Le New York Times affiche son ambition mobile avec NYT now

Crédit: AA

Crédit: AA

C’était la principale annonce de la conférence FT digital media organisée par le Financial Times à Londres, les 26 mars et 27 mars. Mark Thompson, le président du New York Times, a montré en avant-première l’application NYT Now, dont le lancement sur iPhone uniquement est prévu le 2 avril. Pour l’instant, il n’y a pas d’application Android ni de version consultable depuis un ordinateur.

>> Les chiffres de l’offensive mobile >>

«NYT now va donner aux lecteurs un panorama quotidien de ce qu’ils doivent savoir sur la marche du monde», a déclaré Mark Thompson. On y trouve des contenus du New York Times (les «top news»), des résumés chaque matin et soir des informations essentielles en deux ou trois paragraphes (les «briefings»), ainsi qu’une agrégation de contenus, de tweets, de citations, de longs formats, repérés sur les réseaux sociaux («our picks»).

A l’oeuvre, une vingtaine de journalistes, encadrés par Cliff Levy, lauréat de deux prix Pulitzer et ex-chef du bureau de Moscou. Une sorte de mini-rédaction dédiée au mobile. Ici, point d’algorithmes. «A l’ère de la personnalisation, la sélection humaine, et par là, le jugement humain, demeurent fondamentaux», a défendu Mark Thompson, avant d’ajouter: «peut-être pas pour tout le monde, mais pour une part importante et qualifiée de notre audience».

Rédaction mobile

NYT now appartient donc à cette nouvelle catégorie d’applications créée sur l’App Store, les «bite sized news», c’est-à-dire les applications qui permettent de mieux digérer l’actualité via des résumés. Dans cette section, on retrouve News Digest, développée par le petit génie Nick d’Aloisio, 18 ans, ainsi que l’application israélienne Wibbitz, qui vient d’être récompensée par le grand prix 2014 du forum Netexplo.

Disponible pour 8 dollars par mois – Mark Thompson préfère dire 2 dollars par semaine -, NYT now veut séduire une audience habituée à s’informer via smartphone, le plus souvent sans payer. L’idée? Sortir les consommateurs d’infos de leurs comptes Twitter et Facebook. Selon le Nieman Lab, c’est une «démarche offensive surprenante pour un média – et une industrie – qui a été en position défensive depuis si longtemps. Au New York Times, comme dans d’autres rédactions, le mobile compte pour beaucoup dans l’apport de trafic. La moitié des 42 millions de visiteurs uniques mensuels qui transitent par son site provient du mobile (smartphone et tablette).

Digérer l’actualité

Côté commercial, l’application NYT now intégre des «native ads», à savoir des publicités insérées dans des formats jusque là réservés aux contenus journalistiques. «Nos annonceurs sont séduits par l’engagement des lecteurs obtenu sur ces native ads», a justifié Mark Thompson. Or «nos lecteurs numériques rapportent moins que nos lecteurs papier. Voilà pourquoi nous mettons le paquet pour développer de nouvelles offres numériques» et voir progresser les revenus générés par les consommateurs d’informations en ligne – le New York Times a 760.000 abonnés numériques.

Outre l’application NYT now, va aussi être lancée une application cet été dédiée à l’alimentation, une autre aux éditoriaux et opinions, et une offre baptisée «Times Premier», visant une population aisée et des hommes et femmes d’affaires, à 45 dollars par mois. «Le numérique, au New York Times, est une façon de compléter le journalisme écrit, pas de le supplanter», a conclut son patron.

Alice Antheaume

 

Les commentaires sont fermés !

« »
  



A propos de…

Journaliste, responsable de la prospective et du développement international à l'école de journalisme de Sciences Po, Alice Antheaume a été rédactrice en chef adjointe à 20minutes.fr après être passée par lemonde.fr puis Télérama.
En savoir plus

Categories