La Jupiler Pro League, le foot sans mousse

SOCCER/

Fortiche, Anderlecht

gravesenLa Jupiler Pro League, le championnat belge, tentait de changer la formule de son championnat pour le rendre plus compréhensible. Comme on est en Belgique, évidemment, c’est raté.

Message avant de lire ce papier pour nos amis belges:  Plat du Pied fait une nouvelle fois preuve de mauvais esprit. Nous avions déjà souhaité la partition de votre plat pays pour récupérer Eden Hazard. Nous continuons en ce sens, souhaitant cette fois-ci la suppression de la Jupiler League.

Le degré de décomposition de la Belgique ne se mesure pas seulement à son record du monde de la carence gouvernementale (la Moldavie serait devant en fait, mais tout le monde s’en fout) mais aussi à son championnat de foot. La Jupiler League oscille entre règlements incompréhensibles, magouilles des clubs et déchéance du niveau de jeu. A croire que les dirigeants ont abusé de la mousse du sponsor en repensant leur championnat.

Oui, la Belgique est bien en train de se saborder. Et pour une fois, les nationalistes flamands du Vlaams Belang n’y sont pour rien, pas plus que l’incurie de la maison royale ou la ghettoïsation de Charleroi.  Seuls coupables: les dirigeants de la Ligue de football belge, qui gère la Jupiler league, en train de faire Hara-kiri à leur championnat alcoolisé (oui on va vous saouler avec la métaphore de la bière tout au long de l’article).

En vue de relancer l’intérêt d’un championnat passablement inégal (Anderlecht gagne et laisse des miettes parfois à Bruges et au Standard) et manquant cruellement de suspense, les potentats d’outre-Quiévrain (eh oui, c’est comme ça qu’on dit) nous avaient déjà pondu un règlement incompréhensible.  Pour ceux qui ont raté des épisodes, on vous laisse juger par vous-mêmes. Attention, concentration.

Le championnat principal de cette année se joue à 16 en matchs allers-retours (jusque-là, facile).

  • Les 6 premières équipes sont qualifiées pour les play-offs 1

Elles gardent la moitié des points engrangés lors de la première phase et se rencontrent en matchs A/R. Le premier est champion, qualifié pour le 3e tour de la C1 avec le deuxième. Le troisième va en Ligue Europa.

(On commence tranquille.)

  • Les 8 équipes suivantes sont réparties en deux poules, qui forment les play-offs 2

Le nombre de points est remis à zéro, c’est à dire que le 7ème de la première partie du championnat se retrouve avec le même nombre de points que le 14ème. Les premiers de chaque poule s’affrontent ensuite en aller-retour. Le qualifié joue le dernier billet pour la Ligue Europa dans un “test match” (barrages, ça fait vieux) aller/retour  contre le quatrième des play-offs 1.  Concrètement, pour prendre l’exemple de la saison dernière, Genk, qui avait fini 11e de la première phase, a tapé le dernier billet européen à Saint-Trond, qui avait fini 5e avec 8 points de plus, tandis que Courtrai, 4e de la première phase, a fini bredouille. C’est ce qui s’appelle ne pas mettre de vaseline, et ce n’est pas fini.

  • Les 2 équipes qui ferment la marche s’affrontent dans les play-offs 3

Depuis cette année, c’est en une série de cinq matchs, sachant que l’avant-dernier part avec un avantage de 3 points et dispute trois rencontres à la maison. Avant de participer au “Tour final” avec les équipes arrivées de 2e à 4e de l’EXQI League, la D2 locale, qui l’année dernière était elle-même en faillite virtuelle, pour l’anecdote.  Lors de ce mini championnat à quatre, seul le vainqueur assure son maintien ou sa montée dans la mousse de la Jupiler.

