Associated Press, l’agence devenue connectée

Crédit: DR
Crédit: AA

Avec ses 3.700 employés dans le monde, Associated Press est à la fois une coopérative et l’une des plus grosses agences de presse de la planète (à titre de comparaison, AFP a 2.900 correspondants dans le monde). «Chaque jour, plus de la moitié de la population voit des informations signées AP», lit-on sur leur site Web.

Dans leurs bureaux de New York, le centre névralgique d’AP, le silence est notable. Surprenant pour une rédaction qui, sur le seul plateau new yorkais, voit se succéder 400 personnes jour et nuit. «Le jour de lélection présidentielle américaine, lorsque nous avons su qu’Obama était élu, il n’y a pas eu un bruit, sinon celui des doigts sur le clavier des journalistes qui écrivaient à toute vitesse des dépêches», me raconte Tom Kent, rédacteur en chef en charge de la déontologie.

Silence, on écrit

Pas un cri de joie ou soupir de mécontentement? «Peut-être qu’intérieurement, certains journalistes regrettaient ou se réjouissaient de la victoire d’Obama, reprend Tom Kent, mais ils ne l’ont pas exprimé ouvertement. Notre rédaction est neutre et objective, c’est la marque de fabrique d’AP.» Et ce, depuis 1846, date de création de l’agence.

Malgré le déluge de tweets et autres informations publiées sur le Web (en France, les infos AP sont accessibles sur Yahoo!), la tradition d’AP n’a pas bougé. Pas d’opinion personnelle, politique ou religieuse sur Twitter ou ailleurs. De même, interdiction pour un journaliste d’AP de faire un «breaking news» sur un réseau social avant que son agence ne la publie dans ses propres tuyaux.

Charte déontologique

Le travail de Tom Kent, c’est – entre autres – de gérer les questions éthiques à AP. «Je vérifie que les articles sont équilibrés, que les sources sont identifiées, et que les journalistes n’en écrivent pas davantage que ce qu’ils savent.» Pas de place à l’interprétation ni aux projections, donc. Des règles qu’AP a écrites dans une charte, disponible ici.

«Dans une dépêche de cette semaine, par exemple, on apprenait que, selon une étude, les Américains se marient plus tard. Le journaliste a interprété ce résultat comme étant peut-être une conséquence de la crise économique. Or si cela n’a pas été prouvé par une étude, on ne peut pas faire de conclusion hâtive.»

Comment faire pour vérifier la déontologie des centaines d’articles diffusés? «Nous avons une liste de mots-clés susceptibles de poser problème, liste que nous enrichissons de nouveaux termes en temps réel, m’explique Tom Kent. A chaque fois qu’un journaliste écrit un mot de cette liste dans une information, cela m’envoie un email d’alerte.» Dans cette liste se trouvent les mots «Dimitri Medvedev», parce qu’il est souvent mal orthographié, et… «Wikipédia». «Nous exigeons que nos correspondants n’utilisent pas l’encyclopédie en ligne comme source», reprend Tom Kent.

Sur le plateau, les rédacteurs ont devant eux quatre écrans. L’un pour Tweetdeck, le deuxième pour observer la concurrence, le troisième pour les mails et messageries instantanées en interne, et le quatrième pour publier, éditer et mettre à jour les dépêches de l’agence. Et cela va vite, très vite.

Crédit: AA

Crédit: AA

Le temps de dire ouf, et l’éditrice en charge du desk d’Amérique du Nord, Maria Sanminiatelli, a des dizaines de messages en attente qui clignotent dans sa boîte, en provenance des bureaux de Phoenix, de Louisiane, de Californie, de l’Indiana, lui annonçant quels sujets seraient suivis et comment. Faire une pause de deux minutes? Impensable. Non seulement des centaines d’informations arrivent, mais en plus plusieurs versions d’une même histoire (pour l’international, pour le national, pour le local).

Métronome horaire

Partout dans la rédaction trônent des écrans affichant l’heure aux quatre coins du globe. A 16h29 pile, Tom Kent interrompt notre discussion et file à la «réunion de 16h30». Des représentants des services business, économie, international, infographie et social média arrivent toutes affaires cessantes. «Londres? Washington?» 16h30, une partie des bureaux de la planète AP sont réunis via le téléphone «pieuvre». A l’écran, sont affichées les infographies prêtes à être publiées.

Les sujets sont passés au crible, les décisions pour mettre l’accent sur telle ou telle histoire se prennent quasi instantanément. «Nous n’avons pas de photo sur les inondations du Mexique. Les seules images dont nous disposons sont des vidéos tournées il y a une semaine!» Réponse du service international: «Un hélicoptère survole actuellement la zone, avec un de nos photographes à bord.» Tom Kent regarde la pendule, il est 16h39. «Il faut que cette réunion dure moins de 15 minutes», me confie-t-il. Le matin, celle de 8h45, idem. Seule la réunion de 10h30, la plus importante des trois, peut s’étendre pendant 30 minutes.

