La culture populaire à l’abordage des sites d’infos français

Crédit: M6

Crédit: M6

Avant, c’était simple. Ce qui faisait de l’audience sur les sites d’infos français, c’était le 11 septembre 2001, le duel Chirac-Le Pen en 2002, les attentats de Madrid en 2004, ceux de Londres en 2005, ou encore l’élection présidentielle de 2007. Maintenant, les sujets qui se révèlent être les meilleurs pourvoyeurs de trafic pour les sites généralistes s’appellent Super Nanny (la star d’un show télé), Filip Nikolic (l’ex-leader des 2be3, un boy’s band des années 90) et Jocelyn Quivrin (un acteur décédé en novembre 2009 dans un accident de voiture). Sans exagération aucune, le jour de la mort de Super Nanny, alias Cathy Sarraï, le 20 janvier 2010, a été un moment historique pour plusieurs sites d’infos français.

20minutes.fr a reçu 1 million de visites sur la seule journée du 20 janvier, soit presque deux fois le nombre de visites comptabilisées en moyenne chaque jour. Si l’article annonçant le décès de Super Nanny est le plus lu de toute l’histoire de 20minutes.fr, un site dont l’ADN est de mixer des sujets légers et sérieux, ni LeMonde.fr ni Libération.fr, moins attendus sur ces sujets, n’ont échappé à l’engouement des lecteurs. Alors que le site du quotidien du soir s’est contenté d’éditer une dépêche AFP intitulée «Super Nanny est morte», celle-ci a figuré pendant deux jours parmi les articles les plus envoyés par email. Idem à Liberation.fr qui a fait, ce jour-là, sa plus grosse audience depuis les élections européennes (637.000 visites le 20 janvier).

Accident de parcours ou vraie tendance?

«Ce jour-là m’a déprimé, j’ai eu envie de rendre ma carte de presse», soupire Ludovic Blecher, rédacteur Ln chef de liberation.fr. «D’autant que c’était un mois où il y avait de l’actu, avec le tremblement de terre en Haïti, et la polémique autour de Georges Frêche».

Mais les internautes en ont décidé autrement. Et contraint les sites d’infos à s’adapter. Néanmoins, cela été un vrai cas de conscience pour les rédactions de sites d’infos dits «sérieux»: que faire d’un sujet ultra populaire? 1. Le zapper, au risque de passer à côté d’un événement qui intéresse les lecteurs et de se priver de l’audience qui va avec. 2. Le traiter, mais du bout des doigts, pour ne pas faire le grand écart entre le nucléaire en Iran et la dernière frasque de Britney Spears. 3. L’assumer, en faisant autre chose que donner l’information, par exemple en livrant une enquête poussée sur Cathy Sarraï.

La plupart ont choisi l’option numéro deux. «On a traité l’information avec deux heures de retard, me raconte un journaliste du Monde.fr. Et on ne l’a pas monté tout en haut de la page d’accueil mais mis dans notre liste d’articles sans photo en bas de la page d’accueil.» Même réponse du côté de Libération.fr: «70% du trafic sur Super Nanny est venu du “search” (par exemple en tapant Super Nanny dans Google et en cliquant sur l’article de Libe.fr dans la page de résultats, ndlr). Cela veut dire que l’essentiel de l’audience sur ce sujet ne s’est pas connectée “directement” sur liberation.fr mais est arrivée par des agrégateurs externes. Du coup, il n’y avait pas besoin de mettre Super Nanny sur la page d’accueil pour avoir du trafic.»

