Snapchat Discover fait un stop en France

Capture d’écran 2016-09-15 à 07.10.48
Ils sont 8 heureux élus. Le Monde, L’Equipe, Tastemade, Cosmopolitan, Vice, Paris Match, Melty et Konbini sont les premiers médias non anglophones à figurer sur Snapchat Discover, la section dédiée aux informations de Snapchat créée en janvier 2015 et qui, jusque là, n’accueillait que des contenus en anglais. Top départ? Ce jeudi 15 septembre à 6h du matin, heure française.

Pourquoi Snapchat Discover s’installe-t-il en France?

Parce qu’il y a un bassin important d’utilisateurs français de Snapchat. Parmi les 150 millions d’utilisateurs quotidiens de Snapchat dans le monde, la France en compte 8 millions. “C’est énorme, c’est sans doute le deuxième réseau social utilisé en France”, s’enthousiasme Michael Szadkowski, du Monde. Une “communauté” que l’équipe de Snapchat, venue à Paris pour l’occasion, juge prometteuse. D’autant que les agences de publicité et les annonceurs dans l’hexagone se sont dits prêts à investir sur ce réseau – on recense déjà les publicités de Schweppes, Sephora, Louis Vuitton en ce premier jour d’éditions françaises.

Snapchat Discover en France

Pourquoi maintenant? L’imminence de la campagne présidentielle française a-t-elle quelque chose à voir avec ce lancement?

Officiellement non. Même si, bien sûr, les porte-paroles de Snapchat espèrent que les informations publiées sur Snapchat Discover permettront à des jeunes, dont certains voteront sans doute pour la première fois au printemps 2017, de s’intéresser à la politique.

Qui verra les contenus des éditeurs français?

Ceux qui se connectent à Snapchat depuis la France. Pour l’instant, les lecteurs même francophones de Suisse ou d’Afrique de l’Ouest n’y ont pas accès.

Comment Snapchat choisit ces partenaires médias pour Discover?

N’importe quel média ne peut pas avoir sa chaîne sur Snapchat Discover. Pour être sélectionné, il faut d’abord produire des éditions pilote pendant plusieurs semaines (2 semaines et 60 contenus tests pour Paris Match, 4 semaines et près de 330 contenus tests pour Le Monde), que Snapchat regarde ensuite, avant de donner son accord.

Contrairement aux Facebook, YouTube, Twitter et Pinterest, qui hébergent les contenus de tous les volontaires, Snapchat a une logique d’éditeur. Le réseau social a non seulement pris soin de mixer des titres traditionnels à des médias plus récents dans son offre française mais a aussi choisi des éditeurs dont les contenus ne sont pas redondants : informations généralistes pour Le Monde, sport pour L’Equipe, recettes de cuisine pour Tastemade, féminin pour Cosmopolitan, etc.

Pourquoi Le Figaro n’est pas sur Snapchat Discover France?

Parce que Le Monde y est. De même, si BFM y figurait, ni LCI ni iTélé ne pourraient compter parmi les éditeurs partenaires de Snapchat.

Pourquoi de nombreux médias aspirent-ils à apparaître dans Snapchat Discover?

Parce qu’ils espèrent toucher une audience jeune qui s’est détournée des sources d’informations traditionnelles ou, pire, n’en a jamais entendu parler. “La plupart des utilisateurs de Snapchat sont sur une tranche d’âge 18-34 ans, soit un public qui connaîtra sans doute, via Snapchat, ses premières expériences de lecture du Monde”, confirme Michael Szadkowski. Néanmoins, “personne ne nous demande d’avoir 14 ans et de nous transformer en faux jeune!”, m’explique Marion Mertens, rédactrice en chef numérique à Paris Match.

Quels sont les contenus qui cartonnent sur Snapchat?

Difficile à dire. Une chose est sûre, “il n’est pas envisageable de se contenter de recycler des contenus déjà publiés sur le site ou dans le magazine”, continue Marion Mertens, pour Paris Match.

Tastemade France sur Snapchat Discover

Place aux contenus visuels forts, verticaux, avec grands renforts d’animations et d’effets graphiques : des flashs sur un défilé de photos de stars enceintes, comme sur un tapis rouge ; un photomontage avec Elisabeth II au volant d’une grosse voiture, accompagnée de Kate Middleton ; un labyrinthe avec lequel jouer pour faire arriver un joueur de foot jusqu’au but ; une vue à donner le vertige au dessus d’une falaise filmée avec une Gopro ; des infographies animées pour donner à voir la cartographie de l’espace ; des titres émaillés d’émoticônes.

Edition de Paris Match sur Snapchat Discover

Chaque jour, du lundi au dimanche, entre 10 et 15 contenus sont publiés sur chaque chaîne, pour une durée de 24h. On y entre via une image carrée qui introduit le sujet – quand, avant l’été, l’entrée se faisait via les logos des médias, sous la forme d’un cercle. Une refonte du design de Snapchat Discover qui devrait augmenter l’engagement des lecteurs sur les contenus.

D’après les expériences des médias anglo-saxons sur Snapchat Discover, les éditions thématiques (CNN avec une série sur le cannabis) donnent de très bons résultats, parfois meilleurs que les éditions présentant 10 informations différentes. Ce n’est pas tombé dans l’oreille d’un sourd, puisque Le Monde a prévu de publier des éditions thématiques le week-end.

Comment se répartissent les revenus entre les médias et Snapchat?

Top secret. Chaque média partenaire a signé un accord de confidentialité qui l’empêche de dévoiler la répartition des revenus publicitaires.

Edition de Paris Match sur Snapchat Discover

Et si, finalement, le résultat était décevant?

C’est un risque que les médias acceptent de prendre, après avoir mis en place des équipes de plus de 5 personnes (et jusqu’à 7 au Monde) pour produire chaque jour autant de contenus calibrés pour Snapchat. Il faut donc avoir les reins solides.

Mais ces efforts ont aussi des vertus en interne. Au Monde, “le fait de devoir publier tous les jours des informations sur Discover, avec des formats visuels et mobiles, assez différents de ce qu’on fait d’habitude, va nous donner de nouvelles compétences et de nouveaux réflexes de publication”, souligne Michael Szadkowski. Même topo chez Paris Match où Marion Mertens espère expérimenter un ton “un peu plus fou” que d’habitude. Des laboratoires bienvenus lorsqu’il faut imaginer des “formats innovants, 100% graphiques et mobiles”.

Merci de partager ce contenu sur les réseaux sociaux.

Alice Antheaume

lire le billet

Ces journalistes qui ont travaillé “comme des automates” le 13 novembre 2015

Crédit photo: Eric Antheaume

Où étiez-vous le vendredi 13 novembre 2015? Jamais vous n’oublierez ce que vous faisiez ce soir-là, au moment où les attentats ont frappé Paris. Vous n’oublierez pas non plus comment vous avez appris l’existence des fusillades dans les 10 et 11e arrondissements parisiens, puis l’explosion des bombes au Stade de France. Les journalistes, français, étrangers, sur le pied de grue ce soir-là, n’ont pas oublié non plus.

Sur une idée de Catherine Galloway, qui enseigne à l’Ecole de journalisme de Sciences Po, nous avons posé la question à nos confrères journalistes, français ou étrangers. Ressort de leurs témoignages une extraordinaire mobilisation pour couvrir ces événements tragiques qui n’a laissé personne indemne. Même ceux qui sont habitués à couvrir de terribles actualités. Même un mois après cette tragédie.

Salomé Legrand, reporter à Europe 1

Vendredi 13 novembre, je sortais d’un bar vers Parmentier à 21h30 et je m’apprêtais à rentrer chez moi rue de Marseille, dans le 10e arrondissement de Paris. Et donc à passer par la rue Bichat. Quand j’ai vu passer une puis deux puis quatre ambulances, je les ai suivies.

Je crois que j’ai alors regardé Twitter: j’y ai vu les toutes premières infos sur “une fusillade au Petit Cambodge”. J’ai foncé là-bas en pensant que c’était une fusillade type règlement de comptes. J’ai marché sans réfléchir jusqu’à arriver rue Alibert où je me suis retrouvée les pieds dans le sang sur la terrasse du Carillon. J’ai marché comme une automate jusqu’au Petit Cambodge, sans comprendre ces alertes qui commençaient à tomber dans tous les sens, notamment sur le Stade de France… A ce stade, je n’avais pas vu que Le Carillon était touché aussi.

