La vie du journaliste freelance à l’heure d’internet

La vie d’un romancier de pacotille associée à celle d’un branquignol de bloggeur, si elle peut s’avérer parfois exaltante à mener avec son lot de gratifications diverses et variées, insultes, crachats, lettres anonymes, appels à la fatwa, ne suffit pourtant pas, malgré les apparences, à nourrir son homme.

C’est ainsi qu’un beau matin, au regard de son compte en banque au bord de l’évanouissement et des récriminations de son chat affamé, il se doit d’aller gagner quelqu’argent.

Etant hors de question qu’il se prostitue en allant recueillir la commande de quelques avides consommateurs de restauration rapide, étant bien établi qu’il ne saurait être question de quémander un travail qui l’éloignerait de son bureau d’où l’étincelle, sait-on jamais, peut toujours jaillir, il ne lui reste plus qu’à offrir ses services à des manchots de l’écriture qui désespérément recherchent un trouffion pour alimenter la substantifique moelle de leurs blogs à la con.

Car voyez-vous, aujourd’hui, tout le monde ou presque possède un fichu blog.

Soit pour prétendre à la postérité grâce à la fulgurance de leur pensée ensorcelée soit pour s’essayer à vendre tout et n’importe quoi.

Surtout n’importe quoi d’ailleurs.

S’inscrivant sur des plateformes aux noms aussi redoutables que Odesk.com, Elance.com, Freelance.com, notre couillon de grand écrivain connu de sa seule famille, se retrouve dans un premier temps condamné à passer des tests linguistiques de haute volée, histoire de s’assurer de son pedigree de français de souche sachant manier à la perfection sa grammaire natale.

Puis vient le moment de postuler à des annonces d’embauche aussi exaltantes que ”recherche personne hautement qualifiée pour écrire des textes en français sur un blog de e-commerce avec une parfaite maîtrise du S.E.O.”

Le SEO en question, le Search Engine Optimization, étant une technique des plus élaborées visant à réécrire à l’infini des textes au contenu rigoureusement identiques mais en utilisant à chaque fois des mots clefs différents.

Et ce afin que le dit blog apparaisse en bonne position lorsque sur Google un quidam désœuvré en quête d’un luminaire suspendu ou d’un four à vapeur thermonucléaire ou d’un aspirateur carburant à l’eau de pluie cherchera à parfaire ses connaissances en la matière.

Rien de bien méchant.

L’écrivain-journaliste-bloggeur, prêt à tout pour décrocher le contrat,  s’empresse donc de répondre en des termes circonstanciés à l’annonce, quasiment certain qu’au vu son impeccable cv et de ses multiples références glanées tout au long de sa fabuleuse carrière de pigiste bouche-trou, il n’aura aucun mal à convaincre l’employeur qu’il est la personne idoine pour s’acquitter de la tâche proposée.

D’autant plus que ses tarifs demeurent des plus raisonnables, n’hésitant pas à offrir ses services pour 12 misérables euros de l’heure.

Patatras.

C’est à ce moment précis qu’il découvre le charme vénéneux de la mondialisation.

Qu’il réalise effaré qu’il existe en Afrique noire, au Maghreb, aux quatre coins de la planète, des cohortes d’écrivaillons plus ou moins francophones, prêts à travailler pour 4 dollars de l’heure voire, s’ils habitent au Bangladesh, pour moins de 1 dollar de l’heure, revenu avec lequel ils parviendront à nourrir toute leur famille, chats et chiens compris.

Ah infâme délocalisation.

Ah odieux village globalisé.

Ah internet de mes deux.

Le voilà contraint de ratiboiser son tarif horaire de moitié. Voire pire.

Finalement après d’âpres négociations avec un négrier d’employeur, le contrat est signé : livraison de 10 textes de 600 mots sous les deux jours.

Pas bien compliqué.

Sauf que le foutu employeur fait une  drôle de fixation sur les punaises de lit et réclame une tripotée de textes avec les intitulés suivants : piqûre punaise, punaise des lits, punaise insecte, punaises des bois, punaise eau, remède piqûre punaise, précaution piqûre punaise.