Série de morts d’icônes populaires

Avant la mort de Super Nanny, il y a eu celle de Filip Nikolic, de Jocelyn Quivrin et celle de Michael Jackson. Mais aussi les humeurs de Laure Manaudou, en 2007. Les sites qui ont publié ces informations ont vu leur audience augmenter de façon spectaculaire. Comment expliquer cette poussée de trafic sur le people? D’abord parce que le «marché», en ligne, a évolué. Quand l’accès à Internet était surtout accessible depuis les bureaux privilégiés que chez monsieur tout le monde comme c’est le cas aujourd’hui, les sites d’infos traditionnels publiaient en majorité des articles parlant de politique ou de diplomatie. Laissant à d’autres les faits divers ou la culture dite populaire, comme la télé, les loisirs, la culture Internet, le people. L’arrivée de nouveaux venus comme lepost.fr et 20minutes.fr a tout changé, en s’engouffrant dans ces thématiques. Et obligeant les médias traditionnels à les suivre sur ce terrain.

L’infotainment en vigueur

La tendance n’est pas que française. Au Brésil, en Angleterre, en Inde, ou aux Etats-Unis grandit l’appétit pour «l’infotainment», un néologisme issu de la contraction entre information et entertainment (divertissement). En Inde, les éditeurs parlent du «règne des 3C» dans les médias, à savoir le crime, le cricket, et le cinéma, les trois domaines qui recueillent le plus de suffrages.

«Il faut savoir qui vous regarde, rappelle un journaliste de TF1. Super Nanny a échappé à beaucoup de journalistes. Personnellement, je n’avais même jamais regardé l’émission. Mais à l’occasion de son décès, cela méritait que je change de lunettes, même si Super Nanny était sur une chaîne concurrente (M6, ndlr)». Tous les journalistes interrogés le disent: ils n’avaient pas mesuré l’attachement des Français pour cette femme. Ce qui pose avec acuité le problème de la déconnexion entre les rédactions et leurs lecteurs/auditeurs. «Même si la rédaction de Libe.fr avait bien senti que le sujet montait sur le Web (Super Nanny a fait partie des dix sujets les plus évoqués sur Twitter pendant une heure, une première pour un thème franco-français), je n’aurais jamais imaginé l’ampleur que le phénomène allait avoir», reconnaît Ludovic Blecher.

L’émotion avant tout

Interloquée, la rédaction du Monde.fr a aussi regardé de près le comportement de ses lecteurs en ligne. «Les rares fois où nous faisons des sujets people, nos internautes sont assez agressifs, arguant que Hubert Beuve-Méry, le fondateur du Monde, doit se retourner dans sa tombe en lisant ça, que nous violons la ligne éditoriale du journal, etc. Mais cette fois, pour Super Nanny, les commentaires ont été plutôt positifs.» La raison? «Les sujets people sont le plus souvent bâtis sur des rumeurs, reprend ce journaliste du Monde.fr. Or dans le cas d’un décès, il s’agit d’un fait.» Inattaquable, donc.

Alors quoi? La ligne éditoriale des sites doit-elle être déterminée par les goûts des internautes? Ou faut-il que les journalistes choisissent leurs sujets indépendamment de ce que plébiscite l’audience? Tout est question de curseur, et d’angles. L’art étant de doser entre informations essentielles — mais qui n’intéressent peut-être pas le grand public — et des sujets à visée populaire. Le risque, à terme, c’est que s’installe un journalisme à deux vitesses. Un journalisme d’élite, d’un côté, et un journalisme populaire, de l’autre. Sans que les deux puissent se rencontrer?

Pas sûr. Si la ligne éditoriale d’un site d’infos et les goûts des internautes ne coïncident pas toujours, il y a au moins une chose qui fait l’unanimité. C’est gagné quand l’article véhicule ou suscite une émotion, comme le montre cette étude sur les articles les plus envoyés du New York Times. Et cela reste valable même si l’article parle de cosmologie.

Alice Antheaume

23 commentaires pour “La culture populaire à l’abordage des sites d’infos français”

  1. Oui mais…

    … mais tous les cas cités ne sont pas des sujets people/infotainment classiques: ce sont des décès. On peut aussi citer Lucy Gordon (pourtant peu connue) ou Britanny Murphy récemment dans cette liste. Des sujets autres (sortie d’un film, infidélité, cure de désintox, que sais-je…) sur les mêmes personnalités n’auraient pas fait le quart des audiences de ces décès.

