Extraction du “minerai” animal : bon appétit… [Vidéo]

Un mot surprenant a émergé de l’affaire de la viande chevaline égarée dans les plats surgelés : le minerai de boeuf ou de cheval. Ainsi donc, les dépouilles d’animaux sont assimilées à une simple matière première comparable au fer ou à la bauxite. Mais non, pense-t-on aussitôt. C’est une façon de parler. Les usines de la chaîne alimentaire humaine ne sont pas comparables aux mines de l’industrie métallurgique. Même si l’on sait que le travail à la chaîne existe dans les abattoirs et autres ateliers de conditionnement de la viande, cela ne saurait être comparé à une fonderie ou une usine d’assemblage automobile. Ce sont des animaux, tout de même. Des êtres vivants tels que les compagnons de l’homme. Même si nous sommes, entre autres, des carnivores, nous ne saurions traiter le vivant comme l’inerte.

Samsara et la surconsommation humaine

Erreur. Certaines images extraites du film Samsara qui doit sortir en France le 27 mars 2013 laissent pantois. A celui de minerai s’associe un autre mot : barbarie. Le film, tourné dans 25 pays pendant 5 ans, rappelle, bien entendu, le fameux Koyaanisqatsi de Godfrey Reggio sorti en 1983 avec sa musique de Philip Glass. Comme lui, Samsara, mot tibétain signifiant la roue de la vie, semble mêler beauté et dénonciation des excès de la civilisation. L’extrait qui circule sur Internet au sujet de l’industrie alimentaire et de la surconsommation humaine laisse sans voix… et sans grand appétit. Jugez-en :

Michel Alberganti

lire le billet

En fait, l’homme descendrait du rat…

Ceux qui ont eu du mal à accepter que l’homme descende du singe vont encore passer un mauvais moment. Non seulement, cette origine n’est pas remise en question mais les chercheurs, en remontant beaucoup plus loin, ont abouti à un autre ancêtre: une sorte de rat… Publiée dans Science du 8 février 2013, l’article qui nous ôte tout espoir d’avoir été créé à l’image de Dieu. A moins de croire, comme les Indiens, à la réincarnation et de dédier certains temples aux… rats (voir la vidéo ci-dessous).

L’ancêtre commun des mammifères placentaires

L’équipe de 22 chercheurs américains, plus un Canadien, dirigée par Maureen O’Leary, du département de sciences anatomiques de l’école de médecine de l’université Stony Brook, a reconstruit l’arbre généalogique des mammifères placentaires. C’est-à-dire ceux qui se reproduisent à l’aide d’un véritable placenta qui alimente l’embryon et le fœtus. Dans ce groupe, on trouve les chats, les chiens, les chevaux, les musaraignes, les éléphants, les chauve-souris, les baleines  et… les hommes. Il s’agit du plus important groupe de mammifères avec plus de 5000 espèces dans une centaine de familles.

Juste après les dinosaures

En remontant aux origines de ce groupe, les chercheurs sont presque parvenus jusqu’aux dinosaures. Du moins jusqu’à leur extinction à la fin du Crétacé, il y a 65 millions d’années. Il semble que notre ancêtre rongeur soit apparu entre 200 000 et 400 00 ans après cette extinction. Deux à trois millions d’années plus tard, le groupe des mammifères placentaires modernes se mit à proliférer. Ces résultats bouleversent la chronologie admise auparavant puisque qu’elle fait reculer l’apparition du premier ancêtre commun aux mammifères placentaires de… 36 millions d’années.

Le plus remarquable, dans ce travail, est qu’il ne repose pas sur de nouveaux fossiles mais sur l’analyse des caractères anatomiques, morphologiques et moléculaires des animaux. Les chercheurs ont exploité les informations rassemblées dans la plus grande base de données mondiale sur les caractères morphologiques, la MorphoBank, soutenue par la National Science Foundation (NSF). Ils ont utilisé de nouveaux logiciels pour analyser les caractéristiques d’espèces de mammifères vivantes et éteintes. Pas moins 4541 phénotypes de 86 fossiles et espèces vivantes ont été associés à des séquences moléculaires. Au final, ce sont les traits morphologiques qui ont pris le dessus et conduit les chercheurs dans leur reconstruction de l’arbre de la vie des mammifères. Ce travail fait partie du projet Assembling the Tree of Life financé par la NFS. L’approche morphologique des chercheurs présente l’avantage d’aboutir à une image, certes reconstruite, de l’ancêtre commun. Elle ne pouvait que chatouiller les spécialistes de biologie moléculaire et de génétique.

