La vodka en charentaise

Parfois les étrangers sont encore plus abrutis que les français de souche. Je sais, c’est dur à croire : moi-même en l’écrivant, je me rends compte de l’impossibilité cosmique de cette assertion et pourtant les faits sont têtus.

L’autre jour, me promenant dans les rues de ma pluvieuse citée, l’âme même pas en peine et le cœur pas assez en joie pour l’être vraiment, désœuvré et marmonnant de sinistres pensées à la perspective de passer Noël en solitaire, ma compagne rentrant au pays rassurer ses parents que je ne la battais plus, je tombais à l’arrêt devant cette vitrine servant de décorum à un marchand de spiritueux très inspiré :

Grand dieux, de la vodka en charentaise ! C’est paraît-il le comble du raffinement. L’assurance d’offrir à votre carte bleue une crise de tachycardie carabinée et d’épater à coup sûr la cousine de la maîtresse de l’ambassadeur.  Le moyen assuré d’emballer la mignonette récalcitrante à peine remise de vos tentatives lubriques de l’entreprendre l’année dernière lors de la cérémonie d’investiture du beau sapin tout enguirlandé de boules de testicules de caribou desséché.

France, te voilà rassuré : ton génie universel rayonne à nouveau et le monde s’agenouille devant la toute-puissance de ta pensée magnifiée ressuscitée.

Bien sûr, il faut penser à la servir accompagnée de caviar belge. Suivi de saumon fumé tunisien en provenance de Djerba-la-douce. Avec une jolie tranche de foie gras californien. La boire cul sec en dégustant une quiche lorraine japonaise. La savourer en se resservant d’un magret de canard écossais macérant dans un jus de truffes australiennes. La marier avec un Paris-Brest préparé par un cuistot polonais.

Et la dégueuler avec l’élégance d’un paysan polonais.

Du coup, j’en ai acheté deux paires.

Je m’en vais la déguster ce soir.

Avec une tripotée d’escargots canadiens.

A la vôtre.

22 commentaires pour “La vodka en charentaise”

  1. l’alcool de figues (la boukha) c’est quand même meilleur que cet alcool de pommes de terre….
    et pour la harissa (dont tu tartines tes steacks), tu la fait venir de France, ou tu en trouves sur place?

  2. Dans le même ordre d’idée,un sinistre crétin a eu l’idée de sortir le “Whisky de la Montagne de Reims”
    J’avoue ne pas avoir eu le courage de gouter à cette chose ,je ne tiens pas spécialement à attraper un cancer!

  3. @gubisch : Très difficile de mettre la main sur une bouteille de boukha au Canada. Ici, on carbure à la Manischewitz…
    En revanche, l’harissa se trouve relativement facilement.

    Bonne soirée de Noël à tout le monde.

    @Saga : Bonne dégustation et … pas de Temesta après la vodka.

  4. @ Laurent : Ca vous fout tellement les boules de retrouver un “petit bout de votre pays” dans les vitrines de ce fin fond du monde où vous vous êtes retiré ? C’est encourageant, des entreprises françaises qui exportent, et gagnent des marchés. Faites vite un lien vers le site du ministère du redressement productif, ça devrait combler d’aise monsieur Montebourg, votre truc.

    Par contre, le Goose sur l’étiquette, je comprends pas. Ils ont marqué Oie sur la version Québécoise ?

  5. Qu’est ce que ça peut bien vous faire que les cultures culinaires disparaissent quand déjà vous pronez l’éradication et la dispersion de l’identité française?

  6. santé et bonne bourre

  7. @Totochichi :…dispersion de l’identité française, ça s’achète en spray ?

  8. en spray de chez Ramadan dans tous les super marchés

  9. @ Saga : faut sortir un peu plus souvent, mon vieux. La grey goose, ça fait dix ans que c’ est la vodka must des yuppies de Wall Street ( bon, il en reste de moins en moins, faut reconnaitre, sans qu’il y ait je crois de lien de cause à effet)
    Et que ce soit fabriqué en France ? la belle affaire; Y’ a rien de plus facile à faire, et de moins cher qu’un litre de vodka : ça coute le prix d’ un litre d’eau plus quelque centimes ( seul le gin coute encore moins cher) et pas question de terroir, de culture, de cepage ou quoi que ce soit, on peut en fabriquer n’ importe ou, même au sahara ou dans le Neguev.
    Si les Russes, et les scandis en sont spécialistes, c’ est simplement parce que c’ est facile à faire, même au milieu de la banquise ( ou c’ est quand même pas l’ eau qui manque) et que ça coute que dalle à produire.
    Bon, je vais m’ en jeter un ou deux, ça m’ a donné soif tout ça..

