2010-2011: Etat des lieux des médias américains

Crédit: AA

Crédit: AA

Bonne nouvelle, annonce le rapport annuel du Pew Project for Excellence in Journalism intitulé The State of the News media, la situation des médias américains s’est améliorée en 2010. “Après deux années terribles, les licenciements se calment, et de nouvelles expérimentations autour des modèles économiques commencent à porter leurs fruits”, écrivent les auteurs de l’étude, Tom Rosenstiel and Amy Mitchell.

En réalité, c’est surtout pour le journalisme numérique que les indicateurs sont au vert, car pour la presse écrite, la radio, et même la télévision, cela ne va pas fort. Le pire étant le secteur de la presse imprimée, dont les rédactions ont vu leur taille rétrécir de 30% depuis 2000. Chiffres clés et résumé des tendances repérées après une année médiatique américaine rythmée par… la fusion entre le magazine Newsweek et le site The Daily Beast, le rachat du Huffington Post par AOL pour 315 millions de dollars, et la majorité de NBC Université acquise par Comcast.

Audience

  • Les Américains n’ont jamais été autant en contact avec des informations, un constat qui profite avant tout aux nouveaux médias.
  • En 2010, le numérique a été le seul secteur à voir son audience progresser. Tous les autres supports, télé, radio, presse écrite, déclinent. En décembre 2010, 41% des Américains interrogés (contre 17% l’année précédente) ont cité le Web comme étant l’endroit où ils lisent “le plus d’informations sur les sujets nationaux et internationaux”.
  • Pour consulter les informations autres que nationales et internationales, 46% sondés déclarent se connecter sur Internet au moins trois fois par semaine, quand seulement 40% d’entre eux lisent des journaux imprimés. C’est la première fois que les nouveaux médias supplantent les médias imprimés.
  • Le mobile joue maintenant un rôle majeur dans la consommation des médias, et s’avère très consulté pour obtenir des infos locales. 47% des Américains disent obtenir des infos concernant leur quartier/ville/région sur leurs téléphone portables, ou d’autres appareils mobiles, comme des iPpads. Nul besoin, pour les éditeurs, de fantasmer sur la consultation de news via l’iPad, puisqu’en janvier 2011, seuls 7% des Américains possèdent une tablette, et 6% un e-reader.
  • La télévision n’a plus le vent en poupe. La plus grosse dégringolade? CNN, avec un audimat, en prime time, 37% moindre que celui de l’année dernière. Les autres chaînes sont sur la mauvaise pente aussi: Fox perd 11% d’audience, et MSNBC 5%.

Revenus publicitaires

  • Pour la première fois aux Etats-Unis, les publicités en ligne ont généré plus d’argent que celles imprimées dans les journaux.
  • En 2010, les revenus publicitaires sur Internet ont augmenté de 13.9% par rapport à 2009, atteignant 25.8 milliards de dollars.
  • A l’inverse, les revenus publicitaires issus du papier ont atteint 22.8 milliards de dollars en 2010, chutant de 6.4% par rapport à 2009. Entre 2008 et 2009, l’effondrement avait été de 26%.
  • Le grand gagnant de cette course aux revenus publicitaires reste la télé locale, ou plutôt les télévisions locales, très établies aux Etats-Unis. En chiffre publicitaire, celles-ci font 17% de plus que l’année dernière, grâce notamment à un regain d’annonceurs issus de l’industrie automobile, et à des campagnes lors des élections des mid-terms.

Modèles

  • Les organisations éditoriales qui embauchent sont… en ligne. AOL a recruté près de 1.000 employés, Yahoo! a embauché des journalistes pour couvrir actualités, sport, et économie.
  • Aux Etats-Unis, seul 1% des utilisateurs paie pour accéder à des informations en ligne. Cependant, des “signes le montrent”, certains contenus peuvent bel et bien être achetés, assure le rapport du Pew Project. Mais seulement dans deux cas. Le premier est un cas très particulier, pour ne pas dire désespéré. Il consiste en cette hypothèse: si un journal local risquait de périr aux Etats-Unis, 23% des Américains seraient prêts à payer 5 dollars par mois pour en lire une version en ligne.  Quant au second cas, il concerne les seuls à avoir “réussi” leurs murs payants. C’est-à-dire ceux qui produisent des informations financières réservées à une audience qualifiée: le Financial Time, le Wall Street Journal, et Bloomberg. Selon le rapport, un modèle est peut-être né mais ne peut pas concerner les informations généralistes.
  • Selon le rapport du Pew Project, il faut comprendre que, désormais, les modèles économiques seront fragmentés. Jusqu’à présent, c’était simple. La télévision dépendait de la publicité, les journaux dépendaient de leur diffusion et en partie de la publicité. En ligne, il y a beaucoup “plus de joueurs autour de la table”, Apple prenant 30% des parts sur la vente des applications, Google 10% sur la plate-forme Android. “Une seule source de revenus ne suffit pas” à financer l’ensemble du média, détaille le rapport.

AA

3 commentaires pour “2010-2011: Etat des lieux des médias américains”

  1. […] Les Américains n’ont jamais été autant en contact avec des informations, un constat qui profite avant tout aux nouveaux médias. En 2010, le numérique a été le seul secteur à voir son audience progresser. Tous les autres supports, télé, radio, presse écrite, déclinent. En décembre 2010, 41% des Américains interrogés (contre 17% l’année précédente) ont cité le Web comme étant l’endroit où ils lisent “le plus d’informations sur les sujets nationaux et internationaux”. (blog.slate.fr) […]

  2. “En 2010, les revenus publicitaires sur Internet ont augmenté de 13.9% par rapport à 2009, atteignant 25.8 millions de dollars.
    A l’inverse, les revenus publicitaires issus du papier ont atteint 22.8 millions de dollars en 2010, chutant de 6.4% par rapport à 2009. Entre 2008 et 2009, l’effondrement avait été de 26%.”

    25,8 et 22,8 milliards de dollars, plutôt :)

  3. […] Lire Slate.fr du 14/3/11 […]

« »