Films à voir au cinéma en ce moment

 

FILMS A VOIR AU CINÉMA EN CE MOMENT:

557341Trois souvenirs de ma jeunesse d’Arnaud Desplechin

496434L’Ombre des femmes de Philippe Garrel

215297Mad Max: Fury Road de George Miller

334715La Tête haute d’Emmanuelle Bercot

073359La Loi du marché de Stéphane Brizé

286721Les Terrasses de Merzak Allouache

381426Titli de Kanu Behl

508117Un jeune poète de Damien Manivel

542862Edgar Morin, chronique d’un regard de Céline Gailleurd et Olivier Buhler

131138Le Dos rouge d’Antoine Barraud

427776Jauja de Lisandro Alonso

546075Taxi Téhéran de Jafar Panahi

215964Histoire de Judas de Rabah Ameur-Zaïmèche

336558Le Challat de Tunis de Kaouther Ben Hania

020675Journal d’une femme de chambre de Benoit Jacquot

075558Ningen de Çagla Zenciri et Guillaume Giovanetti

330151La Maison au toit rouge de Kôji Yamada

217750La Sapienza d’Eugène Green

146312Le Président de Mohsen Makhmalbaf

021020Big Eyes de Tim Burton

384730Révolution Zendj de Tarik Teguia

555332Kommunisten de Jean-Marie Straub

374911Tokyo fiancée de Stefan Liberski

304608Citizenfour de Laura Poitras

534408Red Army de Gabe Polski

376923Hungry Hearts de Saverio Costanzo

434735Les Merveilles d’Alice Rohrwacher

195617Amour fou de Jessica Hausner

150756Les Jours venus de Romain Goupil

001837Les Jours d’avant de Karim Moussaoui

556917Marussia d’Eva Pervolovici

594635Loin des hommes de David Oelhoffen

275718Les Règles du jeu de Claudine Bories et Patrice Chagnard

528662Fidelio, l’odyssée d’Alice de Lucie Borleteau

579326Eau argentée de Ossama Mohammad et Wiam Simav Bedirxaet

324615Au revoir l’été de Kôji Fukada

555519Run de Philippe Lacôte

257392Charlie’s Country de Rolf De Heer

373884Timbuktu d’Abderrahmane Sissako

384403Qu’Allah bénisse la France d’Abd Al Malik

108965Mercuriales de Virgil Vernier

304249Mateo Falcone d’Eric Vuillard

153757White God de Kornel Mundruzco

526506A Capella de Lee Sujin

290531Vers Madrid – the Burning Bright de Sylvain George

227546Que ta joie demeure de Denis Côté

130080Patria obscura de Stéphane Ragot

595346Magic in the Moonlight de Woody Allen

410593Bande de filles de Céline Sciamma

377455Geronimo de Tony Gatlif

143391Le Paradis d’Alain Cavalier

350435P’tit Quinquin de Bruno Dumont

469848National Gallery de Frederick Wiseman

508784Gone Girl de David Fincher

579120Mommy de Xavier Dolan

076984Un été à Quchi de Tso-chi Chang

388785Saint Laurent de Bertrand Bonello

093883We Can’t Go Home Again de Nicholas Ray

328081Shirley de Gustav Deutsch

0128393 Cœurs de Benoit Jacquot

520713Mange tes morts de Jean-Charles Hue

339171L’Institutrice de Nadav Lapid

313642Mademoiselle Julie d’Alf Sjöberg

580113Métamorphoses de Christophe Honoré

395906Party Girl de Marie Amachoukeli, Claire Burger et Samuel Theis

147786Siddharth de Richie Mehta

205966Sils Maria d’Olivier Assayas

309669Les Combattants de Thomas Cailley

443407Trap Street de Vivian Qu

265628Ana Arabia d’Amos Gitai

251957L’Homme qu’on aimait trop d’André Téchiné

051205Les Ponts de Sarajevo

de Aida Begic, Leonardo DiCostanzo, Jean-Luc Godard, Kamen Kalev, Isild LeBesco,

Sergei Loznitsa, Vincenzo Marra, Ursula Meier, Vladimir Perisic, Cristi Puiu, Marc Recha, Angela Schanelec, Teresa Villaverde

(attention: direction artistique JM Frodon=autopromo)