Le tour de force étant de parvenir à écrire ces articles sans jamais se copier, sans jamais employer les mêmes expressions, sans jamais s’auto-plagier ou imiter un camarade travailleur.

D’autant plus que l’employeur vous met bien en garde qu’il possède des logiciels ultra-puissants capables de renifler toute entreprise de contrefaçon à des paragraphes à la ronde.

Et bien je prétends que demander à quiconque de se livrer à un tel exercice relève de la torture mentale.

Qu’après s’être essayé à une telle épreuve de jonglerie verbale on peut envisager avec une parfaite sérénité un séjour prolongé à Guantanamo.

Et ce n’est que le début.

Bien vite, cet employeur, charmé par votre propension à décrire les us et coutumes de ces charmantes punaises, va vous demander de pondre une nouvelle série de textes sur des tapis ronds ou des poufs poires ou des déshumidificateurs électriques.

Est-ce que vous vous imaginez un seul instant ce que cela veut dire de rédiger un billet de plus de 600 mots avec comme seul sujet d’inspiration ces deux seuls termes Tapis et Rond ?

Car que dire d’un tapis rond si ce n’est que précisément il est rond et que ma foi, à bien y regarder, toutes choses considérées, c’est un tapis.

La réponse se trouve ici http://www.tapisrond.com/ et oui je suis l’auteur caché de ces lignes impérissables. Et les autres précédemment cités aussi. Et non je n’en ai pas honte.

D’ailleurs je songe très sérieusement à me lancer dans le e-commerce de tapis rond en forme de…punaise des bois.

 

 

52 commentaires pour “La vie du journaliste freelance à l’heure d’internet”

  1. J’ ai rien compris. Je vais finir par croire que Julie et Jourdan sont dans le vrai.
    Vince, Rackam, Burt, a l’ aide !!!

  2. Personnellement, votre article sur les déshumidificateurs électriques me semble très au dessus de celui sur les tapis ronds. Quand vous dites “L’humidité n’est pas notre amie. Elle confère à tout intérieur un aspect lugubre et repoussant”. Ah ! Magnifique ! (Quant aux poufs poires, on sent que vous n’y croyez pas).

  3. :)

  4. @ vinnie : long est le chemin qui mène aux poufs poires…

  5. Oui, long et moelleux même.
    Vous avez probablement saturé le serveur de tapisrond.fr, ils vous doivent bien quelque chose, non ?

  6. que dire ?

    plutot :que répondre à cette misère ?

    recyclez “la masturbation n’est plus ce qu’elle était”

    sinon lire “tribulations d’un précaire ” de iain levison

    il a fini par devenir ecrivain

  7. merci Laurent de nous faire découvrir l’arrière cuisine du web en quelque sorte, et dire que j’aurais pu échapper à ces sites toute ma vie…j’ai des tapis rectangulaires, pas de piscine intérieure et j’ignorais presque l’existence de la punaise de lit

  8. Excellent

  9. @vince, poufs poires d’europe de l’est?

  10. @vinnie, pas grave il a l’habitude le Sagalo

  11. c’est rond les poires?j’en pouffe de rire et je cours me déshumidifier les yeux!

  12. y a un compteur pour connaitre le nombre de personnes ayant lu ces articles?

  13. au fait Mr Sagalovitsch faut en écrire un sur les ciseaux pour nos amis Bordelois.