  10. C’est bien beau, tout ça, mais pour la Vodka, il faut quand même des patates, et entre la Bintje et la noirmoutier, il y a une différence

  11. @Titochichi : Je n’irais pas jusqu’à dire que Laurent est en faveur de l’éradication de l’identité française (ou alors il dit ça pour faire son intéressant). Ce que je comprends de lui, c’est qu’il a eu une mauvaise expérience de la France et que les plaies ne sont toujours pas refermées.
    Par ailleurs, je doute que l’identité française ait beaucoup à craindre d’un individu comme Laurent.

    Pour renforcer la diffusion de la culture française dans le monde, je te propose de nous envoyer, à Laurent et à moi, un container de fromages français bien affinés. Je m’occupe des dégustations sur la côté est et Laurent s’occupera de la côte ouest.
    En terme de “culture” française, c’est la variété des fromages français qui me manque le plus. Le fromage canadien s’améliore certes mais ce n’est toujours pas ça au niveau du goût. J’ai l’impression que trop de bactéries fait peur à mes nouveaux compatriotes.

  12. @ Laurent : 17,1€ votre bouquin ? Ils y vont fort Actes Sud… C’est la crise ici, mon bon monsieur, pas comme dans votre pays de cocagne :-)

  13. ah non le prix est passé à 19.8 !!! Désolé

  14. @ Laurent : Je consacre une partie de ces fêtes à la ultima relecture de mes épreuves. Saviez-vous que le pluriel de Soupirail est Soupiraux et non Soupirails ? j’ai dû relire le bouzin 50 fois (En plus de l’avoir écrit !) et au dernier tour d’inspection, le petit doute, le dictionnaire, et hop, l’horrible coquille démasquée. A quoi ça tient.

    19,8 ??? Bon, je le volerai à la Fnac.

  15. Les épreuves, c’est une épreuve à vous rendre zinzin!

  16. On finit par douter de tout, même d’une simple conjugaison du verbe être. Quelle chierie.

  17. @ Michael : Franchement l’idendité francais je m’en tape. Par contre, les fromages..

  18. Oui, mais fromage sans un bon verre de vin… Un bon Brie bien coulant sans son verre de St Emilion, par exemple… Mais il faut aussi du pain frais, vous avez ça dans votre enfer blanc ?

  19. Les canadiens ont d’autres souci en ce moment. Figurez-vous que les joueurs de Hockey ainsi que leurs collégues américains sont en gréve. Le championnat n’a même pas repris. Trois mois que ca dure. En Europe, il y aurait déja la révolution!

  20. @Laurent : Tu t’en tapes, c’est vite dit … Il faut être beau joueur de temps en temps, les fromages et les vins qui enchantent ton palais sont tout de même des produits caractéristiques de cette identité tant décriée.
    Le patrimoine culinaire, c’est ce qu’on perd en dernier… Tu es peut-être récupérable :)

    Concernant les calamités qui s’abattent en ce moment sur nos compatriotes canadiens, il y a, en plus de l’absence de championnat de hockey, la flambée du prix du sirop d’érable. Sur les 30 dernières années, son prix a augmenté plus vite que celui du pétrole et de l’or. C’est un tel problème qu’un gang de braqueurs et de recéleurs de sirop d’érable a été arrêté par la police la semaine dernière. J’ai beaucoup ri en entendant la nouvelle.

    Ce n’était pourtant pas une blague … J’ai retrouvé la dépêche :

    Québec: la police démantèle un réseau de voleurs de sirop d’érable – Agence France-Presse – mar. 18 déc. 2012
    http://fr-ca.actualites.yahoo.com/qu%C3%A9bec-la-police-d%C3%A9mant%C3%A8le-un-r%C3%A9seau-voleurs-sirop-165004283.html

    Les gars avaient quand même dérobé 5.000 tonnes de sirop cet été, c’est du très lourd ! T’imagine un peu la même chose en France avec un gang du Roquefort qui dévaliserait les caves d’affinage ?