528153Sunhi de Hong Sang-soo

033103Palerme Emma Dante

147796Eastern Boys de Clint Eastwood

446081Sangue de Pipo Delbono

041503Black Coal de Diao Yinan

075169Bird People de Pascale Ferran

139289La Vache de Dariush Mehrjui

383149Adieu au langage de Jean-Luc Godard

170326La Chambre bleue de Mathieu Amalric

490001Deux jours, une nuit de Jean-Pierre et Luc Dardenne

422164-1La Frappe de Yoon Sung-hyun

119097Les Femmes de Visegrad de Jasmila Zbanic

21011807_201306111238001863x3D pour Les Trois Désastres de Jean-Luc Godard

488836La Ligne de partage des eaux de Dominique Marchais

403323Je m’appelle Hmmm… d’Agnès b

118340Noor de Çagla Zencirci et Guillaume Giovanetti

418492Night Moves de Kelly Reichardt

468567Les Trois Sœurs du Yunnan de Wang Bing

012559Métabolisme ou Quand le soir tombe sur Bucarest de Corneliu Porumboiu

052917Heli d’Amat Escalante

169364L’Etrange Petit Chat de Ramon Zürcher

234348Mille soleils de Mati Diop

491047Eastern Boys de Robin Campillo

012340Real de Kiyoshi Kurosawa

303495Leçons d’harmonie d’Emir Baigazin

21023581_20130731104757894Portrait of Jason de Shirley Clarke

043550Le Vertige des possibles de Vivianne Perelmuter

014107Her de Spike Jonze

174935Les Chiens errants de Tsai-Ming-liang

053203Arrête ou je continue de Sophie Fillières

20103062L’Etudiant de Darejan Omirbaev

204703At Berkeley de Frederick Wiseman

232065La Femme du Ferrailleur de Danis Tanovic

445377Only Lover Left Alive de Jim Jarmusch396497L’Expérience Blocher de Jean-Stéphane Bron

591914Abus de faiblesse de Catherine Breillat

459766Ida de Pawel Pawlikowski

21048491_20131010163051547C’est eux les chiens de Hicham Lasri

358282Nymphomaniac Volume 2 de Lars von Trier

21052583_2013102415340471

Le vent se lève de Hayao Miyazaki

21055218_20131106104323322Comme des lions de pierre à l’entrée de la nuit d’Olivier Zuchuat

21050903_20131031165612775A ciel ouvert de Mariana Otero

21058784_20131118171801678Philomena de Stephen Frears

121226Les Gouffres d’Antoine Barraud

21062037_20131129102802768Nymphomaniac, volume 1 de Lars von Trier

21058182_201311151217430422 automnes 3 hivers de Sébastien Betbeder

 21003660_20131108102404011

Tel père, tel fils de Hirokazu Kore-Eda

 

215220Museum Hours de Jem Cohen

21006443_20130516122228502La Bataille de Tabato de João Viana

21006036_20131025171007628A Touch of Sin de Jia Zhang-ke

20541978_20131010174200124All is Lost de JC Chandor

21035507_20131114181440783La Jalousie de Philippe Garrel

21045994_20131002130427226A World Not Ours de Mahdi Fleifel

21001670_20131003122000657Le Cours étrange des choses de Raphaël Nadjari

21049757_20131015170623847The Immigrant de James Gray

21053769_20131029173428428La Marche de Nabil Ben Yadir

21056846_2013111211262021725 novembre 1970 Le jour où Mishima choisit son destin de Koji Wakamatsu

