Que deviendront nos mails après notre mort ?

Mais diable que deviendront mes mails après ma mort me demandé-je l’autre jour alors que je m’ennuyais comme un rat mort à visionner en streaming une mortifère rencontre de ligue 1 ?

Oui que se passerait-il si d’aventure là, en sortant de mon immeuble, un caribou ivre de sirop d’érable s’amusait à me saboter l’arrière-train au point de m’envoyer valdinguer sous les roues d’un 4×4 assassin ?

Est-ce que par exemple ma compagne pourrait demander à Monsieur Google de lui communiquer mon mot de passe afin d’accéder à ma messagerie ultra-confidentielle ? Et ce bien entendu après avoir épuisé tous les moyens de le découvrir par elle-même en combinant par exemple l’année de naissance de la tante de mon chat associée au nom de ma marque de tranquillisant préféré. (Temesta98)

Et se peut-il que Monsieur Google attendri par la peine à peine feinte de cette dernière consentisse à le lui communiquer ouvrant dès lors le champ à l’exploration de ma boîte à lettre virtuelle et par-delà la découverte inévitable de ma correspondance torride avec une lectrice énamourée de ce blog ?

Google a-t-il seulement prévu, en cas de décès, une réponse automatique s’inspirant de celle qui s’affiche quand un employé part quelques jours se ressourcer dans sa cabane au Canada : ” l’utilisateur de ce compte ayant peu de chances de pouvoir vous répondre, ni demain ni jamais, nous vous invitons à cesser de lui envoyer un quelconque mail “.

Il s’agit là ni plus ni moins du devenir de la mémoire de l’intégralité de notre vie puisque nous nous sommes condamnés à tout confier à notre ordinateur : nos secrets les plus vils, nos perversions les plus inavouables, nos envies les plus déraisonnables.

Au fil du temps, cet écran de malheur est devenu notre confident le plus intime, notre meilleur ami, notre plus fidèle lieutenant, celui qui accède à nos requêtes les plus sordides sans jamais nous juger ou nous sermonner. Celui qui sait nos vices cachés et nos amours clandestins. Nos penchants les plus inavouables et nos fréquentations les plus interlopes.

Qui sait mais se tait.

Mais qui parlera sans même que l’on ait besoin de le menacer ou de le torturer.

Qui, après deux trois manipulations plus ou moins savantes, se dévergondera et déflorera l’intégralité du contenu de notre disque dur, révélant au grand jour ce que fut notre vraie vie.

Convoquera ce qui se tramait dans l’arrière-cour de notre conscience, témoignera de ce qui nous maintenait à flot quand le dégoût de vivre survenait dans le confort de nos existences apparemment sans histoires.


J’imagine que celui qui a déjà réfléchi à la question, peu désireux que ses descendants apprennent qu’il se délectait de visionner  en cachette des vidéos inédites de Justin Bieber ou qu’il présidait à la destinée du fan club de la section champenoise de Josiane Balasko, a d’ores et déjà stipulé dans son testament que son ordinateur ne devait pas lui survivre, pas plus que son téléphone portable ou son iphone et qu’il devait être procédé dès l’annonce de son décès à la crémation de tous ces objets capables de trahir ses obsessions jusqu’alors tues.

Comme si on pouvait vraiment effacer du monde virtuel toute trace de notre présence dans le cyberespace !

Déja qu’on ignore où peuvent être entreposés toute cette panoplie de comptes mails avec lesquels nous jonglons avec plus ou moins de bonheur.

Notre compte professionnel, celui réservé à la famille, celui consacré aux amis et le plus précieux, celui où nous renouvelons notre abonnement à un site spécialisé qui propose le visionnage de vidéos de nains circoncis sodomisant à la chaine des motards en colère.

Et qui bien après que nous ayons disparu continueront à exister dans les limbes d’un monde incertain où rôderont les souvenirs de notre vie défunte.

Existe-t-il au moins chez Google un service de pompes funèbres veillant à ce que nos mails disparaissent à tout jamais sans qu’ils ne puissent être ressuscités par des esprits malveillants ?

Une sorte de crématorium virtuel où giseraient les cendres de nos courriels que nos descendants pourraient récupérer sous la forme d’une urne elle aussi virtuelle, accumulation de mots sans queue ni tête que l’on mettrait sur la page d’accueil de nos ordinateurs comme pour mieux se souvenir de la personne aimée.

A toutes ces angoissantes questions je vous laisse réfléchir.

Quant à moi, pour éviter tous ces encombrants problèmes, j’ai décidé ne pas mourir. C’est beaucoup plus sûr.

 

30 commentaires pour “Que deviendront nos mails après notre mort ?”