  21. MOn Dieu, mais ils sont devenus communistes ou quoi ?

  22. Les fromages français ne sont pas cachères. Que vous n’ayez aucun respect pour le peuple français soit, mais aucun non plus pour le judaisme , ça ne m’étonne guère de votre part.

Laissez un commentaire

« »
  

YOU WILL NEVER HATE ALONE

Avant tout, une mise au point. A priori, je ne vous aime pas et je me contrefous de savoir si vous m’aimez ou si vous allez apprécier ou pas ce que je vais pouvoir radoter à longueur d’article. Ce n’est en aucun cas mon problème, c’est le vôtre. Je rajoute que je suis d’une mauvaise foi crasse, que je n’ai d’avis arrêté sur aucun sujet, que je prends un grand plaisir à manier l’art du contre-pied, que je n’aurai cesse de vous provoquer et de vous titiller afin que vous vous sentiez offusqué au point d’aller pondre un commentaire rageur et furieux auquel je prendrais un malin plaisir à répondre. Toujours.  

Ceci posé, la plupart du temps, mes articles seront à prendre au deuxième ou au troisième degré. De grâce, nul besoin d’aller embêter la standardiste de la Licra, de menacer de convoquer le conseil d’administration de la Mrap, de m’admonester de présenter des excuses sur le champ, sans quoi, vous irez tout rapporter au commissaire général de S.O.S racisme, à l’inspecteur en chef de la SPA, au rapporteur de la Ligue des Droits de l’Homme. Je ne suis pas sérieux. Je suis un bouffon. Un pitre. Un petit con hargneux. Un individu sans intérêt qui aime jouer à l’intéressant.  
Surtout par pitié, ne me taxez jamais d’antisémitisme. J’ai eu le bonheur ou le malheur d’être né de parents tout à la fois ashkénaze et sépharade donc pas de jaloux non plus de ce coté-là. Chacun en prendra pour son grade et aura sa pâtée de critiques bien senties.   J’oubliais : bien que je sois né en France, bien que je possède un passeport français, que j’ai trop longtemps vécu dans ce beau pays, je n’éprouve envers lui aucune tendresse particulière et n’aurait cesse de démonter et démontrer à longueurs d’articles ses travers et ses absurdités.

Je n’ai jamais pardonné la rafle du Vel d’hiv et ne la pardonnerais jamais. Par principe et par instinct, je n’ai aucune sympathie pour l’Allemagne ou pour la Pologne. C’est ainsi. Vous pourrez toujours me parler de la réconciliation nécessaire entre les peuples, de la nécessité du pardon, de l’exigence de tourner la page, je suis sourd à jamais à tous ces raisonnements frappés du bon sens.  
La notion de patriotisme m’est complètement étrangère, celle de nationalisme me donne la nausée. Si l’équipe de France de Football devait disputer une rencontre capitale contre la Hollande ou l’Italie, je supporterais toujours ces dernières.   Si le PSG ou l’OM ou Lyon, surtout Lyon, était amené à rencontrer Manchester United, le Milan AC ou Barcelone, je serais toujours du côté des équipes qui considèrent le football comme un des beaux arts et ne supporterais jamais une bande de tacherons au simple motif qu’ils sont français. Sauf Saint-Etienne. L’amour est aveugle et j’ai pour les verts des yeux de Chimène.

  Ne venez pas m’emmerder sur ce sujet en me disant que depuis trente ans ils n’ont rien gagné, qu’ils vivent sur leur passé, que la roue a tourné. Je saurais vous répondre avec le cinglant approprié à vos sottes remarques.
 
Mais de tout cela vous en vous en rendrez compte très vite. A bientôt donc mon idiot de semblable, mon crétin de frère, mon stupide cousin. Sois donc soulagé: désormais, dans le désert de ta connerie qui est infinie, tu ne seras plus jamais seul.

Laurent Sagalovitsch

Categories