21047540_20131008115643155Le Dernier des injustes de Claude Lanzmann

21005275_20130927183847948Inside Llewyn Davis d’Ethan et Joel Coen

FDUne femme douce de Robert Bresson

20193768_20131015095235802Le fond de l’air est rouge de Chris Marker

SnowSnowpiercer, le transperceneige de Bong Joon-ho

21040491_20131001105209498Workers de Jose Luis Valle

Histoire de ma mort d’Albert Serra

Pink de Jeon Soo-il

Omar de Hany Abu-Assad

Haewon et les hommes de Hong Sang-soo

Salvo de Fabio Grassadonia et Antonio Piazza

La Vie d’Adèle d’Abdellatif Kechicke

Vandal de Hélier Cisterne

Fifi hurle de joie de Mitra Farahani

Blue Jasmine de Woody Allen

Miele de Valeria Golino

The Connection de Shirley Clarke

Ma vie avec Liberace de Steven Soderberg

Jimmy P. d’Arnaud Desplechin

Ma Belle Gosse de Shalimar Preuss

Vic+Flo ont vu un ours de Denis Côté

Gare du Nord de Claire Simon

Leviathan de Lucien Castaing-Taylor et Véréna Paravel

Alabama Monroe de Felix van Groeningen

Jeune & jolie de François Ozon

Les Salauds de Claire Denis

Leones de Jazmin Lopes

Meteora de Spiros Stathoulopoulos

Grigris de Mahmat Saleh Haroun

Dans un jardin je suis entré d’Avi Mograbi

Ini Avan, celui qui revient d’Asoka Handagama

People Mountain People Sea de Cai Shang-jun

L’Inconnu du lac d’Alain Guiraudie

Amor Carne de Pippo Delbono

Bambi de Sébastien Lifchitz

Not in Tel-Aviv de Nony Geffen

Shokuzai de Kiyoshi Kurozawa

La Dernière Fois que j’ai vu Macau

de Joao Pedro Rodrigues et Joao Rui Guerra da Mata

Le Joli Mai de Chris Marker et Pierre Lhomme

Post Tenebras Lux de Carlos Reygadas

Une vie simple de Ann Hui

The Lebanese Rocket Society de Joana Hadjithomas et Khalil Joreige

L’Intervallo de Leonardo Di Costanzo

Mud de Jeff Nichols

La Sirga de William Vega

The Grandmaster de Wong Kar-wai

Les Lendemains de Bénédicte Pagnot

Casa nostra de Nathan Nicholovitch

La Belle endormie de Marco Bellocchio

Jaurès de Vincent Dieutre

Camille Claudel 1915 de Bruno Dumont

No de Pablo Larrain

La Porte du paradis de Michael Cimino

Bestiaire de Denis Côté

Cinq caméras brisées de Emad Burnat et Guy Davidi

Elefante Blanco de Pablo Trapero

Wadjda de Haifa Al-Mansour

Dans la brume de Sergei Loznitsa

Invisible de Michal Aviad

Zero Dark Thirty de Kathryn Bigelow

Mundane Story d’Anocha Suwichakompong


Django Unchained de Quentin Tarantino

Lullaby to my Father d’Amos Gitai

Aujourd’hui d’Alain Gomis

Tabou de Miguel Gomes

Les Bêtes du sud sauvage de Benh Zeitlin


L’Age atomique de Héléna Klotz

Au-delà des collines de Cristian Mungiu

Après Mai d’Olivier Assayas

Rengaine de Rachid Djaidani

Free Radicals de Pip Chodorov

L’Hypothèse du Mokélé-Mbembé de Marie Voignier

Genpin de Naomi Kawase

Saudade de Katsuya Tomita

Une famille respectable de Massoud Bakhshi

Traviata et nous de Philippe Béziat

Into the Abyss de Werner Herzog

In another Country de Hong Sang-soo

César doit mourir de Paolo et Virttorio Taviani

Like Someone in Love d’Abbas Kiarostami

Dans la maison de François Ozon

Avoir 20 ans dans les Aurès de René Vautier

Damsels in Distress de Whit Stillman

Gebo et l’ombre de Manoel de Oliveira

Après la bataille de Yousri Nasrallah

Captive de Brillante Mendoza

Camille redouble de Noémie Lvovsky

Would You Have Sex with an Arab? de Yolande Zauberman

La Vierge les coptes et moi de Nabil Abel Messeeh

Confession d’un enfant du siècle de Sylvie Verheyde

Demain? de Christine Laurent

Tokyo Park de Shinji Aoyama

La Servante de Kim Ki-young

Tourbillon de Helvécio Marins Jr et Clarissa Campolina

Voie rapide de Christophe Sahr

Poussière dans le vent de Hou Hsiao-hsien

Laurence Anyways de Xavier Dolan

Historias, les histoires n’existent que lorsque l’on s’en souvient de Julia Murat