Là, je me suis arrêtée et j’ai appelé la radio pour leur dire que j’étais là. Ils m’ont prise en direct à l’antenne. J’ai décrit et re-décrit ce que je voyais: des cadavres en train d’être recouverts de draps blancs, des gens qui pleurent, des blessés, des flics hyper tendus qui disent que ce n’est pas terminé et nous plaquent contre les murs, dans les renfoncements de portes…

Au début, personne, ni mes chefs, ni les secours ni les policiers, ne comprenait où on en était, combien il y avait eu de fusillades, où, ce qui était lié… Et moi je suis restée plantée là, au milieu du périmètre de sécurité, à tendre mon iPhone en mode dictaphone aux témoins, aux blessés légers, à tous les gens qui me semblaient suffisamment peu touchés pour me répondre, à essayer de compter les morts. J’étais dans l’encadrement de la porte de l’hôtel du Carillon et j’ai même pas pensé à monter interviewer les gens dans l’hôtel tellement j’étais en état de choc, sans même m’en rendre compte d’ailleurs, mais j’interviewais tous les gens qui en sortaient.

J’y suis restée jusque vers 2 heures du matin, à faire des directs au téléphone et à envoyer les témoignages recueillis à l’iPhone par email, quand la police a compris que je n’étais ni victime ni témoin et qu’ils m’ont sorties du périmètre.

J’ai retrouvé un collègue de RTL, on a fait le tour des points touchés les plus proches, la fontaine au roi, l’un des périmètres autour du Bataclan. On essayait de comprendre, de vérifier qu’il y avait soi-disant un 7e ou 8e lieu de fusillade “boulevard de la République”. Je suis rentrée chez moi vers 4 heures, réveillée à 6 heures pour retourner en direct pour la matinale, relevée par un collègue à 13h30 le samedi…

Crédit photo: Eric Antheaume

Pierre Haski, co-fondateur de Rue89

Vendredi soir, j’ai découvert les attaques par une alerte du Monde sur mon smartphone, en sortant d’une projection au Forum des images, aux Halles à Paris. Très rapidement, tout le monde autour de moi, y compris Dany Cohn-Bendit qui participait à cette ouverture d’un festival de films sur l’état du monde, a découvert consterné et inquiet, les événements qui venaient tout juste d’éclater.

Mais cette alerte du Monde en disait peu, et il n’y avait encore rien sur les sites de médias, en particulier celui du Monde justement. Je suis donc allé sur Twitter, et j’y ai tout de suite pris la mesure de la gravité des événements. Des tweets faisaient déjà état de morts au Bataclan et dans d’autres lieux publics ciblés, et des explosions au Stade de France. Il n’y avait guère de doute que l’on avait affaire à des attentats, et que c’était très grave.

J’ai tout de suite quitté le Forum en me disant qu’il fallait que je rentre chez moi pour mettre en ligne cette information sur Rue89, car, à cette heure-là, nous n’avons pas de permanence. J’ai pris le métro tout en remontant ma timeline sur Twitter. Tout autour de moi les gens regardaient leur smartphone, personne ne parlait, les regards s’étaient déjà assombris.

En sortant au métro Strasbourg Saint Denis pour rentrer chez moi, j’ai appris que le bilan était déjà de 18 morts. Des gens arrivaient en courant de la place de la République, sur le boulevard Saint Martin, en criant “ils tirent”… Certains se sont réfugiés au Théâtre de la Renaissance qui a fermé ses portes. En remontant ma rue, j’ai assisté à une engueulade entre un automobiliste insouciant qui voulait avancer vers République et un passant qui cherchait à l’en dissuader. L’automobiliste renonça en étant confronté à l’alerte d’un smartphone faisant état des 18 morts…

Arrivé chez moi, j’ai mis quelques paragraphes en ligne, suivant à la fois ma timeline Twitter et iTélé sur ma télévision, constatant que Twitter était à la fois plus rapide, plus complet, plus diversifié.

Seul atout de la télé : au bout d’un moment, des directs aux quatre coins de Paris… Puis le contact a été établi avec les membres de notre équipe dispersés dans Paris, à la fois pour savoir si tout le monde était sain et sauf, et pour savoir s’ils avaient des informations, des témoignages de leur côté.

J’ai travaillé ainsi jusqu’à 2 heures du matin environ, une fois l’assaut sur le Bataclan terminé, les interventions présidentielles passées – le direct de l’Elysée puis celle sur place au Bataclan. C’est à ce moment-là que j’ai pris réellement la mesure de la tragédie qui venait de surgir au coeur de Paris, et que j’avais décrite pendant plusieurs heures. Et je n’ai pas pu m’endormir.

Nadia Ragozhina, senior producer à BBC World News

Je travaillais dans la rédaction de la BBC vendredi soir à Londres, quand quelqu’un a dit que Twitter bruissait d’informations sur des fusillades à Paris. Il était 20h40 ici, 21h40 à Paris. Il n’y avait rien encore sur les fils des agences donc immédiatement je me suis ruée sur Twitter pour savoir ce qu’il se passait. J’ai écrit un tweet en français demandant si quelqu’un avait vu quelque chose, et la même chose sur Facebook pour savoir si mes amis, pour lesquels je m’inquiétais, allaient bien.

Depuis que Twitter est devenu populaire, vous devez être sur une information dès qu’elle arrive pour repérer les gens qui savent vraiment ce qu’il se passe et témoignent sans intermédiaire. Après environ 20 minutes, vous avez des retweets de partout et cela devient difficile de trouver les premiers témoins visuels. Ce soir-là, nous étions là à temps.

Un type a répondu à mon tweet en disant qu’il avait entendu des coups de feu provenant selon lui d’une Kalashnikov. Il n’avait rien vu mais il habitait près de là où avait eu lieu l’une des fusillades. Il pouvait entendre les gens crier et les sirènes de la police. J’ai décidé qu’on allait le faire parler en direct. A 21h, nous étions en édition spéciale. J’ai prévenu le producer que, le temps que je téléphone à notre témoin, il demande au présentateur de meubler à l’antenne jusqu’à ce qu’il décroche. Il a parlé 10 bonnes minutes en direct. Il a décrit ce qu’il voyait, a parlé du quartier et a situé l’arrondissement dans Paris. C’est très important pour une chaîne internationale comme la nôtre parce qu’on ne peut pas demander à nos téléspectateurs de connaître la géographie de Paris.

Quelques minutes plus tard, nous avons pu parler à quelqu’un qui était à La Belle Equipe, l’un des bars qui a été attaqué. Quelqu’un dont la voix tremblait mais qui a réussi à décrire la scène vue du bar. Sa femme et lui étaient sains et saufs. A la BBC nous nous assurons toujours, avant de le mettre à l’antenne, que notre témoin est en sécurité et qu’il ne se met pas en danger en nous parlant.

Puis j’ai posté un autre message en ligne. Alors que nous avions de plus en plus d’informations en provenance de Paris, je suis devenue terriblement inquiète de ne pas avoir de nouvelles de mes amis parisiens.

A 21h30, nous étions toujours en édition spéciale. Des images nous provenaient, mais c’était très confus. Parce qu’il faisait nuit, il était impossible de savoir où ces photos avaient été prises, dans quelle rue ou dans quel restaurant. Nous en savions si peu à ce stade qu’il nous fallait être très prudent. Nous devions spécifier si tel élément provenait d’une agence, tel élément provenait d’un témoignage, pour ne surtout pas répandre la peur ni la panique. Il n’a pas évident tout de suite de comprendre combien d’attaques il y avait, et comment elles étaient liées entre elles. Quand nous sommes en breaking news, nous ne pouvons pas confirmer chaque information avec de multiples sources, donc nous devons avancer avec énormément de précautions, en faisant comprendre à notre public que c’est une situation en cours de développement.

Après une heure entière de direct, à 22h, nous avons passé le relais au présentateur suivant qui a continué l’édition spéciale. Et mon collègue présentateur et moi avons alors découvert des messages sur nos écrans nous demandant si vous vouliez aller à Paris couvrir les événements dès la première heure le lendemain. Nous avons tout de suite dit oui.

Lui a commencé à prendre des billets de train, mais moi j’avais encore 2 heures de boulot devant moi avant de finir mon service. Nous en savions beaucoup plus sur les attaques à ce stade : c’était bien des attaques terroristes. En vrai, j’étais terrifiée. J’ai essayé de rester professionnelle et de ne pas montrer à quel point j’étais affectée par tout cela, mais c’était extrêmement difficile. Ce qu’il s’est passé au Bataclan, au moment de la prise d’otages, était le comble de l’horreur pour moi qui imaginais tous ces gens pris au piège à l’intérieur. Quand je suis rentrée chez moi, j’ai essayé de rassembler mes pensées, de réfléchir à ce dont j’aurais besoin pour le lendemain à Paris, et j’ai encore regardé Twitter et la télévision pendant une heure. J’ai pleuré en me couchant, ce vendredi soir-là. Plein de gens croient que les journalistes sont blindés, pour ne pas dire cyniques. Mais plus on grandit, plus on s’adoucit, du moins dans mon cas. Quand vous savez ce que c’est que de perdre quelqu’un qu’on aime, vous pouvez imaginer la peine que les proches des victimes vont endurer.

Le premier train du samedi matin était presque vide, à part quelques journalistes. Dès notre arrivée, nous nous sommes précipités au Bataclan pour rejoindre nos confrères journalistes. Notre travail est de fournir des directs pour deux de nos chaînes, BBC World News et BBC News.