Pour remédier à cette hallucination collective, la Ligue avait donc décidé de réformer le championnat. Potferdeke, encore raté! Car le championnat belge est encore dirigé par une bande de gros pardessus avec des panses à bières, dignes de Strip-Tease. Lassés du n’importe quoi et de la décomposition d’un championnat relégué loin derrière la Roumanie et l’Ukraine à l’indice UEFA, douze des seize clubs avaient voté pour le retour à une poule unique de dix-huit. Mais la belgitude des choses étant ce qu’elle est, le gang des quatre gros (Anderlecht, Genk, Fc Bruges et La Gantoise) est parvenu à arracher vendredi dernier à la Ligue de renouveler la formule en vigueur, avec de succulents aménagements et des compensations financières à gogo. Dans les coursives, on n’hésite pas à parler de graissage de pattes et de petits accords en marge du dernier mercato. Cerise sur le gâteau réglementaire, la course à la descente prendra en compte, à partir de l’an prochain et si on en reste là, les résultats des trois dernières saisons, avec une pondération (sortez vos calculettes) si le relégué est un promu de la saison précédente, ce qui n’est franchement pas très rare.

En attendant une décision définitive, le circuit se poursuit alors qu’il n y aura peut-être pas de relégués, dans le cas d’un retour à 18. Du coup, les commentateurs s’arrachent les cheveux dans le pays du roi Ubu. Pour John Baete, de Sport Magazine“Foot et politique belges, même combat: la réforme ne se fait pas… A l’étranger, on peut désormais rire d’une Belgique sans gouvernement et de son football sans formule arrêtée pour le prochain championnat !”

Décrit par lui, la Jupiler League ressemble vraiment à un épisode de Dallas. Le Standard soupçonne qu’on le trompe, tandis que ça partouze à quatre. Ah oui, comme le rappelle Baete, le mec qui est censé ramener tout le monde à la raison, le dirigeant de l’Union Belge de foot, Steven Marten, vient du monde du tennis et n’y connaît rien. A la fin, il n’y aura pas vraiment de suspense pour savoir qui a tué JR, ça sera un meurtre collectif et prémédité, comme dans Le Crime de l’Orient-Express.

Que nous restera-t-il, hein?, a raison de se demander Joharno, le plus célèbre supporter d’Anderlecht (à ne pas rater, son blog).

Tout ça sent l’huile de frites froide, c’est clair. Conséquence de ce bazar généralisé, aucun accord sur les droits télé n’a été atteint, ce qui met le championnat dans une merde financière noire, puisqu’on se demande comment un diffuseur peut vouloir acheter une compétition en pièces détachées. Le Standard de Liège, qui a pris le parti de la poule unique contre les autres “gros” clubs, menace désormais de négocier de son côté des droits télés individualisés, à la sauce espagnole, aux dépens de la négociation collective (version Ligue 1).

Et sinon, au niveau sportif, Genk est en tête, devant Anderlecht, dont le peuple vit toujours pour le «classico» mousseux contre le Standard (Sclessin). Charleroi est dernier. Ouais, la ville la plus pourrie du monde.

François Mazet et Clément Noël

Suivez-nous aussi sur Facebook et sur Twitter

EDIT: à voir aussi, l’infographie sur le fonctionnement du football belge, créée par le blog Moustache football club.

Crédits photos: Reuters, Anderlecht contre Bruges.


26 commentaires pour “La Jupiler Pro League, le foot sans mousse”

  1. Slt les gars,

    votre “stayle” et votre “orthografe” sont quand même plus que limite …

    Dommage vous abordez pas la question frontale du championnat belge où l’on a 4/5 clubs potables qui peuvent avoir des spectateurs et des clubs perdus au milieu de nul part, pire que Arles-Avignon en France comme Eupen par exemple ….

  2. […] Pour retrouver le billet complet de Slate: Le foot sans mousse. […]

  3. Y’a un problème. Je suis allé sur le blog de moustache et c’est la même. Si le perdant des play off 3 descend, et que seul le vainqueur du tour final D2 monte, on se retrouve avec un championnat à une équipe de moins l’année suivante, soit 15 (et c’est encore plus drôle de faire un championnat à 15, ça permet de faire que toutes les équipes ne jouent pas toutes les journées). Ou alors c’est tellement compliqué que vous avez pas pité la vraie formule du championnat belge.