  1. “nains circoncis sodomisant à la chaine des motards en colère” si ça, ça ne préfigure pas un post sur les motards, je veux bien me faire écraser par TOTO chichi.

  2. @ Rakham : Vraouuuuum…trop tard

  3. Mouais on s’en fout un peu on sera mort. Et puis internet c’est magique on pourra passer à la postérité sans rien faire. Mieux, de votre vivant vous pourrez bloquer toutes les pubs à la con de ce blog en moins de temps qu’il ne faut pour le dire. https://addons.mozilla.org/fr/firefox/addon/adblock-plus/ Je revie.

  4. @vinnie, vous avez raté un commentaire du TOTO CHICHI, censuré entre temps, pas piqué des hannetons qui parlait de voiture et d’éthnies différentes en terme fort peut élogieux, comme d’hab quoi.

  5. quand on pense que google, microsoft, facebook et consorts, stockent et archivent toutes ces conneries…

    pour les vendre ou les refiler aux agences troubles US…

    et ben : ils doivent (beaucoup) se faire bien chier, et (un peu) se marrer les analystes !

    surtout avec le polygraphe dépressif exilé chez les bucherons carreautés.

    HAhaHAHahhhhA

  6. @rakam the red : comment osez vous dire que je parle d’ethnies en ter fort peu élogieux. Mon commentaire ne va l’encontre que du méprisant auteur qui est devenu un censeur. auriez vous , vous aussi , oubliez votre humour dans les limbes d’internet? ( tout comme l’auteur a définitivement oublié de s’appliquer à lui même son fantastique avant propos)

  7. Cher Laurent

    j’ai un peu dépassé les bornes. Je vous prie de bien vouloir m’excuser et ne reviendrai plus jamais sur votre blog

  8. @TOTO, je n’ai point perdu mon humour, mais bon j’avoue que la dénigration systématique peu agacer les gens les plus tolérant…

  9. c’est vrai que ce sera moins romantique que de trouver des lettres enrubanées au fond d’une malle dans un grenier poussièreux….

  10. Je suis là, totochichi, tout va bien maintenant…

  11. @closde, on peut imaginer trouver un vieil ordi portable dans la dite malle, contenant moults mails sulfureux ou romantiques, qui sait

  12. Chuis pas sûr mais je crois que nos vieux mails sont recyclés par des enfants chinois pour pas cher, enfin c’est ce que j’ai vu à la télé.

  13. recyclé en quoi?

  14. Probablement en tweets ou sms low cost…

  15. @ Laurent : Ca aurait pu être écrit par vous, tiens.

    http://leplus.nouvelobs.com/contribution/785588-arrivee-de-beckham-au-psg-comment-le-qatar-manipule-les-medias-francais.html

  16. @ Bernard : si le Qatar et Lyon arrêtaient de truquer les matchs des incroyables Girondins pour les empêcher d’être champions de France, je crois que le monde irait déjà un peu mieux… Mais les gens ne sont pas dupes, et il faudra bien qu’un jour la Vérité éclate.

  17. me demandais bien quand les bordelois allaient se plaindre…

  18. Certes. Le sourire gras d’Aulas à la fin du match témoigne d’une malversation évidente. Me suis consolé en reregardant trois fois les buts des gars de chez Peugeot contre le PQ.

  19. pour reprendre une expression d’un de mes film préféré :
    Je ne dis pas que c’est pas injuste, je dis que ça soulage !

  20. Bonjour, je voudrais savoir si j’ai le droit de nourrir des petits ouvriers chinois d’élevage avec de la farine de pneus parce que mon pote Dédé tient une casse avec tout ce qu’il faut niveau pneus (même des pneus chinois), j’ai le feu vert de Foxconn et ça devrait passer tranquille à la Commission Européenne, mais bon. J’espère que Cohn Bendit va pas encore râler !

  21. @vince, j’adore!!, mon bon Mr SAGALO ce serait possible, vous croyez, qu’on puisse mettre des “j’adore” sur les commentaires?

  22. et des coups de pied au cul ca vous dirait aussi ?:)

  23. pfff!!!
    bien reçu Mr pinochetlovitsch

  24. C’est marrant comment Slate innove tout d’un coup en matière de pub, on peut s’acheter une maison Pierre maintenant. En même temps quand on est un pur player dont le modèle économique est basé sur la pub on fait attention de prendre soin de ses lecteurs parce que ici c’est internet et internet c’est la liberté. J’ai beaucoup méditer sur la question, mais mon seuil de tolérance est atteint, Slate m’a soulé, en attendant de recouvrer ma zen attipub un peu de silence visuel s’impose, à méditer. http://www.meditation3g.com/bienvenue.html?gclid=CPnJlbC6xLUCFeXKtAodnnQAbA

  25. @Nico, “Sortie Hors du Corps” ça a l’air sympa :)

  26. par contre faut peut etre attendre la méditation4g, non?

