Journalisme et réseaux sociaux: 8 tendances venues des Etats-Unis

Deux semaines en «mission» aux Etats-Unis, une quinzaine de visites dans des rédactions dont le Washington Post, NPR, Fox News, CNN, Politico, Bay Citizen, et des rendez-vous auprès des entreprises de nouvelles technologies, dont Google et Twitter. Quel bilan? Quelles tendances relever? Quels sujets préoccupent les journalistes américains? Quels sont les nouveaux usages qui émergent? Résumé.

  • Le rôle de «social media editor», c’est fini?

En décembre dernier, le New York Times a supprimé ce poste créé un an et demi plus tôt, occupé par Jennifer Preston, qui est désormais retournée au pôle reportages. Pour Preston, interrogée par le site Poynter, la création d’un poste de «social media editor» est une étape dans la vie d’une rédaction, mais une étape temporaire. «Les réseaux sociaux ne peuvent pas appartenir à une seule personne. Cela doit faire partie du travail de tous les journalistes et faire partie du processus éditorial et de la production existante.»

Cindy Boren, social media editor dédiée aux sports pour le Washington Post, sait bien que cette phase n’est pas éternelle. «La suppression du poste de social media editor au New York Times signifie qu’il faut que tous les journalistes se mettent aux réseaux sociaux, pas seulement les “social media editors”. Car les réseaux sociaux, c’est de l’actu pour tous les reporters.» Et elle le prouve: «L’histoire des 400 spectateurs du Super Bowl qui n’ont pas eu de places assises a commencé sur Twitter. Et c’est devenu une polémique énorme, que l’on a racontée et qui a fait partie de nos “top stories”».

Crédit: AA

Crédit: AA

  • N’écris pas sur Twitter ce que tu ne dirais pas à l’antenne

Il y a un an, les rédactions anglo-saxonnes complétaient voire rééditaient leur charte déontologique pour statuer sur la posture journalistique à tenir sur les réseaux sociaux. Le New York Times interdit alors aux rédacteurs du pôle «news» d’écrire des messages trop «éditorialisants» sur les réseaux sociaux, afin de ne pas empiéter sur le territoire du pôle «opinions». Reuters préconise que ses journalistes se créent deux comptes distincts sur Twitter. L’un à usage professionnel, «pour agréger de l’information et construire un réseau», l’autre à usage personnel, où les journalistes doivent indiquer qu’ils travaillent à Reuters, mais que leurs messages ne reflètent pas l’avis de leur employeur et où ils n’écrivent rien qui puisse être dommageable à leur employeur.

Désormais, l’unanimité est de mise dans toutes les rédactions américaines, qui appellent leurs journalistes au bon sens. Et répètent cette maxime: «Ne dites par sur les réseaux sociaux ce que vous ne diriez pas à l’antenne/à l’écrit.» Même chez Twitter, qui ne fait pourtant pas partie des éditeurs, on réfléchit avant de tweeter. En témoigne un tableau, accroché dans le hall du réseau social, situé à San Francisco, qui martèle «google before you tweet, think before you speak» (faites une recherche sur Google avant de tweeter, réfléchissez avant de parler).

Crédit: DR

Crédit: DR

  • Facebook le mal aimé des journalistes

Dites Twitter et tous les journalistes s’enthousiasment. Dites Facebook et les mêmes regardent leurs chaussures. Pourquoi? Parce qu’ils négligent le second au profit du premier. «Il faut que je m’y remette», confient-ils le plus souvent. D’autant qu’ils voient bien qu’il y a beaucoup plus d’interactions possibles avec le grand public sur Facebook que sur Twitter. En effet, selon une récente étude d’eMarketer, un internaute américain sur deux est sur Facebook, soit 132,5 millions de personnes (42% de la population américaine), contre 20 millions d’Américains sur Twitter (7% de la population des Etats-Unis).

Andy Carvin, responsable des réseaux sociaux pour NPR, remarqué pour sa couverture des révolutions arabes sur Twitter, a cette formule: «Nous, journalistes, ne sommes nous-mêmes que des visiteurs sur Facebook. Nous n’avons pas de règles très précises, les commentaires affluent, nous ne les modérons pas.»

  • Les réseaux sociaux, les nouveaux référenceurs d’audience

Le Nieman Lab, le laboratoire d’Harvard qui décrypte l’impact de la révolution numérique sur le journalisme, l’écrit: et si les réseaux sociaux devenaient le nouveau SEO (search engine optimization, en VF)? Comprendre: après que les moteurs de recherche comme Google ont été les plus gros fournisseurs de trafic des sites d’informations, les réseaux sociaux se font leur place en tant que pourvoyeurs d’audience. Sur Politico, les réseaux sociaux apportent entre 10 et 15% du trafic général du site chaque jour. Sur NPR.org, le site de la plus grosse radio des Etats-Unis, 7% de l’audience est fournie par Facebook. Des chiffres qui devraient croître encore – d’ici 2013, il pourrait y avoir 62% de la population américaine sur le réseau fondé par Mark Zuckerberg.

«Je pense que nous serons bientôt arrivés au point où les réseaux sociaux fourniront plus de trafic aux médias que le “search”», écrit Joshua Benton, le directeur du Nieman Lab. Et cela pourrait modifier la façon de produire des informations. «Les journalistes vont changer, de façon subtile, le type de contenus qu’ils réalisent afin d’encourager le partage de ceux-ci». Comment? En s’appuyant sans doute sur des éléments qui poussent les internautes à recommander sur Facebook des articles, ou à les poster sur Twitter. D’après les premières observations, les informations provocantes, émouvantes, et «positives» ont plus de chance de circuler sur les réseaux sociaux que des contenus jugés neutres.

  • Infos en ligne = infos au bureau

Si la consultation des statistiques en temps réel est souvent considérée comme une pratique taboue dans les rédactions américaines, en revanche, savoir quelles sont les heures pendant lesquelles les sites d’infos génèrent le plus de trafic s’avère très répandu. Et est considéré comme fondamental.

