Facebook: mes amis, mes amours, mon actu ?

facebook

Un des thèmes les plus abordés dans mes cours d’entrepreunariat, de réseaux sociaux, et par les nombreux invités qui passent à l’école, c’est l’idée qu’on a envie de lire ce que nos amis nous suggèrent.

Peut-être que vous avez fait (ou faîtes encore?) partie des lecteurs qui aiment découper leurs articles préférés pour les ramener chez eux et les afficher dans leur chambre ou les faire lire à leur famille, ou peut-être abusez-vous du bouton «envoyer cet article par email» sur tous les sites d’infos.

Personnellement, je me suis aperçue que j’avais arrêté de lire mes flux RSS pour ne plus me satisfaire que de Twitter, Facebook, et de mes sites préférés pour me tenir au courant de l’actualité. (Depuis que j’ai commencé ce blog, je me suis remise aux liens RSS. Twitter me sert d’entrée dans l’info du jour mais je l’utilise aussi pour suivre des amis, Facebook m’offre des trouvailles d’actu mais je m’en sers plutôt pour un usage personnel, tandis que mes liens RSS forment une page entièrement dédiée à ce qui se passe dans les nouveaux médias.)

Recherche sociale

On a beaucoup parlé de Google Buzz ces dernières semaines, mais la version publique de Google Social Search, lancée un peu plus tôt sans trop de fanfare, est beaucoup plus impressionnante: quand vous avez besoin d’information, vous tapez quelques mots clés dans le moteur de recherche; sauf qu’en plus des résultats habituels (news, photos, pages webs et — depuis peu — derniers tweets), Google propose également des résultats tirés de votre réseau, affichés en bas de la première page. Votre réseau est automatiquement défini par vos contacts gmail, comme Buzz, et vous pouvez y ajouter votre compte Twitter ou Friendfeed.

Il s’agit carrément de considérer vos connaissances comme vos sources d’informations: si j’hésite à louer un film, en plus des critiques et de la page Wikipédia qui lui est dédiée, je verrai le post de Charlotte qui l’a démonté méthodiquement sur son blog, et celui de Luisa qui l’a défendu. «Ce n’est que la première étape d’un effort continu pour que la recherche web Google soit toujours aussi sociale que le web lui-même», expliquait l’entreprise sur son blog. Tout est dit. Google n’est pas en compétition avec Twitter, mais en compétition avec le web même. Et Facebook l’est tout autant.

Facebook comme source de trafic pour les sites d’infos

Facebook vient de devenir le deuxième site le plus visité aux Etats-Unis, dépassant Yahoo! et se rapprochant tranquillement de Google. Pour devenir le premier site que l’on ouvre en allumant son téléphone ou son ordinateur, Facebook doit permettre à ses utilisateurs de tout faire: d’où son champ de recherche, qui propose aussi des résultats tirés du web, des posts de vos amis, ou des posts de l’ensemble des utilisateurs.

Pour fêter ses six ans, le site de Mark Zuckerberg a publié un post sur son blog proposant aux utilisateurs de se servir de Facebook pour créer leur propre chaîne d’infos personnalisée, en réunissant les flux de leurs fan pages préférées en une liste d’amis. «Vous pouvez vous tourner vers Facebook pour partager des informations, entrer en contact avec des médias et discuter de l’actualité avec d’autres. Les informations que vous lisez sur Facebook peuvent être aussi diverses que les amis et les médias auxquels vous êtes connecté», assurait le billet.

En six mois, le partage de liens sur le site a augmenté de 500% alors que le nombre d’utilisateurs a un peu moins que doublé dans le même laps de temps. Il reste loin derrière Yahoo, Google et MSN dans les sources de trafic vers des sites d’information, mais est devenu la 4e source de trafic de ces sites, devant Google News et, surtout, devant Google Reader.

Les médias s’adaptent

Facebook et Twitter incitent à se passer du jugement éditorial des médias eux-mêmes pour faire de nos amis nos rédacteurs en chef, en charge de nous tenir au courant des informations les plus importantes.

Plutôt que de paniquer, plusieurs médias essayent de s’adapter au mieux à ce phénomène en allant chercher les lecteurs là où ils sont, et en cherchant à bâtir avec eux des relations plus «amicales».

