Une série sur le foot avortée

football

Drôle de pays que le notre. Deux sujets nous passionnent, envahissent les médias, font naître les polémiques, sur lesquels nous n’arrivons pas à faire une série digne de ce nom : la politique et… le foot. Sur le tableau des plus grosses audiences de l’année, c’est toujours la même : un épisode des Experts, un match de foot, un épisode de Mentalist, un match de foot, un épisode de House, un match de foot, etc. Alors, pourquoi ne pas mélanger les deux, et faire une série sur le foot ? L’info est passée presque inaperçue, mais une tentative de série sur le monde du ballon rond a été récemment faite. Comme l’expliquait en décembre dernier Hubert Artus dans le magazine L’Optimum, Comme des Champions aurait pu devenir cette série. Lire la suite…

lire le billet

How I Met les créateurs de la série…

how-i-met-your-mother-saison-6-serie-creee-par-carter-bays-craig-10319060ccmbt

La cinquième saison de How I Met Your Mother vient de démarrer chez nous (sur NT1), alors qu’une toujours solide saison 6 est en cours de diffusion aux Etats-Unis. L’occasion pour moi de ressortir une longue interview que j’avais pu réaliser des deux créateurs de la série Craig Thomas et Carter Bays, il y a tout juste deux ans, pour un dossier spécial de Générique(s) (mars-avril 2009). Une interview où les passionnants scénaristes revenaient sur la création de leur série, sur sa narration complexe, et sur son sens de l’anecdote. Lire la suite…

lire le billet

La B.O des séries

La musique est un élément indispensable à la narration des séries télé. Choisir les bons morceaux, qu’ils soient tubes du moment,  classiques ou découvertes indé, c’est définir l’identité d’une œuvre. L’Hebdo Séries décrypte la BO de quatre séries où la musique joue un rôle clef.

Également au sommaire :

– Adrienne Palicki sera la WONDER WOMAN d’ABC
– Kiefer Sutherland revient dans TOUCH sur la FOX
– Ashley Judd devient agent de la CIA dans MISSING pour ABC
– THE INBETWEENERS : les mésaventures hilarantes d’un nerd made in UK
– Le polar danois THE KILLING de retour pour une deuxième saison

En bonus pour finir LES SIMPSON se moquent de l’animation à la française, en parodiant les Triplettes de Belleville …

Bonne émission !

L’Hebdo Séries, c’est votre émission de référence sur les séries. Chaque jeudi, retrouvez toute l’actu de vos séries préférées en 7 minutes chrono ! News, reportages, interviews, tendance, sélec…Toutes les émissions sur http://www.canalplus.fr/hebdoseries

lire le billet

Les séries de Bunk : Misfits

misfits

Lire la suite…

lire le billet

Comme dans un mauvais film de télé

BAR FUMEUR

Quand je dis ça, j’ai l’impression de radoter, mais c’est un fait : les séries ne sont pas encore reconnues à leur juste valeur artistique en France. Je ne dis pas que la presse les méprise. Je ne dis pas non plus que les Français ne les regardent pas. Je dis qu’elles sont encore considérées par une part trop importante de nos concitoyens comme un vulgaire produit de consommation – ce qu’elles sont certes, mais pas que. Surtout, une vilaine image leur colle aux basques : celle du « mauvais film de télévision. » Quand ça va mal, le type filmé par TF1 s’emporte toujours ainsi, « c’est bien triste, je croyais qu’on ne voyait ça que dans les films de télévision. » Lire la suite…

lire le billet

La stratégie du has been

tumblr_left48gCkY1qf8yek

J’ai toujours eu de l’affection pour James Van der Beek. Sa tête à claques a accompagné mon adolescence, saison après saison, Dawson faisant de moi un indécrottable romantique, persuadé qu’un jour j’irai compter fleurette à ma blonde – ou ma brune, selon les scénarios – assis sur un ponton face à la lagune. J’aimais bien Dawson Leery, j’aimais aussi son interprétation un peu poussive mais réjouissante de Sean Bateman dans l’adaptation ciné des Lois de l’attraction. Et puis je n’ai plus eu grand-chose a aimer. Contrairement à ses collègues Joshua Jackson, parfait dans Fringe, Michelle Williams, brillante sur le grand écran ou même Katie Holmes, qui a fait deux ou trois bonnes choses avant de devenir Mme Cruise, James Van der Beek est devenu has been… et c’est paradoxalement ce qui pourrait le sauver. Lire la suite…

lire le billet

La pub dans Mad Men : rencontre avec Matthew Weiner

Célébrée pour son glamour, sa précision historique et la finesse de ses personnages, MAD MEN brille également par son décor, l’univers de la pub. En prenant pour toile de fond une agence de Madison Avenue, la série explore un milieu à la fois conservateur et précurseur des changements de mentalités. L’Hebdo Séries a demandé son analyse à Matthew Weiner, le créateur de la série de passage à Paris la semaine dernière.

