Qui sont les journalistes professionnels français?

Ils vieillissent, sont de plus en plus précaires, et se féminisent. Telles sont les conclusions du rapport de l’Observatoire des métiers de la presse, réalisé à partir des données 2012 de la CCIJP, la commission de la carte d’identité des journalistes professionnels. Des données qui, hélas, ne permettent pas de mesurer le nombre de journalistes travaillant pour le numérique.

37.477 journalistes ont une carte de presse en France en 2012. C’est à peine plus que l’année précédente, en 2011, où l’on en dénombrait 37.286. En réalité, il y a plus de journalistes en France que cela mais tous ne demandent pas leur carte de presse pour effectuer leur métier.

Age

Les “encartés”, comme on les surnomme, ont en moyenne 42,9 ans - 42,3% de l’ensemble ont plus de 45 ans, 28% ont moins de 35 ans. Des chiffres qui “témoignent d’un vieillissement régulier des journalistes encartés”, note le rapport, et notamment en presse écrite et télévision. Les plus jeunes exercent dans la production audiovisuelle.

Compétences

Le plus gros vivier de journalistes encartés travailleraient dans le secteur que l’étude appelle “presse écrite” (66% du corpus), une catégorie un peu fourre-tout qui comprend la presse quotidienne nationale, la presse quotidienne régionale, les agences de presse comme Reuters ou l’AFP, mais aussi les sites d’informations des quotidiens et magazines ainsi que les pure players. Pas étonnant, donc, que cette catégorie fasse le plein, devant la télévision (14,8%), la radio (9,5%) et la production audiovisuelle (2,5%).

Quelle part prennent les journalistes numériques dans ce corpus? Difficile à dire, d’autant que ceux qui travaillent, par exemple, pour les sites de Radio France sont répertoriés dans la catégorie radio tandis que ceux qui produisent sur France TV Info figurent dans la catégorie télévision. Interrogée sur ce point, Nathalie Barret, responsable des Observatoires des métiers, reconnaît que cette répartition n’est pas satisfaisante. “En essayant d’isoler les journalistes ayant déclaré qu’ils travaillaient sur un .fr, .info, .com, ou .org, nous constatons qu’ils formeraient 3.5% de l’ensemble”, m’explique-t-elle. “Nous sommes bien en deçà de la vérité”. Obtenir un pourcentage plus précis dépend de la déclaration que font les journalistes au moment de demander ou renouveler leur carte de presse auprès de la CCIJP. Or spécifier qu’on travaille sur le site de lexpress.fr plutôt que pour l’hebdomadaire n’est pas “nécessaire” pour obtenir sa carte. En outre, les rédactions font souvent des demandes collectives et ne rentrent pas dans les détails des attributions de chacun de leurs journalistes.

Contrats

Le pourcentage de CDI? 73.7% – 74,2% l’année précédente, en 2011. Quant aux journalistes en contrats précaires (CDD ou piges), ils sont 21,3%. Sans surprise, les pigistes et CDD sont sur-représentés dans les moins de 26 ans (67,7%). “Dans la tranche d’âge 26-34 ans, un journaliste sur trois a un contrat précaire”, diagnostique le rapport.

Salaires

Le salaire moyen d’un journaliste professionnel en CDI? 3.790 euros bruts par mois. D’un journaliste en CDD? 2.506 euros bruts par mois. D’un pigiste? 2.257 euros bruts par mois. A noter, “un journaliste diplômé d’un cursus reconnu en CDI ou CDD gagne en moyenne 12% de plus qu’un journaliste diplômé d’un cursus non reconnu”. Pourquoi? Cela fait partie des questions que se posent les jeunes journalistes. Voici la raison: à Radio France, le premier salaire perçu varie en fonction de la formation. Un étudiant d’une école de journalisme reconnue, comme l’Ecole de journalisme de Sciences Po, peut obtenir 2.160 euros bruts par mois, quand un étudiant d’une formation non reconnue par la profession des journalistes reçoit, lors de sa première année, 1.757 euros bruts. De même, au Monde.fr, un jeune journaliste non titulaire de sa carte de presse gagne 2.300 euros bruts mensuels quand un journaliste titulaire d’une carte de presse obtient 2.900 euros bruts.