  14. bon, j’avoue, je n’ai^pas lu l’article,

    mais bizarrement, même sans l’avoir lu, je l’ai trouvé particulièrement inintéressant…complètement nul même, comme certains films avec jean levebvre, dont on sait sans les avoir jamais vus qu’ils n’ont aucun intérêt.
    monsieur sagalovitsch, vous êtes le jean lefebvre de slate.fr.
    vous avez des afficionados, certes,… jean lefebvre lui même a une demi douzaine d’écoles primaires à son nom.
    comme jean lefebvre, vos professeurs ont jugé il y a longtemps déjà, votre encéphalogramme complètement plat..(.leur évaluation fut et reste emprunte de beaucoup de compétence et d’exactitude).
    il ne reste plus a vos fans qu’à proposer par voie de pétition à votre ancien lycée un changement de nom:
    jean lefebvre a bien 6 écoles à son patronyme…pourquoi pas un lycée sagalovitsch!?
    ils passeront de “victor hugo”(?) à “lycée laurent sagalovitsch”
    la chute est vertigineuse,certes, mais peut-être , que ce nouveau nom sera plus en rapport avec le niveau actuel..
    je le vois bien dans le 93….

    et plus tard nos petits enfants dialogueront..
    - t’as été reçu en prépa?
    - ouais, a sagalovitsch
    - a sa ga lo vitsch!!!!..p’tin .t’as aucune chance, c’est la prépa la plus naze de france…
    (on n’échappe pas à son destin…
    et sur sa tombe, on gravera:
    poursuivi par sa médiocrité, même dans la postérité…)
    ….
    à la semaine prochaine
    (pour de nouvelles amabilités) tchusss

  15. je dois signaler à vos lecteurs qu’à défaut de “répondre avec le cinglant approprié”, vous avez pratiqué à mon encontre la censure et que mes “commentaires” font l’objet de “modération” (en clair qu’ils sont censurés. vous vous comportez comme un petit chef fasciste qui déteste toute voix dissonnante, autre que celles des flatteurs.
    facho

  16. @julie, un curly?

  17. Julie. Vous existez vraiment ? Je ne sais pas, je trouve un style qui me rappelle celui du taulier du blog. Mais attends… Moi qui me suis envoyé “Loin de quoi ?” et “La métaphysique du Hors Jeu” (Titre trompeur, car on y parle bien peu de foot entre d’interminables dialogues avec Dieu, limite tromperie sur la marchandise, mais bref) il me semble soudain que… la soeur de Matafovitsch s’appelle justement Julie. Seriez vous génétiquement appariée à celui-dont-on-ne-dit-pas-le-nom ?

  18. bernard, j’ai également lu “loin de quoi”…(sans doute une réplique de laurent à sa mère qui lui faisait remarquer que le canada…c’est loin…) (loin de quoi? lui aurait il répliqué…loin de moi!!!)

    j’ai également célébré la sortie prochaine de la suite de son autobiographie par un petit commentaire qui a été une noubvelle fois “modéré” (terme de convenance utilisé pour “censuré”)
    j’utilise un autre ordinateur dans l’espoir de contourner le censeur et je retranscris ,ici, ce message qui aurait du apparaitre dans l’article précédent .
    ———————————

    deux biographies qui sortent le même jour; ça promet une saine concurrence, un véritable duel ,peut-être même une belle foire d’empoigne dans les travées de la fnac.. .
    à droite, le vieux rocker alcoolo-tabagique; le johnny smet national qui balance sur sardou, clo-clo, adeline, etc..etc…
    à gauche,(ou très en dessous), le sagalo, qui nous relate la vie qu’il aurait pu vivre, si il avait eu des sous, du charme, de l’audace, si il agissait un peu plus, et rêvait un peu moins…
    le public peut se tromper, mais les lecteurs trancheront…
    entre la bio people, et l’autobiofabulatoire…
    laquelle se vendra à 100000 exemplaires, laquelle à 2000…?
    (le vieil impuissant célèbre ou le petit branleur anonyme…?
    qui va décrocher la timbale?)
    ( une seule chose est certaine, le vainqueur sera belge)

  19. bon, j’avoue que je me comporte un peu comme “orangina-sanguine”
    pourquoi est-elle si méchante?
    parceque…
    ou comme la justine de l’amour est dans le pré…ce qui n’est pas un auto-compliment.
    et que, passé l’agacement suscité par la photo, l’autopromo, l’avant-propos, ce laurent sagalovitsch ressemble finalement plus à un nounours de type “jean-pierre bacri”
    qu’aux prétentieux littéraires que d’ordinaire j’exècre…mais attention quand-même …petit censeur……

