Messi, le voleur de ballon d’or

Et de quatre à la suite !

Ni vu et à peine connu, le nabot céleste vient encore de confisquer un ballon d’or et de le ramener dans son château en Espagne. Il est temps de réagir. A ce rythme-là, il est capable d’en posséder un jeu de quilles complet avant d’atteindre la trentaine.

Et de se demander mais Messieurs les défenseurs vous attendez quoi au juste pour lui tronçonner au moineau catalan son tibia péroné en mille morceaux ? Une autorisation papale ? Un blanc-seing d’Obama ? L’assurance d’être accueilli en héros par Hugo Chavez ou de se voir accorder l’asile politique par Bachar Al-Assad ?

Il y eut un temps pas si reculé que cela, lorsque la télévision d’état ne s’occupait de retransmettre que des rencontres de prestige, où un stoppeur débordé par la malice tout en vice d’un vilain garnement haut comme trois pommes, pouvait tout tranquillement lui cisailler la cuisse gauche sans que personne ne s’en émeuve outre-mesure. C’était les risques du métier.

Où un arrière gauche défait lamentablement par un dribble assassin et sournois décroché par un ailier virevoltant pouvait sans vergogne rattraper le coup en sodomisant à coups de crampons bien affutés le genou du misérable qui s’était aventuré à confondre son entre-jambe avec le pont des soupirs.

Où l’entraineur pouvait aboyer à sa teigne de milieu défensif  de s’occuper de Machin afin de lui proposer une amicale visite auprès du service d’urgence de l’hôpital universitaire de la ville d’à côté.

 

C’était monnaie courante.

Personne ne s’en offusquait et le défenseur trucideur s’en sortait tout juste avec une réprimande arbitrale. Et encore.

Maradona en sait quelque chose.

Sauf que désormais avec cette saloperie d’internet et toute sa flopée de mouchards collabos, You Tube, Facebook, Twitter, celui qui oserait s’aventurer à amputer par inavdertance Messi de sa jambe gauche serait un homme mort.

Mais vraiment mort.

L’arbitre n’aurait même pas eu le temps de sortir sa biscotte écarlate que la terre entière serait au courant de l’infâme attentat.

L’infortuné joueur serait à peine rentré dans le couloir menant à son vestiaire que déjà il se serait créé par le monde un million de pages Facebook réclamant sa crémation sur le champ.

Il n’aurait même pas eu le temps de déchausser ses crampons dégoulinant encore du sang de cette chochotte de Messi, que sa tête serait mise à prix, que son épouse aurait décampé avec ses moutards au fin fond de la Patagonie, que ses maîtresses auraient effacé de leurs disques durs toutes traces compromettantes, que sa lettre de licenciement serait déjà partie, que sa convocation au tribunal sportif l’attendrait sur le pare-brise de sa Ferrari, et que le conseil de sécurité de l’Onu, réuni de toute urgence, aurait voté son extradition vers le tribunal international de la Haye au motif de génocide et de crime contre l’humanité.

Il ne faut pas se leurrer.

Messi est vraiment un génie. Un génie certes coiffé par un apprenti sorti dernier de sa promotion de l’école de coiffure de Buenos Aires mais un somptueux génie tout de même.

Même si c’est entendu, vu son gabarit de koala pygmée de la pampa, il n’aura jamais l’élégance inouïe d’un Van Basten ou d’un Berkamp.

Mais s’il est génial c’est bien parce que l’internationale des défenseurs cosmopolites s’est mise d’accord pour qu’il puisse exercer son génie en père peinard.

Tout juste si désormais les lignes arrières ne lui déroulent pas le tapis rouge en lui demandant au passage si ça ne serait pas possible de leur signer un autographe pour faire plaisir à leur bambin.

Messi dans une défense adverse ressemble à un poisson rouge frétillant de la queue dans une mare remplie de piranhas anorexiques ou mis à la diète forcée qui applaudiraient de leurs deux nageoires ses exploits à répétition.

Pour que cesse enfin le règne de Messi Premier, je ne vois plus qu’une seule solution : engager un brave défenseur djihadiste, formé par les brigades des Martyrs d’Al-Aqsa, sorti tout droit major de l’école militaire de l’armée du Mollah Omar, et prêt à se sacrifier pour la plus noble des causes : l’intérêt supérieur du ballon rond.

36 commentaires pour “Messi, le voleur de ballon d’or”

  1. c’est une ode au retour de luis fernandez et harald schumacher?

  2. Si Messi est le meilleur joueur du monde (si ce n’est le plus grand sportif de tous les temps), c’est tout simplement parce qu’il est argentin.

