Comment le web en temps réel ringardise complètement Google

webrealtime

Au début de la semaine, les blogueurs américains se sont beaucoup moqués de Rupert Murdoch lorsqu’il a annoncé dans une interview à Sky News qu’il comptait ne plus faire référencer ses sites par Google. Mais un blogueur soutient au contraire que Murdoch a tout compris: il affirme que Twitter dépasse Google dans les endroits où trouver des infos qui viennent de sortir, que Twitter, avec ses 140 caractères, ne représente aucune menace pour les sites d’information, et permet en plus à ces sites de faire parvenir les news directement à ses lecteurs. «Devoir chercher et trouver ses news via des moteurs de recherches, c’est tellement 2008».

Cet épisode était l’introduction parfaite à la quatrième leçon d’entrepreunariat de Ken Lerer du Huffington Post, sur la «social distribution in real time». Il a invité John Borthwick, le PDG de Betaworks, une entreprise qui investit dans des start up de médias sociaux (Twitter, Bit.ly, Tweetdeck, Outside.in, Tumblr), à venir nous parler du «Web en temps réel» et des médias sociaux.

«Nous sommes dans une étape similaire à 1995», affirme John Borthwick, «nous sommes en train de repenser le web». Après les portails puis les moteurs de recherches, il estime que les médias sociaux en temps réel sont les prochains outils dominants du web. «Je ne dis pas que la recherche va disparaître, mais que les médias sociaux viennent s’y ajouter».

Rien de révolutionnaire dans le fait de souligner l’importance de Twitter et Facebook? Pour Borthwick, la page web telle qu’on la connaît est en train de disparaître. «Elle est atomisée et l’info va être représentée à la place par des flots de données». Rappelant les nombreuses métaphores qui peuplent notre utilisation du web («page», «marque-page», «architecture», «navigation»), il estime que «la métaphore de la page nous a amené jusqu’à un certain stade, et maintenant elle se dissout», pour laisser place aux flots.

La lenteur de Google

«Google parcourt les plus gros sites d’infos toutes les trente secondes, les blogs tous les deux ou trois jours, le web toute les trois semaines. Donc vous pouvez trouver un lien super sur Twitter qui vous pointe vers une page quelconque. Si vous faites une recherche, la page n’est pas encore en haut des résultats Google parce que Google ne promet pas l’immédiat mais le long terme, la croissance organique», explique John Borthwick.

Avec l’arrivée de Facebook et surtout de Twitter, qui permettent de répandre l’information immédiatement, la donne change. «On pensait qu’on pouvait tout trouver avec Google, mais depuis que les gens veulent trouver “là, tout de suite”, on se rend compte que ce n’est pas le cas».

Même si John Borthwick ne voit pas les moteurs de recherche disparaître, il croit résolument que les médias sociaux qui distribuent l’info en temps réel vont prendre de plus en plus d’importance.

Et les médias dans tout ça?

Pour ce qui est du real time web, c’est tout bénef pour les journalistes: je vous avais raconté comment on pouvait savoir en temps réel sur quoi des internautes cliquaient, et donc tester des titres pour voir leur effet sur le lecteur. Chartbeat (une des compagnies de BetaWorks) vous montre votre trafic évoluer en temps réel: combien de gens sont sur votre site à un instant T, où ils vont exactement, d’où ils viennent, combien de temps ils restent, et qui parle de vous sur Twitter. Vous voulez comprendre pourquoi vous avez eu un pic d’audience à tel moment? Pas de problème, Chartbeat le rejoue pour vous.

Quant à ce qui en découle, la «social distribution in real time», Ken Lerer conseille de bien réfléchir avant de lancer une start up basée sur le contenu, et propose d’en lancer plutôt une basée sur les médias sociaux et les flots d’infos. «Vous n’auriez pas de contenu produit par une rédaction maison, mais c’est une autre façon d’aggréger et de trier l’information».

Les rédactions existantes qui aimeraient bien survivre devraient davantage intégrer les médias sociaux aux sites d’infos, estime-t-il, parce que les gens s’habituant à recevoir leurs news par Twitter ou Facebook, ils aimeraient que le contenu des sites d’infos soit présenté d’une façon qui leur est familière. Il donne évidemment en exemple le Huffington Post, et à juste titre: depuis le lancement des listes Twitter, le HuffPo s’est mis à couvrir des événements en les intégrant à son site. Pendant les World Series, on pouvait par exemple suivre un match de baseball en direct via trois listes twitter: une de journalistes sportifs spécialisés, une des fans des Yankees, une des fans des Phillies.