ACAB (All Cops Are Bastards) de Stefano Solima

Trois sœurs de Milagros Mumenthaler

La Femme qui aimait les hommes de Hagar Ben Asher

Rétrospective Cassavetes

Holy Motors de Leos Carax

One-O-One de Franck Guérin

Faust d’Alexandre Sokourov

Adieu Berthe de Bruno Podalydès

El Campo de Hernan Belon

Cosmopolis de David Cronenberg

Les Femmes du bus 678 de Mohammed Diab

11 Fleurs de Wang Xiao-shuai

Dark Shadows de Tim Burton

Le Chemin noir d’Abdallah Badis

Querelles de Morteza Farshbaf

Twixt de Francis Coppola

Nana de Valérie Massadian

Je suis d’Emmanuel Finkiel

Chez Léon coiffure de François Lunel

A moi seule de Frédéric Videau

Low Life de Nicolas Klotz et Elisabeth Perceval

le Juif qui négocia avec les nazis de Gaylen Ross

Train de nuit de Jerzy Kawalerowicz

La Terre outragée de Michale Boganim

Les Adieux à la reine de Benoit Jacquot

Bellflower d’Evan Glodell

38 témoins de Lucas Belvaux

Bi, n’aie pas peur de Phan Dang Di

Le Fossé de Wang Bing

Fengming, chronique d’une femme chinoise de Wang Bing

L’Oeil de l’astronome de Stan Neumann

Bovines d’Emmanuel Gras

Portrait au crépuscule d’Angelina Nikonova

Go Go Tales d’Abel Ferrara

L’Inconsolable de Jean-Marie Straub

Sur la planche de Leïla Kilani

Hanezu de Naomi Kawase

Elles de Malgorzata Szumowska

Les Chants de Mandrin de Rabah Ameur-Zaïmeche

Sport de filles de Patricia Mazuy

Tahrir Place de la Libération de Stefano Savona

La Folie Almayer de Chantal Akerman

Duch, Le Maître des forges de l’enfer de Rithy Panh

J. Edgar de Clint Eastwood

A l’âge d’Ellen de Pia Marais

Les Acacias de Pablo Giorgelli

Take Shelter de Jeff Nichols

Le Havre d’Aki Kaurismaki

The Terrorizers d’Edward Yang

Hugo Cabret de Martin Scorsese

Sweetgrass de Lucien Castaing Taylor

Le Cheval de Turin de Bela Tarr

Americano de Mathieu Demy

Territoire perdu de Pierre-Yves Vandeweerd

Donoma de Djinn Carrénard

Tous au Larzac de Christian Rouaud

Black Blood de Miaoyan Zhang

 

Qu’ils reposent en révolte de Sylvain Georges

 

Jeanne captive de Philippe Ramos

 

Noces éphémères de Reza Sarkanian

 

 

 

 

 

 

 

Il était une fois en Anatolie de Nuri Bilge Ceylan

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Curling de Denis Côté

 

 

 

 

 

 

 

Hors satan de Bruno Dumont

 

 

 

 

 

 

Octobre à Paris de Jacques Panijel

 

 

 

 

 

 

Ici on noit les Algériens de Yasmina Adi

 

 

 

 

 

 

The Artist de Michel Hazavanicius

 

 

 

 

 


Beur sur la ville de Djamel Bensallah

 

 

 

 

 

 

 

Beauty de Oliver Hermanus

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ceci n’est pas un film de Jafar Panahi et Mojtaba Mirtahmasb

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’Apollonide de Bertrand Bonello

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Restless de Gus Van Sant

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Attenberg d’Athina Rachel Tsangari

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une vie avec Oradour de Patrick Séraudie


 

 

 

 

 

 

 

 

Kinshasa Symphony de Claus Wischmann et Martin Bae

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La guerre est déclarée de Valérie Donzelli

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


La Grotte des rêves perdus de Werner Herzog

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 


 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

lire le billet

“Eric Rohmer est mort”, chanson de Clio

EREMVoir le clip

 

lire le billet

M. Jancso par E. Breton

Capt

Miklos Jancso, une histoire hongroise d’Emile Breton. Yellow Now/Côté cinéma. 144 pages.

C’est un triple bienfait que la parution de ce petit livre, aux toujours élégantes éditions Yellow Now. Bienfait que de remettre en lumière un cinéaste majeur de la deuxième moitié du 20e siècle: après avoir bénéficié d’une grande reconnaissance, voire d’une gloire déplacée et lourde de malentendus dans les années 1960-1970, Miklos Jancso est en effet entré dans une ombre d’indifférence, du moins de la part des festivals, des critiques et des programmateurs occidentaux, dont rien n’a pu le faire sortir, pas même sa mort le 31 janvier 2014, à 86 ans et avec 33 longs métrages à son actif depuis 1958. Découvert hors de son pays, la Hongrie, grâce aux Sans Espoirs (1965), il s’imposa bientôt par la puissance expressive de son écriture de cinéaste. Celle-ci est marquée notamment par l’utilisation de longs mouvements de caméra en travelling enveloppant de multiples personnages, ce trait stylistique, moins systématique qu’on l’a dit et utilisé de multiples manières, finissant par devenir un effet de signature derrière lequel disparaîtra la singularité des films, d’ailleurs inégaux.

