Le plus grand groupe du monde de la terre

Pour payer la très coûteuse maison de retraite de Morrissey qui, comme condition préalable à sa mise à l’écart, a exigé que tous les autres pensionnaires de son futur établissement mortuaire s’alimentent uniquement de salades venues du potager, il a bien fallu que les Smiths trouvent encore une astuce pour se renflouer. Cette fois, après le best of I, le best of II, le best of 3 et demie, le best of du best of, le top du best of, le pire du meilleur du best of, le coffret the Sound of the Smiths, the music of the Smiths, the Sound of the music of the Smiths, ils nous ont concocté une jolie valise du plus bel effet, intitulée l’intégrale remasterisée, avec pas moins de 8 CD à s’enfiler. Le top du top. The compil.

Cette fois juré, c’est la der des der, celle que tout Smithien qui se respecte se doit de posséder, au risque sinon de se faire flageller le torse, à l’aide d’une poignée de glaïeuls cueillies par la main du maître en personne, et que quelques hurluberlus de fans de la première heure ont recueillis lors de concerts donnés dans les années 80, avant de les congeler ou de les garder dans un flacon de formol.
Evidemment, cette fois, il était absolument hors de question que je marchasse dans cette honteuse combine destinée à payer l’entretien du potager bio de Momo. Hors de question. Out of question.
J’ai donc décidé de me rebeller.
Intransigeant jusqu’au bout, faisant preuve d’une ténacité en tout point exemplaire, j’ai exigé et obtenu qu’Amazon ne me l’envoie pas derechef par express mais consente à me le faire parvenir sous les 3,4 jours.
Et vlan ! Dix euros d’économisés d’un coup d’un seul. Morrissey peut dire au revoir à sa maison de retraite labélisée Jose Bové.
Je ne suis pas une vache à lait tout de même.

N’empêche.
Les Smiths.
Steven Morrissey, Johnny Marr, Andy Rourke, Mike Joyce.
Une poignée d’albums et une collection de singles qui, à eux seuls, ont changé le visage des années 80. Lui ont donné à jamais cette coloration de mélancolie joyeuse, de désespoir guilleret, un mélange de pureté inouie et d’élan vers une perfection inaccessible. Ces riffs de guitare primesautiers, accompagnés par la voix hantée de Morrissey. Ces paroles transies de poésie adolescente, couplets parfois mièvres, souvent sublimes qui nous racontaient, à nous, pauvres puceaux s’apprêtant à entrer dans l’arène, à quoi il fallait s’attendre : le cynisme à tout crin, les jalousies mesquines, les amitiés impossibles, les amours contrariées, les appels à une autre vie, la certitude de la solitude.

Les Smiths.
1982-1987.
Nés à Manchester. Morts à Manchester. Fauchés au sommet de leur gloire. Tirant leur révérence avant de sentir s’apesantir sur leur cou les parfums mortifères de la corruption, les concessions obligées à des capitaines d’industries voraces et sans âmes, la tournée dans des stades surdimensionnés, la facilité, le succès, la célébrité, la gloire, les plateaux de télé, le passage au Grand Journal, l’interview avec Claire Chazal, le petit déjeuner à l’Elysée, la poignée de main sur le perron avec les puissants de ce monde, le renoncement, la fin, la chute.

 

Moi je suis intact et ça m’est égal prétendait Rimbaud dans une Saison en enfer.

Intact.

Intact, le génie de ces Mancuniens sortis de nulle part, capables, à coups de chansons claquant comme des slogans d’une génération s’apprêtant à épouser un monde en crise, chômage, sida, récession, d’attendrir nos âmes meurtries, de consoler nos chagrins sans fin, de nous épauler dans notre lutte au quotidien pour ne pas s’abandonner complètement à l’air putassier du temps, pour s’essayer à garder, envers et contre tout, la sublime naïveté de nos adolescences à jamais perturbées.

Intact.