Aux Etats-Unis comme en France, le trafic d’un site d’infos est calqué sur une journée de travail. Enorme audience en début de matinée et lente érosion jusqu’à la chute de 18h, heure à laquelle nombreux sont ceux qui quittent leur travail. «Sur le site du Washington Post, notre “prime time”, c’est 7h-17h, reprend Cindy Boren. Sauf pour le sport, qui marche bien les soirs, le dimanche et le vendredi, pile quand l’audience du reste du site plonge.»

Ainsi, «le temps de travail devient aussi le temps de s’informer», explique Pablo Bockowski (1), chercheur à l’Université de Northwestern et auteur de News at Work, cité par le blog AFP Médiawatch. Pour lui, il y a un lien entre la consommation d’informations en ligne et utilisation des ordinateurs de bureau. Quant aux infos consultées via mobiles, elles seraient surtout consultées avant et après les journées de travail, c’est-à-dire plus tôt le matin et plus tard le soir.

Puisque la consommation d’infos en ligne culmine le matin, l’obsession des rédacteurs en chef, c’est de ne surtout pas prendre de retard pour couvrir l’actualité, car un démarrage en retard ne se rattrape pas, et «plombe» la journée entière. Bill Nichols, le directeur de la rédaction de Politico, le sait: «Si nous avons la main sur une information dès le matin, nous la garderons toute la journée», avec les développements successifs publiés à l’heure (et l’audience qui va avec).

  • Non aux contenus gratuits devenus payants

Faire payer des contenus produits par des journalistes, pourquoi pas? Dans les rédactions américaines, les journalistes n’y semblent a priori pas opposés. Sauf dans un cas: lorsque les contenus en question ont d’abord été en accès libre, avant de, «pour une raison ou une autre», devenir payants. «C’est ridicule de changer de stratégie en cours de route. Une fois que tu as relâché le génie de sa bouteille, tu ne peux plus l’enfermer à nouveau», résume l’éditeur Martin G. Reynolds, du groupe Bay Area News.

Sur le site de NPR, ses applications iPhone, iPad et Android, toute la production est en open source, outils, systèmes et contenus. «Tout le monde peut se servir de ce que l’on produit», insiste Andy Carvin, de NPR. La rédaction dit être fière de faire «l’exact opposé» de ce que font Rupert Murdoch et le New York Times, lesquels installent des murs payants.

  • L’alliance développeurs/journalistes

D’ordinaire, dans les rédactions traditionnelles, les équipes techniques et éditoriales vivent dans des mondes opposés, ne parlent pas le même langage, et ne sont parfois même pas dans les mêmes locaux. Ce qui ne facilite pas la communication et l’avancement des projets. Désormais, les nouvelles organisations ont compris qu’en ligne, il ne pouvait plus y avoir de barrière. Développeurs et journalistes doivent avancer de concert sur les projets, pour une alchimie innovante entre technologie et contenus.

Une formule que l’équipe de Bay Citizen, un site lancé l’année dernière, a fait sienne. Autour de la table, dans leurs bureaux de San Francisco, des éditeurs d’infos et de vidéo, des responsables de communauté, un rédacteur en chef et des développeurs. «Tout le monde ici est journaliste, lance l’un des membres de l’équipe. Les développeurs ne font pas que taper du code, ils jouent un rôle crucial dans l’éditorial. Il est capital pour nous que les liens soient très forts entre l’équipe technique et l’équipe éditoriale. Hors de question d’avoir un prestataire de services extérieur (à la rédaction, ndlr) qui ne comprendrait pas les contenus sur lesquels nous travaillons.»

  • Le «live», le roi du Web

Pour suivre l’actualité dans les pays arabes, les sites d’infos généralistes, en Europe et aux Etats-Unis, ont mis en place une couverture médiatique inédite, réactualisée en permanence via une nouvelle narration. Une narration qui agrège du texte, des photos, des vidéos, des messages sur les réseaux sociaux. Une narration interactive. Une narration qui évolue en temps réel. Les professionnels du numérique appellent cela des «lives», ces formats éditoriaux qui permettent de suivre, minute par minute, les derniers développements sur les soulèvements ou toute autre actualité à l’instant T.

C’est un changement de paradigme, pour les éditeurs et aussi pour les réseaux sociaux. Othman Laraki, le directeur de la géolocalisation et de la recherche sur Twitter, le constate aussi: «partout où notre croissance a pu débuter, c’est parce qu’il s’est passé, dans l’actualité, de l’instantané» qui se raconte en… «live».

Une nouvelle narration qui semble dicter la (nouvelle) donne au géant Google. Le modèle «un lien = une histoire est vieux voire dépassé. Maintenant, il faut comprendre qu’un lien = plusieurs histoires», décrit un responsable de Google News. Rude tâche pour le robot de Google, appelé «Crawler», chargé de scanner les pages Web pour savoir de quoi elles parlent et ensuite pouvoir les référencer. Le problème du Crawler, c’est de pouvoir photographier un format «live» alors que celui-ci, par définition, n’est pas statique, et évolue d’une minute à l’autre. «Nous essayons d’accélérer la vitesse du Crawler», assure-t-on chez Google, qui rappelle qu’à ses débuts, en 2006, l’algorithme de Google News n’était «rafraîchi que toutes les heures, quand maintenant, il l’est toutes les minutes, et qui sait? Demain, il le sera peut-être toutes les secondes.»

Alice Antheaume

(1) Pablo Bockowski donnera une master class ouverte au public à l’Ecole de journalisme de Sciences Po, jeudi 17 mars.

lire le billet

Nouvelles pratiques du journalisme: “Nous vivons un âge d’or”

Que retenir de la journée spéciale dédiée aux nouvelles pratiques du journalisme, organisée par l’Ecole de journalisme de Sciences Po et la Graduate school of Journalism de Columbia, le 10 décembre?