Twitter survivra

Alors que Borthwick parlait de Tweetdeck, une des entreprises dans lesquelles BetaWorks a investi, un des élèves lui a — fatalement — posé la question du business model. Après tout, Lerer et Borthwick veulent voir les médias investir du temps et de l’argent dans les médias sociaux dont le futur n’est pas forcément assuré.

«Si vous construisez une marque assez importante, vous trouverez un business model, ne vous inquiétez pas pour ça. Les recettes sont une distraction, du moins pour les petites entreprises technologiques», affirme Ken Lerer. John Borthwick a pris l’exemple des navigateurs, qui ont fait beaucoup d’argent grâce à l’accord signé avec Google pour que le moteur de recherche soit le moteur par défaut de la search box en haut à droite. «Firefox a pu signer cet accord uniquement parce qu’il avait beaucoup d’utilisateurs, et Tweetdeck est un software à télécharger, comme Firefox».

Et de conclure que les fondateurs de Twitter s’inquiètent sans doute beaucoup moins de leur futur économique que le reste du monde.

Cécile Dehesdin

Des questions, des envies, des idées? Dites-moi tout dans les commentaires, sur Twitter (@sayseal), sur la page Facebook du medialab, ou envoyez-moi un mail à cecile.dehesdin (@) slate.fr

(Photo: Web interaction HD frame9, par Zeno via Flickr)

22 commentaires pour “Comment le web en temps réel ringardise complètement Google”

  1. [...] Ce billet était mentionné sur Twitter par Cecile Dehesdin, sabineblanc. sabineblanc a dit: Certes aux EU mais en France, Twitter marginal RT @sayseal [Medialab] Comment le Real Time Web ringardise Google http://bit.ly/1JlEwk [...]

  2. Plutôt que de lire l’AFP, les journalistes liront Twitter avec encore plus de risque d’avoir une info fausse.

    “Comment le web en temps réel ringardise complètement Google”

    Titre aguicheur, analyse précipitée et péremptoire … vive Twitter !

  3. Merci beaucoup pour cet article de qualité !
    Cet article me fait penser au métier du droit et à twitter actuellement sur twitter on trouve de l’info rapide sur le droit lié à l’internet, mais en ce qui concerne par exemple le droit des affaires, droit des sociétés, le notariat ou autres encore trop peu de vrais juristes s’y sont mis c’est vraiment dommage pour eux Twitter devrait être un support incontournable pour diffuser de l’info fraîche et la rendre rapidement visible par tous
    Je bookmark de suite votre blog

  4. et pourquoi pas un article sur “Comment Google Wave ringardise complètement Twitter et Facebook” ?

  5. @Blue: L’article ne parle pas de la façon dont Twitter pourrait changer la partie recherche et interviews du métier de journaliste, mais de la façon dont Twitter (et plus généralement les médias sociaux qui changent le web en offrant de l’information en temps réel) pourrait changer les usages des lecteurs.

    Les internautes découvriront une “breaking news” sur Twitter, et ne trouveront pas plus d’information sur Google/Google News à cause de la lenteur de l’outil.

    Cela sous-entend que les médias devraient se mettre à poster leurs articles sur Facebook et Twitter, pas parce que c’est à la mode et tendance, mais parce que ces réseaux sociaux vont prendre une importance grandissante dans la diffusion de l’information.

    @amri: merci, c’est vrai que je me concentre sur les médias mais beaucoup de ce qui se passe ici se retrouve/pourrait se retrouver dans d’autres secteurs.

    @omega: envoyez-moi une invit’ Google Wave, et je verrai s’il y a matière à cet article :)

  6. «Si vous construisez une marque assez importante, vous trouverez un business model, ne vous inquiétez pas pour ça. Les recettes sont une distraction, du moins pour les petites entreprises technologiques»

    Ce genre de discours me rappelle pas mal ce qu’on entendait lors de la première bulle internet où les critères pour attirer des investisseurs étaient la quantité de buzz et le nombre d’utilisateur et où parler de rentabilité était de mauvais goût. Un très bon plan pour les business angel dans le genre de Borthwick car une entreprise sans business plan n’a qu’eux pour se financer.

