SXSW 2016 : Allô Austin, on a un problème

Wonderwoman fait une pause #sxsw

Une photo publiée par Alice Antheaume (@alicanth) le

«Mais qu’est-ce que je fiche là? Et pourquoi je me suis couché à 4 heures du matin? Et pourquoi j’ai trop bu? Et pourquoi le type qui est sur l’estrade veut absolument nous vendre son livre?», grommelle l’un des festivaliers de South by South West 2016, le grand raout des nouvelles technologies organisé à Austin au Texas. Ce dimanche, à l’heure des premières sessions de la matinée – 9h30 tout de même! -, ce trentenaire, arborant un short et des tongues, lève les sourcils en accent circonflexe pour garder les yeux ouverts.

2016 est-elle l’année de la fatigue? Malgré l’optimisme habituel des fans du Web, apparaît une impression de ras-le-bol. Des réseaux sociaux, de Twitter, des discours tout faits, de la profusion d’informations. Comme si les enfants du numérique, au milieu des innovations de cette édition – la réalité virtuelle, la«plateformisation» des contenus, les robots et la technologie au service de la campagne présidentielle – avaient pris de l’âge.

>> Lire aussi : le poids de la technologie sur la présidentielle américaine à South by South West 2016 >>

Cela tient d’abord à la programmation des conférences qui jouent volontiers de titres accrocheurs. L’une des sessions, intitulée «I’m tired of doing social media: what’s next?», ressemble à une réunion d’alcooliques anonymes, tentant de s’en sortir. Dans l’audience, des «community managers» désabusés qui se demandent quel sera leur avenir professionnel, quand ils ne souffrent pas d’un manque de reconnaissance. «Vous faites tellement plus que ce que les gens pensent. Vous résolvez en permanence des problèmes», rassure l’un des panélistes.

Pourtant, les perspectives sont limitées: selon un sondage cité pendant la table ronde, 74% pensent qu’en théorie, ils peuvent faire carrière à long terme dans le «social» – comprendre dans les métiers liés aux réseaux sociaux – mais 39% estiment qu’en pratique, il n’est pas évident qu’ils y arrivent.

Résultats du sondage lors du panel organisé à SXSW 2016

Fatigue de l’entre-soi

Même Twitter, pourtant repéré ici même, à Austin, en 2007, n’a plus bonne presse. Lors d’un panel intitulé «140 signes, 0 contexte», les journalistes américains invités évoquent leurs mésaventures. «Si je n’étais pas forcé d’y être pour mon travail, je ne serais pas sur Twitter», lâche Mike DeBonis, reporter politique au Washington Post. «Les utilisateurs de Twitter ne sont pas des gens normaux, on y trouve les politiques, les lobbyistes et les journalistes.»

Emily Ramshaw, éditrice au journal The Texas Tribune, raconte qu’elle a eu l’occasion de couper avec Twitter lors de son congé maternité. «C’était les plus formidables des vacances que je n’ai jamais eues!», s’exclame-t-elle.

Fatigue de la parlotte 

Autre motif de fatigue: les discours qui ne… disent rien. Au milieu de panels extraordinaires, on ne compte plus le nombre de fois que l’on a entendu le tiercé «les réseaux sociaux sont de formidables opportunités» ou «nous vivons un âge d’or du numérique» ou «les plates-formes sont essentielles». Car chez les mastodontes du Web, où la parole des dirigeants est souvent verrouillée, enfiler les perles est une pratique courante.

Les discours des patrons de grands médias américains versent parfois dans les mêmes écueils. «Les réseaux sociaux changent le monde», dit Frank Cooper, de Buzzfeed. Nan? Jim Bankoff, le patron du groupe Vox Media, a quelques fulgurances mais ne fait pas l’économie de clichés qui ne font pas avancer le schmilblick. Exemples? «Le mobile est l’outil de l’intime» ou «nous croyons aux contenus de qualité». Okaaaaayyyy.

Il y a même une session,«How to stop speaking in bullshit», qui propose aux participants d’apprendre à parler sans jargon.