Au début, nous étions deux équipes de la BBC à couvrir les événements. Ce sont nos collègues qui ont commencé les directs avec un camion régie devant le Bataclan, pendant que le présentateur et moi sommes allés vers les autres lieux des attentats. En arrivant vers La Bonne Bière, nous avons fait des directs par telephone. Nous avons essayé de faire des duplex par Skype mais la qualité de l’image était insuffisante donc nous avons abandonné cette option.

Avec toutes les images disponibles, la production à Londres pouvait illustrer nos prises d’antenne sans que l’on nous voit tout le temps. D’habitude, nous évitons de faire cela par téléphone mais là, nous étions les premiers de la BBC à être sur place. Les rues étaient complètement vides, si ce n’est la présence des journalistes.

En me retrouvant dans ce quartier que je connaissais dans d’autres circonstances, je me suis vraiment identifiée aux victimes. Je me suis dit que j’aurais pu être l’une d’entre eux. Cela m’a donné encore plus envie de raconter ce qu’ils traversaient.

Crédit photo: Eric Antheaume

Elodie Drouard, iconographe à France TV Info

Vendredi 13 novembre, je n’étais pas à Paris mais à Gif sur Yvette et j’ai débuté la soirée en jouant à “Fallout 4”, un jeu vidéo d’action qui se passe dans un univers post-apocalyptique. C’est ma copine qui était à mes côtés qui m’a informée après avoir reçu un premier push – Le Parisien je crois – qui mentionnait une fusillade à Paris. J’ai rigolé en disant “encore un règlement de compte, je te parie que c’est dans le 14e ou le 19e” et j’ai continué à jouer. Et quelques minutes plus tard, elle m’annonce une explosion au Stade de France et me dit, “non c’est dans le 11e la fusillade, on parle du restaurant Le Petit Cambodge”.

Là, évidemment, j’ai tout arrêté – parce que ça semblait fou et improbable, et aussi sûrement parce que c’est un restaurant où l’on va souvent -, mis mon jeu sur pause, basculé sur BFMTV et Twitter. On est restées scotchées comme ça jusqu’à 3 heures du matin. Dans les premiers temps, j’étais énervée de ne pas être sur place. J’avais envie d’aller voir, de me rendre compte et puis, petit à petit, j’ai réalisé que j’étais sûrement beaucoup mieux là où j’étais. La rédaction de France TV Info s’est organisée très rapidement et j’ai proposé mon aide dès le lendemain mais on m’a dit que c’était bon. Je ne suis rentrée sur Paris que dimanche soir mais avec beaucoup d’appréhension.

Le lendemain j’ai commencé à travailler sur un diaporama des images les plus fortes du week-end car certaines images me hantaient et j’avais envie de les compiler, pour figer à jamais ces images que chacun d’entre nous avait en tête.

Alain Genestar, directeur de Polka Magazine 

Je rentrais chez moi et ai reçu une alerte vers 9h45 je crois. Ensuite, j’ai zappé entre iTélé et BFM jusqu’à 3 heures du matin. Deux journalistes étaient encore à Polka, situé non loin du Bataclan, ils sont restés bloqués une partie de la nuit.

Nous étions en contact avec eux, avec Dimitri Beck, le rédacteur en chef, et avec toute l’équipe. Nous avons commencé à parler de ce que l’on ferait sur le site : faire parler des photographes sur la difficulté, même pour un reporter de guerre, de “photographier la guerre à domicile”. Et nous avons décidé de faire une série sur le le sujet.

Le lendemain, le samedi, Paris Photo à annoncé la fermeture du Grand Palais. Avec ma fille Adelie de Ipanema, directrice de la Galerie Polka, et Dimitri Beck, on s’est donné RV à Polka pour décider sur place si on ouvrait ou non la Galerie. La décision rapide et unanime a été  de ne pas ouvrir par solidarité avec les victimes et leur famille.

Markus Karlsson, présentateur de France 24

J’étais dans la rédaction quand une journaliste du desk arabophone a appelé pour prévenir qu’il y avait une fusillade dans un restaurant où elle était, La Belle Equipe, dans le 11e arrondissement de Paris. Elle a dit qu’il y avait des morts et du sang partout. L’une de mes collègues a hurlé dans la salle de rédaction pour que tout le monde soit au courant. Après les attentats de janvier, nous avons tous pensé à une attaque terroriste. Mais nous avons été prudents et avons mis un bandeau “breaking news : shooting in the 11th arrondissement of Paris, casualties reported”. En d’autres termes, nous avons fait du factuel, en nous tenant à ce dont nous étions sûrs.

Dans les minutes qui ont suivi, c’est devenu très confus. Nous avons appris qu’il y avait une fusillade rue Bichat, puis rue de Charonne, puis boulevard Voltaire. Nous n’avons pas compris à ce stade qu’il y avait plusieurs attaques en même temps. Ensuite nous avons su qu’il y avait eu des explosions au Stade de France et ce n’est qu’à partir de ce moment là que nous avons fait le lien entre tous ces événements.

A 22h15 j’ai présenté le bulletin d’informations économiques, comme je le fais toujours, et pendant ces cinq minutes, il est devenu évident que quelque chose d’énorme était en train d’arriver.

Avec deux collègues, nous avons alors passé les 2-3 heures suivantes dans le studio, en direct, à essayer collecter des informations en utilisant les agences de presse, Twitter, et des témoins visuels sur place. Beaucoup de nos collègues de France 24 étaient dans le quartier de République, en train de profiter de la soirée, et ils nous ont appelé pour rapporter ce qu’ils voyaient et entendaient. Nous avons aussi obtenu une séquence filmée boulevard Voltaire, montrant la mobilisation massive des forces de l’ordre, avec des policiers cachés derrière des véhicules, hors de portée des balles.

Personnellement, j’ai eu du mal à comprendre la situation. J’ai eu du mal à réaliser ce qui se passait sous mes yeux. Après l’attentat de Charlie Hebdo, en janvier, je me suis peut-être laissé berner par une fausse impression de sécurité, renforcée par les mesures mises en place. J’étais convaincu que la foudre ne s’abattrait pas deux fois au même endroit et certainement pas de façon si rapprochée.

Quand j’étais en direct à l’antenne, j’ai contacté ma femme et mes proches via Facebook Messenger pour leur demander s’ils étaient en sécurité et pour les rassurer en ce qui me concernait.

Tous les journalistes à France 24 ont ressenti l’impérieuse nécessité de raconter les faits de façon juste, ce qui est probablement lié à la proximité que nous avons avec cette histoire. Dans ma rédaction, nous sommes tous sortis, un jour ou l’autre, dans le 10e et le 11e arrondissements de Paris, où nous sommes tous allés voir un match de foot au Stade de France.

Les événements nous ont frappés encore plus durement lorsque nous avons appris que l’un de nos caméramen, Mathieu Hoche, a été tué au Bataclan. Nous l’avons appris le samedi après-midi, comme un coup de poignard dans le ventre. Notre équipe technique connaît mieux Mathieu que moi, et pour eux, cela a du être extrêmement difficile. Ils ont pourtant continué à travailler, tout le monde a continué à travailler, de façon admirable.

La difficulté de produire de la télévision en direct, en cas de breaking news, est aussi liée à la logistique. Nous devons décider de quelles ressources déployer, où, et pour combien de temps. Quand vous avez des ressources limitées, une situation qui évolue de minute en minute, une rédaction très fatiguée et parfois des problèmes techniques, élaborer le planning est très très complexe.

Emma Defaud, rédactrice en chef à lexpress.fr

A 21h45, je reçois un coup de fil d’Alexandre Sulzer, l’une de nos journalistes, de permanence à la rédaction. Il m’annonce des coups de feu au Petit Cambodge, avec des sources récoltées sur Twitter. Il a préparé un papier après avoir eu la confirmation de la mairie de Paris. Il est censé finir à 22h, il me propose de rester un peu. Je suis fatiguée par ma semaine. Je veux croire au fait divers. Mais très vite, un chef des infos qui se trouve au Stade de France nous alerte sur les explosions.

A 21h55 on publie “Fusillade dans le 10e arrondissement” puis on envoie un push “explosion au Stade de France, Hollande exfiltré”. Je suis désormais devant mon ordi en train de préparer le live pendant qu’Alexandre nourrit l’article. Mon mec me dit de me calmer car il trouve que je suis désagréable au téléphone avec mes collègues. J’essaie d’être plus zen avec mes interlocuteurs, mais intérieurement, je suis survoltée. Trop de choses à faire vite et bien.

J’ai envoyé dans la foulée un mail à l’équipe puis au print pour prévenir de notre mobilisation.