C’est le deuxième bienfait du livre de revenir sur la singularité des œuvres, leurs conditions de naissance, ce qui les relie et ce qui les différencie. Célébré des Sans espoirs à Psaume rouge (1971), qui marque l’apogée de sa carrière internationale, Jancso est ensuite rattrapé par une indifférence croissante, du moins hors de Hongrie, où il resta, comme réalisateur et comme personnalité culturelle engagée, une figure reconnue. Durant sa période la plus faste, marquée aussi par les admirables Rouges et blancs (1967), Silence et cri (1968), Ah! ça ira!  (1968), Sirocco d’hiver (1969) et Agnus Dei (1971), le cinéaste explore de manière audacieuse les relation entre histoire et actualité, situations régionales et grands mouvements mondiaux, politique, territoire et inconscient, dans une mise en scène où les recherches formelles sont toujours en phase avec les question soulevées.

Voilà ce que montre fort bien le critique Emile Breton, plume précise, savante mais jamais pédante, regard attentif où l’humour pointe en permanence. Et c’est le troisième bienfait de cette publication de donner à lire ce fin connaisseur des cinémas d’Europe de l’Est (pas seulement de ceux-là), dont le moins qu’on puisse dire est qu’il n’encombre pas les rayonnages des librairies. Inscrivant le parcours du cinéaste et du citoyen Jancso dans l’histoire de la Hongrie depuis la prise du pouvoir par les communistes jusqu’au gouvernement Orban, Emile Breton apporte aussi des informations précieuse sur la partie la moins connue de l’œuvre, la plus récente, où on trouve encore quelques pépites comme Dieu marche à reculons (1990) ou La Valse du Danube bleu (1991), sans oublier la contribution de Jancso au film collectif initié par Béla Tarr contre la mise en coupe réglée du cinéma hongrois par Orban, La Hongrie en 2011.

lire le billet

Rêver les cinémas, demain

41GikKv26XL._SY344_BO1,204,203,200_C’est une nouvelle étape d’une longue et belle aventure, loin d’être achevée. En 2014, deux jeunes gens passionnés de cinéma se lançaient, d’abord un peu le nez au vent, à la découverte des salles de cinéma qui assurent, en France, la qualité et la diversité de l’offre de films, à un degré sans égal nulle part au monde. Bientôt l’initiative d’Agnès Salson et Mikhaël Arnal attirait l’attention des professionnels et des pouvoirs publics, qui l’ont relayée sans en abimer le côté artisanal, backpackers de la cinéphilie. Régulièrement retranscrit en ligne, le relevé au jour le jour de leurs rencontres un peu partout en France donnait lieu à une description significative au niveau culturel et de politique d’équipement local et régional, mais aussi comme succession de situations vécues, et incarnées. Cette expérience donne lieu aujourd’hui à la publication du petit livre Rêver les cinémas, demain édité par les Atelier Henry Dougier: à la fois description des situations multiples découvertes au cours de leurs périples, études des conditions d’existence et des difficultés de salles spécifiques, affirmation vigoureuse et répétée de la confiance dans l’avenir du cinéma comme lieu autant que comme art et comme industrie, et catalogue d’hypothèses pour des possibles innovations selon les conditions particulières. Soit, de manière synthétique et très accessible, un excellent survol des ressources et des enjeux liés à cet endroit aux vertus décisives, en pleine mutation comme à peu près tout le reste sous les effets du numérique, et appelé à continuer à se réinventer sans se trahir, comme le cinéma lui-même. De leur côté, les vaillants visiteurs de salles obscures poursuivent leur odyssée, à travers l’Europe désormais. On peut lire leur livre, et les billets sur leur site, on peut aussi les aider.

lire le billet

Oshima puissance 9

coffret-nagisa-oshima-9-films-blu-ray-de-nagisa-oshima-1018202843_MLLe coffret que vient de publier Carlotta permet enfin de rendre un peu mieux justice à l’œuvre d’un grand cinéaste moderne, Nagisa Oshima. Celui-ci aura finalement souffert de l’immense visibilité de ses deux films les plus célèbres, films d’ailleurs admirables, L’Empire des sens et Furyo. Ils auront en grande partie masqué l’importance d’une recherche cinématographique portée par une inépuisable énergie critique, et un constant renouvellement dans les éléments de réponses à cette recherche. Prélèvement riche de sens et de diversité dans un ensemble encore bien plus vaste – le premier film d’Oshima date de 1959 alors que le plus ancien des titres ici réunis, Le Piège (1961), est son 5e long métrage, et après le plus récent, Une petite sœur pour l’été (1972), Oshima signera encore 7 films jusqu’à Tabou en 1999 – l’ensemble ici réuni a le mérite de rendre accessibles des films devenus quasiment invisibles. La Pendaison (1968) et La Cérémonie (1971) ont en leur temps été salués comme des chefs d’œuvre, affirmation d’une radicalité stylistique portant le fer dans les conventions et les zones d’ombre de la société japonaise – et pas seulement elle. Le Petit Garçon (1969) démontrait la capacité d’Oshima de croiser cette exigence avec les codes du mélodrame social, quand Le Journal d’un voleur de Shinjuku avait retrouvé l’énergie adolescente des Nouvelles Vagues dont l’auteur des Contes cruels de la jeunesse avait été la figure de proue en Extrême-Orient dès 1960. Il est mort après la guerre témoigne de l’ampleur des recherches du cinéaste sur de nouvelles modes de description des engagements politiques, notamment inspirés par Brecht, en même temps qu’une méditation sur la vérité au cinéma, tandis que l’étonnant Carnet secret des Ninjas avait inventé un forme de mise en film d’un manga d’arts martiaux aussi créatif qu’économique. Le coffret est complété par le rarissime court métrage Le Journal de Yunbogi (24′, 1965).