Intact le charme ensorcelé de ces chansons que le temps n’a pas affecté et qui nous prenaient par la main et nous disaient, n’aie pas peur, je suis là, je serai toujours là, ici et maintenant, aujourd’hui et demain et même après-demain, tout à tes côtés je me tiens, tu n’es pas seul, regarde, moi aussi je ne vais pas bien, moi aussi je ne me comprends pas bien, moi aussi j’ai mal à moi et j’ai mal aux autres, moi aussi je suis perdu, moi aussi je souffre, mais si on souffre ensemble, alors on ne souffre plus vraiment, pas vrai ? Si on désespère ensemble, alors on ne désespère plus vraiment. Si on pleure ensemble, on ne pleure pas vraiment. On peut s’en sortir. On peut s’aider. On peut s’épauler. Tu n’es plus seul au monde puisque je suis là. Et puisque tu existes alors moi aussi je ne suis plus seul.

Intact.

Intact. Morrissey. Le porte-parole de nos pensées qu’on n’osait édicter et que jusqu’alors on ne rencontrait qu’à l’ombre de recueils de poésie abimés, le soir venu, dans la solitude recluse de nos chambres obtuses, quand le silence du monde nous étreignait et que l’on se demandait comment s’y prendre pour ne pas sombrer. Ces paroles disséquées, chantonnées, murmurées qu’on apposait en tête de nos journaux intimes où l’on se demandait, entre deux pages mouillées, si l’amour existait vraiment, et si oui, où se cachait-il, comment fallait-il procéder, quels chemins à emprunter pour le dénicher ?


Intact. La rage. L’envie de combattre. La nécessité d’en découdre. La lutte. Le monde t’appartient. Lève-toi et chante. Rebelle-toi. Va contre l’ordre établi. N’écoute pas les discours mensongers des politiciens amputés du cœur et de l’esprit qui s’essayeront à te courtiser. Ne te retourne pas. Sois ferme dans tes convictions. Ne cède pas. Va. Va t’en conquérir le monde. Il t’attend. Il suffit de le vouloir. N’aie pas peur d’avoir peur. Ta peur est ton moteur.

Les Smiths.

On ne se remet pas de l’écoute des Smiths. Nés au monde avec eux, engendrés par eux, on poursuit sa route, avec leur musique toujours en arrière-fond, comme la bande sonore de nos existences, qu’elles fussent accomplies ou inachevées, difficiles à appréhender ou limpides de simplicité. On n’a pas trop le choix. C’est l’inconvénient d’avoir grandi aux côtés du plus grand groupe de rock que le monde ait jamais connu et ne connaîtra jamais plus. Tout ce qui vient par la suite semble fade. Convenu. Etriqué. Mensonger. Sans intéret. Ou pour le dire en des termes plus concis, c’est de la merde.

Ou bien, pour le dire autrement, en des mots plus policés : “de toutes les facons depuis la séparation des Smiths, la musique, elle est morte. S’il y avait un groupe qui arrivait à leurs chevilles, ça se saurait. Et viens pas m’emmerder avec tes crétins d’Oasis, tes branleurs d’Artic Monkeys, tes tapettes d’Arcade Fire, tes zboubs de Kooks, tes demeurés de White Stripe. Que des branleurs de copieurs de pisseurs de crachoteurs je te dis. Ne discute pas, et monte dans ta chambre, crétin d’idiot de fils que j’ai engendré par erreur.”

Et le premier qui prétend le contraire je te l’expulse manu militari de ce blog, je relève son numéro IP et je l’envoie à monsieur Hadopi.
Farpaitement.