Propos recueillis par Alice Antheaume et Catherine Galloway 

lire le billet

Tout le monde se lève pour… Snapchat

Crédit: AA

Crédit: AA

James Bond y fait sa publicité. Le président de la République y ouvre son compte en novembre. Et si Snapchat, l’application aux 100 millions d’utilisateurs actifs quotidiens, devenait un acteur incontournable dans le paysage médiatique sur mobile? Les contenus qu’y produit CNN “font des millions de vus chaque jour”, me soufflent les équipes de CNN. Même réaction du côté de Buzzfeed, qui évoque une “plate-forme incroyablement intéressante avec une portée immense”.

On n’en saura pas plus. Ni Buzzfeed, ni CNN, ni Fusion, ni Vice, qui figurent parmi les partenaires actuels de Snapchat Discover, la page dédiée aux informations, n’ont souhaité révéler de chiffres plus précis. Il faut donc se contenter de chiffres globaux. Lancé en janvier dernier, Snapchat Discover délivre chaque jour environ 160 sujets éphémères, d’une durée de vie de 24 heures. Des contenus vus par 60 millions de personnes chaque mois.

Les médias français dans les starting-blocks

“Snapchat est un réseau encore très jeune, qui a grandi extrêmement vite en très peu de temps”, excuse Ashley Codianni, responsable des publications de CNN sur les réseaux sociaux. Résultat, la plate-forme ne dispose pas encore d’outils de suivi de l’audience. “Je n’ai pas de données démographiques en temps réel, je ne sais pas si ceux qui nous lisent sont des hommes, des femmes, s’ils vivent en ville, ni quel âge ils ont”, reprend Ashley Codianni.

Pourtant, les éditeurs français rêvent d’en être. Lorsqu’Evan Spiegel, le patron de Snapchat, est venu en France il y a quelques semaines, il a rendu visite aux équipes du Monde dans l’idée de voir sur qui compter pour la suite. A priori, il n’y aura pas de page Discover pour la France, mais peut-être l’ouverture d’une “chaîne” auprès d’un média français, comme cela a été fait avec le britannique Daily Mail. A cette différence près que le Daily Mail rédige, comme les autres partenaires actuels de Discover, en anglais.

Dans les starting blocks pour cette éventuelle place française, que Snapchat ne confirme ni n’informe, Le Monde, Le Parisien et BFM TV sont très intéressés. Sauf qu’un nouvel entrant dans le cercle égale un sortant. Car la page est composée de 15 places, pas davantage, dont l’une peut être dédiée à une chaîne temporaire de contenus publicitaires – James Bond, Halloween, etc.

Enfin des jeunes !

Ce qui attire les candidats français, c’est que l’audience de Snapchat se connecte, pour la moitié d’entre elle, depuis un autre pays que les Etats-Unis. Surtout, ils espèrent y chasser une audience plus jeune que celle qu’ils touchent d’ordinaire – aux Etats-Unis, un tiers des jeunes de 18 à 34 ans possèdent un compte Snapchat. Une nouvelle lucarne pour ces éditeurs qui non seulement ne sont pas dans le périmètre des jeunes, mais ne sont même pas identifiés comme une source d’informations par ceux-ci.

“Ce qui est sûr, c’est que les utilisateurs n’ont aucune idée de ce qu’était CNN” avant de le découvrir sur Snapchat, selon Ashley Codianni. Cela fait la blague auprès des concurrents qui, dans le petit monde médiatique new yorkais, rient à l’idée que CNN détienne plus de spectateurs sur Discover que sur sa chaîne de télévision.

Julien Mielcarek, de BFM TV, l’a bien compris: “nous avons fait part à Snapchat de notre souhait de pouvoir travailler sur Discover si le service se lance auprès de médias francophones. L’enjeu est multiple, avec l’objectif évident de parler à un public plus jeune qui a moins l’habitude de regarder la télévision.”

Crédit: AA

Crédit: AA

Le temps de consommation

Autre donnée, très regardée par les éditeurs: le temps de consultation, et donc le fameux “engagement” des lecteurs. D’après Snapchat, les meilleurs chaînes d’informations de Discover parviennent à scotcher leurs lecteurs de 6 à 7 minutes par jour, en moyenne.

“Notre audience passe de plus en plus de temps sur mobile et sur les plates-formes sociales. Snapchat est devenu un élément clé pour nous puisque nous savons qu’elle est utilisée par une audience jeune, diversifiée, qui y consacre une grande partie de son temps”, me confie Daniel Eilemberg, de Fusion.

Retour à la sélection humaine

Sauf que Snapchat n’est pas un réseau social comme les autres. Hors de question de se contenter d’y diffuser des contenus existants comme sur les réseaux sociaux, disent en substance les équipes de l’application. “Les (autres, ndlr) réseaux sociaux nous disent quoi lire en fonction de ce qui est le plus récent et le plus populaire. Nous voyons les choses différemment. Nous comptons sur les éditeurs et les artistes, pas sur les clics et les taux de partage, pour déterminer ce qui est important”. En clair, chez Snapchat, haro sur les algorithmes et vive l’humain. Mais l’humain coûte cher.

Côté éditeurs, c’est un investissement humain pharaonique. Pour produire sur Snapchat, Refinery29, un site de “style”, s’appuie sur une équipe de 10 personnes. Chez Fusion, 8 personnes sont missionnées pour ce faire. A CNN, 4 personnes y travaillent à temps plein. “La production sur Snapchat est très très chronophage”, souligne Ashley Codianni, arguant qu’aucun autre réseau social ne bénéficie de telles ressources dans ses équipes.

Or la production de contenus sur Snapchat requiert des compétences en graphisme et en animation qui ne sont pas l’apanage de tous les journalistes. En clair, il ne suffit pas de distribuer les liens en l’éditant avec un bon titre et une photo comme on le fait sur Facebook et Twitter. Il faut “construire un format qui met la narration en exergue”, tente d’expliquer Snapchat. Sachant que chaque éditeur produit entre 10 et 20 sujets originaux par jour sur Snapchat Discover, on comprend vite l’ampleur du travail.

Snapchat se considère comme un éditeur

D’autant que Snapchat a sa petite idée sur qui, parmi ses partenaires médias, peut produire quoi. Au début, par exemple, CNN produisait des sujets plutôt magazines, avant d’être encouragé à se concentrer sur le “breaking news”, pour donner aux utilisateurs la liste des 10 sujets importants du jour. Bref, ce qu’ils doivent savoir. Le présupposé de Snapchat est clair: a priori, les snapchatters ne consomment pas d’informations ailleurs. Néanmoins, l’un des utilisateurs de Snapchat Discover, interrogé par Business Insider, n’est pas dupe: “de ce que je peux en dire, la plupart des actualités et des vidéos sont juste du recyclage de ce que l’on peut trouver en ligne sur Vice ou ESPN”.

A Fusion, on évite le recyclage et on mise sur du contenu original fait “exclusivement” pour Snapchat, comme la série appelée “Outpost”, composée de mini-documentaires en vidéo d’1 minute chacun, sur des territoires inexplorés, ou la série “Vergaland” réalisée en format vertical, sur la carrière du mannequin et vedette Sofia Vergara, vue par les yeux de son fils.

“Il est impératif que nous nous adressions à l’audience de Snapchat avec du contenu attrayant, fait sur mesure, pour chaque plate-forme”, explique Daniel Eilemberg, de Fusion. Même stratégie du côté de CNN qui, en plus des contenus sur Snapchat, publie des listes sur une application en vogue aux Etats-Unis, The List App.

Nouvelles narrations à étudier

Le Monde, de son côté, reste prudent et réfléchit à ce nouveau type d’écriture avant d’annoncer quoique ce soit. Chez BFM TV, l’inspiration de CNN est évidente. “Si on se lance un jour sur Discover, on retrouvera évidemment ce qu’est BFM TV et son ADN, le direct, mais aussi des aussi des thématiques et des angles qui ne sont pas traités à l’antenne, comme les coulisses de la fabrique de l’information”, développe Julien Mielcarek. “Il y a un vrai enjeu sur la forme, comme c’est notable avec CNN sur Discover: on retrouve de l’information évidemment mais dans une navigation et des codes graphiques très éloignés de ce qu’est habituellement CNN, avec un environnement carrément pop”.

Reste une équation à deux inconnues à résoudre:

1. le temps passé sur Snapchat s’additionne-t-il au temps passé sur les réseaux sociaux? Est-ce du temps exclusif?

2. faut-il investir en temps et en ressources humaines sur Snapchat, une plate-forme dont les retombées économiques sont encore inconnues?

Si les publicités insérées sur Discover sont très chères payées par les annonceurs, faisant de cette page un spot “très désiré” selon Fortune, les revenus générés sont partagés entre le média et Snapchat: si c’est Snapchat qui vend la pub, en insérant entre les contenus de l’éditeur une page d’une seconde, c’est 50% pour Snapchat, et 50% pour le média. Si c’est l’éditeur qui commercialise la pub, c’est 70% dans sa poche et 30% pour Snapchat.

Merci de partager cet article sur les réseaux sociaux!