D’une manière générale, on gagne mieux sa vie en étant un homme et en travaillant pour la télévision ou la production audiovisuelle, et ce, même si les contrats y sont plus précaires – ce sont les fameux CDD d’usages, qui s’échelonnent sur une saison télé, de septembre à juin.

Condition féminine

On dénombre 45,7% de femmes encartées en 2012 contre 54,3 % d’hommes – un pourcentage qui, d’ailleurs, ne cesse de monter – . Pourtant, elles sont peu représentées dans les postes de direction, et notamment les plus hautes fonctions, la direction de la rédaction (26,2% de femmes) et la rédaction en chef (34%). Elles sont un tout petit peu plus présentes aux postes de direction des rangs inférieurs, soit rédaction en chef adjointe (36,4% de femmes) et chef de service (37,9% de femmes), mais on est loin de l’équilibre. Il n’y a guère que la fonction de chef de rubrique qui recueille 52,2% des femmes. En même temps, on peut être seule à sa rubrique et être chef de rubrique – c’est une fonction qui va pas forcément de pair avec manager une équipe.

Parmi les premières demandes, figurent un grand nombre de femmes (56,2% contre 43,8% d’hommes), des contrats précaires (61,2 des premières demandes sont en CDD ou piges), et faisant une demande sur le tard.

A noter: la tranche 45-56 ans est de plus en plus nombreuse à faire une première demande de carte de presse. Le rapport estime qu’il s’agit “probablement de reconversions professionnelles vers le journalisme”. L’effet Roselyne Bachelot?

Alice Antheaume

6 commentaires pour “Qui sont les journalistes professionnels français?”

  1. J’ai été journaliste professionnel de 1976 à 2010. Je n’ai pas renouvelé ma carte suite à un licenciement économique lié à un plan social avec départ volontaire indemnisé. J’ai repris une activité en freelance mais mes piges me sont maintenant payées sous le statut de “correspondant de presse”, l’éditeur ne respectant pas la loi Cressard ! Impossible de contester ce statut précaire car, bien évidemment, dans ce cas, il serait facile de ne plus faire appel à moi. L’inspection du travail ne s’intéresse pas à ces cas flagrants de non respect de la loi et les syndicats sont complices sous des apparences effarouchées…

  2. Journaliste pro depuis 1995, j’ai perdu ma carte de presse l’an dernier, parce travaillant à plein temps pour un site d’informations en ligne qui considère que son statut de “start-up” (depuis plusieurs années) l’autorise à n’avoir aucun salarié: que des jeunes stagiaires (non rémunérés) et quelques rares journalistes payés à l’heure, bien en dessous du marché, et ayant le statut d’auto-entrepreneur/agessa… Les heures sup sont payées au tarif normal, les weekends et jours fériés aussi! Ce qui m’étonne le plus c’est que les généreux business angels qui financent cette start-up depuis le début ne se posent pas la question de savoir pourquoi seuls les fondateurs du site sont rémunérés…

  3. Manque toujours une donnée importante dans ce rapport annuel : où exercent les journalistes ?
    Dans quelle région, et plus finement, dans quel département, quelle ville ?
    Il serait intéressant aussi de connaître leur rayon d’action, pour savoir s’il existe en France des “déserts journalistiques”.
    Peut-être un travail de crowdsourcing à lancer avec WIP !?

  4. [...] par la moyenne d’age grandissante des journalistes encartés, permet de rappeler le fait que les jeunes journalistes, souvent pigistes et donc précaires, ont du mal à obtenir leur carte de presse, faute de revenus suffisant. Il est donc avant tut [...]

  5. Comme Léon, j’ai plus de 20 ans de métier. Au retour du Japon, j’ai testé le statut de “Correspondant de presse” pendant près d’un an. Une honte pour la profession. Il serait temps de se bouger et dénoncer haut et fort ce statut qui n’en est pas un. En sachant qu’il y a beaucoup trop de complicité et que certains éditeurs de presse en profitent et… en abusent. Une très mauvaise image pour ceux qui veulent débuter dans la profession.

  6. [...] à la culture américaine, mais certaines de leurs recommandations peuvent aussi intéresser le marché français. Voici une retranscription, partielle, de leur [...]

« »
  



A propos de…

Journaliste, responsable de la prospective et du développement international à l'école de journalisme de Sciences Po, Alice Antheaume a été rédactrice en chef adjointe à 20minutes.fr après être passée par lemonde.fr puis Télérama.
En savoir plus

Categories