Les 7 principes en journalisme de Bill Nichols, de Politico

Crédit: AA

C’est la rentrée à l’Ecole de journalisme de Sciences Po. Après Jay Rosen, l’année dernière, Bill Nichols, le directeur de la rédaction de Politico, a donné ce jeudi 1er septembre sa leçon inaugurale sur le journalisme politique, version américaine. En évoquant l’expérience de ce site, Politico.com, “qui a un journal, et non l’inverse”, il a listé sept principes, en guise de conseils aux étudiants en journalisme. Les voici.

1. Ne publier que des sujets intéressants

Ce premier principe peut paraître évident, et pourtant, assure Bill Nichols, “des articles inintéressants, les journaux américains en publient depuis des décennies, estimant que s’ils les écrivent, c’est que, bien sûr, leurs lecteurs vont les lire”. Sauf que… non. Le directeur de la rédaction de Politico insiste: “si vous ne donnez pas une bonne raison à vos lecteurs de vous lire, ils ne vous liront pas, et vous êtes morts”.

2. Ne permettre aucune division dans la rédaction

Bill Nichols n’en revient pas qu’en France, les journalistes d’un même titre soient le plus souvent répartis dans des rédactions différentes en fonction de leur support, avec d’un côté, le Web, et de l’autre, le journal papier. A Politico, “il n’y a pas – et il ne peut pas y avoir – une personne pour le Web, et une autre personne pour l’imprimé. Une seule personne fait les deux”. L’avantage, avance-t-il, c’est que l’”on se concentre tous sur le fait de faire du bon journalisme”, sans guerre de tranchées entre journalistes à l’ancienne et nouveaux geeks.

3. Ouvrir les portes

“La transparence a du bon”, reprend Bill Nichols qui se souvient de ce qu’il détestait tant dans les médias traditionnels: “the voice of God tone” – disons, en VF, “le ton de Dieu de père” avec lequel les journalistes, se sentant investis de cette mission “supérieure” d’informer le peuple, s’adressent parfois à leur lectorat. Avec le Web, cette façon de sélectionner les informations et de les diffuser du “haut vers le bas” a rendu “cette vision des choses impossible”, tranche Bill Nichols, et cette pratique journalistique aussi. “Tout le monde a le droit de savoir comment on prend nos décisions éditoriales, à Politico, et comment on couvre tel ou tel sujet, et… pourquoi on se trompe parfois”.

La transparence, erreurs comprises, donc. De fait, Bill Nichols le reconnaît: sa rédaction a écrit des centaines de fois “nous sommes désolés” lorsque de fausses informations ont été publiées. La première erreur de Politico? C’était en 2007, seulement deux mois après que le site a été lancé, en janvier 2007. Politico avait alors annoncé que John Edwards ne serait plus candidat à la primaire démocrate, en vue de la présidentielle, à cause du cancer de sa femme. Information reprise par d’autres médias avant d’être démentie. L’auteur de l’article, Ben Smith, s’est fendu d’un billet pour présenter ses excuses. En vivant cette expérience, Bill Nichols a d’abord cru défaillir, avant de comprendre qu’il ne fallait écrire que ce que l’on sait, sans prétendre faire un article définitif, et compléter l’information au fur et à mesure.

4. Développer du journalisme de niche

Le plus difficile, estime Bill Nichols, c’est de “réussir avec un site d’infos généralistes”. Pour lui, le secret réside dans le journalisme de niche. “Vous devez convaincre vos lecteurs que vous allez leur offrir quelque chose qu’ils ne peuvent pas lire ailleurs” – or ils peuvent lire beaucoup ailleurs. Il vaut mieux couvrir en profondeur quelques domaines, assure le directeur de la rédaction de Politico, plutôt que de multiplier les sujets sans être spécialiste. “Sur nos sujets (La Maison Blanche, le Congrès américain, la politique à Washington DC), on peut vraiment rentrer dans les détails, et on offre aux lecteurs qui s’intéressent à ces sujets tout ce qu’ils veulent savoir”.

Cette ligne éditoriale ne va pas sans quelques frustrations. “En réalité, l’affaire Dominique Strauss-Khan ou l’ouragan Irène ne sont pas tout à fait au coeur de ce que Politico traite”. Et Bill Nichols de rappeler ce qu’il avait raconté en février lors d’un précédent WIP: au moment de la mort de Michael Jackson, c’est dur, pour un journaliste, de se dire que ce sujet ne sera pas couvert sur le média pour lequel il travaille. N’y tenant plus, Politico a finalement publié un diaporama du chanteur posant aux côtés de personnalités politiques américaines. Façon de ré-angler cette nouvelle vers la politique, comme le veut l’ADN de Politico.