Voici les points clés de chaque intervention, d’Ariane Bernard, du nytimes.com, à Antoine Nazaret, de Dailymotion, en passant par Masha Rigin, du Dailybeast.com, Sarah Hinman Ryan, de Times Union, Nicolas Enault, du Monde.fr, Nicolas Kayser-Brill, d’Owni.fr, Michael Shapiro et David Klatell, de la Columbia, et Jean-François Fogel et Bruno Patino, de l’Ecole de journalisme de Sciences Po…

pdf Cliquez ici pour la lire synthèse de la journée en français

pdf Cliquez ici pour lire la synthèse de la journée en anglais

[Merci à tous les éditeurs de l’Ecole de journalisme de Sciences Po qui ont produit vidéos, photos, textes, live stream et tweets pendant cette journée marathon. Cet article a été rédigé d’après leurs notes et le “live”]

Ariane Bernard, home page producer, nytimes.com

Ariane Bernard, du NYT.com, le 10 décembre 2O10

Crédit photo: DR/Hugo Passarello Luna

  • 60 journalistes travaillent sur le site du nytimes.com, et 8 personnes (dont Ariane Bernard) s’occupent à plein temps de deux pages d’accueil, l’une internationale, et l’autre nationale. Hiérarchiser les informations, repérer des “urgents”, trouver le meilleur titre possible, sont quelques unes des tâches qui incombent au “home page producer”. Son terrain journalistique? Quelques pixels seulement, mais un vrai enjeu
  • Chaque mois, 33 millions de visiteurs uniques se rendent sur le site du New York Times
  • L’outil le plus utilisé en interne au nytimes.com? La messagerie instantanée, pour se coordonner, dit Ariane Bernard, en montrant à quoi ressemble son écran d’ordinateur à la fin de sa journée de travail. Un écran truffé de fenêtres de “chat” qui clignotent
  • Un conseil, dit Ariane Bernard, “gardez toujours un oeil sur la concurrence”. Ses collègues et elle-même surveillent ainsi, toutes les heures, les infos publiées sur la page d’accueil des sites concurrents
  • Plus une information devient importante, et aura des rebondissements, plus “vous cherchez à faire savoir à vos lecteurs que vous allez continuer à développer cette information”. Et qu’ils peuvent donc rester connectés
  • Difficile de savoir si une secousse sismique doit faire l’objet d’une “alerte”, confie Ariane Bernard. “Je ne suis pas géologue, il est complexe de savoir, dans la minute où il se produit, s’il s’agit d’un tremblement de terre important ou pas”. Pour Haïti, en l’occurrence, c’était d’une importance majeure, comme en témoigne le résultat en ligne

Masha Rigin, spécialiste du référencement (SEO), thedailybeast.com

Masha Rigin, de thedailybeast, le 10 décembre 2010

Crédit photo: DR/Hugo Passarello Luna

  • Le rôle de Masha Rigin? Rendre plus visibles les contenus des journalistes de thedailybeast.com sur les moteurs de recherche. Cela s’appelle du SEO (Search Engine Optimization) ou référencement en français. “C’est du marketing très spécifique”, précise Masha Rigin
  • En tant que journaliste, il faut “anticiper ce que les utilisateurs vont chercher sur Google, et avec quels termes ils vont faire leurs requêtes, afin d’utiliser ces termes dans le titre de votre article”, conseille-t-elle. Précision: “nul besoin de faire de titres drôles ni spirituels”
  • Pour identifier les mots-clés les plus populaires, Masha Rigin préconise d’utiliser Google Trends
  • Dans le vocabulaire d’une spécialiste du référencement, figure cette drôle d’expression, “la densité des mots-clés”, ou “keyword density”. C’est-à-dire le nombre de fois qu’un mot-clé est mentionné dans l’article, comparé au nombre de mots constituant cet article. Conseil de Masha Rigin: “utilisez un mot-clé au moins une fois par paragraphe, et si possible, de façon rapprochée”. Cf ce W.I.P. Comment le SEO impacte-t-il l’écriture journalistique?
  • Les journalistes du numérique le savent bien: les articles doivent être truffés de liens, suppléments d’informations offerts aux lecteurs. A la fois de liens vers l’intérieur (vers d’autres articles du même média) et vers l’extérieur (vers des contenus de médias concurrents, vers des blogs, ou des vidéos, etc.) “La haute densité de liens, disposés sur des mots-clés ou des portions de phrases importantes, augmente le ranking de votre article”
  • Quant aux vidéos et aux photos, elles doivent être nommées une par une, avec le crédit et la légende (Qui est sur la photo/vidéo? Quand? Où? En quelles circonstances? Qui a saisi la scène?). “Sinon, elles n’existent pas pour Google. Et ce serait dommage car elles représentent une source de trafic de plus en plus importante”
  • “Le journalisme change sans cesse puisque l’algorithme de Google change sans cesse”

Nicolas Enault, coordinateur de l’audience, lemonde.fr

Nicolas Enault, du Monde.fr, le 10 décembre 2O1O
Crédit photo: DR/Hugo Passarello Luna
  • Pour Nicolas Enault, la journée de travail commence par de la “veille” sur ce que fait l’audience sur le site du Monde.fr. De la veille à la fois quantitative (volume et statistiques) et qualitative (qu’est-ce que les abonnés du Monde.fr disent?). Et c’est par ces sujets que s’ouvre, chaque jour, la conférence de rédaction de l’équipe Web
  • Environ 5.000 expressions d’abonnés par jour
  • 110.000 abonnés au Monde.fr
  • 1.300 commentaires par jour sous les articles du Monde.fr
  • La typologie des commentaires des abonnés? Il y a quatre catégories: 1. Les opinions, qui constituent la majorité des réactions 2. Les corrections des lecteurs (factuelles et orthographiques) 3. Les questions (sur le traitement de l’information et sur des points non compris) 4. Les travaux d’investigation des lecteurs
  • 8.000 blogs hébergés par lemonde.fr, dont 50 “stars” qui ont été démarchées par la rédaction Web et produisent le plus de trafic
  • Au quotidien, Nicolas Enault est aussi en liaison avec des journalistes du Monde imprimé. Ceux-ci ont parfois du mal à comprendre (ou accepter) que leurs articles cohabitent avec des chroniques produites par les abonnés, lesquelles ne devraient pas, selon eux, être confondues avec des contenus journalistiques
  • Parmi les questions les plus souvent posées par les journalistes du journal du soir à Nicolas Enault, celle-ci: comment fait la distinction entre Facebook et un blog?
  • Nicolas Enault livre un exemple d’interaction entre les abonnés et l’actualité via la création d’un livre d’or recensant les mots de soutien des internautes à Ingrid Betancourt après sa libération, le 3 juillet 2008. En tout, lemonde.fr a récolté plus de 7.000 mots. Et n’en a gardé que 2.500 après modération