  20. Tout va bien se passer, Julie, tout va bien se passer…

  21. Julie n’a pas été censuré. Mais comme parfois ” elle ” s’appele Edouard ou Gubisch je mets le hola. Ce n’est pas une foire à la schizophrénie ici. Donc arrêtez de fantasmer, Julie est roux et exerce la profession de dentiste en banlieue parisienne. Fermez les bans

  22. @ Sagalo : hé oh ! le seul vrai schizo ici, c’est moi ! Non mais sans déconner… Ras le bol d’entendre le mot schizophrène partout ! sur le net c’est partout pareil, “la finance devient schizo bla bla bla”, “les politiques deviennent schizo machin-truc”… Merde, c’est pas facile d’être schizo ! Chié, quoi ! :)

  23. dingue ça un schizophrene en vrai…
    c’est pas contagieux au moins?

  24. C’est pas plutôt “Bi polaire”, le mot à la mode ?
    Bisexuel et Bi polaire, c’est même la classe.

  25. @ rakam : pas de souci de ce côté-là… Ah, tant qu’on parle de schizophrénie : comme ces derniers jours tous les cinéphiles se branlent la nouille à propos de cette série Z appelée “Psychose”, je voudrais juste rappeler que ce film est à la véritable psychose ce que Christine Angot est à la littérature (c’est le premier truc qui me vient à l’esprit, là tout de suite). Le scénario de Psychose est débile. Ca ne se discute même pas, sauf peut-être dans le forum NCIS de M6. La scène où on voit Norman habillé comme sa môman est peut-être la scène la plus kitsch de toute l’histoire du ciné. Après, je veux bien croire que le film a des qualités formelles, hein. En tout cas, merci à Hitchcock. Mais je ne lui en veux pas. Je pourrais ajouter qu’Hitchcock n’était qu’un gros pervers. Ou un gros pervers mégalo. Ou encore un gros pervers mégalo qui n’a jamais réussi à se taper Tippi Hedren (et ça n’était pas faute d’avoir essayé). Comme ça, gratuitement. Mais je m’y refuse. Ca serait trop facile. Voilà, c’était mon coup de gueule du jour.

  26. reglements de compte…

    HAhahHHAH

    merci de me laisser en dehors de vos guerres picrocholines.

  27. @ Bernard : qui dit schizo, dit parano. Les crétins de l’école freudienne n’ont d’ailleurs toujours pas compris que la paranoïa n’est qu’un symptôme de la schizophrénie. Les bipolaires ne sont (en principe !) pas paranos. Mais tout cela ne sont que des mots, et les mots collent rarement avec la réalité. Enfin, je crois.

  28. @ jourdan : vous êtes décidément plein de surprises !

  29. Au secours Laurent vous avez vendu votre âme au diable ! Vous n’avez aucun talent commercial, vous n’êtes pas prêt de vendre un congélateur à un esquimeau. C’est de la torture que vous vous infligez et que vous infligez à celui qui vous lit ! “L’humidité, va s’incruster dans les coins de votzre bassin” …non mais vos lecteurs potentiels y zont un encéphalogramme plat ou un QI de mollusque ? J’ai pas pu ouvrir les autres…
    Feriez mieux de vous mettre au cinéma !

  30. Vous êtes sur closde que vous ne voulez pas acheter un déshumidificateur ? Je peux vous obtenir une ristourne de 5.89%

  31. @ Julie : Julie “bon j’avoue j’ai pas lu l’article”, c’est très simple, tu fermes ta gueule, puisque que ce que tu as à dire ne concerne pas l’article. Et puis ta haine est toute petite, toute mesquine, toute envieuse. Aucun talent pour la méchanceté, à la limite un peu d’aigreur…Pour finir, quel intérêt de mentionner la télé-réalité, Jean Lefevre et Johnny ? On est pas sur un blog de Télé Z.