  27. Nico, je comprends votre agacement mais en même temps s’il n’y a plus de pub, il n’y a plus de slate.

  28. Saga,
    en même temps si je meurs d’une overdose de pub y’a plus de lecteur…
    Rakam,
    mouais je connais tout un tas de façon bien plus cool de sortir de son corps. Et ne riez pas trop http://static.mcetv.fr/img/2012/01/riposte-orange-a-free-mobile1.jpg

  29. Ben moi pour me détendre je bats ma femme et ça marche très bien je trouve. Après chacun fait comme il veut…

  30. @ Vince : un parpaing c’est encore ce qu’il y a de mieux pour lester un corps de femme^^ http://www.youtube.com/watch?v=rVeMiVU77wo please don’t go please don’t go, I’ll eat you whole, I love you so my darling…

Laissez un commentaire

« »
  

YOU WILL NEVER HATE ALONE

Avant tout, une mise au point. A priori, je ne vous aime pas et je me contrefous de savoir si vous m’aimez ou si vous allez apprécier ou pas ce que je vais pouvoir radoter à longueur d’article. Ce n’est en aucun cas mon problème, c’est le vôtre. Je rajoute que je suis d’une mauvaise foi crasse, que je n’ai d’avis arrêté sur aucun sujet, que je prends un grand plaisir à manier l’art du contre-pied, que je n’aurai cesse de vous provoquer et de vous titiller afin que vous vous sentiez offusqué au point d’aller pondre un commentaire rageur et furieux auquel je prendrais un malin plaisir à répondre. Toujours.  

Ceci posé, la plupart du temps, mes articles seront à prendre au deuxième ou au troisième degré. De grâce, nul besoin d’aller embêter la standardiste de la Licra, de menacer de convoquer le conseil d’administration de la Mrap, de m’admonester de présenter des excuses sur le champ, sans quoi, vous irez tout rapporter au commissaire général de S.O.S racisme, à l’inspecteur en chef de la SPA, au rapporteur de la Ligue des Droits de l’Homme. Je ne suis pas sérieux. Je suis un bouffon. Un pitre. Un petit con hargneux. Un individu sans intérêt qui aime jouer à l’intéressant.  
Surtout par pitié, ne me taxez jamais d’antisémitisme. J’ai eu le bonheur ou le malheur d’être né de parents tout à la fois ashkénaze et sépharade donc pas de jaloux non plus de ce coté-là. Chacun en prendra pour son grade et aura sa pâtée de critiques bien senties.   J’oubliais : bien que je sois né en France, bien que je possède un passeport français, que j’ai trop longtemps vécu dans ce beau pays, je n’éprouve envers lui aucune tendresse particulière et n’aurait cesse de démonter et démontrer à longueurs d’articles ses travers et ses absurdités.

Je n’ai jamais pardonné la rafle du Vel d’hiv et ne la pardonnerais jamais. Par principe et par instinct, je n’ai aucune sympathie pour l’Allemagne ou pour la Pologne. C’est ainsi. Vous pourrez toujours me parler de la réconciliation nécessaire entre les peuples, de la nécessité du pardon, de l’exigence de tourner la page, je suis sourd à jamais à tous ces raisonnements frappés du bon sens.  
La notion de patriotisme m’est complètement étrangère, celle de nationalisme me donne la nausée. Si l’équipe de France de Football devait disputer une rencontre capitale contre la Hollande ou l’Italie, je supporterais toujours ces dernières.   Si le PSG ou l’OM ou Lyon, surtout Lyon, était amené à rencontrer Manchester United, le Milan AC ou Barcelone, je serais toujours du côté des équipes qui considèrent le football comme un des beaux arts et ne supporterais jamais une bande de tacherons au simple motif qu’ils sont français. Sauf Saint-Etienne. L’amour est aveugle et j’ai pour les verts des yeux de Chimène.

  Ne venez pas m’emmerder sur ce sujet en me disant que depuis trente ans ils n’ont rien gagné, qu’ils vivent sur leur passé, que la roue a tourné. Je saurais vous répondre avec le cinglant approprié à vos sottes remarques.
 
Mais de tout cela vous en vous en rendrez compte très vite. A bientôt donc mon idiot de semblable, mon crétin de frère, mon stupide cousin. Sois donc soulagé: désormais, dans le désert de ta connerie qui est infinie, tu ne seras plus jamais seul.

Laurent Sagalovitsch

Categories