Michael Shapiro, professeur de journalisme, cours de «city newsroom», Graduate School of journalism, Columbia

Michael Shapiro, professeur de journalisme de la Columbia, le 10 décembre 2O1O
Crédit photo: DR/Alexandre Marchand
  • “L’irruption du Web est une révolution, mais une révolution positive”, commence Michael Shapiro. Car de nouveaux postes sont créés sur le Web et aussi sur l’imprimé – Newsday, par exemple, est en train de recruter 33 journalistes. La presse ne doit pas être complètement morte”
  • Le nombre de journalistes continue de grandir aux Etats-Unis. “Or plus on embauche, plus la compétition entre journalistes a lieu. Or plus la compétition a lieu, meilleurs les journalistes sont”
  • Il faut apprendre à s’adapter, dit Michael Shapiro. Et surtout à s’adapter aux nouvelles technologies
  • Dans son cours de “city newsroom”, Michael Shapiro aide les étudiants de la Columbia à créer du contenu sur le blog Brooklyn Ink. Il s’agit d’y raconter des histoires de différentes façons, “c’est une plate-forme d’expérimentation journalistique”
  • Deux étudiants se chargent de l’édition de ce site, ils en sont responsables et doivent s’assurer que ce qui y est produit est bien publiable. Depuis trois ans que ce site existe, il n’y a eu aucune plainte pour diffamation, assure Michael Shapiro
  • Brooklyn Ink récolte 10.000 visiteurs uniques par semaine
  • “Nous vivons un âge d’or du journalisme. Mon métier, c’est de dire aux étudiants allez-y, expérimentez, mais ne faites pas d’erreur. Soyez professionnels et responsables de ce que vous faites”
  • Crédit vidéo: Daphnée Denis

David Klatell, professeur de journalisme, responsable de l’international, Graduate School of journalism, Columbia

  • Le journalisme a-t-il besoin d’innovation? Peut-être, mais David Klatell, professeur de journalisme à la Columbia, n’en est pas convaincu. Selon lui, “toutes les rédactions du monde se ressemblent: des journalistes, des écrans, des téléphones, des ordinateurs. Mais ils fabriquent tous un produit différent”
  • Et si l’innovation journalistique n’était qu’une réponse à la crise? “L’Argentine et le Brésil, par exemple, n’ont pas eu à faire face à la crise, donc ils n’ont pas cherché à y apporter de réponse. Alors que le Brésil souffre d’un système de distribution de journaux insatisfaisant, c’est à se demander s’il faut une crise pour innover”
  • L’innovation journalistique n’est-elle qu’une préoccupation occidentale? “Ici, c’est facile pour vous, reprend David Klatell. Il suffit d’un ordinateur portable, de la 3G, et vous êtes opérationnels. Dans d’autres pays, les jeunes générations doivent trouver d’autres solutions pour consommer (voire produire) des informations”

Crédit: DR/Hugo Passarello Luna

Crédit photo: DR/Hugo Passarello Luna

Sarah J. Hinman Ryan, directrice du pôle investigations et recherche d’informations, Times Union

  • A Times Union, un journal situé à Albany, à côté de New York, Sarah Hinman Ryan dirige le pôle de recherches et d’investigations. En clair, elle vérifie toutes les données et les faits avant publication
  • Non, son quotidien ne ressemble pas à celui d’une documentaliste. Elle fait du “fact checking” à grande échelle. Au bureau, elle travaille sur trois écrans à la fois: l’un pour Google, le deuxième pour Facebook, et le troisième pour “tout le reste”, y compris les bases de données américaines comme Nexis. Chercheuse d’infos, oui, journaliste, non
  • “Pour trouver et vérifier des données sur des personnes, je me sers des réseaux sociaux. C’est fou tout ce que les gens mettent en ligne sur eux-mêmes!” Mais ce serait trop simple. Pour bien enquêter sur des humains, “il faut comprendre leur façon de penser (et donc, d’avoir disséminer des infos, ndlr), c’est presque de la psychologie”, reprend Sarah Hinman Ryan
  • “Plus le nombre de sources et d’informations disponible augmente, plus celles-ci deviennent compliquées à traiter, et plus le besoin de faire des recherches et de vérifier les infos se fait sentir”, dit Sarah Hinman Ryan, pour qui l’algorithme de Google devrait créer des emplois: “Plus on a Google dans la vie, plus on a besoin de professionnels pour fact checker. Car on doit toujours douter de ce que l’on trouve en ligne. En outre, Google ne suffit pas car vous ne trouverez pas les 1.000 années d’histoire de France en un clic”
  • “Si vous ne trouvez pas une information sur le Web, ce n’est pas qu’elle n’existe pas, c’est que vous ne la voyez pas”
  • “S’il n’y avait ni crime ni meurtre, il n’y aurait pas (ou peu) besoin d’investigation”, insiste Sarah Hinman Ryan
  • Récemment, elle a contribué au projet Dead by mistake (mort par erreur en VF), et a notamment élaboré une base de données pour connaître le niveau de fiabilité de l’hôpital le plus proche de chez vous. Un résultat récompensé par le prix de la meilleure enquête, attribué par la Société américaine des journalistes professionnels (SPJ)

Madhav Chinnappa, directeur stratégique des partenariats, Google News, ex BBC News

