Belle and Sebastian compte sur nous

Allez toi l’auvergnat qui sans façon a téléchargé de la musique alors que dans ta vie il faisait riche, au lieu de te lamenter sur la mise en bière de Mégaupload et de ses affidés, tous ces pourvoyeurs de séries débilitantes, corruptrices de notre jeunesse en perdition, je te propose de te réconcilier avec le web en participant à une bonne action, où tu verras, tu retrouveras ta dignité perdue et ton appétence à mener une existence digne d’être vécue. Bref, décroche ton téléphone et vas t’en taper dans ta barre d’adresse, le lien suivant :  http://www.kickstarter.com/projects/godhelpthegirl/god-help-the-girl-musical-film. Tu y es ? Donne l’argent. Donne te dis-je. Ne discute pas. 5.10.15.50.1500 euros. Peu importe. C’est le geste qui compte. Comment ça tu ne comprends pas l’anglais ? Avec toutes les séries que tu t’es tapé, tu ne sais toujours pas baragouiner dans la langue de Faulkner ? Bon assieds-toi je vais t’expliquer.

Alors voilà. Stuart Murdoch se trouve être le chanteur d’un groupe nommé Belle and Sebastian. Si tu me dis, “la série télévisée ?”, je te dénonce à Hadopi sur le champ. Non, pas la série avec le gentil toutou, mais le groupe de pop écossais. Après les Smiths, le deuxième groupe le plus grand de toute la terre. Enfanté à Glasgow. Comme Lloyd Cole, Jesus and Mary Chain, Simple Minds, Orange Juice, Franz Ferdinand. Que des tocards. Auteur d’albums qui excepté le plus que parfait  If you’re feeling sinister, miracle de pop lumineuse et scintillante, peuvent apparaitre parfois languides et rébarbatifs comme une pluie d’automne sur un lac ougandais  ou sublimes comme la course d’un cheval à l’arrêt sur un hippodrome versaillais. C’est selon.

Chansons qui détricotent des vies intemporelles. Tantôt suaves et mélodieuses. Parfois geignardes et ennuyantes mais toujours entraînantes. Ou pas. C’est selon. Bref, un grand groupe comme on les aime. Le genre de groupe sur lequel le critique, en panne d’inspiration, pourra toujours commencer son papier par “si Baudelaire (Ou Rimbaud ou Verlaine ou Lautréamont) était vivant, il s’appellerait Stuart Murdoch et chanterait au sein de Belle and Sébastian “.  Avant de conclure son article par “si Keats (Byron, Shelley) était né dans les années 80, il jouerait de la guitare au sein de Belle and Sebastian”. Donc, pour résumer et aller à l’essentiel, tout sauf  des petites frappes de tête à claques oiseuses et décervelées qui se prennent pour le nombril de Manchester ou le trou du cul de Liverpool. Tout le contraire. Des jeunes gens polis, propres sur eux, catholiques, enfants de choeur lettrés et désespérés et par là-même forcément attachants. Effet de miroir. Magie de la pop. Ô mon frère, ô mon semblable. Quand le ciel bas et noir pèse comme un couvercle. La vraie vie est ailleurs. Tendre est la nuit. Vieil Océan, je te salue.

Sinon, Belle and Sebastian doit être le groupe que l’on entend le plus dans les films indépendants américains (Juno, Storytelling…). Pas étonnant après cela que la tête pensante du groupe ait eu comme une furieuse envie de manier la bobinette. Pour mener à bien son projet, il s’est associé à un gentil producteur, Barry Mendel, entre autre, récolteur de dollars pour les films de Wes Anderson (Rushmore, La famille Tenenbaum). Problème ? Ils ont besoin d’oseille. Comme tout le monde. Et c’est là que tu peux les aider. En te dépouillant de ton tuxedo d’occasion pour qu’ils puissent tourner leur film cet été sans être obligés d’aller caresser dans le sens du poil,  le chibre d’un requin syndiqué à Hollywood  et possédant une villa à Barbara. En échange de quoi, au regard de ta contribution, tu recevras, un pins, une carte postale, un poster du film, ton nom au générique, la possibilité d’assister au tournage voire de figurer dans le film. Bref tu seras étroitement impliqué dans l’élaboration du long métrage qui devrait recevoir la caméra d’or à Cannes en 2013.