Fossiles contre horloges

Ainsi, le jour même de la parution de l’article dans Science, une réponse a été publiée par Anne Yoder, biologiste spécialiste de l’évolution de l’université Duke ( Caroline du nord). Sous le titre : “Les fossiles contre les horloges”, Anne Yoder commence par rendre hommage au travail de ses collègues avant de lancer sa flèche. Selon elle, les chercheurs de l’équipe de Maureen O’Leary, en se focalisant sur les caractéristiques morphologiques s’est plus attachée à décrire la forme de l’arbre que la longueur des branches. D’où la non prise en compte des conséquences de cette longueur des branches déterminée par les horloges moléculaires de la génétique. On peut espérer que les deux approches s’associent et permettent affiner les résultats.

Michel Alberganti

lire le billet

A quoi pensent les poissons zèbres ?

Le poisson zèbre, c’est le rêve. Aussi bien pour les amateurs d’aquarium que pour les chercheurs. En effet, outre ses couleurs naturelles et ses capacités à régénérer ses blessures, de la colonne vertébrale par exemple, il possède la caractéristique remarquable d’avoir un corps transparent à l’état d’embryon et de larve. L’idéal pour observer à loisir le fonctionnement son organisme bien vivant. D’où l’idée de révéler à la planète ce qui se passe dans le cerveau d’une larve de poisson-zèbre… Nous rêvions tous de le découvrir sans oser le demander : à quoi pensent les poissons ? La réponse d’une équipe japonaise dirigée par Akira Muto, de l’Institut National de Génétique à Shizuoka, ne nous surprend qu’à moitié : à manger. Encore fallait-il le montrer. Et c’est ce que les chercheurs ont réussi à faire.

Une larve de poisson zèbre peut se nourrir  de paramécies dans la mesure où elle est capable d’attraper ce minuscule protozoaire unicellulaire qui se déplace dans l’eau grâce à ses cils. Que se passe-t-il dans le cerveau du poisson qui guette sa proie ? Pour la première fois, les chercheurs sont parvenus à montrer, avec une grande précision et en temps réel, quelles parties du cerveau de la larve s’activent en fonction de la position de la larve autour d’elle.


Pour y parvenir, les chercheurs ont reproduit l’organisation visuotopique du cortex visuel. Il s’agit de la façon dont l’image parvenant sur la rétine s’imprime dans le cerveau. Grâce à un type de marqueur particulier, le GCaMP qui permet de rendre fluorescent les ions calcium à l’oeuvre dans les neurones, les Japonais ont rendu visibles les zones du cerveau qui s’activent lorsque la larve de poisson zèbre suit sa proie des yeux. Sans surprise, c’est dans le lobe situé à l’opposé de l’oeil qui a capté l’image que les neurones s’allument.

L’étude de l’équipe d’Akira Muto a été publiée dans la revue Current Biology du 31 janvier 2013. L’un de ses collaborateurs, Koichi Kawakami, précise : “Notre travail est le premier à montrer l’activité du cerveau en temps réel chez un animal intact pendant son activité naturelle. Nous avons rendu visible l’invisible et c’est ce qui est le plus important”. La technique utilisée devrait rendre possible la visualisation des circuits neuronaux impliqués dans des comportements complexes, depuis la perception jusqu’à la prise de décision. Une possibilité d’autant plus intéressante que, dans sa conception générale et son fonctionnement, le cerveau d’un poisson zèbre ressemble assez à celui d’un être humain.