  • Madhav Chinnappa est désormais “le visage de Google News en Europe” depuis 4 mois, après avoir passé 9 ans à BBC, et quelques années aussi chez Associated Press. “Quand je travaillais à la BBC, je négociais avec Google News, maintenant, je suis de l’autre côté. Je comprends mieux.”
  • Google News a été créé en 2001 par des ingénieurs qui trouvaient qu’à l’époque “c’était trop dur de trouver des informations sur le Web en temps réel”
  • Google News rassemble plus de 50.000 sources et son algorithme repose sur plus de 100 critères
  • “Avant, nous ne parlions que de contenus. Maintenant, il s’agit de contenus + audience + technologie”, reprend Madhav Chinnappa
  • Comment Google peut-il inclure la sérendipité (les heureux hasards qui font que l’on trouve des pépites sur le Web) dans son algorithme? “Nous travaillons dessus”, assure Madhav Chinnappa. En effet, Google News est en train d’évoluer vers de nouvelles façons (humaines) de sélectionner des informations. Ainsi, pour l’application Fast Flip, qui présente une série d’articles sous forme d’une page de magazine et permet de les feuilleter comme sur un journal papier. En outre, aux Etats-Unis, Google a fait appel aux éditeurs de Slate.com pour choisir les informations susceptibles d’intéresser l’audience de Google News
  • L’industrie du journalisme n’a pas un problème de journalisme, mais un problème de modèle économique”, diagnostique Madhav Chinnappa. “Les journalistes ne doivent pas avoir peur de Google. Nous essayons d’être une force positive et voulons travailler avec les éditeurs pour essayer de résoudre les problèmes économiques des médias”

Nicolas Kayser Brill, journaliste de données, statisticien, Owni.fr

nkbCrédit photo: DR/Hannah Olivennes

  • Un journaliste de données (ou data journalist), c’est quoi? Au quotidien, Nicolas Kayser Brill tente de regrouper des données, souvent détenues par les collectivités locales – qui ne savent pas toujours comment ni pourquoi les partager – et les mettre en scène de la meilleure façon possible, afin que le résultat puisse être lu par le public
  • Pourtant, sur Owni, pas de pression liée aux statistiques: “Nous cherchons à diffuser nos projets (c’est-à-dire à vendre des applications créées par l’équipe d’Owni à d’autres médias) plutôt qu’à accroître notre audience sur notre propre site”
  • Parmi les autres fonctions quotidiennes de Nicolas Kayser Brill, figure l’aspect “évangélisation” des potentiels “clients”. Via des déjeuners et rendez-vous, il promeut la transparence des données (sur la population de telle ou telle localité, sur l’activité des députés, etc.) auprès d’hommes politiques et d’activistes. C’est la partie “lobbying” de son travail. “Ceux qui détiennent les données ont besoin d’être formés”
  • Et l’indépendance d’Owni? Y a-t-il conflit d’intérêts entre l’éditorial d’un côté et la réponse aux commandes des clients de l’autre (créations de sites Web, d’applications, etc.)? A cette question, Nicolas Kayser Brill répond qu’Owni est plus indépendant que les autres car il n’accueille aucune publicité, donc n’a pas besoin de répondre aux demandes des annonceurs. Et il est détaché de l’impératif de faire l’audience. Un autre poids en moins. Quant au partenariat entre Owni et Wikileaks, c’est un échange “non commercial”, rappelle Nicolas Kayser Brill
  • Owni veut toujours être le “ProPublica” à la française – cf ce W.I.P. intitulé Tentative d’identification d’Owni


Crédit vidéo: Diane Jeantet

Antoine Nazaret, éditeur des contenus vidéos «news», Dailymotion

  • “Personne n’a de carte de presse chez Dailymotion” et pourtant, la plate-forme française de vidéos a un service édition de contenus comme décrit dans ce W.I.P., un rédacteur en chef et même des conférences de rédaction hebdomadaires pour décider de quelle vidéo mettre en avant. Cependant, “les conférences de rédaction sont plus consensuelles à Dailymotion que dans un média”
  • La page d’accueil de Dailymotion repose sur une éditorialisation faite à la main. “Nous avons pris de le parti d’une intervention humaine pour sélectionner les contenus”. Pourquoi? Antoine Nazareth donne trois raisons: 1. Pour montrer la diversité des contenus présents sur le site 2. Pour ajouter de la valeur au site par une sélection humaine 3. Pour se différencier des concurrents (YouTube repose sur un algorithme automatique)
  • “Nous nous sommes beaucoup battus pour affirmer notre droit à une action éditoriale”, reprend Antoine Nazaret. Reste que Dailymotion n’est pas producteur de contenus. “Vous ne trouverez aucune caméra chez nous”
  • La page des vidéos “news” (actualités et politique) de Dailymotion est la deuxième chaîne la plus regardée du site, avec près de 3 millions de visites mensuels (chiffre Nielsen) – relire le compte-rendu de la master class de Martin Rogard, directeur de Dailymotion, fait par les étudiants de l’Ecole de journalisme
  • 500 vidéos de la chaîne “news” sont envoyées chaque jour par les internautes sur Dailymotion
  • L’éditing des vidéos compte: “Ce que l’on doit vraiment soigner dès le début, c’est la preview (image d’appel, ndlr) de la vidéo ainsi que son titre et sa description”, prévient Antoine Nazaret. La “preview”, c’est le “premier critère de clic” pour un internaute
  • L’audience, même sur Dailymotion, demande des rendez-vous réguliers sur les contenus. “Nous avons recréé une quasi grille de programmes”, dit Antoine Nazaret
  • A la question “quelle différence fait Dailymotion entre un média et un homme politique, qui envoient tous les deux du contenu sur Dailymotion?, Antoine Nazaret ne fait pas dans la dentelle: “Aucune différence, l’homme politique est un diffuseur de contenu comme un autre”

Jean-François Fogel, professeur associé à l’Ecole de journalisme de Sciences Po

  • “Nous vivons à une époque formidable. Toutes les générations de journalistes n’ont pas la chance de voir naître un média, le Web, et le journalisme qui y est associé”
  • Les mêmes tâches journalistiques sont là (chercher une information, la trouver, la vérifier, la publier), mais tout a été métamorphosé, à la fois dans les outils et dans les pratiques

Bruno Patino, directeur de l’Ecole de journalisme de Sciences Po

  • “Nous réfléchissons au futur du journalisme, mais au présent aussi, pour mieux adapter notre formation aux étudiants”
  • Au final, “le journalisme s’adapte plus vite que l’industrie des médias”

AA

lire le billet

Facebook, votre site d’informations

Et si Facebook devenait un gigantesque site d’informations? A la vue de la courbe de progression du réseau social sur les catégories «news» dans le monde — une source de trafic trois fois plus importante que Google News pour les sites de médias — l’hypothèse est plausible. Même si aujourd’hui 40% — en moyenne — du trafic des 12 principaux sites d’infos français provient de Google, et seulement 1,3% de Facebook, selon l’étude réalisée par AT Internet en septembre 2010.