lire le billet

Passage du cinéma, 4992 (suite et pas fin)

livre_paula1Du au 17 avril a lieu à Lyon la Biennale EXEMPLAIRES, FORMES ET PRATIQUES DE L’ÉDITION . C’est l’occasion de reparler, puisqu’il y est fort judicieusement présenté, l’ouvrage à nul autre pareil conçu par Annick Bouleau Passage du cinéma, 4992. On a déjà évoqué ici ce livre-aventure de la parole et de la pensée avec le cinéma, ses conditions ultra-artisanales de production mais aussi de diffusion incitent à attirer à nouveau l’attention sur lui, alors que s’estompe l’effet du vigoureux soutien qui  lui avait apporté à sa parution Jean-Luc Godard:

Passage_CollageJLGvignetteCeci est donc une amicale mais vigoureuse recommandation à ce procurer Passage du cinéma, 4992, en se rendant sur le site Ouvrir le cinéma.

lire le billet

Widerberg, encore

Quartier_Corbeau-640x334

Distributeur de films et éditeur vidéo, la société Malavida poursuit la salutaire entreprise de réhabilitation de Bo Widerberg, cinéaste suédois injustement tombé aux oubliettes. Après Adalen 31 (1969), son film le plus connu, Le Péché suédois (1963) qui surfa en son temps sur la la réputation de liberté sexuelle associée à la Scandinavie mais vaut surtout comme manifeste moderniste dans l’esprit de la Nouvelle Vague, Elvira Madigan (1967) et ce qui est peut-être le plus grand film de Widerberg, Un flic sur le toit (1976), et avant le seul film américain du réalisateur, Joe Hill, annoncé pour la fin de l’année, la sortie des deuxième et troisième longs métrages du cinéaste élargit la possibilité de connaître cette œuvre centrale du cinéma européen. Film de recherche sous influence néo-réaliste, Le Quartier du corbeau (1964) montre à quel point le cinéma moderne d’inspiration Nouvelle Vague explorant à fleur de peau les émotions individuelles et les rapports intimes peut se tisser avec une évocation historique marquée par des enjeux politiques – le film se situe en 1936 dans le contexte d’élections qui vont marquer l’arrivée au pouvoir de la social-démocratie en Suède. Amours 65 (1965, évidemment) est une recherche sensuelle et aventureuse autour d’un personnage en grande partie autobiographique, dont la référence explicite est Shadows de Cassavetes. Les deux films sont visibles en salle, avant leur sortie en DVD)

lire le billet

Tribune pour le documentaire

demedicina.com_.wp-content.uploads.alerta1_thumb

Tribune – Nous sommes le documentaire

La tribune « Nous sommes le documentaire » a rassemblé 1200 signataires de toutes professions concernés par l’avenir du documentaire de création qui est aujourd’hui gravement menacé suite à la réforme du soutien à la production documentaire.
Nous ouvrons de nouveau l’appel à signature pour ceux qui n’auraient pas pu la signer. Si vous rencontrez des problèmes lors de la signature, écrire à [email protected].

Vue de loin, la production documentaire française se porte bien : en 2013, environ 3000 heures de documentaires ont été produites avec le soutien du CNC ; de plus enplus de films documentaires sortent en salles de cinéma ; les formations universitaires qui enseignent le documentaire se sont multipliées ces dernières années. Les festivals rassemblent un nombre toujours croissant de spectateurs attirés par des programmations riches et diversifiées, systématiquement relayées par la presse nationale qui salue sans cesse la grande inventivité d’un genre cinématographique parmi les plus créatifs du cinéma français. Un lieu d’expression de nouvelles formes narratives et visuelles, souvent engagées, toujours en prise avec le monde.

