Les revues s’habillent en noir

Mauvais Genre le retour ! Après de nombreuses semaines à l’ombre, votre blog reprend du service. Les aléas de ce métier ont fait qu’il m’était devenu difficile de poster par ici comme je vous l’avais expliqué dans un précédent post. Mais me voici de nouveau parmi vous, prêt à remonter au braquage… Pour se remettre en route, un petit tour du côté des publications spécialisées et dédiées au polar s’impose. Lire la suite…

lire le billet

Vis ma vie de narco

Osito

Une grande partie de la cocaïne importée en Europe entre 1999 et 2003, c’est lui. Osito, l’Ourson en espagnol, aujourd’hui retiré des affaires, raconte le quotidien d’un narcotrafiquant dans un livre choc*. Rencontre avec un homme pas ordinaire. Lire la suite…

lire le billet

Sur Saturne, on tue des innocents

SaturneFoisonnante production que celle du polar et difficile de suivre le rythme, de faire des choix de lectures pertinents et de vous les soumettre ici même, d’autant que les semaines filent et que je me rends compte que je n’ai rien posté depuis deux semaines… Des dizaines de romans ont été publiés depuis le mois de septembre, alors que faire ? Vous parler de l’un de ceux qui m’a le plus marqué ces derniers temps, tout simplement. Direction l’Italie donc, avec Saturne de Serge Quadruppani. Lire la suite…

lire le billet

Ellory, new king of polar

Non, vous n’avez pas mal lu, il n’y a pas de coquille, je parle bien d’Ellory, pas d’Ellroy. Outre l’anagrame de leurs noms, un autre point commun rapproche les deux presque homonymes : le talent. Si le grand James traîne sa carcasse et sa moustache dans les librairies du monde entier depuis plusieurs décennies déjà, Ellory, quant à lui, est un petit nouveau qui a déboulé en France en 2008 avec un premier texte remarqué, Seul le silence (vendu à plus de 40 000 exemplaires en grand format et à 200 000 en poche) par l’entremise d’une jeune maison d’édition, Sonatine, qui frappe toujours juste. Vendetta, son second roman, a reçu un accueil similaire et il est à parier que Les Anonymes, publié aujourd’hui, fera encore parler de lui. L’auteur a bien voulu m’accorder quelques minutes de son précieux temps lors de son passage à Paris. Rencontre.

Lire la suite…

lire le billet

La face cachée des fachos

Opération Goliath

L’excellent auteur anglais David Peace déclarait récemment lors d’un tchat sur le site de Libération : “je crois que la fiction peut éclairer la réalité.” Cette affirmation s’applique parfaitement à une nouvelle collection de polars lancée par la maison d’édition Les Carnets de l’Info. Une collection baptisée Fiction documentée. Premier livre à paraître le 14 octobre prochain : Opération Goliath, de Denis Alamercery. Une plongée au coeur des réseaux mafieux et néo-nazis. Lire la suite…

lire le billet

L’employé du mois

C’est la rentrée et, pour ce premier post d’après les vacances, direction le bureau bien sûr. Mais pas n’importe lequel. Celui où nous entraîne Paul Cleave, jeune auteur de 36 ans, avec son premier roman, Un employé modèle. Sans aucun doute le polar le plus original publié ces dernières semaines. Lire la suite…

lire le billet

Polars à la plage

madameflingue

Avant de baisser le rideau noir pour quelques semaines, un dernier post pour vous parler de quatres livres que vous pouvez emporter avec vous sur votre lieu de villégiature. Mais avant cela, trois liens qui prouvent que le polar continue de bien se porter. D’abord, quand le Wall Street Journal accorde un papier d’une page entière au renouveau du roman noir, c’est que c’est du sérieux. “La vague mondiale de la fiction criminelle”, titre le grand quotidien économique qui, sous la plume d’Alexandra Alter, fait le tour du monde des polars et annonce une petit révolution chez les gringos, jusqu’ici très “patriotes” dans leurs lectures. Les éditeurs US, ainsi que les lecteurs, commencent à s’intéresser aux auteurs étrangers. C’est l’arrivée du polar exotique (Japon, Nigeria, Mexique) au pays de l’Oncle Sam. En France, même l’hebdomadaire Stratégies, spécialisé dans les médias et la communication s’y est mis avec une Une consacré au fait divers (un papier réservé malheureusement aux abonnés en ligne). “Au bonheur des drames”, titre le magazine dans une enquête qui prouve que le crime profite aux médias (vu les audiences des nombreuses émissions TV). On apprend dans cet article bien documenté que Le Nouveau Détective affiche une diffusion payée de plus de 382 000 exemplaires par semaine. De quoi faire rêver bon nombre de patrons de presse… Enfin, une longue dépêche AFP, reprise notamment dans Le Point, vient clore cette petite revue de presse. “Le polar n’est plus un mauvais genre, il est sorti de son ghetto, affirme l’agence de presse, il est devenu un genre majeur de la littérature.” Je suis, bien sûr, tout-à-fait d’accord 😉 Lire la suite…

lire le billet

Qui veut la peau de McEvoy ?

L'épouvantail

Michael Connelly revient en pleine forme. Il était temps, après quelques déceptions, l’auteur – entre autres – de Créance de sang, Echo Park et Le Verdict du Plomb, nous livre ici l’un de ses meilleurs polars. Dans L’Epouvantail, il délaisse son personnage fétiche Harry Bosch mais le lecteur assidu reste en terrain connu puisqu’il retrouve Jack McEvoy, le journaliste de l’excellent Le Poète (son meilleur roman), en bien mauvaise posture. Lire la suite…

lire le billet

Dallas, ton univers impitoyable

Couv22nov63Le 22 novembre 1963, John Fitzgerald Kennedy, président des Etats-Unis, est assassiné à Dallas. Voilà le point de départ du roman d’Adam Braver. Encore un livre sur le complot contre JFK pensez-vous ? Faux. L’auteur, à la manière de Short Cuts de Robert Altman, nous donne à voir la grande histoire à travers les yeux des protagonistes directs du drame et de certains personnages secondaires. Lire la suite…

lire le billet

Romans noirs pour nuits blanches

Collectif Nuit blancheL’identité nationale du polar français. Tel pourrait être le (mauvais, je vous le concède) slogan de la nouvelle collection que viennent de lancer les éditions Plon, Nuit blanche. Quatre jeunes auteurs bien de chez nous ouvrent le bal. Quatre talents prometteurs du thriller, qui démontrent toute la vivacité de la littérature noire et bleu, blanc, rouge. Originalité, obscurité, perversité et efficacité sont au menu. Miam !

Lire la suite…

lire le billet