Modern Family en interview : Jesse Tyler Fergusson

La seconde saison de Modern Family, comédie encore une fois ultra favorite aux Emmy Awards du 18 septembre prochain, débute demain soir dimanche 21 août sur Paris Première. Jesse Tyler Fergusson, qui incarne Mitchell Pritchett, était présent au dernier festival de télévision de Monte Carlo. J’ai pu discuter un instant avec lui de l’image de la famille dans les séries américaines, de sa modernité et de l’impact que pouvait avoir la télévision sur l’évolution des mentalités. Voici ses réponses, polies, un poil convenues, mais révélatrices me semble-t-il de la discrétion intelligente de la série, qui fait avancer les choses sans faire trop de bruit.

Il semble que l’image traditionnelle de la famille soit dépassée à la télévision américaine…
Le monde a beaucoup changé ces 30 dernières années, mais l’image que la culture populaire en donne n’a pas toujours été fidèle à cette évolution. Une série comme Modern Family, qui met en scène un couple gay et un couple constitué d’un homme bien plus vieux que son épouse, montre quelque chose d’atypique à la télévision, mais pas dans la société contemporaine. C’est une version moderne de ce qu’est la famille. Les familles qui ressemblent à celle de Modern Family peuvent enfin s’identifier à quelqu’un, et celles qui sont plus traditionnelles peuvent, je l’espère, réaliser que le monde change…

La télévision n’a-t-elle pas favorisé trop longtemps une image conservatrice de la famille ? Les séries comme Modern Family ne portent-elles pas un message politique ?
Notre métier, c’est de faire rire les téléspectateurs. Si nous arrivons, avec ça, à apporter un message politique, alors tant mieux. Il ne faut pas que cela parasite l’humour, la comédie, les personnages, l’histoire, etc. Il faut faire rire les gens, les faire pleurer… et les faire réfléchir à l’occasion. La série est le message. Nous ne faisons que montrer ces personnages, nous leur donnons vie, comme des gens normaux, sans leur faire dire quoi que ce soit de fondamentalement politique. D’ailleurs, il est intéressant de constater que Modern Family est plus suivie par des Républicains que des Démocrates !

Comment aborder la question des valeurs, de la morale, de tout ce qui fait d’habitude le cœur des séries familiales ?
Nous ne faisons pas d’épisode à thème, avec une morale déterminée. Cette série est une comédie, elle doit donc s’amuser avec des clichés, des stéréotypes, des personnages caricaturaux en surface, mais nous voulons éviter la morale systématique. Le principe de Modern Family, c’est qu’il y a un “feel good moment” à la fin des épisodes, un relâchement parfois accompagné d’une morale, pas une leçon faite aux téléspectateurs mais plutôt apprise par les personnages eux-mêmes.

Comment trouver le juste équilibre entre modernité et universalité ?
Si vous revoyez I Love Lucy (en 1951, ndlr), Lucy et Ricky, son époux, dormaient dans des lits séparés, ce qui nous semble dingue vu du XXIe siècle, mais c’était un reflet de l’époque. Quand les parents de The Brady Bunch, dans les années 70, ont partagé un lit, ça a été une révolution. Sans doute dans 50 ans les gens repenseront à Modern Family et se diront “tu te souviens, cette série où ils montraient un couple gay dans son quotidien“, une chose qui sera sans doute généralisée à la télé. Chacune de ces œuvres représente son époque et sa modernité, et c’est en ce sens qu’elles resteront dans l’Histoire selon moi. Évidemment, leur universalité tient aussi à la qualité de leur écriture. Un bon trait d’humour ne vieilli pas…

La télé participe-t-elle selon vous aujourd’hui à une redéfinition du mot “famille” ?
La famille restera la famille, un groupe de personnes qui tiennent l’une à l’autre et traversent la vie ensemble. C’est la photo de cette famille qui va évoluer, intégrer de plus en plus d’ethnies différentes, des couples multiraciaux, des couples gays et lesbiens… mais l’essence de la famille ne changera pas.

Modern Family, le dimanche à 20h35 sur Paris Première.

Image : Jesse Tyler Fergusson (à gauche) et Eric Stonestreet dans Modern Family, Paris Première/M6/ABC/Disney.

Les commentaires sont fermés !

« »
  

Le Mag Séries

Qui suis-je

Journaliste spécialiste des séries télévisées, je collabore avec Télérama, Le Mouv', Le Mag Séries et L'Optimum.



Crédit photo : Christophe Abramowitcz, Radio France

Retrouvez-moi sur LE MOUV

On en parle

Previously dans Têtes de Séries