Crédit: Flickr/CC/escapedtowisconsin

Crédit: Flickr/CC/escapedtowisconsin

«Tout ce que vous faites sur un site Web, vous pouvez le faire sur Facebook», assure Michael Lazerow qui a fait la démonstration, sur la scène du Monaco Media Forum, de Buddy Media, une société qui construit des pages Facebook pour d’autres. «Le Web est une plate-forme, Facebook est une autre plate-forme. Donc c’est une plate-forme dans une autre plate-forme», décrit à son tour, également sur la scène du Monaco Media Forum, Yuri Milner, l’homme d’affaires russe qui détient environ 10% de parts de Facebook. «Tous les 12 ou 18 mois, la quantité d’informations partagées par les utilisateurs double. Cela veut dire que vous avez une croissance sans précédent de l’information accumulée» sur le réseau social, qui compte plus de 500 millions de membres.

Transfert

Imaginons que les pages d’accueil des sites d’informations telles qu’on les connaît aujourd’hui disparaissent. Que les contenus du monde.fr, liberation.fr, lefigaro.fr et des autres soient alors diffusés dans le newsfeed (le flux d’infos, en VF) de Facebook, et que les commentaires se fassent directement sur le réseau construit par Mark Zuckerberg. Quant aux développeurs des sites d’infos, ils travailleraient à déployer la page Facebook de leur média, plutôt qu’un site Web à part.

Crédit: AA

Crédit: AA

Objection? Si Facebook voulait vraiment devenir un géant de l’info, ses équipes auraient davantage optimisé les options offertes par les «pages» et par la création d’«articles» directement sur le réseau social, pourrions-nous rétorquer. En effet, Facebook travaille surtout sur les outils de sociabilité, les boutons de partage, les «like» et les messages. Mais guère sur l’éditeur de texte, présent depuis les débuts du site, qui ne permet pas d’intégrer au texte des vidéos, par exemple, ou d’autres objets embedables (seuls existent un champ titre, un champ texte, un champ photo, un champ d’identification des autres membres, et des paramètres de confidentialité pour définir qui peut voir cet article).

Crédit: AA

Crédit: AA

Un «réseau» d’actualités

En réalité, il est d’ores et déjà possible de se servir du réseau social comme un «réseau» d’actu. Et certains outils ont été pensés pour faciliter cette tâche, en permettant notamment de classer ses amis dans une catégorie «infos» (1). Et le newsfeed du réseau social ne cesse d’être remanié. Pour ressembler de plus en plus à un «fil» d’actu personnalisé. Ou, disons, un «navigateur» dans l’actu.

Même chez Yahoo!, on reconnaît que la roue a tourné. «Cela veut dire quoi, être un portail d’infos?», s’interroge Dev Patel, lors d’une table ronde du Monaco Media Forum intitulée «où est l’argent?». Pour lui, aucun doute: les portails – si tant est que le mot «portail» soit encore valable – changent et se conforment à la nouvelle façon qu’a l’audience de «consommer des informations et de l’actualité, via Twitter et le newsfeed de Facebook».

Nos amis les filtres

«L’information est plus que jamais omniprésente et le taux de consommation et de partage des infos n’a jamais été aussi rapide, analyse Malorie Lucich, qui travaille pour Facebook. Vos amis sur Facebook vous aident à faire le tri dans le flux afin que vous puissiez lire ce qui est le plus pertinent pour vous, découvrir de nouveaux sujets, et participer à des conversations approfondies.» Les contenus remontent ainsi en fonction des pages médias que l’on suit, comme CNN, Le Monde, The Guardian, Slate.fr, des comptes des journalistes, mais encore en fonction des recommandations de sa communauté d’amis, sachant que chaque inscrit possède en moyenne 130 amis.

«Il devient de plus en plus nécessaire, pour la nouvelle génération, de choisir les filtres qui vont réguler ses expérience en ligne, dit cette vidéo produite par Box 1821, une agence brésilienne qui travaille sur les nouvelles tendances. Ils développent ainsi une façon non linéaire de penser, qui reflète le langage du Web, où une infinité de sujets peuvent être suivis en même temps».

Temps de cerveau disponible

Textes, vidéos, photos, liens, tous les contenus ou presque sont publiables sur Facebook via des liens. D’après les statistiques de Facebook, plus de 30 milliards d’objets, dont des articles, des liens, des vidéos, des billets de blogs, sont partagés chaque mois par les membres du réseau social. Lesquels y passent bien plus de temps que sur n’importe quel site d’information. En moyenne, 23 heures par mois. Voire plus. A titre de comparaison, au mois d’octobre, la durée moyenne d’une visite sur le site de L’Equipe est de 24… minutes (chiffre Médiamétrie). Sur Google News, l’équivalent chiffré n’est pas disponible.

Au regard de la durée astronomique passée sur le réseau social, les éditeurs auraient tout intérêt à s’exporter sur Facebook. Et ce, pour deux raisons: pour la valorisation financière des espaces auprès des annonceurs (plus les internautes restent longtemps sur un site, plus les pages de pub se vendent chères), mais aussi pour l’attention que portent les internautes à un contenu, intégré dans un site où ils ont l’habitude de naviguer, des heures durant.

Alors oui, Facebook pourrait devenir un nouveau Google News. Avec la recommandation sociale en plus. Sur Facebook, «les informations viennent à toi, c’est quelqu’un qui te connaît, qui partage les mêmes centres d’intérêt que toi, qui te les recommande», note un professeur de l’Ecole de journalisme de Sciences Po. A l’inverse, c’est l’internaute qui se rend de son propre chef sur Google News, pour y chercher des contenus d’actualité, non personnalisés, sélectionnés via un algorithme complexe, dont j’ai déjà parlé dans un article sur le référencement. Les deux géants américains ont néanmoins en commun l’organisation, selon des systèmes différents, des informations en temps réel. Deux systèmes qui exacerbent une tendance déjà amorcée: l’inutilité grandissante des pages d’accueil des sites d’infos au profil d’entrées directement via des pages de contenus, comme déjà décrit dans ce W.I.P.