    Il faut noter que de nombreux sites d’infos anglo-saxons disposent d’ailleurs d’une rubrique “Obituaries” à cet effet (et même parfois de blogs de journalistes spécialisé en nécro…)

  2. Laurent, vous lancez bientôt une rubrique people sur lefigaro.fr? Si oui, ça m’intéresse que tu me racontes… si non aussi, d’ailleurs…

  3. @Laurent C’est vrai, mais Johnny Hallyday n’est pas mort, et ça a dû cartonner.

  4. «Ce jour-là m’a déprimé, j’ai eu envie de rendre ma carte de presse», soupire Ludovic Blecher, rédacteur en chef de libération.fr. «D’autant que c’était un mois où il y avait de l’actu, avec le tremblement de terre en Haïti, et la polémique autour de Georges Frêche».

    Voilà pourquoi Libé ne marche plus et Libe.fr risque de suivre les traces de son grand-frère print : leurs journalistes font des journaux pour eux-même.

    «Les sujets people sont le plus souvent bâtis sur des rumeurs, reprend ce journaliste du Monde.fr. Or dans le cas d’un décès, il s’agit d’un fait.» Inattaquable, donc.

    Heu non. D’une part, les sujets people ne sont pas “le plus souvent bâtis sur des rumeurs”. Le problème de beaucoup de mes confrères journalistes sérieux, c’est la confusion qu’ils font entre fond du sujet et traitement du sujet. Comme le fond de l’info que nous traitons, dans la yellow press, est people et futile, ils s’imaginent qu’elle est traitée de manière futile. “Dans le cas d’un décès, il s’agit d’un fait”, dit ce monsieur. Il s’agit aussi de fait quand on évoque une séparation, une naissance, une histoire d’amour. Un fait, une information…

  5. @jhufnagel. Ah ben Johnny, de ce point de vue, c’est un cas à part:

    – facteur idole nationale

    +

    – facteur chat de shrodinger. Les questions que tout le monde se posait était tout de même : “Est-il mort ou pas ? S’il est vivant va-t-il mourir bientôt, etc…”

  6. Il est dommage que beaucoup de sites se soient souvent arrêtés à la solution 2 sur les décès de Sarrai, Nikolic et Quivrin, et n’aient pas forcément miser sur la solution 3 proposée par @alicanth : “3. L’assumer, en faisant autre chose que donner l’information, par exemple en livrant une enquête poussée sur Cathy Sarraï.” Pour Nikolic et Quivrin, il y avait notamment plein d’angles et de pistes à explorer (reconversion d’un chanteur, faits divers…) à la manière de l’après-MJ.

    C’est là qu’on peut réconcilier, je pense, les deux extrêmes: la culture du clic propre aux sites d’infos et un vrai travail journalistique aussi épanouissant pour le lecteur que le journaliste (qui ne se contente pas de bâtonner un urgent AFP). Mais trop souvent, on ne se donne pas encore les moyens de creuser et de passer des coups de fil. Et on reste à une simple nécro en guise d’adieu déchirant (ou pas) où la rédaction web parie en rigolant sur le 1er internaute qui écrira “Salut l’artiste” dans les comms.

  7. à quand un TD “infotainment” à scpo ? avec des articles de fond sur m.vendetta et sa vision de l’afrique du sud dans un climat géopolitique qui remet ce pays au coeur de l’actualité ? :o)

  8. […] W.I.P. (Work In Progress) » La culture populaire à l’abordage des sites d’infos français 22 février 2010 http://blog.slate.fr/labo-journalisme-sciences-po/2010/02/22/la-culture-populaire-a-labordage-des-si… […]

  9. Nous cherchons des modèles où nous pouvons. Dans notre solitude, seuls les médias nous ouvrent des portes vers un autre monde qui nous fait sortir d’une réalité ennuyeuse sans but, qui est la conséquence de notre organisation sociale, du capitalisme dirigé par l’appat du gain.