  4. Petite précision:
    La division 1 de football belge est la Jupiler Pro League.
    La Jupiler League est la division 2 de football Hollandais.

  5. “Cerise sur le gâteau réglementaire, la course à la descente prendra en compte, à partir de l’an prochain et si on en reste là, les résultats des trois dernières saisons, avec une pondération (sortez vos calculettes) si le relégué est un promu de la saison précédente, ce qui n’est franchement pas très rare.”

    Le championnat argentin fait la même chose, et ça donne parfois des résultats surprenants, ou une équipe est bien placée dans un demi-championnat (il y a un champion ‘Apertura’ pour les matches aller et un champion ‘Clausura’ pour les matches retour) mais lutte pour ne pas descendre a cause des 2 années précédentes.
    Ah, et la qualification en Copa Libertadores est basée sur la saison complète, sauf pour Boca et River qui sont qualifiés d’office…

  6. Merci pour le relink Slate :)

    @Steukestion : Exact, je corrige mon erreur, le 1er de D2 monte directement en 1ère division, le 2/3/4e participe à la phase de poule, merci bien :)

  7. J’aurais plutôt dit “Le foot EN mousse”

  8. Apparemment, il n’y a pas que le championnat belge qui est mauvais ! Jamais lu un article aussi mauvais ! C’est tellement plein de préjugés que ça en devient proprement dégueulasse … “Charleroi est dernier. Ouais, la ville la plus pourrie du monde.” Là on atteint le sommet de la connerie quand même !!! Y avez-vous déjà seulement mis un pied ?! Franchement, dommage … parce qu’un avis étranger était plus qu’intéressant, la forme n’y est malheureusement pas =)

  9. @gaetan bien vu, on a corrigé, au moins dans le titre et le chapeau, après, on reste sur l’usuel, hein

  10. Qu’est-ce que cet article a pu me faire rire. Je suis de l’autre côté de la frontière et en ce qui me concerne, j’ai adoré. Encore svp =)

  11. et encore moi je suis de la Belgique et la d2 on ne calcule pas les montants sur les 2,3,4,5 emes place mais un système de tranche il y en à trois sur un championnat et ca veut dire si vous avez terminé 1er d’une tranche et que à la fin du championnat vous terminez 13 emes et vu que vous jouerais le tour final pour monter en d1 le 13 emes peut ce voir monter en d1 c ridicule mais nous on voudrais un championnat norma mdrrrrrrrrrr

  12. Petite précision : la Belgique n’a pas encore battu le record du monde de l’absence de gouvernement. Elle le battra dans 26 jours, après 289 jours “sans gouvernement” (Irak). L’organisateur de la manifestation à Louvain-la-Neuve a fait l’erreur dans son discours, c’est pourquoi beaucoup de médias l’ont faite. Ce que la Belgique a battu, c’est le record de la plus longue absence d’ACCORD gouvernemental. Nuance…

    ->> http://lerecorddumonde.be/

  13. y a plus drole, vu que pour la descente on est dans un calcul d’une moyenne sur les 3 dernières années, on peut très bien imaginer que courtrai qui a fini 4ème l’année passée et finira probablement 8 ème ou 9ème cette saison, aligne une équipe de junior, finisse la saison avec o points et se maintienne. pays de merde

  14. Pour une fois que quelqu un reponds aux commentaires, on va pas se plaindre :-)

  15. Je ne suis qu’au début de l’article et c’est deja n’importe quoi. Premièrement je trouve que recevoir des conseils politiques d’un pays qui se dirige de plus en plus vers une droite presque discriminative, n’est franchement pas un gage de qualité. Je me demande s’il vaut mieux avoir un pays sans gouvernement provisoire, ou un pays dirigé par des abrutis complexés et de droites… Deuxièment, les problèmes politiques viennent de la NVA et pas du vlaams belang ( qui ne mérite même pas de majuscules)… Je me demande sérieusement si ca vaut la peine de lire la fin de l’article..