  32. :) )))

  33. Je trouve votre style d’écriture excellent.
    Avec votre talent, peut être que d’écrire des lettres de vente en marketing internet, ce qui nécessite sans doute peut être d’apprendre certaines notions sur le sujet, pourrait peut être vous rapporter beaucoup plus d’argent.
    Une véritable lettre bien écrit qui fait vendre, pour une entreprise, c’est de l’or.

  34. Cher Laurent,

    Vous n’avez pas le droit de dévoiler ainsi l’arrière-cour de votre métier (que dis-je ! votre vocation) d’écrivain, je ne veux voir que la façade, que les ors ; vous dans votre bureau, tel un Stephen J. Cannell derrière sa machine, jetant le feuillet qu’il vient d’écrire (http://www.youtube.com/watch?v=4ohE2e7le-Y – on a les références qu’on peut) ; pas les hémorroïdes provoqués par des heures passées assis sur un fauteuil inconfortable.
    Je veux vous voir en train d’imaginer votre prochaine comédie musicale (Morrissey au son) sur ce jeune footballeur stéphanois qui donna la victoire à son club face à Lyon avant de conquérir la champion’s league avec Bordeaux (il faut rester crédible), pas en train d’écrire sur un déshumidificateur antifongique (même s’il fait disparaitre vos mycoses les plus tenaces)…
    C’est comme si la meneuse de revue du crazy horse se montrait dans son jogging, sans maquillage, un lendemain de cuite.
    Laissez-moi rêver que l’écrivain a une vie passionnante qui le met à l’écart des nécessités sordides qui nous occupent nous pauvres lecteurs.

  35. du coup on comprend mieux pourquoi notre hote n’est pas très volubile en ce moment.

  36. Organisez donc un sagathon!

  37. Mon don sera fonctionnel : je me propose comme trésorier.

  38. déjà qu’on met un peu de vie sur le blog, on va pas payer en plus!

  39. si j’ai tout compris, julie aussi est un thon…

  40. Ciceron, c’est pas carré.

  41. ‘tain !

    quelle pitié les commentaires des nouveaux
    le pantalon deja baissé, les fesses ouvertes

    mauvais pour ce blog

    LOL.

  42. Laurent Sagaçovitch est très occupé à nous préparer un billet sur le pape démissionnaire, rappelant son passé aux JH. Une foto des Femen devant Notre dame illustrera le propos.

    On parie ?

  43. Un tigre contre un lion : qui gagne ?
    Un bousier contre un cafard : qui gagne ?
    BHL contre Stéphane Hessel : qui gagne ?
    Laurent Ruquier contre Eric Zemmour : qui gagne ?
    Bernard Arnault contre Bill Gates : qui gagne ??
    François Hollande contre Mahmoud Ahmadinejad : qui gagne ???
    Tant de questions et si peu de réponses…

  44. @√ince ; c’est pas parce que notre hôte est débordé par ses coussins qui pètent et ses déshumidificateurs qui aspirent même l’eau des piscines qu’il faut lui mâcher le boulot !

  45. @Job ; je plussoie !

  46. @ closde : comment vous faites ces V tout bizarres ? On dirait une racine carrée. Vous savez ce que c’est, une racine carrée ? Racine carrée de 9 ? Alors ? Bravo, c’est ça. (geekette ??)

  47. @√ince : sont jolies mes racines carrées !

  48. Bon ben moi j’ai bien ri (aussi) à la lecture du post sur les tapis ronds. J’avais jamais un “remplissage” aussi drôle.
    (Du coup, j’ai posé une question pour savoir s’il existait des tapis ronds bretons comme dans la chanson sur les chapeaux.)

  49. *J’avais jamais vu, sorry.

  50. Ah, excellent… Il faut une plume sûre et un sens de l’absurde marqué, vous n’en manquez pas.

  51. Merci, c’est gentil!

  52. Les commentaires sur le site de tapis rond n’ont pas de prix!

    “Pierre a écrit :
    Je jette dès aujourd’hui tous mes tapis carrés pour me mettre au tapis rond! Ce dernier me semble diablement plus intéressant. Et le rond n’est-il pas la forme géométrique la plus parfaite? Merci pour vos précieux conseils.