42 commentaires pour “Le plus grand groupe du monde de la terre”

  1. Farpaitement ?

  2. LS, je n’irai pas vous emmerder avec votre passion maniaque pour ces gaziers que je ne connais pas. Etant vauguement plus âgé que vous (Moins jeune, rectifierait un quelconque communicant autorisé de la culture compassionnelle), pour moi ça s’est arrêté avec l’album numero 2 de Queen, mais bon, donc, un truc qui m’intrigue : pourquoi vous faire livrer par Amazon ? Il n’y a pas de boutiques à Vancouver, où vous pourriez “créer du lien social” avec l’hôtesse de caisse plutôt que d’attendre sans rien faire la visite d’un gars de FeDex? Le Temesta, vous allez bien le chercher à la droguerie ? Excusez ce que vous pourriez prendre pour une intrusion dans votre vie privée (Que je devine mystérieuse et passionnante), mais je m’étonne !

  3. bernard, si vous commencez à prendre au pied de la letre toutes les sottises que je raconte, on va droit dans le mur. Ceci posé, les disquaires de nos jours sont aussi rares que les victoires des girondins.
    Farpaitement.

  4. C’est pas Zappa le plus grand groupe de tous les temps?

  5. ??? Il n’y a pas la Fnac chez vous ?

    Oui, Nico, Zappa est un excellent choix. J’ai Sheik Yarbouti et Tinseltown Rebellion pas loin.

  6. La Fnac? ca existe encore? Quand à Zappa, moi les guitars héros à la Hendrix, ca m’a toujours gonflé. Mais bon, chacun ses gouts! On fait ce qu’on peut.

  7. Pourquoi toujours vouloir faire un classement du plus grand.

    entre ceux qui parlent de grande musique pour dédaigner ce qui n’en n’ait pas et ceux qui veulent nous imposer leurs goûts clamant haut et fort que c’est le top du top, cela me gonfle plus que tout.

    l’éducation musicale nous aide à évoluer tout au long de la vie non ?

    je n’ai jamais été fan des Smiths malgré la voix de Morissey qui sera jamais qu’un ersatz de celle d’un génialissime Captain Beefhart (un pote de Zappa).

    Si on m’avait dit à 20 ans qu’un jour j’aurais apprécié un jour le jeu de Richter ou Gould autant que de Jimi Hendrix, j’aurais sans doute eu une réaction inappropriée.

  8. agacante cette manie de prendre toujours les choses au pied de la lettre! Le titre du papier devrait quand même vous mettre la puce à l’oreille, non?

  9. Pink Floyd?

  10. Laurent je te hais d’être aussi bon…!!! C’était exactement ce que je voulais dire. Dois je gonfler aussi ma petite fille (2 ans) avec Les Smiths après l’avoir fait avec mes enfants ???…OUI

  11. un grand pere smithien? Oh mon dieu!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! On est mort.

  12. ça devais arriver man…

  13. et je suis d’accord pour Zappa aussi…putain !!!

  14. …et pour les victoires des Girondins pareil …de toutes façons j’aime pas le foot (à part le real de Madrid évidemment )

  15. Les Smiths, la révélation! Les Smiths m’ont tout appris et bla bla bla… Pensée obtuse.
    Moi les paroles des chansons ça m’a toujours fait chié, comme la poésie à la Rimbaud. Imbouffable. Une chanson réussie se passe de paroles. Et pis c’est tout!
    Celle ci par exemple, une envolée lyrique, un malaise profond, paroles absconses. Parfaite!
    A écouter seul.
    http://www.youtube.com/watch?v=jon3q6me5Sg

  16. aaaahhhhh…..help…..

  17. hang the Dj !!!!!!

  18. J’oubliais, Zappa était un musicien incipide.

  19. “chacun ses gouts”, les gouts et les couleurs………..
    http://www.youtube.com/watch?v=wvzTYFEgKZk&feature=related

  20. Zappa n’était pas a proprement parler un guitar hero, façon JH, Carlos Santana, etc… Le Guitar Hero, en quelque sorte, les autres bossent pour lui, pour lui préparer le terrain, et la chanson est juste conçue pour valoriser son solo d’enfer… Chez FZ, il y a des textes poilants, et une grande inventivité Generale a laquelle tous contribuent.