    Je suis d’accord que se focaliser sur la rentabilité, surtout sur une rentabilité à court terme est une mauvaise approche, mais juger que la rentabilité soit une distraction c’est un peu caricatural, monter une start-up c’est un travail d’entrepreneur, et gagner de l’argent ça compte.

  7. Comme si Google était comparable à Twitter ou Facebook. L’info n’est pas du tout la même. Ils sont complémentaires et jamais aucun n’aura la puissance de Google. Google maitrise déjà le temps réel et ca arrivera bien vite.

  8. Y a un type qui balance des conneries en permanence sur Twitter et j’y ai accès en temps réel… quel progrès. J’espère que les journalistes reprendront les infos de twitter pour nous faire du bon journalisme, du journalisme qui vérifie et qui recoupe ses sources. Ah oui j’oubliais aujourd’hui avec internet les sources sont issues de google, twitter, yahoo. Bienvenue dans l’ére du journalisme de bas étage, on fait du copier coller de ce qui existe déjà sans se poser de questions. On va pas leur faire de reproches pour ça, puisqu’à l’école ils ne faisaient que ça. Apogée des technologies et déclin de l’esprit.

  9. [...] impressionnant: la social media editor du New York Times Jennifer Preston, le PDG de Betaworks John Borthwick, la journaliste techno du Wall Street Journal Julia Angwin, le fondateur de BlogTalkRadio Alan [...]

  10. Les réseaux sociaux ringardietn Google au niveau infos ?
    pas ceux de style Facebbok ou il ne se passe jamais rien et qui sont nul à mourir.

  11. Déja en son temps , les blogs et laefameux 5 éme pouvoir des connectérisés influençarisateurs à fait un bide.

  12. Cet article n’est pas complètement objectif.

    Google est en train de mettre au point un système de “social – search” :
    http://www.google.com/support/websearch/bin/answer.py?answer=165228

    Google indexe déjà les résultats de Twitter en temps réel :
    http://www.1ere-position.fr/blog/google-indexe-twitter-en-temps-reel

    Google est plus rapide et plus réactif que ne le sont les réseaux sociaux et twitter dans leur ensemble.

  13. A noter que FaceBook appartient a Google… ou que l’argent soit genere il remplit les (la!) meme caisses.

  14. Modeste éclairage personnel en écho à cet article sur le billet :
    http://www.c-group.be/blog/twitter-ringardise-t-il-google/

  15. [...] réflexion s’inscrit dans la lignée d’un article paru le 12/11/2009 et intitulé : « comment le web en temps réel ringardise complètement Google » (Merci @Pascal Poty via Facebook pour l’info). La couleur est annoncée dans le titre et je [...]

  16. [...] Ce billet était mentionné sur Twitter par FredColantonio, aSiDe. aSiDe a dit: RT @FredColantonio: En écho à "Cmt le web en temps réel ringardise…" http://bit.ly/2LeJwZ, petite réflexion perso http://bit.ly/eeab0 [...]

  17. [...] Steven Johnson a écrit cinq livres dont quatre se concentrent sur la façon dont les nouvelles technologies changent notre cerveau et nos pratiques sociales, a créé FEED et Plastic.com, et fait la une de Time magazine en juin dernier avec un article sur Twitter (il y prédisait que Twitter bouleverserait Google et la recherche en général en y ajoutant le web en temps réel). [...]

  18. [...] avoir annoncé au détour d’une interview qu’il comptait ne plus faire référencer ses sites par Google, Rupert Murdoch en serait au stade des négociations avec Microsoft pour être exclusivement [...]

  19. [...] avoir notamment discuté de l’importance de la viralité, du web en temps réel, et de la géolocalisation, Fred Wilson, star new yorkaise des venture capitalists, est venu nous [...]

  20. Bon bah Google vient de démontrer aujourd’hui que cet article était bidon… Dsl.

  21. C’est bien, oui c’est bien.
    Vraiment bien bien bien

  22. @Pierre Foucart et @J-C La recherche en temps réel de Google n’est pas encore parfaite, je vous conseille cet article sur le sujet :
    http://searchengineland.com/brittany-murphy-death-googles-real-time-search-results-32247

« »