  16. Je suis belge, contre la réforme de la D1 et j’ai bien rigolé de votre article. Pas parce qu’il est drôle mais parce que l’auteur passe pour un béotien.
    Mais bon c’est habituel de la part de ces bouffeurs d’escargots de français. Y sont juste bons à avoir une équipe nationale en grève, à avoir des bleus noirs, à se rincer la geule au pinard et à se casser les dents sur des baguettes matins, midis et soirs!
    C’est cool les clichés! Merci bien les siphonnés du béret!

  17. Je trouve que cet article, bien que basé partiellement sur certaines vérités, est particulièrement vexant et déplacé! J’habite Charleroi et je suis choqué qu’on parle ainsi de ma ville. Regardez déjà les merdes qui existent en France et arrêtez de vous prendre pour les rois du monde… pour rappel, la coupe du monde 98 se déroulait là-bas… Coincidence quand tu nous tiens…
    Alors je trouve ça osé de critiquer. Oui, la réforme est débile. Oui, on est un petit pays de football. Mais on s’occupe de nos histoires…

  18. Ah oui, si jamais, pour information… Nous ne possédons pas de gouvernement fédéral mais le pays fonctionne toujours car nous avons d’autres gouvernements qui dirige les régions, communautés et provinces (genre de départements).

  19. Les auteurs de l’article feraient bien de se renseigner et de vérifier leurs dires :

    Que peuvent-ils nous dire à propos de la scission en deux ligues du football belges ? Eh oui, les problèmes communautaires sont aussi présent dans le foot et je vous conseille de voir la composition des instances dirigeantes de la Ligue pro et de l’UB.

    Je voudrais savoir si, en France, lors du championnat, l’équipe A rencontre l’équipe B ? En effet, si vous voulez 16 matches aller-retour (en Belgique), il faut que l’équipe première rencontre la réserve du même club.

    Puisque vous prenez Joharno comme exemple (qui est rejeté par les vrais supporters de toutes les équipes), on pourrait vous parler de la main d’Henri et de A. Wenger qui déclare qu’il aurait dû se dénoncer (Arsenal, sous la houlette de Wenger est revenu dans le match à Sclessin grâce à une phase similaire. Mais Wenger n’a rien dit). On peut aussi parler de Domenech, Zahia, Anelka, etc. Mais c’est vrai, l’équipe de France n’a pas fait rire l’Europe, mais le monde entier.

    Pour les droits télé, ils n’en ont même pas encore discuté. Alors comment voulez-vous qu’un accord ait été trouvé ?

    Vous oubliez également de nous parler de la “bande des quatre” qui prêtent des joueurs, en achètent d’autres à des prix surfait, etc. pour faire changer une décision prise démocratiquement par onze voix contre quatre…

    Alleï, comme dirait votre nabot caractériel : “Casse-toi, pov’ con”.

    Un Rouche.

  20. C’est excellent… rien à ajouter…

    Suis Belge, et suis profondément dégoûté de ce pays de merde… Vivement la fin…

  21. Juste pour Charleroi… c’est encore pire que ce que vous imaginez… 😉

  22. […] foot en soi, c’est pas mal (sauf la Jupiler Pro League). Le foot quand ça joue bien au ballon, c’est mieux. Le foot, quand ça joue bien et que le […]

  23. […] foot en soi, c’est pas mal (sauf la Jupiler Pro League). Le foot quand ça joue bien au ballon, c’est mieux. Le foot, quand ça joue bien et que le […]

  24. Juste pour dire que l’article m’a bien fait rire, mais que les commentaires outrés (ou injurieux, ou les deux) qu’on trouve en dessous sont encore plus drôle.

    Pour les pisse-froids et les coincés de la frite, rassurez vous, il est très probable que la Jupiler Pro League ait pour modèle l’administration française. C’est le même délire kafkaïen.

  25. […] bien une pinte de Jupiler league, le championnat de nos  voisins préférés ? Pour résumer ce qu’on vous a déjà expliqué ici (en longueur et avec brio),  cette compétition sans queue ni tête se joue en deux phases: une […]

  26. […] finda per vous l’esplicà. Aloura v’arecoumandi aqueù propì bouòn article : « La Jupiler Pro League, le foot sans mousse […]

« »