Interactions multipliées

En termes de relations avec l’audience, la plupart des médias sont dithyrambiques sur la facilité d’interaction que permet leur présence sur Facebook. Même si, au vu des expériences réalisées, plus de 99% des commentaires des membres de Facebook sont postés depuis le newsfeed et non depuis les murs des pages concernées. Comprendre, par extension, que les inscrits se rendent rarement sur les pages Facebook de leurs médias, mais réagissent aux contenus de ceux-ci quand ils apparaissent dans le newsfeed du réseau social.

A l’idée de perdre leur territoire initial (leur page d’accueil, leur mainmise sur la hiérarchisation de l’info), pour se fondre dans un réseau/navigateur dont la valeur est estimée à plus de 41 milliards de dollars d’après Bloomberg, le vertige se fait sentir chez les éditeurs.

Et, avec, une foule d’interrogations: A qui appartiendraient les contenus? Comment les médias pourraient-ils les monétiser avec Facebook? Pourraient-ils partager avec Facebook les revenus générés par la publicité, sachant que, selon cette étude de Comscore, Facebook est la poule aux œufs d’or en France sur le marché de la publicité en ligne, en arrivant en tête du classement des sites supports de publicité en septembre avec 10,3% de part de marché, 6,4 milliards de publicités display diffusées et 18,2 millions d’internautes exposés. Et enfin, quelle dépendance technologique cela engendrerait entre le réseau social et les fournisseurs de contenus d’actu?

Vertige des éditeurs

«Je ne vois pas pourquoi on dirait aux internautes “ça fait trois ans que vous commentez nos sites, et maintenant, on transfère tout sur Facebook”, s’exclame Yann Guégan, community manager sur Rue89. Je ne crois pas que cela soit un bon message à leur envoyer, et je ne pense pas davantage que tout puisse se jouer sur Facebook». Selon lui, le système de commentaires de Facebook est moins rodé que la plupart des systèmes de commentaires internes aux sites d’information. «Sur Facebook, on est encore “à l’ancienne” sur les pages, on ne peut que répondre sous le statut mais on ne peut répondre à un commentaire, pris individuellement dans la discussion, alors que, dans le système de modération des commentaires de Rue89, c’est possible».

Avantage sur Facebook: la nécessité de réguler les commentaires est moindre que sur un site d’infos généraliste puisque, a priori, chaque membre a choisi, avec plus ou moins de rigueur, sa communauté d’amis, sacrés «tiers de confiance» pour trier le flot d’informations disponibles.

Alice Antheaume

(1) Pour ce faire, une fois connecté à Facebook, allez dans «compte» (en haut à droite de votre page), cliquez sur «gérer la liste d’amis», puis sur «créer une liste». Appelez la «infos» et glissez-y vos «amis» (médias, journalistes, particuliers) fournisseurs d’informations. Ensuite, revenez sur la page d’accueil, et dans la colonne de droite, vous pouvez désormais, sous «amis», accéder à la catégorie «infos» que vous venez de créer, et voir défiler vos flux d’information personnalisé – et personnalisable à tout moment.

lire le billet

La mécanique d’Orange

Gardiens à l’entrée du parking, double barrière, panneaux indiquant “accès réservé”. Pour entrer dans le laboratoire d’Orange, situé au milieu de la zone industrielle de Lannion, en Bretagne, il faut montrer patte blanche.

Sur place, on dirait une petite Silicon Valley sur… 33 hectares. Bâtiments à la devanture bleu vif, enfilade de couloirs transparents, jardin et terrasse attenants… Il n’y pas de piscine comme au siège de Google, en Californie, mais c’est (presque) tout comme. A l’Orange Labs de Lannion, l’un des centres de recherche et développement de l’opérateur, travaillent plus de 1.050 personnes, dont 900 ingénieurs. Ils cherchent, cogitent, trouvent, conçoivent dans tous les sens et à toute vitesse. «Lannion, c’est l’histoire et surtout l’avenir», a dit leur patron, Stéphane Richard, au début de l’été. De fait, c’est ici que la fibre optique a fait ses débuts, en 1971, et qu’a été imaginé le mur de téléprésence, en 2002.

Crédit : DR

Discussions au débotté

A la cantine ou par messagerie instantanée, les salariés lannionais parlent de «métadonnées», de «clustering», d’«espace vectoriel», et de «divergence humain/machine». Des termes un peu abstraits qui donnent cependant lieu à des outils très concrets. Ici, un résumeur de texte, capable en un clic de faire la synthèse d’un projet de loi de 120 pages comme d’un article de 3 pages, sans faute d’orthographe ni de syntaxe; là, une télé connectée au Net avec un flux de vidéos d’actu près de la machine à café; plus loin, un outil – issu des travaux menés par des collègues de Rennes- qui permet de séquencer des vidéos ou des sons en plusieurs parties.

«La vidéo est très difficile à analyser, raconte Laurent Frisch, directeur des contenus médias et entertainment chez Orange. Au début, dans les JT, on ne parvenait qu’à différencier les génériques de début et de fin du corps de la vidéo. Maintenant, on sait reconnaître – et chapitrer en conséquence – les changements de décors, de présentateurs, les reportages à l’extérieur, les interviews en plateau.» Plus fort encore, dans une émission de radio, les technologies développées à Lannion permettent de repérer quand cela change de voix, quand il s’agit d’une question, ou bien d’une réponse, et de visualiser toutes les occurrences d’un mot dans le fichier son.