  10. Super nanny offrait de l’humanité, et le point essentiel de l’existence qui est l’éducation. Dans ce monde perdu, les jeunes adultes cherchent des moyens pour éduquer leurs enfants, et super nanny nous les donnait. Les journalistes sont-ils trop bêtes pour s’en rendre compte ? En lisant les articles de presse, bienpensant, tous pareils dans le monde entier, traitant tous des mêmes sujets, oui, le monde des médias, dans son artificialité, s’est déconnecté de la réalité. Nous sommes des êtres humains, pas des machines

  11. […] La culture populaire à l’abordage des sites d’infos français (slate.fr) – 20minutes.fr a reçu 1 million de visites sur la seule journée du 20 janvier, soit presque deux fois le nombre de visites comptabilisées en moyenne chaque jour. Si l’article annonçant le décès de Super Nanny est le plus lu de toute l’histoire de 20minutes.fr, un site dont l’ADN est de mixer des sujets légers et sérieux, ni LeMonde.fr ni Libération.fr, moins attendus sur ces sujets, n’ont pas échappé à l’engouement des lecteurs. Alors que le site du quotidien du soir s’est contenté d’éditer une dépêche AFP intitulée «Super Nanny est morte», celle-ci a figuré pendant deux jours parmi les articles les plus envoyés par email. Idem à Liberation.fr qui a fait, ce jour-là, sa plus grosse audience depuis les élections européennes (637.000 visites le 20 janvier). […]

  12. Super a aidé tellement de gens, elle s’est toujours dévoué pour les autres, elle en a même perdue la santé, c’est pour ça que les internautes ont été affecté par sa disparition inattendue.

  13. J’aimerai savoir combien la mort de Seguin a fait en audience, et je pense que si Chirac (ou Jospin, Le Pen, ou autre “éléphants) mourrait, on pourrait atteindre des chiffres très importants.

    Mais j’ai moi-même cliqué sur ces articles alors que je “me foutais” de super nanny ou du mec des 2b3 car ils appartenaient à ma génération, pas forcement pour le meilleur. J’ai aussi très vite cliqué sur les articles sur la mort de Salinger…

  14. J’aime beaucoup ce concept d’infotainment. Malheureusement ou heureusement, c’est l’audimat et le nombre de connexion qui compte pour les rédacteurs en chef.
    Disons que cette information permet de financer un journalisme de qualité … du moins je l’espère. Sinon, c’est le journalisme en autodestruction :

    http://opinionsurrue.wordpress.com/2010/01/23/le-journalisme-en-auto-destruction/

  15. […] http://blog.slate.fr/labo-journalisme-sciences-po/2010/02/22/la-culture-populaire-a-labordage-des-si… […]

  16. […] La culture populaire à l’abordage des sites d’infos français […]

  17. […] jour, je lisais un plutôt bon article sur un blog de Slate.fr dans lequel le rédac’ chef de Libé.fr se lamentait d’avoir fait péter le high score […]

  18. […] mais cela reste faible par rapport à l’annonce de la mort d’une Super Nanny, dont l’impact sur le trafic reste inégalé – et qui était survenu un mercredi matin, en pleine semaine. Ou des images de la tempête […]

  19. […] sur Internet. On savait déjà que le papier qui avait le mieux marché sur 20minutes.fr concernait la mort de Super Nanny, on a appris ce soir que aux Echos.fr, c’est la critique du […]

  20. Hey, i’m mostly an avid reader of magazines but every now and then I like to sit by my laptop and browse some quality blogs for interesting information. Thank you for making my sandwich and cup of coffee that more pleasant!

  21. It’s the old “curse of knowledge” dilemma isn’t it? It’s easy to assume visitors know how to comment or even that commenting is encouraged. Excellent post.

  22. I learned a lot from your blog, thanks.

  23. Interesting post! Thanks!

« »