voir ça, parce que au cas où on l’aurait oublié, Robin Williams est un mec vraiment drôle (la preuve, il a joué dans Louie). Et parce qu’on sait jamais, peut-être que SMG sera drôle aussi.
Excitomètre : 6/10

[Chez Fox]

Delirium. Voilà un concept qui pourrait être intéressant, s’il ne tourne pas au sirupeux : dans un monde où l’amour est interdit (mais pourquoi !?) une jeune femme… tombe amoureuse (c’est con). Du coup, elle doit se faire « opérer », pour ne plus aimer (elle n’a pas le choix). Il lui reste 95 jours avant de tout oublier… Le casting est pas mal (Emma Roberts, Billy Campbell), et l’idée amusante (elle est tirée d’un livre, avec un petit côté Eternal Sunshine of the Spotless Minds). Il faudra voir à quoi ressemble le monde futuriste qui sert de décor à cette aventure sentimentale. De sa finesse et de sa puissance métaphorique dépendra surement une partie de la série. Pour le reste, attention aux violons !
Moi, je veux voir ça, parce que il y a là un « high concept » qui semble assez léger pour ne pas bouffer toute l’histoire (Flashforward et consorts, si vous nous lisez), et une ambition romantique et romanesque qui pourrait valoir le détour.
Excitomètre : 5/10

Rake. C’est un remake, mais le casting (Greg Kinnear, Miranda Otto) et l’original australien (que je ne connais pas) font assez envie. Son héros est un avocat pénaliste téméraire, brillant, drôle, têtu et enclin à l’autodestruction… sans parler de sa vie professionnelle, où il a une sérieuse tendance à choisir les causes perdues, et à défendre ceux qui sont indéfendables. Autrement dit, un cousin de House, en avocat. Un de plus, mais pourquoi pas ?
Moi, je veux voir ça, parce que si c’est fait avec du culot et sans langue de bois, ça peut être vaguement foutraque et joyeusement incorrect. Et parce que Kinnear sait être drôle et méchant à la fois.
Excitomètre : 6/10

Boomerang. Je ne suis pas sûr d’avoir compris le titre, mais Boomerang suit une famille d’assassins recrutée par le gouvernement américain. 1. Le fait que de méchants zigouilleurs pros bossent pour l’Oncle Sam est assez réjouissant (et sans doute pas tout à fait fantaisiste). 2. Felicity Huffman jouera la maman, et n’en déplaise à ceux qui ont fini par s’endormir devant Desperate Housewives (j’en fais partie), c’est une excellente actrice.
Moi, je veux voir ça, parce que dans mes rêves ça donnera une comédie dramatique pleine d’humour noir, violente (au niveau grande chaîne), avec une bonne dose de mystère. Sauf que finalement ça pourrait ressembler à No Ordinary Killer Family.
Excitomètre : 5/10

Inhuman. Une histoire de flic qui fait équipe avec des cyborgs, produite par J.J.S. Abrams (le « S » c’est pour « Stakhanov », ou pour « soufflet qui se dégonfle ») et par la tête pensante de Fringe, J.H. Wyman. Donc, un gros machin opportuniste (ils regardent la télé suédoise, ces deux-là, et ils ont vu Real Humans), mais qui sait. Fringe avait cet air là, et a fini par nous plaire…
Moi, je veux voir ça, parce que Abrams n’a rien fait de vraiment bon depuis… Fringe, et qu’il va bien finir par sortir de sa médiocrité, n’est-ce pas ? A moins qu’il ne devienne le faiseur milliardaire qu’il tend à devenir. Oui, à moins que…
Excitomètre : 5/10

[Chez NBC]

Ironside. Autrement dit, L’Homme de fer. Un remake. Un de plus. Mais quand même, celui-là, on demande à le voir. D’autant que Blair Underwood, qui va reprendre le fauteuil (ok, mauvais jeu de mots, mais c’était tentant) de Raymond Burr, n’est pas qu’un beau gosse au sourire Email Diamant. Avec In Treatment, il a prouvé qu’il pouvait faire mieux que de faire fondre les filles de Sex & the City. On espère donc que tout roulera pour ce pilote (ok, je sors).
Moi, je veux voir ça, parce que c’est toujours amusant de voir un remake, et de se dire qu’il va se ramasser lamentablement dans 99% des cas. Donc, oui, c’est un peu sadique.
Excitomètre : 5/10