Mais la vitalité de la création documentaire masque la grande précarité de la fabrication de ces œuvres et leur absence des chaînes de télévision nationale. Par conséquent les réalisateurs, techniciens et producteurs qui travaillent à la création de ces films le font presque toujours dans des conditions matérielles très difficiles.

Dans ces temps politiques troublés, se pose la question de la réinvention du long terme, celui qui va au delà de la surface des choses, et celle du renouvellement de la création dont le but n’est pas de “montrer le réel” ­ ce que de multiples acteurs de la vie sociale contemporaine peuvent faire ­ mais d’aller au delà du miroir, creuser derrière ou sous le réel, rendre compte de sa complexité, de ses paradoxes. Ce champ là, évidemment non réductible à des normes, est une expérience. On ne la trouve plus sur les chaînes publiques soumises au formatage et de moins en moins sur Arte qui réduit le nombre de films ayant cet objectif à peau de chagrin. Peu à peu, parce que c’est une politique insidieuse, ces films, réalisés par des cinéastes débutants comme confirmés, sont visibles uniquement dans les festivals, les médiathèques ou sur des chaînes locales.

Nous, réalisateurs, producteurs, techniciens, diffuseurs locaux, associations, directeurs de festivals, médiathèques, enseignants, qui créons, montrons et étudions ces œuvres, pensons qu’il est grand temps de rebâtir une politique en faveur d’un documentaire affranchi du formatage télévisuel.

Si l’air du temps est au marché, à la vertu de la concurrence et du financement privé, il faut rappeler que le documentaire de création n’existe q​ue par la volonté des pouvoirs publics et que son économie provient presque exclusivement de l’argent public. Et lorsque l’on parle de financement provenant des chaînes hertziennes, les piliers de la diffusion documentaire sont France Télévisions et Arte dont les budgets respectifs sont financés par les contribuables à hauteur de 88% pour France Télévisions et de 95% pour Arte. C​’est donc bien d’un débat public qu’il s’agit.​

Or tous les films d’auteurs sont soumis à la règle qui limite à 50 ou 60% le financement public quel que soit leur mode de production : documentaire audiovisuel ou long­ métrage cinématographique. Ces derniers ne bénéficient même pas, du point de vue du droit social, des souplesses accordées aux longs métrages de fiction. Le documentaire est-­il à ce point dispensable aux yeux des pouvoirs publics qu’on le passe par pertes et profits dès lors qu’il s’agit de réguler durablement le secteur ? Osons la transparence, la vérité de l’audace et la déflation des budgets lorsque les grandes chaînes et les financeurs dits « de marché » ne s’engagent pas sur ces films, et exigeons qu’ils soient exonérés de ce plafond d’aides publiques. Rien ne l’empêche en réalité sauf la volonté politique, il suffit pour s’en convaincre de regarder ce qui se passe chez nos voisins soumis aux mêmes règles communautaires.

Chaque année France Télévisions participe à la production d’environ 1000 heures de « documentaire ». Est il normal qu’elle ne consacre pas au minimum 100 heures par an à des auteurs et à des films qui sont salués partout ailleurs ? Est­-il acceptable qu’elle ne joue pas son rôle démocratique de donner à son « grand public » la possibilité d’avoir accès aux œuvres les plus exigeantes, engagées et inventives de notre époque ? A titre d’exemple, de 2010 à 2012, sur les 143 films documentaires français sélectionnés dans les trois plus grands festivals nationaux du genre, seuls 3 ont été coproduits par France Télévisions !

Cette situation n’a rien d’irrémédiable, rappelons qu’à l’échelle de la Suisse romande la RTS achète chaque année 12 à 20 films issus des sélections du principal festival documentaire suisse.
Aujourd’hui la plupart des films ambitieux artistiquement sont coproduits avec des chaînes locales qui remplissent, avec des moyens dérisoires, cette mission de service public laissée à l’abandon, alors qu’elle figure dans leurs cahiers des charges, par France Télévisions et Arte.

Ce travail d’utilité publique doit être reconnu et soutenu par les pouvoirs publics. Ainsi certaines chaînes locales, celles qui soutiennent réellement la création, pourraient être dotées d’une part minime de la redevance audiovisuelle qu’elles auront l’obligation de consacrer à la production de documentaires d’auteur. A titre d’information les radios locales bénéficient de 29 millions € de la redevance audiovisuelle quand France Télévisions en capte 2 milliards 485 millions €. Ce minuscule transfert ne serait au fond qu’un léger rééquilibrage face à celui nettement plus massif qui a vu les diffuseurs les plus fragiles économiquement prendre en charge, de manière quasi exclusive, le financement des entreprises artistiques les plus risquées et le renouvellement des talents.

