Quand le monde rachète la Ligue 1

Return to Sanders, nouveau tube de l’Abbé Deschamps

Le rachat du PSG par le Qatar rend la Ligue 1 bankable. Les plus grandes entreprises internationales veulent associer leur image à notre top 20. PDPS a des infos inédites sur les négos en cours dans les clubs.

AC Ajaccio: Carlos Slim
L’AC Ajaccio l’a compris, le club corse de France, c’est Bastia. L’AC doit donc se trouver une autre identité. Ce sera le Mexique. L’achat d’Ochoa est une première étape dans leur volonté de séduire Carlos Slim, l’homme le plus riche du monde. Pendant que JMA s’épuise dans les Emirats pour marcher sur les traces du PSG, Ajaccio vise le plus haut possible (après tout, c’est la ville des Bonaparte). On imagine déjà les spectacles de Lucha Libre à la mi-temps et les tacos arrosés de tequila à la buvette. On attend Cuhautemoc Blanco comme directeur sportif.

Auxerre: KFC
L’AJA a deux caractéristiques majeures. C’est d’abord un club de terroir portant haut les couleurs de l’agroalimentaire. Du maillot Duc de Bourgogne à Senoble, le paletot bourguignon est proche du peuple et surtout de son ventre. Un ancrage dans le poulet et la transformation industrielle des aliments qui ne peut pas laisser indifférente une marque comme KFC. L’AJA se démarque aussi par les personnalités qui la représentent. Guy Roux, bien sûr mais aussi Bourgoin, le roi du poulet et ami de Fidel Castro. Des personnes issues du centre de la France, avec un vrai sens entrepreneurial qui s’inscrivent pleinement dans l’histoire du colonel Sanders, icône et fondateur de la ligne KFC.

Lire la suite…

lire le billet

Le «complot du Barça» contre Bachar al-Assad

Bachar et ses copains se marrent aussi devant OM-Quevilly

EDIT: 24/3 Comme le relève le journal Le Monde daté de ce dimanche, nous sommes tombés, et de nombreux sites français avec nous, au piège d’un hoax, c’est à dire d’un faux, d’un canular, lancé sur Internet par on-ne-sait qui, visiblement inspiré par la propagande ridicule habituellement utilisée par le régime syrien, notamment via sa chaine Al-Dounya. Nous faisons donc, chers lecteurs, notre mea culpa pour s’être fait berner comme des bleus.

Comme toute bonne dictature qui se respecte, la Syrie voit des complots étrangers partout. La télé d’Etat est même allée en chercher sur le terrain du Camp Nou.

Pep Guardiola et Leo Messi sont-ils de dangereux terroristes ? C’est ce que croit savoir la télévision d’Etat syrienne Al Dunya. La chaîne, contrôlée par le régime de Bachar El-Assad, n’en finit pas de dénoncer un complot international contre le pays. Elle présente les groupes de rebelles et les déserteurs de l’armée qui combattent les milices présidentielles depuis un an comme des factions terroristes armées par l’Occident et certains pays arabes, comme l’Arabie Saoudite et le Qatar. Mais dans cette guerre de l’information, Al Dunya a dégainé une arme pour le moins surprenante, en accusant le FC Barcelone de faire parvenir des messages codés aux insurgés via ses formations tactiques et sa circulation de balle.

Lire la suite…

lire le billet

Un onze à 75%

Jallet au garde-à-vous devant le bouclier fiscal

Lofteurs, remplaçants, blessés perpétuels ou joueurs surcôtés, ils touchent plus d’un million d’euros par an en tapant dans un ballon. Voilà pourquoi le foot est fou, et à qui il faut appliquer les 75%.

C’est un des grands sujets du moment, une proposition qui polarise vraiment le débat présidentiel. On ne parle bien sûr de la viande halal, mais de la taxe Hollande à 75% pour les revenus à partir d’un million d’euros annuels.

Pour faire court, les “pour” mettent en avant le besoin de solidarité financière face à la crise. On trouve certains de ces dangereux partageux dans le sport de haut niveau, à l’image du sélectionneur de l’équipe de France de hand Claude Onesta, ou de notre bien aimé “cap’tain whisky-cocaSidney Govou. Les “contre” dénoncent une mesure confiscatoire qui fera fuir les riches et les talents à l’étranger. En figure de proue de ces indignés, le président de la LFP Frédéric Thiriez et quelques joueurs de foot, qui s’inquiètent de payer trop d’impôts et théorisent la mort de notre championnat. Pierre Menès peut continuer de s’indigner, on leur rappellera gentiment qu’ils pronostiquaient déjà la fuite des gros salaires en 2009 à l’abrogation du Droit à l’Image Collectif, mécanisme qui permettait de faire des économies de charges salariales.

En première division, le salaire moyen est de 45.000 euros par mois. Un quart des pros dépasseraient le million annuel. Parmi eux, Christophe Jallet est devenu la tête de gondole des footeux-contribuables contre Hollande: “On en a parlé entre nous les joueurs, je ne vous le cache pas. On verra s’il passe mais je doute que cette proposition soit la bonne. Si on était soumis à ce régime, on aurait forcément l’impression de travailler pour pas grand chose (…) Tous les joueurs de football donnent beaucoup de leur temps et de leur argent. S’il y a besoin de taxes supplémentaires, il faut que cela reste dans une certaine mesure. Moi, je n’ai braqué personne pour avoir ce que j’ai.

Donner 100.000 euros par mois à Jallet, c’est bien la preuve que le foot marche sur la tête. On en a donc fait notre capitaine d’un onze de lofteurs, de remplaçants et de footballers surcotés aux poches trop pleines pour être honnêtes. (NB: Sauf mention contraire, le salaire est donné en net mensuel et ressort d’indications de presse. Ce sont donc des estimations). Pour info, on joue en 4-4-2

Lire la suite…

lire le billet