Alice Antheaume

lire le billet

Un tiers des vidéos en France sont bloquées par des “Adblock”

Crédit: Flickr/CC/Denis Bocquet

Crédit: Flickr/CC/Denis Bocquet

Les “Adblock”, ces bloqueurs de publicités disponibles gratuitement sur n’importe quel navigateur (Chrome, Firefox, etc.), qui empêchent les campagnes publicitaires (display, native adversiting) de s’afficher, sont les nouveaux fléaux des éditeurs.

Selon une étude réalisée par SecretMedia, une société qui vend une solution pour contrer les “Adblock”, l’impact est colossal sur la consommation de vidéos, et notamment en Europe. Revue de chiffres.

  • Aux Etats-Unis, 26% du temps passé à regarder des vidéos depuis un ordinateur est “adblocké”
  • Au Canada, 43% du temps passé devant une vidéo n’est pas monétisé
  • En Angleterre, le pourcentage est de 42%
  • En Espagne, le chiffre est de 41%
  • En France, on tourne autour de 33%
  • En Allemagne, c’est pire: 63% du temps passé devant une vidéo n’est pas monétisé
Crédit: SecretMedia

Crédit: SecretMedia

Marché saturé

“L’Allemagne est un bon exemple de ce que peut devenir un marché saturé par les bloqueurs de publicité”, peut-on lire dans cette étude. Il faut dire aussi que c’est dans ce pays qu’est né le plus connu de ces logiciels, Adblock Plus, édité par la start-up allemande Eyeo, dont l’activité est légale selon le jugement rendu par le tribunal de Munich en mai dernier.

Si SecretMedia a analysé l’impact des “Adblock” sur les vidéos, c’est bien sûr pour alerter les éditeurs sur les méfaits des “Adblock” sur leurs revenus et… en faire de futurs clients.

Razzia sur les vidéos en ligne

Tous les éditeurs ont en effet mis le cap sur les vidéos en ligne: parce qu’il y a une audience avide d’en consommer (en France, 33,6 millions d’internautes ont regardé au moins une vidéo sur leur écran d’ordinateur, en juillet 2015, selon Médiamétrie), parce que cette audience est jeune (les 18-34 ans regardent chaque jour 55 minutes de vidéos, sur leur ordinateur ou sur mobile) et “bankable” auprès des annonceurs, et parce que le CPM (coût de la pub pour mille affichages) est plus élevé que sur des formats classiques.

“C’est là que l’argent est”, confirme Frédéric Filloux dans sa Monday Note. Résultat, les vidéos sont devenues des nids à publicités. Presque trop. “Trop de médias ont saturé leurs productions de vidéos payantes, qui se lancent automatiquement, souvent avec le volume au maximum”, reprend Frédéric Filloux. “Dans les vidéos aux sujets plus légitimes, souvent précédées de pré-roll publicitaire de 30 secondes, la plupart des éditeurs ont agi contre le sens commun et ont décidé ne pas permettre aux internautes de “passer” la pub après 5 secondes. Quand on ne peut pas échapper à ces publicités, le contenu devient juste insupportable”.

Bloquer les publicités et le nombre d’impressions sur une vidéo

D’après SecretMedia, non seulement les “Adblock” bloquent l’affichage des publicités, mais ils “font aussi disparaître un certain nombre d’éléments, comme les liens renvoyant sur d’autres vidéos, des widgets, et bien sûr les mesures d’impression”. C’est dont tout le système de mesure qui est remis en cause, et qui empêche l’audience d’être monétisée.

Alice Antheaume

lire le billet

Tout ce que vous ne savez pas sur le consommateur d’informations français

baguette

Crédit: Flickr/CC/joeshlabotnik

Pour s’informer, le Français reste fidèle à sa télévision, tout en utilisant beaucoup les alertes envoyées sur son smartphone. Tels sont les résultats de l’enquête “Digital News Report” réalisée chaque année par le Reuters Institute for the Study of Journalism. Voici ce qu’il faut en retenir si vous avez la flemme de le lire.

>> Le portrait 2014 du consommateur d’informations français >>

>> Le portrait 2013 du consommateur d’informations français >>

>> Le portrait 2012 du consommateur d’informations français >>

Il utilise la télévision comme principale source d’informations. C’est le cas pour 58% des sondés. 29% se servent des médias numériques comme source prioritaire, quand seulement 3% passent par des journaux imprimés.

Crédit: Digital News Report 2015

Crédit: Digital News Report 2015

Avec l’Italie, le Japon et l’Allemagne, la France figure parmi les pays qui témoignent de “la plus grande allégeance aux médias traditionnels”, note le rapport, bien qu’il y ait des différences tranchées dans les usages selon les générations. Tous pays confondus, plus on est jeune plus on se tourne vers les sources d’informations en ligne quand plus on est vieux plus on allume sa télévision.

Il se sert beaucoup de son smartphone pour s’informer, mais guère plus que l’année dernière. En 2014, 35% des sondés en France déclaraient recourir à leur téléphone pour obtenir des informations chaque semaine, quand, en 2015, ils sont 37%. Au Danemark, ils sont 57% à s’informer via leur smartphone.

Crédit: Digital News Report 2015

Crédit: Digital News Report 2015

La tablette n’est pas vraiment entrée dans ses moeurs. 18% des Français sondés utilisent la tablette pour s’informer. C’est exactement le même pourcentage que l’année dernière, ce qui laisse penser que cet outil, à la fois onéreux et qui ne bénéficie pas d’un taux de renouvellement très fréquent, a stoppé son expansion.

Sa confiance dans l’information est très modérée. 38% des Français déclarent avoir confiance en “l’information en général”, un pourcentage qui augmente dès que les sources sont connues des utilisateurs. En effet, 49% ont confiance lorsqu’il s’agit de “leurs sources d’informations”. En l’occurence, la télévision est le pourvoyeur d’informations les “plus justes et les plus fiables” selon 43% des sondés, quand 26% estime que les sources numériques sont plus sûres. En termes de cote de confiance, l’Italie, l’Espagne et les Etats-Unis ont des taux encore inférieurs à ceux de la France, alors que la Finlande, le Brésil et l’Allemagne bénéficient des meilleurs scores.

Crédit: Digital News Report 2015

Crédit: Digital News Report 2015


Facebook joue un rôle de plus en plus important pour s’informer.
35% des interrogés en France utilisent Facebook pour trouver, lire, regarder, partager ou discuter des informations. Ils étaient 27% l’année dernière, ce qui montre l’essor du réseau social de Mark Zuckerberg dans l’information. En revanche, Whatsapp n’apparaît pas dans les radars français, tandis qu’il constitue un réseau de distribution des infos essentiel au Brésil, en Espagne ou en Italie.

 

Crédit: Digital News Report 2015

Crédit: Digital News Report 2015


Pour trouver des informations en ligne, le Français passe le plus souvent par les moteurs de recherche (40%).
Sinon, il va directement sur la page d’accueil (27%), ou passe par les réseaux sociaux (21%) ou par l’email (21%).

Crédit: Digital News Report 2015

Crédit: Digital News Report 2015

Il est un gros consommateur de pushs et de notifications sur mobile. 14% des sondés utilisent les alertes envoyées sur leurs écrans de smartphone comme un moyen d’accéder aux informations publiées en ligne. Fait notable, la France est le pays qui témoigne de la plus forte utilisation des pushs pour l’information. “C’est un moyen clé de rappeler au bon souvenir des lecteurs la pertinence de son titre dans un marché extrêmement compétitif”, relève le rapport.

Crédit: Digital News Report 2015

Crédit: Digital News Report 2015


S’il recourt à des médias anglo-saxons pour s’informer, ce sont surtout des pure-players anglo-saxons.
Et non des médias traditionnels. Quand le New York Times a été visité par 1% des sondés, BBC 3% et CNN 2%, le Huffington Post, Buzzfeed, Vice, MSN et Yahoo! récoltent plus de voix (25% en tout). Parmi ces pure-players, il y a une prime aux anciens sur les nouveaux: Buzzfeed et Vice font chacun 1%, tandis que MSN monte à 7% et Yahoo! à 8% en France.

Il ne paie guère pour de l’information en ligne. Qu’il s’agisse d’un abonnement, ou d’un paiement à l’article, seuls 10% des Français disent avoir sorti leur carte bleue pour accéder à des informations. L’année dernière, ils étaient 12%.

Merci de partager cet article sur les réseaux sociaux !

Alice Antheaume

lire le billet

C’est comment qu’on freine?

Crédit: Flickr/CC/mark_devries

Crédit: Flickr/CC/mark_devries

Notifications en cascade sur les réseaux sociaux, alertes push envoyées sur mobile, bandeaux clignotants sur les chaînes d’informations en continu, “lives” à tous les étages, détecteur de rumeurs et de “fakes” en temps réel, contenus d’actualités qui n’auront peut-être que 24 heures de durée de vie avant de disparaître sur l’application de messages éphémères Snapchat….

L’information n’est pas un long fleuve tranquille mais un rapide à proximité des chutes du Niagara. Quant à l’urgence, elle est désormais brandie en étendard.