    Et donc, quelque part, espagnol.

  3. Avec un nom pareil, il a encore de belles années devant lui :) )) on en parlera encore dans 1 millénaire….

  4. mouais, un bon joueur de foot.

    messi : un génie ? niet.

    yen a eu un.

    un seul.

    argentin.

    un mec champion du monde avec l’argentine

    ou champion d’italie avec naples

    c’est dire qu’a lui seul +10 chèvres il pouvait faire gagner n’importe quelle équipe.

    alors ton ballon d’or messi : DTC.

  5. Allez donc faire cuire vos pâtes au fromage !

  6. argentins = espagnols : lol.

    petit rectificatif :

    “les argentins sont des italiens qui se prennent pour des anglais et parlent espagnol”

  7. @ Vince : Jourdan a raison : la plupart des argentin sont des descendants d’immigrés italiens.

    Et pof !

    Lionel Messi est le fils de Jorge Horacio Messi, ouvrier d’une usine de fabrication, et de Célia Maria Cuccitini, femme de ménage à mi-temps3,4. Il a deux grands frères, Rodrigo et Matias, et une petite sœur, María Sol. Un grand-père de Jorge, Angelo Messi, a vécu dans la ville d’Ancône en Italie, d’où il émigre pour l’Argentine au XIXe siècle5,6.

  8. @ Bernard : vous avez décidé d’être aussi barbant que jourdan ou quoi ?

  9. @ Bernard : “Un autre ancêtre de Jorge, Ramon Pérez Llobera, a un frère, Gonçal, et vient d’El Poal, une commune de la province de Lleida, en Catalogne.”
    Ah ! alors ? hein, hein ? Mais au fond, espagnol, italien… ce qui dérange Sagalo, c’est que le Messi soit latin, pas juif.

  10. C’ est sans conteste le meilleur joueur de foot de tous les temps, (avec sans doute Mathieu Chalmé)
    Ce qui est dommage c’ est qu’il ressemble aux Roms sourd-muets qu’on croise dans le métro aux heures creuses.

  11. avant l’année dernière je n’avais jamais entendu le nom de Messi, comme quoi on peut vivre (très bien) sans (et aussi que le foot envahit peu à peu mon monde :) )
    la bise du nouvel an à (presque) tous!

  12. @ Hannah: Quelle merveille ! C’ est toujours un bonheur de vous lire. Si je n’ étais pas marié, père de trois enfants, inverti sexuel, chrétien de gauche, supporter des girondins, suppot (passif) du grand capital, lecteur des bouquins de Foglino, ivrogne à mes heures, cycliste du dimanche, hypocondriaque léger, optimiste de raison (Renan) et amateurs d’ animaux névrosés uniquement, cela fait longtemps que je vous aurai demandé en mariage (pour tous)

  13. ne connaissant rien au football, je me suis demandée comment mettre mon petit grain de haine dans cette conversation, quand tout à coup, j’apprends qu’ Eric Nolleau se prétend, outre un immense critique, être un spécialiste du ballon rond, allant jusqu’à proposer ses pronostics aux spectateurs de france3.
    et là je me dis que décidément, le Sagalovitsch, c’est vraiment le cervelet d’éric Nolleau dans le corps d’éric Zemmour, et qu’il ne doit sans doute qu’à son grand frère de ne pas lui aussi se prénommer éric .

  14. Mais Julie, si vous ne comprenez rien au foot, pourquoi vouloir à tout prix y mettre votre grain de haine ? Vous pourriez nous assourdir d’un méprisant silence, par exemple…

  15. Ca n’a rien à voir, mais ça devient infernal cette chasse aux privilégiés et aux riches, dans ce pays. Une sorte de Mac Carthysme économique, de jettage en pature de citoyens aisés devant le tribunal populaire de l’opinion !Vraiment, cette haine du riche devient inquiétante.

    http://fr.news.yahoo.com/aur%C3%A9lie-filippetti-belle-%C3%A0-maurice-133700374.html

  16. Bonne année, Hannah, et prompt rétablissement à l’AJ Auxerre :-)

  17. you will never HATE alone….bernard…d’où mon grain de haine, et non mon grain de sel….
    ceci dit, j’aime beaucoup les “bernard”, souvent très policés et cultivés….
    les éric sont fréquemment d’imbuvables infatués,
    quand aux “laurent”, (parfois jolis garçons) ce sont le plus souvent de simples idiots…….((voyez notre grandiose bloggeur))

    ( les “julie” sont habituellement gentilles, mais pas dans mon cas, désolée)

  18. Et les Burt, t’aimes ça les Burt, hein ?

  19. vous avez raison Julie, les Bernards ont les tempes argentées, conduisent des Audi, ont des mains manucurées et leurs charges de notaires à Chateauroux leur assurent des revenus conséquents et réguliers.