Pas étonnant, souffle Martin Rogard, directeur des opérations de Dailymotion, qui préfère rencontrer des personnalités de la communauté Web en marge de sessions trop policées: «Après 10 ans de discours éculés des géants du numérique, sur les formidables opportunités que cela va créer pour les médias, ces derniers réalisent que l’essentiel de la valeur est capté par ces mêmes géants et qu’une alliance entre eux et les tenants d’un Internet ouvert est la seule solution pour lutter contre cette hégémonie.»

Le meilleur des tendances du Web

En réalité, South by South West, c’est le meilleur des tendances à venir, concentré en quatre jours et… 900 sessions. L’édition 2016 ne déroge pas à la règle. La seule chose qui a changé, c’est que les festivaliers, ces enfants du numérique, ont maintenant grandi. Et à la naïveté et l’excitation infantiles succède la mesure, et parfois, la méfiance.

«Peut-être a-t-on perdu notre capacité à s’émerveiller?», avance l’un des participants, dont c’est la troisième année à South by South West. Dans son souvenir, la meilleure édition est celle de 2014, lorsque Julian Assange et Edward Snowden, les dissidents de la surveillance, se sont succédés sur la grande scène. Cette année, cette grande scène a été condamnée, elle est devenue un lieu balisé où les plus de 34.000 festivaliers, venus de 84 pays, retirent leurs badges.

Nostalgie

Et puis, contrairement aux éditions précédentes, point d’application qui supplante tout le reste. Outre Twitter, South by South West a vu naître Foursquare en 2009, puis Meerkat l’année dernière mais il n’y a pas de «buzz» pareil cette fois-ci. «Ce sont des années d’exception», explique Hugh Forrest, le directeur de la partie interactive de South by South West. L’absence de buzz ne signifie pas l’absence d’innovation.

Hugh Forrest, lui, préfère se réjouir du «coup» réalisé lors de l’ouverture, avec la présence de Barack Obama, le «leader du free world», comme il l’appelle. «En novembre dernier, on a demandé, en passant par les équipes de la Maison Blanche, d’avoir une vidéo de 2 minutes du président, pour le premier jour du festival. On nous a répondu qu’il n’y avait pas de problème pour la vidéo, mais que Barack Obama pouvait faire mieux. Il pouvait venir tout court.»

Promesse tenue. «A part dire que les Etats-Unis étaient un pays où il était plus facile de commander une pizza que de voter, il n’a pas dit grand chose», confie l’un des heureux accrédités. «Néanmoins j’ai eu les poils qui se sont hérissés quand il est arrivé, j’avoue que j’étais vraiment impressionné».

Les robots ne sont pas fatigués

Comment, alors, expliquer cette vague de lassitude? Il y a peut-être, en filigrane, des pointes d’inquiétude dans un univers réputé pour son excitation inébranlable face aux nouveautés. Et si l’émergence de robots et d’algorithmes finissait par entamer ce bel optimisme?

Salut robot Pepper ? #sxsw @aldebaranofficial

Une photo publiée par Alice Antheaume (@alicanth) le

Lors d’un panel sur «trouver un boulot dans un monde automatisé», le constat est clair: plus de deux tiers des Américains vont voir leur profession se robotiser dans les 50 prochaines années. «Au 20e siècle, de nombreuses tâches physiques très répétitives ont été automatisées. Au 21e siècle, ce sont les tâches intellectuelles qui vont l’être.»

Selon Robbie Allen, le président de la société Automated Insights, qui produit des articles écrits par des algorithmes, Pour ne pas finir au chômage, mieux vaut trouver des métiers où la part de «créativité» est prégnante.

Et sinon? Sinon, la profession d’entrepreneur reste une valeur sûre. Rassurez-vous, conclut Kevin Kelly, le fondateur du magazine Wired: «Les robots sont là pour la productivité pure. Leur multiplication va créer des nouveaux jobs pour les humains.»

Alors tout va bien sous le soleil texan.

Merci de partager cet article sur les réseaux sociaux! 

Alice Antheaume, à Austin, Texas

Les commentaires sont fermés !

« »