Également au sommaire :

– Zooey Deschanel dans CHICKS AND DICKS pour la FOX
– Le scénariste de THE SOCIAL NETWORK en guest dans 30 ROCK
– BORED TO DEATH revient pour une deuxième saison hilarante !
– FRIDAY NIGHT LIGHTS : l’outsider des séries US de retour en DVD
– LES MÊMES YEUX QUE LOST passe la série de J.J. Abrams au crible

En bonus pour finir, une bande annonce inspirée de la chaîne belge Prime Series…

Bonne émission !

L’Hebdo Séries, c’est votre émission de référence sur les séries. Chaque jeudi, retrouvez toute l’actu de vos séries préférées en 7 minutes chrono ! News, reportages, interviews, tendance, sélec…Toutes les émissions sur http://www.canalplus.fr/hebdoseries

Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo
lire le billet

Lost au fond des yeux

lost-jacob2

On a beaucoup débattu de la fin de Lost, de nos colères, de nos déceptions, de ce qu’on avait compris ou pas, des mystères non résolus et de la symbolique de cette histoire de dingues. On l’a fait avec nos yeux, chacun interprétant les événements de l’île à la lumière de sa sensibilité et de son savoir. Il n’y a de fait aucune analyse sotte. Chaque téléspectateur s’approprie Lost comme bon lui semble. C’est aussi en cela que cette série a été si puissante. Reste qu’à lire Les mêmes yeux que Lost, analyse passionnante de l’écrivain et vidéaste Pacôme Thiellement, on se dit que deux ou trois choses nous ont échappées dans la série de Damon Lindelof et Carlton Cuse, qui en font une œuvre encore plus puissante, encore plus fascinante, encore plus étonnante. Lire la suite…

lire le billet

Une bitch de saison des pilotes

MV5BMTA5MTAyMDk1ODVeQTJeQWpwZ15BbWU3MDE5NTQ2NTI@._V1._SX600_SY400_

Un papier d’EW m’inspire un petit post du dimanche… James Hibberd y soulève une triple occurrence dans les titres de pilotes récemment validés. Visiblement inspirés par $#*! My Dad Says — comprenez Shit My Dad Saysles networks tentent leur chance avec des titres contenant de vilains gros mots — dans l’espoir, sans doute, de créer une polémique avec le Parents Television Council. Une excellente stratégie venue à la base des scénaristes, qui cherchent à attirer la curiosité des studios et des chaînes, puis, si elle assumée par les commanditaires, sert à faire parler la presse… Lire la suite…

lire le billet

Le remake, formatage culturel

shameless-us-10375346midit

Je fais la promotion des séries états-uniennes à longueur de journées. Je participe activement à entretenir cette idée – difficilement contestable – que la production américaine (du câble essentiellement) est un cran au dessus du reste du monde (maj : de ce qui parvient jusqu’à nos petits écrans et jusqu’à mes yeux tout du moins :) ) – seuls les plus fervents défenseurs de la télé britannique pourraient me contredire sans mauvaise fois. Je suis en même temps pour la diversité culturelle, contre toute hégémonie d’Hollywood sur le reste de la planète séries. Position compliquée, je l’admets. Je m’indigne ainsi de la diffusion confidentielle – voire de la non diffusion – chez nous de certaines des meilleures séries américaines, tout en regrettant que les productions françaises n’aient pas une meilleure exposition. Symbole de cette position complexe, je me suis récemment découvert une aversion de principe contre les remakes d’œuvres européennes outre-Atlantique. Ma réaction, instinctive, partait d’un « pourquoi refaire une série qui est satisfaisante dans sa version originale ? » Avec un peu de recul, j’ajouterai ceci : les remakes sont des formatages, des uniformisations reniant la richesse d’œuvres originales pour « américaniser » tout ce que l’étranger sait faire de mieux qu’Hollywood. Lire la suite…

lire le billet