  20. @ Burt : Elle, chais pas, mais moi, wouwouwou…

  21. Julie, c’est la vilaine ? Ou je confonds avec Hannah ?

  22. Vince, je vous prie de faire vos excuses sur le champ à la gentille Hannah pour l’avoir confondu avec l’infâme Julie.

  23. demonstration est faite , refaite, confirmée et reconfirmée.

    et tant , et plus.

    le premier domaine dans lequel la femme s’est naturellement hissée au niveau de l’homme sans revendication ni lutte :

    le crétinisme.

    certaines l’ont allégrement surpassé.

    elles sont meme arrivées au niveau des footeux, voire de ribery.

    ou pire : de domenech.

    de messi : j’ose pas.

    haaa, passion pour l’horoscope, la numérologie, les magazines féminins de psychologie ou de pratique de la fellation, de morphopsychologie, de détermination du caractère dans la voute plantaire…
    …ou dans le prénom.

    comme sur les bols, en général bleu et blanc, qu’on trouve sur tous les lieux touristiques et dans lesquels il est recommandé de manger sa bouillabaisse, de boire son cidre …

  24. demonstration est faite, refaite, confirmée et reconfirmée.

    tant et plus

    encore et encore

    s’ il est un domaine dans lequel les femmes se sont hissées au niveau de l’homme sans revendication ni lutte :

    le crétinisme.

    certaines -assez nombreuses- l’ont allégrement surpassé pour atteindre un niveau de footeux tendance ribéry

    voire domenech

    messi, j’ose pas -encore

    haa passion pour la numérologie, l’horoscope, la psychologie des magazines et hebdos de tendances traitant de la fellation une fois sur deux, de la détermination du caractère par la voute plantaire…
    ou par le prénom…

    comme ces bols ou objet en faience hideux, en principe bleu et blanc, qu’on trouve dans tous les lieux touristiques, et qui décrivent leur porteurs :

    paul, romain, kevin, françoise, jessica, julie…

  25. @ jourdan : vous oubliez les sacs à main soldés et Marc Lévy.

  26. @Vince : non faut qd même pas exagérer ; Marc Lévy c’est trop, passe pour les bols bleus et blanc, l’astrologie etc…mais ML : non !

  27. Marc Levy, c’est pas bien ? Je suis en train de lire ” Et si c’était Vrai”, c’est un sacré bon roman.

  28. @ Bernard : Arretez, c’ est une daube infame. Certes Saga le défend toujours à tour de bras, mais c’ est pas une raison.
    Relisez plutôt les poèmes de Musset, bien trop méconnus.
    (La nuit de décembre, en particulier)

  29. qui sait, peut etre que les hormones de croissance étaient à base d’huitres du Bassin d’Arcachon :)

  30. Rakam : oui, mais l’huître du bassin a disparu depuis des décennies, l’actuelle est une souche japonaise, je crois

  31. erf!, tout se perd….
    à ça on rajoute les grands Bordeaux rachetés par les nippons itou, va falloir bientôt apprendre je japonais pour venir vous voir.

  32. ah non, Rakam, le vin, c’est les chinois… Vous connaissez le Château de Viaud ??? C’est un Lalande de Pomerol qui tient la route. Eh bien, depuis l’année dernière, hop, Chinois. J’en ai encore une bouteille, je suppose que ça doit être une rareté, vu que toute la récolte prend le bateau, maintenant.
    Tout fout le camp, d’accord, mais le vin, c’est plus grave qu’un millionnaire quelconque qui nous fait son Runaway fiscal !
    Et ne parlons pas de Sagalovitsch, qui part vivre au Canada pour nous exporter ensuite ses bouquins, aggravant ainsi le déficit de la balance commerciale… En cette rentrée littéraire, je vais écrire à Montebourg pour qu’il fasse un geste (financier) envers les “producteurs locaux”, tiens… Ou même à Fillippetti, allez hop.