Tout cela est “toxique, comme le sucre”, peste cet article du Guardian, pour qui les lecteurs sont certes capables de repérer “ce qui est nouveau dans l’actualité, beaucoup moins ce qui est pertinent”. De toute façon, à quoi cela sert aux lecteurs de se noyer dans ce rapide si leur rétine n’imprime plus du tout ce qu’elle voit?

C’est aussi le diagnostic de Laurent Mauriac, ex-Libération et ex-Rue89, qui lance en France Brief.me, un email quotidien qui “explique ce qui est compliqué, résume ce qui est long, analyse ce qui est important”.

Objectif : offrir “une approche reposante de l’actualité”, pile poil dans la mouvance du Slow Web. “Nous voulons prendre le contre pied de cette logique de flux où, notamment sur les sites d’informations, tout est mis sur le même plan”, me confie-t-il. “Nous visons des gens qui ne sont pas comme nous, qui ne sur-consomment pas les médias, qui ne sont pas forcément très à l’aise avec les réseaux sociaux et ont peu de temps pour s’informer après leur journée de travail”.

Une proposition éditoriale en français, actuellement en version bêta et garantie sans algorithme, à mi chemin entre la newsletter Time to sign off (il est en temps de conclure, en VF), qui, tous les soirs, “vous dit ce que vous avez raté aujourd’hui, ce que vous ne devez pas rater demain et quoi faire si vous n’avez pas envie de dormir” avec un vrai talent dans l’écriture, et les applications permettant de digérer l’actualité comme News Digest, développé par le petit génie Nick d’Aloisio.

Les maîtres du temps 

Tous ces projets éditoriaux sont des tentatives pour maîtriser le temps – et non le ralentir. Et pour cause, le Web a jusque-là vu émerger des outils permettant de maîtriser l’espace via la géolocalisation. Quant au temps, il reste pour l’instant un élément indomptable, donnant l’impression, au choix, de courir comme un hamster dans une roue lancée à tout berzingue, ou de vivre dans le film “Un jour sans fin”.

“Un contenu devient viral et est immédiatement partagé par un très grand nombre. Tout aussi immédiatement, il disparaît, remplacé par un autre contenu”, décrit Kyra Maya Phillips, la co-fondatrice de Snail Mail, une newsletter envoyée chaque premier jeudi de chaque mois sélectionnant des contenus qui “restent” après la vague virale et sont parfois vieux de plusieurs mois voire années.

Le plus grave, selon elle? “Nous sommes moins mués par l’envie d’acquérir des connaissances que par la validation sociale des contenus que l’on partage – faire savoir aux gens que oui, nous savons ce qu’il se passe”. Or c’est vrai que les algorithmes sont paramétrés pour donner la priorité au nouveau au détriment du vieux – le fameux #old tant décrié dans les rédactions. Le nouveau l’emporte sur l’essentiel, dit encore le philosophe et écrivain Luc Ferry sur le plateau de Médias Le Mag.

ça va trop viiiiiiite…

Sonner le glas du temps réel de l’information arrangerait beaucoup de journalistes. Ce serait oublier que la demande de nouveau, de frais, de neuf, provient de l’audience qui, des centaines de milliers de fois par jour, réactualise ses applications et ses pages en espérant y découvrir des nouvelles plus récentes (nouveaux emails non lus dans la messagerie, nouveaux tweets, nouvelles actualités sur Facebook). Il y a une vraie tendance à ce que cet article du Figaro appelle le “présentisme”, cette attention portée à l’instant.

Mais il ne faut pas s’y tromper. Le vrai défi des rédactions n’est pas de se détourner du temps réel ni de le ralentir mais d’apprendre à le maîtriser. Mieux, de jongler entre des temporalités différentes, entre le temps réel et le long format. “Entre le chaud et le froid, entre le flux et le stock”, continue Ludovic Blécher, le directeur général du Fonds Google pour l’innovation numérique de la presse. “La demande de l’audience”, me glisse-t-il, c’est “cher journaliste, fais moi vivre ce que je lis sur Twitter, et vérifie-le pour moi. Si tu mets 2 heures à m’en parler, je ne vais plus avoir confiance en toi.”

“Nous voulons enrayer la défiance des lecteurs en faisant une sorte de promesse d’apaisement par rapport à l’information, la garantie qu’ils vont arrêter de stresser sur l’actualité”, reprend Laurent Mauriac qui, pendant quelques semaines, a choisi de tout tester (le prix, les contenus, l’heure d’envoi de la newsletter) sur Brief.me auprès d’une communauté de bêta-testeurs – 550 personnes y participent déjà -, pour vérifier chacune de ses intuitions.

Une chose est sûre : temps calme ou non, Laurent Mauriac compte sur l’addiction de ses futurs abonnés. “Après quinze jours d’essai, il faut qu’ils soient devenus accros à Brief.me”.

Merci de partager cet article sur les réseaux sociaux, Twitter et Facebook – et contribuer ainsi au flux.

Alice Antheaume 

lire le billet

Portrait robot du consommateur d’informations français en 2014

Crédit: Flickr/CC/ofernandezberrios

Crédit: Flickr/CC/ofernandezberrios

Pour s’informer, le Français est Google News-dépendant, utilise de plus en plus son smartphone, aime les articles sous forme de listes, les vidéos d’actualités, rechigne toujours à payer pour de l’information, fait davantage confiance à une signature journalistique qu’à la renommée d’une rédaction, et préfère parler de l’actualité avec ses proches de visu plutôt que sur les réseaux sociaux.

Tels sont les principaux traits du consommateur d’informations français version 2014, selon l’enquête Digital News Report 2014 réalisée par le Reuters Institute for the Study of Journalism, et présentée à l’Ecole de journalisme de Sciences Po le mercredi 17 septembre.

>> Pour voir le portrait 2013 du consommateur d’informations français, c’est ici >>

>> Pour voir le portrait 2012 du consommateur d’informations français, c’est là >>

  • Le Français passe par Google pour s’informer

La majorité des Français sondés passent par des moteurs de recherche (40%), et notamment par Google News, une spécificité hexagonale qui ne date pas d’hier. Les autres s’informent en étant happés par email dans leurs messageries (24%) ou en se rendant directement sur le site ou sur l’application du média (23%) – d’où la place encore importante laissée à la page d’accueil des sites d’informations français. Une plus faible proportion (14%) découvre les informations via les réseaux sociaux. Quant au push sur mobile, il ne draine pas les foules (6%).

Crédit: Présentation Reuters Institute for the study of Journalism

  • Le Français est “multi-outillé” pour s’informer

Pour accéder aux informations, 36% des Français utilisent au moins deux supports (par exemple ordinateur + téléphone ou ordinateur + tablette ou téléphone + tablette), 22% utilisent comme outil principal leur téléphone, 8% recourent à la seule tablette, des chiffres qui ont beaucoup progressé depuis l’année dernière.

A noter: les plus accros à l’information, donc ceux qui se connectent plusieurs fois par jour, sont des hommes (72% d’entre eux s’informent plusieurs fois par jour, contre 59% de femmes). En outre, le fait d’utiliser une tablette ou un smartphone plutôt qu’un ordinateur fixe favorise leur consommation multi-quotidienne d’actualités.

  • Le Français ne paie guère pour de l’information

Seuls 12% des sondés déclarent avoir payé au cours de l’année précédente pour obtenir des informations en ligne, soit en s’offrant un abonnement, soit un article à l’unité soit une application. Il y a certes une réserve de 10% qui se disent prêts à payer à l’avenir, mais cela reste du déclaratif.

confiance

Ce qui motive ces acheteurs français, c’est, d’abord, la variété des informations qu’ils peuvent trouver en payant (49%). Ensuite, la recherche de contenus signés par des journalistes connus (40%). C’est d’ailleurs un point spécifique à notre pays: les Français font davantage confiance à des journalistes en tant qu’individus qu’à la renommée d’un journal ou d’une chaîne de télévision. Et, troisième raison qui motive le paiement pour de l’actualité, la facilité d’accès à un contenu “quand ils veulent et où ils veulent” (39%).

paiement
Tous pays confondus, les plus enclins à dégainer leur portefeuille pour de l’information sont des hommes de plus de 55 ans, ayant un niveau d’études égal ou supérieur à BAC+3 et pourvus d’une tablette.

  • Le Français n’est pas très “engagé” en ligne

Seuls 21% des Français partagent chaque semaine une information – via email, sur les réseaux sociaux, par chat ou via Skype – quand les Italiens sont 44% à le faire. Ils ne se désintéressent pas pour autant de l’actualité, mais quand ils en discutent, ils préfèrent le faire de visu (30%), à la machine à café, lors de repas familiaux, plutôt qu’en ligne, aux yeux de tous.