Ce texte est cosigné par plus de mille professionnels du documentaire issus de tous ses métiers et de l’ensemble du territoire. Ils appellent collectivement le Ministère de la Culture, le CNC, et les chaînes du service public de l’audiovisuel à une réorientation véritable de leurs politiques vers les œuvres de création.

noussommesledocumentaire.fr

lire le billet

Livre: L’Amour la gueule ouverte

 

CaptL’Amour la gueule ouverte (Hypothèses sur Maurice Pialat) d’Alban Lefranc. Editions Helium. 80 pages. 11,90euros.

Une maison d’édition qui crée aujourd’hui, une collection de livres dédiés au cinéma, cela semble aussi réjouissant qu’improbable. Pourtant ils ne sont pas les seuls, chez Helium, et à rebours de la morosité des temps, on voit fleurir ici et là d’autres initiatives éditoriales, tout comme de nouvelles revues pointent leur nez. Mais parmi les premières livraisons de cette nouvelle collection figure un livre si bienvenu que c’est une deuxième et peut-être encore plus joyeuse improbabilité. Pour évoquer Pialat et son cinéma, Alban Lefranc trouve un ton à la fois familier et exigeant. Il s’adresse tout à la fois au cinéaste et à ses films, interlocuteurs qu’il semble connaitre comme des amis auxquels on ne craint pas de dire leurs quatre vérités. A 1000 lieues des coupages de cheveux en 16 de l’érudition triste comme des épuisantes classifications d’une cinéphilie notariale, Lefranc bat la campagne, une campagne qui aurait pu s’appeler Maurice P. Il se baigne dans ses rivières poétiques, s’affrontent à ses futaies colériques, se roule dans ses herbages amoureux. Il va vite, c’est écrit court et net. Et les films reviennent, comme des chevaux qui se seraient éloignés, comme des nuages poussés par les vents du souvenir, de l’émotion, du geste exact.

lire le billet

Lia van Leer

P9ToMdHlRhDGkenI9yZiprpu1I9hkAh3Xms47UQ_oWWmWuXFJu5yRA69PGocbMG7fe7JWz4dsIz2Va8SnYLsbpYQGioe06uEkQMbsPAfccXDbi6SwyrLIlIB4p10om7v3-d_Hz0ctO98GlzNivVcgE9Uk12sqXfw_iEdiMv3Mc6Gs7mXfBOexnm9YtKUId3TKZoNkQbBDsKXHbq4US17HbWV659Y6K

Lia van Leer est morte à Jérusalem le 14 mars, à l’âge de 90 ans.

Née en 1924 en Roumanie, Lia van Leer s’était installée dès l’âge de seize ans en Palestine, en 1940, fuyant la guerre et l’antisémitisme. Avec Wim van Leer qu’elle épousa en 1953, elle fonda en 1955 le ciné-club de Haïfa, d’où naitra la future cinémathèque de la ville. Animé par une commune passion du cinéma, le couple sauva un nombre très important de films, constituant ainsi une collection privée qui permettra de jeter les bases de la future Cinémathèque de Jérusalem. En 1960, Lia et Wim van Leer avaient produit le documentaire  Description d’un combat de Chris Marker. La même année, Lia van Leer créela Cinémathèque de Jérusalem. celle-ci s’installe en 1981 dans un bâtiment construit aux pieds des murs de la vieille ville, avec le soutien de George Ostrovsky, ami et mécène privé, et du maire de la ville Teddy Kollek. Ouverte à tous les publics, la Cinémathèque de Jérusalem a été et continue d’être un point de ralliement des cinéphiles du monde entier. Lia van Leer s’est évertuée à en faire un espace de dialogue et d’échange entre Israéliens et Palestiniens, un lieu animé par un esprit d’ouverture aux cinémas du monde entier.

Lia van Leer avait aussi fondé et dirigé le Festival International du Film de Jérusalem, qui se déroule depuis trente ans chaque année en juillet dans la ville. Concernée par la mémoire et le patrimoine cinématographique, elle était également curieuse et découvreuse de nouveaux talents, accompagnant le nouveau cinéma israélien et les jeunes cinéastes venus du monde entier. C’était une femme estimée et reconnue pour son talent, son courage et sa ténacité, parlant plusieurs langues et présente tous les ans à Cannes, Berlin et dans les festivals de cinéma du monde entier.

(d’après le communIqué de la CINÉMATHÈQUE FRANÇAISE)

lire le billet