    Sophie K. a écrit :
    Existe-t-il des tapis ronds spécifiquement bretons ? (C’est pour aller avec mon chapeau.)”

    :D

    Effectivement, assez dur de remplir 600 mots sur quelquechose comme un tapis rond, vous avez en tout cas réussi et c’est tout à votre honneur.

    N.

Laissez un commentaire

« »
  

YOU WILL NEVER HATE ALONE

Avant tout, une mise au point. A priori, je ne vous aime pas et je me contrefous de savoir si vous m’aimez ou si vous allez apprécier ou pas ce que je vais pouvoir radoter à longueur d’article. Ce n’est en aucun cas mon problème, c’est le vôtre. Je rajoute que je suis d’une mauvaise foi crasse, que je n’ai d’avis arrêté sur aucun sujet, que je prends un grand plaisir à manier l’art du contre-pied, que je n’aurai cesse de vous provoquer et de vous titiller afin que vous vous sentiez offusqué au point d’aller pondre un commentaire rageur et furieux auquel je prendrais un malin plaisir à répondre. Toujours.  

Ceci posé, la plupart du temps, mes articles seront à prendre au deuxième ou au troisième degré. De grâce, nul besoin d’aller embêter la standardiste de la Licra, de menacer de convoquer le conseil d’administration de la Mrap, de m’admonester de présenter des excuses sur le champ, sans quoi, vous irez tout rapporter au commissaire général de S.O.S racisme, à l’inspecteur en chef de la SPA, au rapporteur de la Ligue des Droits de l’Homme. Je ne suis pas sérieux. Je suis un bouffon. Un pitre. Un petit con hargneux. Un individu sans intérêt qui aime jouer à l’intéressant.  
Surtout par pitié, ne me taxez jamais d’antisémitisme. J’ai eu le bonheur ou le malheur d’être né de parents tout à la fois ashkénaze et sépharade donc pas de jaloux non plus de ce coté-là. Chacun en prendra pour son grade et aura sa pâtée de critiques bien senties.   J’oubliais : bien que je sois né en France, bien que je possède un passeport français, que j’ai trop longtemps vécu dans ce beau pays, je n’éprouve envers lui aucune tendresse particulière et n’aurait cesse de démonter et démontrer à longueurs d’articles ses travers et ses absurdités.

Je n’ai jamais pardonné la rafle du Vel d’hiv et ne la pardonnerais jamais. Par principe et par instinct, je n’ai aucune sympathie pour l’Allemagne ou pour la Pologne. C’est ainsi. Vous pourrez toujours me parler de la réconciliation nécessaire entre les peuples, de la nécessité du pardon, de l’exigence de tourner la page, je suis sourd à jamais à tous ces raisonnements frappés du bon sens.  
La notion de patriotisme m’est complètement étrangère, celle de nationalisme me donne la nausée. Si l’équipe de France de Football devait disputer une rencontre capitale contre la Hollande ou l’Italie, je supporterais toujours ces dernières.   Si le PSG ou l’OM ou Lyon, surtout Lyon, était amené à rencontrer Manchester United, le Milan AC ou Barcelone, je serais toujours du côté des équipes qui considèrent le football comme un des beaux arts et ne supporterais jamais une bande de tacherons au simple motif qu’ils sont français. Sauf Saint-Etienne. L’amour est aveugle et j’ai pour les verts des yeux de Chimène.

  Ne venez pas m’emmerder sur ce sujet en me disant que depuis trente ans ils n’ont rien gagné, qu’ils vivent sur leur passé, que la roue a tourné. Je saurais vous répondre avec le cinglant approprié à vos sottes remarques.
 
Mais de tout cela vous en vous en rendrez compte très vite. A bientôt donc mon idiot de semblable, mon crétin de frère, mon stupide cousin. Sois donc soulagé: désormais, dans le désert de ta connerie qui est infinie, tu ne seras plus jamais seul.

Laurent Sagalovitsch

Categories