  21. Je veux bien vous croire mon bon Bernard mais là c’est trop tard. Je suis irrécupérable, je le crains.

  22. ben alors,

    je vous répond au 2nd degré et vous le prenez au 1er.
    relisez bien mon post et vous verrez que je suis pas sectaire.

    il faudrait arrêter avec cette vision du détenteur de la vérité.
    comme disait un ex Nobel de physique, la science ne permet pas une analyse subjective, mais les scientifiques le sont.

  23. José, Laurent, merci ! les Smiths ça se découvre et se redécouvre à n’importe quel âge. ça te met dans l’ambiance, tu vois le monde un brin chaotique dans lequel tu vis, tu balances les smiths et tu te dis “vas-y mec exorcise moi”
    Je pense sincèrement que la musique, la vraie, est faite pour être écouter, transmise à travers les générations —> The Smiths = check !

    *les goûts et les couleurs tout à fait*

  24. Toutafé!
    ça s’appelle l’alchimie. Zappa et les Smiths ne sont pas les seuls dans ce registre…tout dépend de l’alchimie que l’on recherche…la “mélancolie joyeuse” ça ne me parle pas.

    Mon ID : 345.678.987

  25. Attendrissante cette déclaration d’amour Laurent.
    Chaque génération pense que ses idoles ne seront jamais égalées, non ?
    Et soûle ses enfants (voire ses petits-enfants) avec les souvenirs inoubliables de sa formidable jeunesse.
    Heureusement, l’envie de créer et de recréer balaie sans états d’âme notre nostalgie de vieux ados…
    Bien sûr, autour d’une tisane à la maison de retraite on pourra toujours critiquer cette musique qui ne vaut plus rien et se rappeler comment c’était chouette le bon vieux temps des vinyls…

  26. oui je crains que ce ne soit dans l’ordre des choses qu’on ne finisse vieux con! N’empeche depuis les smiths…

  27. Relax man!
    http://www.youtube.com/watch?v=yPLrXFw76Qg

  28. Toujours pas reçu de mail d’Hadopi…
    A propos de l’amour :
    “Ça ne m’est jamais arrivé, c’est quelque chose que je ne connais pas.”
    Morrissey
    Moi je vous aime Saga mais ça restera toutafé platonique entre nous.

  29. Bah moi je suis né en 82′. Musicalement mal barré. Eduqué au CSNY, Led Zep et autre Beatles.
    Queen dans mon balladeur cd au collège. Pour éviter d’écouter le Goldmann vous voyez le truc…
    Séfarade pour couronner le tout. Du genre qui a un grand père qui se trimballait les cassettes de Lili Boniche dans la voiture.
    Et puis les Smiths. Il y a 6 mois. Un sacré de retard. “The Sound Of The Smiths” pour commencer. Et dès la première écoute cette putain de gifle. La si bien nommée “What Difference Does It Make?”.
    Quelle différence tu dis?! Hey Morrissey tu plaisantes ou quoi?! Toute la différence en fait.
    Avant je croyais que les bénis Pixies avaient fait toute la différence avec leur gros au micro. Mais là… Là…
    Enfin on se comprend. Et le Saga le dit bien, alors il conclut pour moi: “à jamais cette coloration de mélancolie joyeuse, de désespoir guilleret, un mélange de pureté inouie et d’élan vers une perfection inaccessible”.
    Il cause bien l’autre…

    PS: Saga j’ai oublié de te dire, je suis psychiatre. Alors si ta pharmacie est fermée et que tu veux du Tranxène…

    Longue vie l’artiste

  30. toi, je t’aimes déja!!!!! Mon fantasme absolu: un psy à domicile. Je vais pas te lacher bonhomme!