Dépêche-toi, il te reste 20 jours. Si d’ici là, ils n’ont pas récolté assez de blé, le projet ne se fera pas et ce sera par ta faute. Et là, mon gaillard…

37 commentaires pour “Belle and Sebastian compte sur nous”

  1. salut, comme t es un exemple pour nous tous, t as misé combien sur ce projet, je veux une réponse honnête, fais pas ton juif

  2. et toi lolo, tu le fais en short-rouge-brillant ou en short-blanc-brillant, ton footing à stanley park ? des photos ! des photos !
    [et woody, sort de ce lit!]

  3. mais que sont-ce ces familiarités ?
    @escaflon : selon mes moens qui sont modestes, hélas!

  4. Bon, on va voir…

    mais Belle et Sebastien, vous êtes spur ? Ce n’est pas un truc avec un gosse et un Poney ?

  5. Voila bien une chic idée de participer a la production d’ un film Indie. Dommage que je n’ ai pas une tune. En plus, y’ a Fanfan du Bourget qui en a encore mis une strate sur le “Monde de la Finance”, alors, gaffe quand même..
    @ Bernard : Vous n’ êtes pas si loin de la vérité (comme souvent) car le nom du groupe est bien un hommage à l’immortelle oeuvre de Martine, euh non, Cécile Aubry !!
    @ Saga : Bien like a cuckoo, en plus c’est un des mieux “vendables” mais vous devriez écouter également Jack Penate ( si ce n’ est déjà fait) ça vous plaira ( premier album pour commencer)

  6. J’ai entendu dire que celui qui ne maitrisait pas de langue étrangère ne maitrisait pas sa langue, ou un truc dans le genre. Personnellement j’ai déjà eu à maitriser quelques langues étrangères à la mienne et tout c’est bien passé.
    :p

  7. +1 sur Jack Penate @ Vinnie (comment que je cause moi maintenant…)

  8. C’est la fin du mois… Coup de bol, je ne connais pas Belle and Sebastian. C’est déjà ça de gagné.

  9. pas de bol, je voulais la prestation correspondant à 3000 $ mais c’est déjà clos… :-/ je vais peut être me rabattre sur un don de 20 $ par dépit. bon je promets au moins de regarder ce projet en détail

  10. @Hannah : Je ne sais pas pourquoi , mais ” la prestation correspondant à 3000 $” ça me donne une impression de “déja vou” comme on dit dans les séries US…
    Bon, ça manque un peu de finesse, je le confesse…

  11. pour 3000 t’as plus rien…;)
    figurer dans des scènes censurées ok mais coupées au montage c’est vexant non

  12. En même temps, c’est assez fascinant la nomenclature exacte des “prestations ” en fonction du don. Cette précision excessive, presque compulsive des Ricains, c’ est le même principe quand vous allez dans un resto aux US et que la serveuse vous décrit exactement ce qu’il y aura dans votre assiette pour le prix indiiqué : il faut meubler pour que ça fasse important, quitte à lister des ingredients qui vont de soi ( ” large glass of water, ketchup and mayonese, etc…)

  13. Ils vous apportent des verres d’eau direct en france maintenant ??? Bon dieu mais il fallait le dire, je rentre au pays!

  14. Ah, tiens à propos, tant que je vous tiens, comme disait DSK a la fiancée de dodo la Saumure, Cher Saga, vous arrive-t-il de revenir en France ( brrrrr….) de temps en temps ? et si oui, pourquoi ne pas organiser une petite rencontre avec quelques lecteurs irréductibles ? Vous avez déjà fait ça ?

  15. Quelle horreur ! Moi me mêler à la plebe de simples lecteurs anonymes. Quelle vulgarité !!! Nous ne sommes pas du même monde monsieur! Bon maintenant si vous organisez un sagathon, pourquoi pas!
    @ Bernard: non je carbure au coca zéro. Sans bourbon.