D’ailleurs, l’idée de débattre de l’actualité ou d’afficher les informations que l’on recommande en ligne et en public semble susciter la méfiance dans l’hexagone. Lorsqu’ils partagent des actualités, les Français le font avant tout loin du regard des autres, via email (13%) et/ou sur une messagerie instantanée (15%). Ils sont 11% seulement à le faire sur les réseaux sociaux et 10% à “liker” sur Facebook des contenus.

  • Le Français est sur Facebook et YouTube

Pour s’informer, les plates-formes communautaires les plus populaires en France sont Facebook (27% des sondés y trouvent des informations) et YouTube (16% y visionnent des vidéos d’actu), devant Google Plus (10%) et Twitter (7%).

Si Twitter a été un réseau social clé pour les journalistes et les politiques, notamment pendant la campagne présidentielle de 2012, “depuis le tweetgate déclenché par Valérie Trierweiler, le gouvernement est devenu plus prudent”.

Conséquence ou non, en matière politique, “la plupart des Français sont plus passifs en ligne que leurs homologues européens, sauf lorsqu’il s’agit de commenter les programmes télévisés” sur les réseaux sociaux. Ils sont même près de 4,6 millions à affirmer avoir déjà commenté en direct un programme télévisé sur un réseau social, selon une autre étude sur la Social TV.

A noter, l’émergence des applications comme Whatsapp, racheté par Facebook en février pour 19 milliards de dollars. En Espagne, 26% des sondés s’en servent pour partager des informations. En France, 1% seulement mais c’est un phénomène qui n’existait pas encore l’année dernière.

  • Le Français aime les listes et les vidéos

Les Français apprécient avant tout les articles de type “liste” (53%) avec des titres et sous-titres faciles à digérer – vous êtes vous-même en train d’en consulter un exemple ici -, ainsi que des longs formats écrits (44%). Autres formats prisés, les photos et les vidéos.

Contrairement aux autres pays étudiés, où le texte reste le format référentiel suprême en ligne, l’appétit pour la vidéo est remarquable en France. 40% des Français privilégient les vidéos d’actualité, contre 25% qui préfèrent le texte, et 35% qui butinent à la fois du texte et de la vidéo. Des chiffres qui justifient les investissements massifs des rédactions pour produire des vidéos. Pour l’heure, les deux obstacles à la consommation de vidéos en ligne sont 1. le découragement quand la vidéo ne se charge pas et 2. l’envie de regarder la vidéo sur un plus grand écran.barrieres

Merci de partager cet article sur les réseaux sociaux !

Alice Antheaume

lire le billet

Qui sont les journalistes professionnels français?

Ils vieillissent, sont de plus en plus précaires, et se féminisent. Telles sont les conclusions du rapport de l’Observatoire des métiers de la presse, réalisé à partir des données 2012 de la CCIJP, la commission de la carte d’identité des journalistes professionnels. Des données qui, hélas, ne permettent pas de mesurer le nombre de journalistes travaillant pour le numérique.

37.477 journalistes ont une carte de presse en France en 2012. C’est à peine plus que l’année précédente, en 2011, où l’on en dénombrait 37.286. En réalité, il y a plus de journalistes en France que cela mais tous ne demandent pas leur carte de presse pour effectuer leur métier.

Age

Les “encartés”, comme on les surnomme, ont en moyenne 42,9 ans – 42,3% de l’ensemble ont plus de 45 ans, 28% ont moins de 35 ans. Des chiffres qui “témoignent d’un vieillissement régulier des journalistes encartés”, note le rapport, et notamment en presse écrite et télévision. Les plus jeunes exercent dans la production audiovisuelle.

Compétences

Le plus gros vivier de journalistes encartés travailleraient dans le secteur que l’étude appelle “presse écrite” (66% du corpus), une catégorie un peu fourre-tout qui comprend la presse quotidienne nationale, la presse quotidienne régionale, les agences de presse comme Reuters ou l’AFP, mais aussi les sites d’informations des quotidiens et magazines ainsi que les pure players. Pas étonnant, donc, que cette catégorie fasse le plein, devant la télévision (14,8%), la radio (9,5%) et la production audiovisuelle (2,5%).

Quelle part prennent les journalistes numériques dans ce corpus? Difficile à dire, d’autant que ceux qui travaillent, par exemple, pour les sites de Radio France sont répertoriés dans la catégorie radio tandis que ceux qui produisent sur France TV Info figurent dans la catégorie télévision. Interrogée sur ce point, Nathalie Barret, responsable des Observatoires des métiers, reconnaît que cette répartition n’est pas satisfaisante. “En essayant d’isoler les journalistes ayant déclaré qu’ils travaillaient sur un .fr, .info, .com, ou .org, nous constatons qu’ils formeraient 3.5% de l’ensemble”, m’explique-t-elle. “Nous sommes bien en deçà de la vérité”. Obtenir un pourcentage plus précis dépend de la déclaration que font les journalistes au moment de demander ou renouveler leur carte de presse auprès de la CCIJP. Or spécifier qu’on travaille sur le site de lexpress.fr plutôt que pour l’hebdomadaire n’est pas “nécessaire” pour obtenir sa carte. En outre, les rédactions font souvent des demandes collectives et ne rentrent pas dans les détails des attributions de chacun de leurs journalistes.

Contrats

Le pourcentage de CDI? 73.7% – 74,2% l’année précédente, en 2011. Quant aux journalistes en contrats précaires (CDD ou piges), ils sont 21,3%. Sans surprise, les pigistes et CDD sont sur-représentés dans les moins de 26 ans (67,7%). “Dans la tranche d’âge 26-34 ans, un journaliste sur trois a un contrat précaire”, diagnostique le rapport.

Salaires

Le salaire moyen d’un journaliste professionnel en CDI? 3.790 euros bruts par mois. D’un journaliste en CDD? 2.506 euros bruts par mois. D’un pigiste? 2.257 euros bruts par mois. A noter, “un journaliste diplômé d’un cursus reconnu en CDI ou CDD gagne en moyenne 12% de plus qu’un journaliste diplômé d’un cursus non reconnu”. Pourquoi? Cela fait partie des questions que se posent les jeunes journalistes. Voici la raison: à Radio France, le premier salaire perçu varie en fonction de la formation. Un étudiant d’une école de journalisme reconnue, comme l’Ecole de journalisme de Sciences Po, peut obtenir 2.160 euros bruts par mois, quand un étudiant d’une formation non reconnue par la profession des journalistes reçoit, lors de sa première année, 1.757 euros bruts. De même, au Monde.fr, un jeune journaliste non titulaire de sa carte de presse gagne 2.300 euros bruts mensuels quand un journaliste titulaire d’une carte de presse obtient 2.900 euros bruts.

D’une manière générale, on gagne mieux sa vie en étant un homme et en travaillant pour la télévision ou la production audiovisuelle, et ce, même si les contrats y sont plus précaires – ce sont les fameux CDD d’usages, qui s’échelonnent sur une saison télé, de septembre à juin.

Condition féminine

On dénombre 45,7% de femmes encartées en 2012 contre 54,3 % d’hommes – un pourcentage qui, d’ailleurs, ne cesse de monter – . Pourtant, elles sont peu représentées dans les postes de direction, et notamment les plus hautes fonctions, la direction de la rédaction (26,2% de femmes) et la rédaction en chef (34%). Elles sont un tout petit peu plus présentes aux postes de direction des rangs inférieurs, soit rédaction en chef adjointe (36,4% de femmes) et chef de service (37,9% de femmes), mais on est loin de l’équilibre. Il n’y a guère que la fonction de chef de rubrique qui recueille 52,2% des femmes. En même temps, on peut être seule à sa rubrique et être chef de rubrique – c’est une fonction qui va pas forcément de pair avec manager une équipe.

Parmi les premières demandes, figurent un grand nombre de femmes (56,2% contre 43,8% d’hommes), des contrats précaires (61,2 des premières demandes sont en CDD ou piges), et faisant une demande sur le tard.

A noter: la tranche 45-56 ans est de plus en plus nombreuse à faire une première demande de carte de presse. Le rapport estime qu’il s’agit “probablement de reconversions professionnelles vers le journalisme”. L’effet Roselyne Bachelot?

Alice Antheaume

lire le billet

8 indices clés sur les voraces du mobile en 2013

Crédit: Flickr/CC/Opensourceway

A l’occasion du World Mobile Congress 2013, le grand raout mondial sur le mobile qui se tient chaque année à Barcelone, les instituts multiplient les états des lieux sur le mobile, ses usages, et ses utilisateurs. On a épluché deux rapports, celui de Comscore intitulé “Mobile Future in Focus 2013“, et celui de Nielsen, “The Mobile Consumer, a global snapshot”. Que faut-il en retenir?