Sixth Gun. L’histoire de six pistolets mythiques de l’Ouest. Lorsque le sixième, le plus puissant et le plus dangereux, refait surface dans les mains d’une innocente jeune fille, les forces du mal se réveillent. Des « vilains » que tout le monde pensait morts partent à la recherche de l’objet. Seul Drake Sinclair, un combattant égoïste mais courageux, est bien décidé à s’interposer… Voilà pour le pitch de cette adaptation d’un roman graphique. Au moins, c’est original. Et c’est Carlton Cuse, ex de Lost, qui est aux manettes. Si c’est soigné, ça peut le faire.
Moi, je veux voir ça, parce que c’est une des histoires les plus fraiches de la liste des pilotes, et que si les moyens suivent, ça peut être surprenant. Il faudra aussi un casting à la hauteur des enjeux narratifs…
Excitomètre : 7/10

Projet sans titre de Michael J. Fox. J’ai grandi avec Retour vers le Futur, je regrette la belle époque de Spin City, j’ai une grande affection pour Michael J. Fox, alors forcément j’attends sa nouvelle comédie, très largement inspirée de sa propre vie – son héros se bat aussi contre Parkinson. Ajoutez à cela la présence de Betsy Brandt (Breaking Bad) et du génial Wendell Pierce (The Wire, Treme), et le compte est bon.
Moi, je veux voir ça, parce que ça ne vous suffit pas ce que j’ai écris ci-dessus ? Moi, si. Reste à prier pour que ce ne soit pas une sitcom cheap, avec rires enregistrés et répliques énhaurmes.
Excitomètre : 7/10. La bonne nouvelle, c’est que la saison est déjà commandée. Donc, on verra cette série l’an prochain.

Assistance. Côté pitch, c’est la misère : Les tribulations d’une assistante idéaliste qui tente de naviguer entre son patron excentrique et exigeant et sa vie personnelle chaotique. Pas grand-chose à se mettre sous la dent. En revanche, côté fiche technique, c’est tentant : Will Ferrell à la prod, Leslye Headland (Bachelorette) au scénario, et Krysten Ritter (Don’t trust the B… et Breaking Bad) en vedette. Ça suffit pour que j’achète.
Moi, je veux voir ça, parce que si l’histoire en a un peu plus sous la semelle, et que Ferrell ne fait pas que prêter son nom à la série, ça pourrait être rigolo.
Excitomètre : 5/10

[Chez la CW]

The Selection. 300 ans dans le futur, les Etats-Unis n’existent plus et ont été remplacés par une monarchie à huit niveaux (allant de la famille Royale, les “Ones”, jusqu’aux fous, malades et sans-abris, les “Eights”). Une jeune femme pauvre, America, une “Five”, est désignée lors d’une loterie pour participer à une compétition dans le but de devenir la prochaine reine d’une nation déchirée par la guerre. Elle se retrouve alors face à 35 autres candidates. Mais son problème, c’est qu’elle est déjà éperdument amoureuse d’un “Six” ! Avec un pitch pareil, c’est quitte ou double. Soit on tombe dans le boursouflé, soit on s’amuse avec une série gentiment transgressive et critique du monde contemporain. Hunger Games est passée par là, et c’est plutôt un résultat bâtard, pas complètement réussi mais pas totalement honteux qui devrait sortir de The Selection.
Moi, je veux voir ça, parce que… ben je sais pas trop, en fait. Il fallait mettre des séries de la CW, et celle-là m’a l’air moins pire que les autres. Ne suivant pas régulièrement les Vampire Diaries, je n’attends pas vraiment son spin-off, The Originals… bref, The Selection, pourquoi pas ?
Excitomètre : 4/10