5. Ne pas oublier la vitesse

Le temps réel n’est pas un mythe. Armés de leurs smartphones, les consommateurs d’informations veulent qu’on leur “dise maintenant/tout de suite ce qu’ils doivent savoir”. A ceux qui se demandent si l’instantanéité est une bonne ou mauvaise chose pour le journalisme, Bill Nichols refuse de répondre. Pour lui, ce n’est pas la question. “Le temps réel, c’est la réalité de ce qui arrive au journalisme, et qui doit pousser les journalistes à changer leurs usages”.

6. Utiliser les vieilles compétences journalistiques

Parmi les fondamentaux du journalisme, Bill Nichols tient à l’obligation d’objectivité. Selon le patron de la rédaction de Politico, c’est une évidence: oui, un article doit rendre compte des deux parties d’une histoire, sans privilégier l’une sur l’autre. De même, les journalistes ne doivent pas exprimer leurs préférences dans leurs écrits. Enfin, il faut faire la différence entre une opinion et un fait. Néanmoins, un article qui serait une succession de “il dit…”, puis “elle dit…” serait trop limité. C’est alors que Bill Nichols évoque le concept d’”objectivité 2.0″. Comprendre: une façon de raconter les faits qui soit juste, sans jugement de valeur, mais qui permette au lecteur de se faire une opinion dans l’univers de surabondance d’informations disponibles sur le Web.

7. Faire du reportage

L’agrégation, qui permet d’être connecté aux plates-formes, de faire du lien sur le réseau, d’entrer dans les conversations, et de sélectionner les histoires les plus pertinentes publiées par d’autres, c’est bien. Mais, selon Bill Nichols, cela ne saurait remplacer le reportage. “C’est ce que le journalisme oublie parfois.”

AA

14 commentaires pour “Les 7 principes en journalisme de Bill Nichols, de Politico”

  1. Existe-t-il un politico moins républicain et plus démocrate ?

  2. [...] Les 7 principes en journalisme du patron de Politico – WIP/Slate [...]

  3. Une année qui commence bien à Paris si le premier intervenant de l’année explique aux étudiants que l’objectivité du journaliste existe. C’est un leurre et les lecteurs ne sont plus dupes depuis longtemps, qu’on soit en France ou aux États-Unis je pense. Les journalistes ne sont pas des robots, du moins pas encore.

    Dans l’espoir que les profs et les prochains intervenants sauront nuancer les propos de Bill Nichols.

  4. [...] une conférence à l’Ecole de journalisme de Sciences po. Il résume son expérience en une liste de 7 conseils, dont le premier est cité [...]

  5. [...] School of Sciences-Po where I happen to have a gig (highlight of the lecture summed up in French on Slate.fr). His talk provided the students with a great start for their year; they were listening to a [...]

  6. [...] Les 7 principes en journalisme de Bill Nichols, de Politico [...]

  7. [...] lire également sur Slate.fr, les 7 leçons de journalisme de Politico, recueillies par Alice Antheaume auprès de Bill Nichols [...]

  8. [...] School of Sciences-Po where I happen to have a gig (highlight of the lecture summed up in French on Slate.fr). His talk provided the students with a great start for their year; they were listening to a [...]

  9. [...] School of Sciences-Po where I happen to have a gig (highlight of the lecture summed up in French on Slate.fr). His talk provided the students with a great start for their year; they were listening to a [...]

  10. [...] viaW.I.P. (Work In Progress) » Les 7 principes en journalisme de Bill Nichols, de Politico. [...]

  11. [...] School of Sciences-Po where I happen to have a gig (highlight of the lecture summed up in French on Slate.fr). His talk provided the students with a great start for their year; they were listening to a [...]

  12. [...] School of Sciences-Po where I happen to have a gig (highlight of the lecture summed up in French on Slate.fr). His talk provided the students with a great start for their year; they were listening to a [...]

  13. [...] School of Sciences-Po where I happen to have a gig (highlight of the lecture summed up in French on Slate.fr). His talk provided the students with a great start for their year; they were listening to a [...]

  14. [...] School of Sciences-Po where I happen to have a gig (highlight of the lecture summed up in French on Slate.fr). His talk provided the students with a great start for their year; they were listening to a [...]

« »
  



A propos de…

Journaliste, responsable de la prospective et du développement international à l'école de journalisme de Sciences Po, Alice Antheaume a été rédactrice en chef adjointe à 20minutes.fr après être passée par lemonde.fr puis Télérama.
En savoir plus

Categories