  16. Laurent, vous tournez à l’eau minérale ? Voilà qui m’étonne, à défaut de me surprendre.

  17. depuis quand la carafe d’eau n’est plus fournie gratos?? oula ça fait si longtemps que ça que je ne suis pas allée au resto…

  18. je voulais dire “incluse dans le prix” bien sûr…

  19. sourire inclus ???

  20. souvent en option…

  21. ben tiens.. moi aussi je veux bien qu’on ouvre une souscription pour me payer un voyage:)

  22. Quelle destination?

  23. je retournerais bien à Istanbul avec l’accent belge cette fois
    en plus avec les promos, ça coûtera presque rien aux donateurs

  24. Faites gaffe Hannah, on n’est pas super bien vu en Turquie en ce moment, je me demande d’ailleurs pourquoi..

  25. Istanbul est dans mes projets (j’y suis jamais allé) avec Lisbonne (j’ai peut être une opportunité en mars). Y’a plus K!

  26. vous croyez que j’anime un forum sur vos destinations de reves ? reprenez-vous bon sang!

  27. Oh, vous, depuis que vous avez décliné l’ invitation d’ un de vos adeptes, vous pouvez vous la jouer low-profile, comme on dit dans l’ Ariège ( Chef-lieu : Pamiers)

  28. c’était pous votre bien, je suis infréquentable.

  29. Et le Saga Thon, c’ est pas gagné…C’est la crise ici, je vous signale!!!! et mon adversaire, mon adversaire, c’est qui déjà ? Ah oui, le Monde de la Phinance, comme disait Alfred.

  30. Ah, alors si c’ est pour notre bien….

  31. Faites gaffe Saga d’ici à ce que j’aille faire un tour à Berlin y’a pas long feux…

  32. n’oubliez pas de me ramener un tee shirt I Love Auschwitz, je compte sur vous!

  33. @vinnie : c’est pour ça, l’accent… à moins que le belge soit aussi persona non grata
    @nico : revenir à Istanbul-Lisbonne-Berlin… mon tiercé gagnant! dans l’ordre ou désordre, partant?
    @laurent : la plèbe irrite l’élite c’est son rôle:)

  34. Coca Zéro ? La boisson des Kamikazes Japonais ?
    Sinon, ça devient une annexe de Meetic, votre Blog ? Vous n’aviez pas prévu ça, je suppose :-)

  35. il faut bien que la jeunesse se passe

  36. La jeunesse, ça devient un concept assez obscur. Ma mère téléphone sur un truc qui s’appelle Skype et ma fille se met à lire “Le Monde”, un journal de vieux. Au fait, vous avez lu ça ? Un excellent bouquin pour comprendre pourquoi on n’y comprend plus rien (A défaut d’y comprendre quelque chose)

    http://www.amazon.fr/Acc%C3%A9l%C3%A9ration-Une-critique-sociale-temps/dp/2707154822/ref=sr_1_1?s=books&ie=UTF8&qid=1327654755&sr=1-1

  37. La jeunesse devrait être interdite avant l’âge de 40 ans. Il faut un peu d’expérience pour savoir l’apprécier.
    C’était le poncif biaisé du jour. J’en ai un pour chaque jour de l’année. Hier, par exemple, c’était : le soleil devrait être interdit en été. Il faut avoir eu froid pour savoir l’apprécier. Et avant-hier : la carpe farcie devrait être interdite en temps de paix. Il faut avoir eu faim pour savoir l’apprécier. Demain ? Demain devrait être interdit. Il faut être après-demain pour savoir l’apprécier. Supprimons donc les lendemains qui chantent pour éviter les nostalgies douloureuses des après-demains; pensons plutôt à l’aujourd’hui qui va suivre dans la jeunesse d’un soleil d’hiver et d’une carpe à se farcir dans un motel miteux… Boudiou, c’est compliqué la vie ! Fort heureusement il y a Belle and Sebastian pour nous l’expliquer.

Laissez un commentaire

« »