Séquencer, découper, recouper

Cela n’a l’air de rien, mais pour les journalistes qui passent beaucoup de temps à traquer les petites phrases de personnalités, politiques ou autres, dans des vidéos ou des sons, c’est potentiellement beaucoup. Si de tels outils se démocratisaient dans les rédactions, ce serait 40% de temps gagné dans la journée d’un journaliste de desk. «La question revient sans cesse entre nous: doit-on ouvrir nos applications à nos partenaires, et plus loin, aux utilisateurs? La réponse n’est pas tranchée», sourit l’équipe.

Lannion, c’est aussi le seul endroit où, à ma connaissance, on peut croiser des spécialistes de la sémantique qui ne sont pas professeurs en faculté de Lettres, ou des psychologues ergonomes (cela ne s’invente pas). Certains ont fait Polytechnique, certains des écoles d’ingénieurs des télécoms, d’autres les deux. Tous cherchent à «découper automatiquement» l’actu, qu’elle soit sous la forme de texte, de vidéo, ou de son. Objectif affiché: «fluidifier la propagation des contenus pour les journalistes, blogueurs, et tous ceux qui diffusent l’info», reprend Laurent Eskenazi, responsable marketing pour le pôle médias/entertainment. Et créer des technologies qui fassent le travail.

Au fond, ils se posent la même question que les journalistes: «Comment repérer un sujet d’actu cohérent?», résume Tanguy Urvoy, ingénieur. S’il veut répondre à cette question, ce n’est pas pour produire de l’info. Mais pour en tirer le meilleur algorithme possible afin d’indexer en «sujets d’actu cohérents» une grande quantité d’infos, issues de plusieurs médias. C’est le principe de fonctionnement de l’agrégateur d’Orange, 2424actu.fr, comme celui de Google News.

Algorithme mon ami

En coulisses, ce serait presque simple, à écouter les explications. «Cet algorithme, c’est juste une grosse calculette», renseigne Tanguy Urvoy. En gros, il passe à la moulinette des articles, retire de ceux-ci la ponctuation, les pluriels des noms, les majuscules. Ce qui donne un «sac de mots». Puis «pondère» le résultat pour savoir quels mots sont importants dans ce «sac», eu égard à la place de ce mot à la fois dans l’article analysé (le mot est-il répété? Est-il présent dans le titre?) et dans le corpus créé par toutes les infos scannées à un instant T. «Plus un mot est rare, plus il remonte, reprend Tanguy Urvoy. Cela explique que l’algorithme soit très bon (comprendre: ne fait pas d’erreur, ndlr) sur les faits divers (dans lesquels vont apparaître un nom de ville ou de victime inédit, ndlr) et moins sur les débats, les rebondissements ou les événements plus diffus.»

Exemple pour mieux comprendre: le contenu intitulé au départ «Le père Arthur invite Sarkozy à Lille pour voir les roms» va créer un sac de mots dans lequel on trouvera les termes «arthur», «president», «republique», «commande», «roms», etc. Après pondération et projection de l’article dans un espace vectoriel, l’algorithme détermine qu’il va aller dans l’ensemble «roms». Et hop, le voici indexé dans un «sujet d’actualité».

«L’algorithme ne peut être parfait, veulent rassurer les ingénieurs, s’adressant à des journalistes, il y a encore quelques imperfections. Dans l’idéal, on voudrait tout automatiser à 80% et on garderait une main humaine pour effectuer les choix réellement importants et corriger les erreurs.»

A venir: un W.I.P. sur les algorithmes, nos confrères journalistes…

La collaboration avec les algorithmes vous fait-elle peur? Si oui, si non, dites moi pourquoi dans les commentaires ci-dessous…

Alice Antheaume

lire le billet

Au prochain épisode, un Google News personnalisable

Google News, lancé en 2002 aux Etats-Unis, se paie un – joli– ravalement de façade. Aux Etats-Unis, l’interface vient d’être reconfigurée afin que «les informations que vous lisez soient plus pertinentes pour vous», annonce Kevin Stolt, ingénieur, sur le blog officiel du moteur de recherche américain. Il est désormais possible de personnaliser l’outil en sélectionnant les sujets, les rubriques et les mots-clés à suivre, et de partager les contenus indexés sur les réseaux sociaux (Facebook, Twitter et Google Buzz).

Histoires inédites

Dans une section intitulée «spotlight», Google News propose «de mieux mettre en valeur les articles dont vous ignoriez l’existence», reprend Kevin Stolt, comme des reportages d’investigation, des tribunes d’opinion, bref, des contenus à haute valeur ajoutée. Enfin, la colonne de droite est consacrée aux informations locales. «Nous référençons maintenant la météo locale et l’actualité qui concerne votre ville, votre quartier, ou votre région».

Version française en préparation

Pour les connaisseurs, la révolution vient du fait que Google laisse la main humaine paramétrer son algorithme, en indiquant ses préférences pour l’indexation des news, et en indiquant sa localité dans la partie dédiée à l’actu locale. Selon le Nieman Lab, Google News est en train de mixer deux tendances majeures, et parfois contradictoires, issues de la consommation d’informations en ligne: la personnalisation et la sérendipité, c’est-à-dire des découvertes inattendues.

A quand la version française? «On n’a pas de calendrier pour l’arrivée de cette nouvelle home page Google News dans l’hexagone, me répond Google France. Ce que je peux vous dire, c’est que nous y travaillons!».

Pensez-vous que la nouvelle interface de  Google News pourrait modifier votre consommation d’informations en ligne? Et vous désintéresser des agrégateurs d’informations comme Netvibes par exemple?

AA

lire le billet

Liens du jour #14

Itinéraire chronologique de la couverture de la collision des trains en Belgique, du premier tweet jusqu’à Google News (Ecole de journalisme de Sciences Po)

Vous aussi, vous pourrez bientôt être comme Tom Cruise dans Minority Report (blog Bits du New York Times)

Pourquoi MySpace et Internet pourraient tuer Rupert Murdoch (Newser)

Mégalopolis, le journal du très grand Paris, est en kiosques et… en ligne

lire le billet

Liens du jour #10

Quelles infos les internautes échangent-ils en ligne? (New York Times)

Les dépêches de l’agence Associated Press (AP) sont de nouveau disponibles sur Google News (Guardian)

Comment Internet change la façon dont on pense (Internet Actu)

lire le billet