Quelle information mérite un «urgent» pour AP? «Avant, quand nous ne travaillions que pour les journaux imprimés, c’était simple. On se demandait “qu’est-ce qui pourrait faire la couverture des journaux demain?” Maintenant que nos informations sont publiées sur Yahoo!, sur Facebook, sur notre chaîne de vidéos YouTube, il faut tenir compte de l’audience. Les frasques de Lindsay Lohan intéressent le public, donc oui, on peut faire des urgents avec.»

A AP comme ailleurs, l’audience réagit aux choix éditoriaux. «Un lecteur mécontent nous a écrit un mail assez dur aujourd’hui. Il ne comprend pas pourquoi il reçoit des “pushs” sur son mobile à propos de, dit-il, “tout sauf ce qui le concerne, à savoir l’histoire de l’étudiant qui a ouvert le feu à l’Université au Texas et s’est tué“». Réponse du service incriminé: «Nous aurions dû envoyer un alerte sur cette info-là aussi». Fin du débat.

La transition

Le plus gros défi d’AP, estime Tom Kent, a été de passer aux informations multimédia (photos, sons, vidéos, infographies, etc). En interne, la transition ne s’est pas faite en douceur. Il y a d’abord eu ce discours du «board» d’AP en 2004, un discours dont les mots résonnent encore dans la tête des journalistes de l’agence.

«Notre avenir dépend du multimédia. Si on continue à ne faire que du texte, c’est simple, on ferme l’agence et on perd tous nos jobs.» Tout le monde a obéi à l’injonction, détaille Tom Kent. Bâtons et carottes ont complété le dispositif. Côté bâton, l’entretien individuel annuel dispose d’une case particulière: «est-ce que le collaborateur joue la collaboration avec les services multimédia? Oui/Non». Si la réponse est non, cela a un impact sur l’évaluation du salarié, et pénalise son augmentation salariale. Côté carotte, un système de récompenses a été mis en place. Chaque semaine, 500 dollars sont attribués à l’auteur ou aux auteurs de la meilleure information hebdomadaire. La «meilleure» information de la semaine n’est pas être une simple dépêche, il est préférable qu’elle ait été mise en scène de façon multimédia. A la fin de l’année, les comptes sont faits: le service qui a obtenu le plus de récompenses hebdomadaires gagne 2.000 dollars.

Une sorte de Google Analytics pour AP

Comme l’AFP, AP est tourmentée par le vol de ses contenus. Elle prépare donc la riposte avec un outil, baptisé «news registry», dont la sortie est prévue en décembre, qui permettra de traquer les contenus sur le Web, et d’avoir des données mises à jour en temps réel sur leur diffusion. Il s’agit de savoir quel site utilise quelles informations d’AP…

C’est donc une sorte de Google Analytics développé spécialement pour AP. L’objectif est double: 1. Mieux connaître les usages de l’audience et «nous améliorer en conséquence». 2. Obtenir des preuves que tel ou tel client doit payer son abonnement à AP car X contenus de l’agence sont diffusés sur sa plate-forme et lui apportent X trafic. «Nombreux sont nos partenaires qui disent qu’ils ne veulent plus nous payer puisque nos contenus sont indexés sur Yahoo!, en accès gratuit», assure l’un des journalistes. Une situation que connaît l’AFP, dont une partie des dépêches sont indexées par Google News. Et qui a aussi son outil, Attributor, pour repérer les contenus volés, comme l’expliquait Frédéric Filloux dans sa Monday Note. Oui, l’éthique avant tout.

Utilisez-vous AP en France? Faites-vous plus confiance aux contenus des agences que ceux des sites Web d’infos?

4 commentaires pour “Associated Press, l’agence devenue connectée”

  1. [...] Ce billet était mentionné sur Twitter par Alice Antheaume, Pascal. Pascal a dit: RT @alicanth: Mon compte-rendu de stage chez AP. "Silence on écrit !" http://bit.ly/brebQg [...]

  2. Et chez Wikipédia, la presse n’a droit de cité qu’avec des pincettes :
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Wikip%C3%A9dia:Usage_raisonn%C3%A9_des_sources_de_presse

  3. C’est stupide d’interdire Wikipedia comme source, aussi stupide que d’obliger les journalistes à utiliser l’Encyclopedia Universalis pour leurs sources.

  4. Au contraire, une agence de presse a pour rôle de diffuser du contenu de première main, pas de recopier des infos non vérifiées, comme un blogueur fainéant. Par ailleurs, une agence écrit en priorité pour ses abonnés payants, qui sont eux-mêmes journalistes et capables de lire et sourcer correctement un article de wikipedia.

« »
  



A propos de…

Journaliste, responsable de la prospective et du développement international à l'école de journalisme de Sciences Po, Alice Antheaume a été rédactrice en chef adjointe à 20minutes.fr après être passée par lemonde.fr puis Télérama.
En savoir plus

Categories