>> A lire aussi: Petit mobile deviendra grand >>

  • Les propriétaires de smartphones et les autres

125 millions d’Américains (sur 310 millions) et les deux tiers de la population chinoise sont maintenant équipés de smartphones, c’est-à-dire de téléphones reliés à Internet. En France, le smartphone atteint 55% de pénétration en France. A noter, plus de la moitié des Russes (51%) possèdent deux mobiles ou plus, remarque Nielsen. A ce stade, six ans après le lancement du premier iPhone en 2007, le marché du smartphone a connu une courbe de progression extraordinaire. Reste en dehors de ce marché un groupe que ComScore nomme “la majorité tardive”, encore non convertie au smartphone, généralement peu portée sur les nouvelles technologies et plus soucieuse des tarifs que la moyenne.

Crédit: Comscore

  • Des tablettes qui téléphonent, et des téléphones dont l’écran s’agrandit

Alors que les téléphones d’aujourd’hui ont des écrans de plus en plus grands (32 cm en diagonale comme le Galaxie Note 8.0), les tablettes, comme l’iPad mini, rapetissent. Un néologisme anglo-saxon a même vu le jour: “phablet”, contraction entre phone (téléphone) et tablet (tablette), le “joujou des indécis”, titre Libération. “Les définitions de ce qui constitue un smartphone, une tablette ou d’autres outils mobiles vont continuer à s’effacer”, analyse le rapport de Comscore, “chaque nouvel appareil aura ses propres spécifications techniques et des dimensions qui lui sont propres”.

  • Poussée mobile

1/3 du temps passé en ligne ne se fait plus depuis l’ordinateur, autant dire que la connexion depuis les supports mobiles n’est plus un “accident de parcours”. Les médias, eux aussi, se préparent à voir leurs lecteurs se connecter davantage depuis un mobile que de leur ordinateur. Le téléphone s’utilise surtout dans deux configurations: en mouvement, entre deux rendez-vous, dans les transports, et aussi dans des moments plus calmes, de repos ou de détente. La tablette, elle, est privilégiée le soir, dans le canapé familial, et au moment du coucher.

Crédit: Comscore

  • Avis de “showrooming”

Nouvelle tendance 2013, le “showrooming”. Ce mot désigne l’action de se rendre dans un magasin repérer un produit, voire l’essayer quand il s’agit par exemple d’un habit, avant de procéder à son achat via son smartphone, en ligne donc, à un tarif plus avantageux que celui observé dans le magasin. A noter, les Sud Coréens, habitants de la patrie de la marque Samsung, sont les plus actifs pour faire du shopping en ligne et utiliser des services bancaires depuis leur téléphone, détaille Nielsen.

  • Nouvelles positions au bureau

Au travail, pour tenir ces appareils mobiles, le corps humain se plie dans tous les sens. Et au final, il y a neuf nouvelles positions au travail, listées dans une étude commandée par l’entreprise de mobilier de bureau Steelcase.

Crédit: Steelcase

 

  • SMS mon amour

L’échange de SMS reste l’activité préférée des utilisateurs de smartphones, et ce, quelque soit le pays observé. Selon Nielsen, aux Etats-Unis, chaque mois, les utilisateurs envoient et reçoivent 764.2 SMS, passent et reçoivent en moyenne 164,5 appels et parlent dans le combiné pendant 644.1 minutes (plus de 10 heures). Après les SMS, la prise de photos est la deuxième activité la plus répandue, suivie de la consultation de ses emails et de la météo. Voilà pour les smartphones. Côté tablettes, c’est la recherche d’informations sur le Web qui constitue le premier réflexe, avant la consultation des emails, des réseaux sociaux et la pratique de jeux.

Crédit: Comscore

  • Le royaume des applications

Au royaume des applications mobiles, l’application Facebook est reine avec, sur 1 milliard d’inscrits, 600 millions qui s’y connectent depuis mobile. Elle est présente sur 3 smartphones sur 4, rappelle l’étude de Comscore. En général, les utilisateurs préfèrent utiliser les applications, optimisées pour petit écran, sur lesquelles ils passent les 4/5 de leur temps de connexion, plutôt que de surfer directement sur l’Internet depuis un navigateur avec leur téléphone. Sur mobile, les applications de jeux et de réseaux sociaux sont parmi les plus populaires dans la moitié des pays du monde observés par Nielsen.

  • Vidéo vs TV

Regarder des vidéos depuis un mobile pourrait avoir de l’influence sur le temps passé devant la télévision, analyse Nielsen, du moins en Chine. Les Chinois sont les plus friands de consommation de vidéos depuis mobile puisque 17% d’entre eux en regardent au moins trois par jour par ce biais. Conséquence inédite ou simple coïncidence, les propriétaires de smartphones chinois déclarent regarder davantage la télévision traditionnelle grâce à leur mobile. Un effet de la “Social TV”?

Crédit: Nielsen

 

Alice Antheaume

lire le billet

Portrait de la France des consommateurs d’informations

Comment, en 2012, s’informe-t-on? C’est sur cette question que s’est penché le Reuters Institute Study of Journalism, en analysant la façon dont les Américains, les Anglais, les Allemands, les Danois et les Français sont en contact avec l’actualité.

Cette étude (en PDF), publiée le 9 juillet 2012, montre que Facebook joue désormais un rôle clé dans le partage d’informations, supplantant les emails et Twitter, que les plus jeunes (16-24 ans) s’informent sur les réseaux sociaux plutôt qu’en cherchant dans des moteurs de recherche et que les smartphones sont de plus en plus utilisés pour accéder à l’actualité – 28% des Anglais et des Américains et 32% des Danois disent utiliser leur mobile chaque semaine pour ce faire. La France s’y révèle très active: elle est en effet prolixe en matière de participation aux sondages en ligne et de production de commentaires, pas tant dans l’impasse que cela.

En reprenant les questions posées par cette enquête, voici le portrait, en creux, des consommateurs d’informations français.

  • Quelle source d’informations avez-vous utilisée au cours de la dernière semaine pour vous informer?

Les Français répondent en majorité la télévision et le Web, comme les Danois, quand les Allemands restent attachés aux journaux imprimés – qu’ils regardent à 68% au moins une fois par semaine, et les Américains et les Anglais privilégient le Web.

Et si l’on regarde de plus près les sources d’informations uniquement en ligne, les Français se connectent avant tout sur les sites des journaux, les Anglais sur les sites des chaînes de télévision, et les Américains sur d’autres sources d’informations en ligne, comme les pure-players et les portails d’informations tels Yahoo! et Google News, ainsi que sur les blogs et les réseaux sociaux.

Crédit : Reuters Institute for the Study of Journalism

  • Quelle catégorie d’informations vous intéresse le plus?

Les Français préfèrent les sujets de politique intérieure, juste devant la politique tout court ; la politique intérieure remporte aussi les suffrages aux Etats-Unis, suivie des informations locales ; quant aux Allemands, ils sont davantage portés vers les informations internationales régionales.

La catégorie d’informations qui marche le moins bien, à contrario? Les informations économiques et financières pour la France, tandis qu’en Angleterre et aux Etats-Unis, ce sont les arts et la culture qui font chou blanc – alors que ce type d’actualités est prisé en France.

Crédit : Reuters Institute for the Study of Journalism

  • Quel outil avez-vous utilisé au cours de la dernière semaine pour vous informer?

En France, et dans tous les autres pays analysés dans cette étude, c’est l’ordinateur qui domine, et de très loin, suivi du mobile et de la tablette, dans de plus faibles proportions. Le Danemark est le pays où le mobile fait la percée la plus forte, derrière l’ordinateur néanmoins.

  • Avez-vous déjà payé en ligne pour obtenir des informations?

Là encore, le Danemark a une longueur d’avance, ses habitants étant les plus nombreux à être passés à l’acte de paiement en ligne pour de l’info. De l’autre côté de l’échelle, les Anglais sont les plus réticents à cette idée – seuls 4% d’entre eux disent l’avoir déjà fait, quand les Français et les Américains le font un peu, mais dans de faibles proportions.

  • Avez-vous participé à la production d’informations en ligne au cours de la dernière semaine?

Discussion par messagerie instantanée sur l’actualité, partage d’informations sur les réseaux sociaux, publications de commentaires sous un article, etc.: les Américains sont une majorité à participer à la production et au partage d’informations en ligne. Et, surprise, la France est le “pays européen le plus engagé” sur ce créneau, devant l’Allemagne, l’Angleterre et le Danemark.

Crédit : Reuters Institute for the Study of Journalism

  • De quelle façon participez-vous à la production d’informations ou partagez-vous des infos?

40% des Français sondés déclarent participer à un sondage en ligne chaque semaine et 21% commentent des informations sur les réseaux sociaux. “L’élection présidentielle française était en cours lorsque notre étude a été menée”, précise le Reuters Institute, “ce qui peut expliquer ces chiffres légèrement plus élevés” en France.

Conclusion? La rapide mutation du papier vers le numérique telle que l’ont connue les Etats-Unis ne trouve pas vraiment “sa réplique dans les pays européens”, constate l’étude du Reuters Institute, qui veut pour preuve l’exemple de l’Allemagne, très attachée au papier et dont “les habitudes de lecture montrent une faible utilisation d’Internet”.

Alice Antheaume

lire le billet