  33. Merci Laurent de me reconnaître, je suis en effet une gentille assumée qui n’aime pas le foot (mon plus grand défaut), mais j’ai quand même réussi à tomber dans un traquenard, au cours de mondanités post apocalyptiques : un club de footeuses du dimanche et de droite!
    Vinnie, bien que l’énumération de vos qualités soit très excitante, je suis désolée, je ne porte jamais les yeux sur les hommes déjà engagés, par solidarité féminine
    Bernard, promis je pense à vous la prochaine fois que j’entre dans une librairie

  34. c’est affreux!!
    faut donc aller en chine maintenant pour boire un bon bordeau, ça va revenir cher…
    acte sud c’est pas francais?c’est pas les 4.77% que va toucher le bon Laurent sur les ventes qui vont creuser le déficit tout de même!?

  35. @ Rakam : C’est le même problème que si vous achetez une Renault, mais qu’elle soit produite en Roumanie. Une partie du pognon file abroad. Et je vais confiance à Sagalo et à son cousin avocat pour avoir négocié des DA stratosphériques, sans compter l’exigence d’à valoirs proprement indécents, aussitôt convertis en dollars canadiens et placés chez le plus gros gestionnaire de fortune Vancouverien :-)

  36. je pense aussi, du coup il n’aura plus d’excuses pour ne pas nous inviter dans sa cabane au Canada!

Laissez un commentaire

« »
  

YOU WILL NEVER HATE ALONE

Avant tout, une mise au point. A priori, je ne vous aime pas et je me contrefous de savoir si vous m’aimez ou si vous allez apprécier ou pas ce que je vais pouvoir radoter à longueur d’article. Ce n’est en aucun cas mon problème, c’est le vôtre. Je rajoute que je suis d’une mauvaise foi crasse, que je n’ai d’avis arrêté sur aucun sujet, que je prends un grand plaisir à manier l’art du contre-pied, que je n’aurai cesse de vous provoquer et de vous titiller afin que vous vous sentiez offusqué au point d’aller pondre un commentaire rageur et furieux auquel je prendrais un malin plaisir à répondre. Toujours.  

Ceci posé, la plupart du temps, mes articles seront à prendre au deuxième ou au troisième degré. De grâce, nul besoin d’aller embêter la standardiste de la Licra, de menacer de convoquer le conseil d’administration de la Mrap, de m’admonester de présenter des excuses sur le champ, sans quoi, vous irez tout rapporter au commissaire général de S.O.S racisme, à l’inspecteur en chef de la SPA, au rapporteur de la Ligue des Droits de l’Homme. Je ne suis pas sérieux. Je suis un bouffon. Un pitre. Un petit con hargneux. Un individu sans intérêt qui aime jouer à l’intéressant.  
Surtout par pitié, ne me taxez jamais d’antisémitisme. J’ai eu le bonheur ou le malheur d’être né de parents tout à la fois ashkénaze et sépharade donc pas de jaloux non plus de ce coté-là. Chacun en prendra pour son grade et aura sa pâtée de critiques bien senties.   J’oubliais : bien que je sois né en France, bien que je possède un passeport français, que j’ai trop longtemps vécu dans ce beau pays, je n’éprouve envers lui aucune tendresse particulière et n’aurait cesse de démonter et démontrer à longueurs d’articles ses travers et ses absurdités.

Je n’ai jamais pardonné la rafle du Vel d’hiv et ne la pardonnerais jamais. Par principe et par instinct, je n’ai aucune sympathie pour l’Allemagne ou pour la Pologne. C’est ainsi. Vous pourrez toujours me parler de la réconciliation nécessaire entre les peuples, de la nécessité du pardon, de l’exigence de tourner la page, je suis sourd à jamais à tous ces raisonnements frappés du bon sens.  
La notion de patriotisme m’est complètement étrangère, celle de nationalisme me donne la nausée. Si l’équipe de France de Football devait disputer une rencontre capitale contre la Hollande ou l’Italie, je supporterais toujours ces dernières.   Si le PSG ou l’OM ou Lyon, surtout Lyon, était amené à rencontrer Manchester United, le Milan AC ou Barcelone, je serais toujours du côté des équipes qui considèrent le football comme un des beaux arts et ne supporterais jamais une bande de tacherons au simple motif qu’ils sont français. Sauf Saint-Etienne. L’amour est aveugle et j’ai pour les verts des yeux de Chimène.

  Ne venez pas m’emmerder sur ce sujet en me disant que depuis trente ans ils n’ont rien gagné, qu’ils vivent sur leur passé, que la roue a tourné. Je saurais vous répondre avec le cinglant approprié à vos sottes remarques.
 
Mais de tout cela vous en vous en rendrez compte très vite. A bientôt donc mon idiot de semblable, mon crétin de frère, mon stupide cousin. Sois donc soulagé: désormais, dans le désert de ta connerie qui est infinie, tu ne seras plus jamais seul.

Laurent Sagalovitsch

Categories