Dans un récent billet, Alice Antheaume notait que les communautés des sites d’info se diluaient. Pour résister à cette tendance, de plus en plus de sites utilisent Facebook Connect ou d’autres moyens d’identifications du même type: arrivé sur un site, il vous suffit de cliquer sur un bouton pour commenter sur un article depuis votre compte Facebook/Twitter/Google sans avoir besoin de créer un compte spécifique au site. Le système permet aussi de partager des articles que vous avez aimé sur votre Wall plus facilement, faisant ainsi voyager l’information grâce aux lecteurs.

D’autres cherchent à se servir de Facebook pour leur travail de reportage même: après le tremblement de terre en Haïti, deux reporters du Wall Street Journal sont partis suivre un américain à la recherche de sa famille dans les décombres. L’histoire s’actualisait sur Facebook, renvoyant régulièrement vers le Wall Street Journal. Pour les Jeux olympiques, le New York Times a ajouté un onglet dédié à l’évènement dans sa page Facebook, plutôt que d’en créer une nouvelle. Le résultat est ici, et avec son flux Twitter, ses vidéos, ses articles et son sondage, ressemble beaucoup plus à une page d’un site d’info qu’à une page Facebook!

Utilisez-vous Facebook comme source d’information? Faîtes-vous plus attention aux articles que vos amis vous envoient qu’aux autres? Aimeriez-vous que plus d’actu se fasse sur Facebook directement plutôt que sur les sites d’infos?

Cécile Dehesdin

Des questions, des envies, des idées? Dites-moi tout dans les commentaires, sur Twitter (@sayseal), sur la page Facebook du medialab, ou envoyez-moi un mail à cecile.dehesdin (@) slate.fr

(Photo par Andrew Feinberg, via Flicker)

5 commentaires pour “Facebook: mes amis, mes amours, mon actu ?”

  1. Utilisez-vous Facebook comme source d’information? Sûrement pas car impossible de vérifier la fiabilité des infos.
    Faîtes-vous plus attention aux articles que vos amis vous envoient qu’aux autres? Pas toujours, l’amitié ne m’aveugle pas.
    Aimeriez-vous que plus d’actu se fasse sur Facebook directement plutôt que sur les sites d’infos? Hey you’re kidding or what?

  2. J’ai un peu l’impression que les journalistes et les blogueurs généralisent abusivement leur utilisation des réseaux sociaux.
    Sachant qu’il n’y a qu’eux qui en parlent sur le Net, ils ont l’impression que c’est une généralité.

    Leurs objectifs d’attirer un maximum de lecteurs (réguliers) est une fonctionnalité que permettent les réseaux sociaux, mais je ne suis pas sur que ce soit le but de la majorité des utilisateurs, à part quelques égocentriques (politiques, etc.).

    C’est pour cela aussi que Twitter reste encore loin de Facebook, il est plus fait pour des profils de journalistes ou pseudo-célébrités, s’adressant à des inconnus.

    Je ne vais pas généraliser mon cas, mais si un des mes amis Facebook commence à publier abusivement de l’info, il va finir masquer !

  3. A lire cet article intéressant sur facebook d’un site que je viens de visiter

    Facebook, les dérives d’une success story
    Par Ibra Khady Ndiaye

    Facebook nouveau psy ou nouveau confessionnal des temps modernes ? Dans tous les cas, suscitant un véritable engouement, il connaît aussi des dérives : licenciement, meurtre, espionnage, course effrénée aux amis, commentaires blessants… Le réseau social peut être une véritable bombe à retardement. Et ceux qui résistent à la vague, sont des ringards aux yeux des adeptes. Facebook, le réseau social planétaire a célébré les 400 millions d’inscrits en février. En un laps de temps record, il est devenu un (…)

  4. @Schindler: Les infos sur Facebook sont tout simplement celles que mettent en ligne vos amis, s’ils mettent en ligne un lien vers une publication, elles sont aussi fiables que la publication elle-même, non? Pourquoi est-ce que vous n’aimeriez pas que Facebook devienne un lieu où les médias cherchent à informer?

    @Blue: C’est vrai qu’on a cette tendance à généraliser nos comportements, mais c’est Facebook même qui encourage ses utilisateurs à se servir du site comme d’un site de news!
    Donc ça ne vous plairait pas qu’un de vos amis publie des infos, parce que vous voulez que Facebook reste un lieu de fun?

    @passant: avec un lien vers l’article, ça serait mieux! :)

  5. […] phénomène n’est pas nouveau: Facebook avait déjà commencé à s’immiscer dans notre façon de consommer de l’actu. Mais il  confirme la décrue des entrées par la page d’accueil au profit de chemins […]

« »