  31. Les smiths? Why not?oui je crains aussi que ces oit dans l’ordre des choses qu’on ne finisse vieux con…mais au risque de confirmer cette pensee facile et repandue avant meme d’etre vieux, je vous confirme qu’avant les smiths il y avait effectivement zappa et les mothers (et non frank n’a jamais ete un guitar hero), mais aussi lou reed (la ca va c’est intellectuellement correct), et iggy et les stooges (aie ca glisse), et surtout les beatles (pour etre honnete et parce que la musique avant et apres a ete bouleversee) et enfin les STONES (ca y est?…) car n’en deplaise aux jeunes loups eduques assoiffes de revolte que vous semblez etre, les rolling stones ce n’est pas angie ou satisfaction, mais gimme shelter, prodigal son,street fighting man, memo from turner, stray cat blues, des albums entiers comme exile on main street ou let it bleed, mais aussi beggars banquet, et, et, et…. Comme tout vieux, ils ont le droit d’avoir faibli et vendu leur guimauve, et malheureusement les dernieres generations n’ont pas entendu ce que leurs aines ecoutaient dans le noir de leur chambre avec les deux enceintes de leur chaine coinces entre les oreilles (car les premiers casques coutaient trop cher alors et qu’on voulait quand meme en prendre plein la g…). je sais c’est moi qui vais en prendre plein la g…: vieux con inculte et debile, les stones sont au rock, ce que balasko est au theatre classique (je vous lis mr patalovitsch): tant pis j’assume le pere noel est une ordure, les bronzes et autres succes du box office (et d’autres films plus confidentiels aussi d’ailleurs),because “but what can a poor boy do, except to sing for a rock n’roll band”?

    Hambre

  32. @Glimertwin: terrible les dégats engendrés par la vieillesse. Voilà ce que c’est que de d’avoir passer ses journées entre deux baffes à écouter des pitres de musiciens analphabetes

  33. z’êtes pas un peu dingue! un psy comme fantasme… déjà j’en vois un, je pars en courant dans l’autre sens mais en plus un débutant pour lequel vous allez servir de cobaye…
    sinon je n’ai pas de critique concernant vos goûts musicaux (quoique bornés) et tous les noms qui apparaissent ici et là dans vos délires et qui ont fait que je me suis arrêtée (hormis le foot bien sûr)

  34. arretée quoi? de me lire:(?

  35. mais non au contraire! que je me suis arrêtée ici;)

  36. Hey Hannah! Un peu de respect oh!

    PS: quand on a des goûts musicaux on est forcément bornés.

  37. certes, mes goûts sont bornés aux genres musicaux existants…

  38. http://youtu.be/sqelcupWcPg

  39. http://youtu.be/hIQYOHopSbs

  40. Et bien, j’avais déjà été emballé avec le post sur les joueurs de poker (vision à laquelle j’adhère totalement, ayant joué à ce jeu quelques temps, mais étant surtout un joueur d’échecs depuis 30 ans), mais v’là… Monsieur Laurent est également fan des Smiths… le plus grand groupe du monde de la Terre (pas mieux dit vraiment) ; fan de Moz (presque obligé vu l’assertion précédente) ; adepte de Miossec, de Ian Curtis, Llod Cole & the Commotions, de Joe Strummer et des Clash !!
    Mais aussi de lecture, à priori de SF (j’ai cru noter un faible pour William Gibson et son génial Neuromancien dans un commentaire), j’espère peut-être de Fantasy ? ^^
    Qui plus est, quelqu’un qui semble avoir coupé le câble antenne de sa télévision également…

    (Bon je n’ai pas encore tout lu, mais les tags ont vraiment l’air alléchants)

    Bon, c’est pas le tout, mais quand est-ce qu’on va se boite un verre, histoire de parler passions ?

    Ce blog vient de s’insérer pour longtemps dans ma barre de favoris :)

    Encore ! encore !

  41. Bienvenue au club!

  42. http://youtu.be/gznDOMKeWkA

Laissez un commentaire

« »