The Hundred. Un nombre inquiétant de pitchs de la CW cette saisons sont glauques, avec des histoires de fin du monde et/ou d’aliens, et des romances sur fond de science-fiction. Ici, un vaisseau spatial abritant les derniers humains survivants après un incident nucléaire envoie 100 jeunes délinquants à la surface de la Terre, 97 ans plus tard, afin qu’ils la re-colonisent.
Moi, je veux voir ça, parce que… ben je ne suis pas sûr non plus. C’est le mot « délinquants » qui m’a attiré, dans l’espoir que ce soit sombre et torturé, et pas seulement plein de petits ados trop cool qui doivent sauver l’humanité.
Excitomètre : 4/10

P.S : J’ai repris certains des pitchs sur Allociné.fr, qui a un dossier complet sur ces pilotes.

6 commentaires pour “Ces pilotes devraient devenir séries…”

  1. Et pour la Syfy? Perso, j’attends Defiance!

  2. @Tanc : SyFy est une chaîne du câble, pas un “network” au sens où on l’entend ici, et Defiance arrive en avril, c’est une série commandée, tournée, pas un projet de pilote, le sujet de ce post.

  3. Hello,

    je suis aussi intéressée par celle que vous avez mis mais j’en rajouterai quelques unes 😀
    Pour ABC
    – Gothica : ça pourrait être fun ! mais vous aimez pas trop les soap je crois ?

    Pour NBS :
    – happiness : j’avais beaucoup aimé Better of Ted et je trouve que les réflexions sur le rôle de père peuvent être intéressantes (et changer un peu de la relation mère/fille)
    – the surgeon general : Lie to me était quand même une super série, et rentrer encore dans les sphères de lobbying et de politique m’intéresse
    – je prie pour que “super clyde” passe. je suis une méga fan de Raising Hope te My name is earl et on dit bien “jamais 2 sans 3” 😀 En plus avec Rupper Grint !! je suis même étonnée que vous l’ayez pas mis en avant !

    Pour The CW – je comprends que vous soyez pas fan de cette chaîne, mais je rajouterai 2 pilotes
    – Reign : j’aime beaucoup les séries “historiques” , the tudors étant vraiment excellente :)
    – Blink : le pitch est intéressant et j’ai beaucoup aimé Awkward

    Nous verrons bien les résultats de cette saison de piloten en espérant que seuls les meilleurs s’en sortent 😀

  4. J’epprouve quasiment les memes esperances que toi pour cette liste des pilotes : j’aimerai beaucoup que Boomerang et The 6th Gun (qui ce dernier me fait un peu penser à Supernatural avec cette cette histoires de flingues avec des pouvoirs je sais pas pourquoi) se transforment en série.
    The Crazy Ones va probablement l’etre et je la vois mal se tauler (Robbie Williams, point !).

    J’ajouterai aussi Intelligence, le drama avec Josh Holloway qui a un sacré potentiel pour devenir le nouveau “Persons Of Interest” de la CBS.

  5. Apparemment, vous vous faites passer pour un “spécialiste” séries, et vous ne savez même pas faire la différence entre un créateur, un producteur et un showrunner.

    Quand on présente UnderCovers, ALCATRAZ et REVOLUTION, comme des échecs ou des plantages, c’est la faute d’Abrams. Et Person of Interest, également Produit simplement par Abrams, qui cartonne, et est un vrai succès critique et public, c’est du poulet ?? On se souvient qu’Abrams produit simplement ?? Parce que Person of Interest, c’est du BON network. Comme The MENTALIST. C’est sûr, ce sont des simples divertissements qui n’apportent rien au genre, mais ils sont extrêmement bien faits, bien produits, et n’ont rien de honteux.

  6. Super, cet article!
    Je suis bien contente que tu aies mis DELIRIUM, au sujet duquel j’ai plutôt vu des avis mitigés, pour la simple et bonne raison qu’ayant bossé sur la version française des bouquins dont elle est tirée, je suis très curieuse de voir ce que ça va donner. Il y a un vrai potentiel (l’univers est très riche), mais tu as raison les violons sont un gros risque…
    Et sinon Wendell Pierce forever!

« »