“A l’avenir, nous pourrons interpréter le comportement d’un animal, y compris l’apprentissage, la mémorisation, la peur, la joie ou la colère, à partir de l’activité de combinaisons particulières de neurones”, s’enflamme Koichi Kawakami. Autre objectif : analyser l’activité chimique du cerveau avec, à la clé, la possibilité d’accélérer le développement de nouveaux médicaments psychiatriques. Pas de quoi rassurer ceux qui craignent que les avancées de la recherche sur le cerveau ne conduisent à une intrusion dans nos pensées les plus intimes. Au risque de découvrir… qu’elles ne sont pas beaucoup plus sophistiquées que celles d’un poisson zèbre. Ce qui serait, convenons-en, une bien mauvaise nouvelle pour notre ego…

Michel Alberganti

lire le billet

Une chatte perdue parcourt 300 km pour rentrer chez elle

Tandis que les néo zélandais tentent de s’en débarasser,  les Américains célèbrent l’exploit d’Holly. Cette chatte de 4 ans perdue par ses maîtres,  Jacob et Bonnie Richter, au cours de leur séjour à Daytona Beach en Floride, début novembre 2012, vient rentrer chez elle, à West Palm Beach… Un trajet de quelque 300 km en deux mois… Pour une chatte réputée plutôt sédentaire, avoir parcouru une telle distance pose la question des moyens d’orientation utilisés par les félins. Nous avons parlé de ceux des scarabées bousiers, qui utilisent la Lune et la Voie Lactée pour pousser droit, à reculons, leur boulette d’excrément en pleine nuit la nuit. Mais comment font les chats ?

Certains projets scientifiques tentent de répondre en partie à cette intrigante question. Ainsi, Kitty Cams, lancé par le National Geographic et l’université de Georgie, a consisté à équiper 60 chats de la ville d’Athens , en Géorgie, de mini-caméra attachées à leur collier et munies d’un système de traçage par radio ainsi que de LED pour les prises de vues de nuit. L’objectif était d’explorer la vie nocturne de ces chats déambulant librement pendant une dizaine de jours. Avec la volonté de déterminer à la fois les dégâts qu’ils occasionnent sur la faune locale et les dangers qui les guettent (voitures, infections…). Résultat : 37 heures de vidéos subjectives assez pénible à visionner, pour chacun des 55 chats dont la caméra a bien fonctionné. Il en ressort que seulement 44% des chats pratiquent la chasse nocturne et que leurs proies sont constituée majoritairement de reptiles (lézards), de mammifères (souris) et d’invertébrés. Les principaux risques auxquels les chats sont exposés sont la traversée de routes, la rencontre de chats errants, la consommation de substances douteuses, l’exploration des systèmes de drainage des eaux de pluie et de lieux étroits dans lesquels ils peuvent se retrouver piégés.

Holly a dû se nourrir et éviter ces dangers pendant son long périple. En revanche, cette étude ne donne aucune information sur le système de guidage des chats en territoire inconnu. Sur Internet, circule l’histoire de Howie, un chat persan laissé par ses maîtres à des amis pendant un long voyage à l’étranger. A leur retour, plusieurs mois plus tard, Howie avait disparu. De retour chez eux, à 1500 km de là, ils n’avaient pas le moindre espoir de revoir Howie, d’autant que, comme Holy, il s’agissait d’un chat sédentaire, genre chat d’appartement. Pourtant, 12 mois plus tard Howie était de retour à la maison après avoir parcouru les 1500 km…

Pour expliquer les périples des chats, on pense bien sûr aux oiseaux migrateurs et autres pigeons voyageurs ou saumons. On sait qu’ils exploitent le champ magnétique terrestre, la lumière polarisée et des capacités olfactives extrêmement développées pour retrouver leur chemin. Dans le cas des chats, outre la distance, c’est l’extraordinaire précision de leur parcours qui laisse pantois. Retrouver une maison dans une ville n’est pas toujours aisé pour un être humain muni d’une carte et d’une adresse.  Il a fallu inventer le système GPS avec une constellation de satellites, des stations au sol, des calculs intégrant las équations de la relativité générale d’Einstein, des appareils individuels et une cartographie très précise de la Terre entière pour nous permettre de faire aussi bien que… la chatte Holly.

Michel Alberganti

lire le billet

Le scarabée bousier marche droit grâce à la Voie Lactée

La vie d’un scarabée bousier évoque celle de Sisyphe. Éternellement, il fait rouler des boulettes d’excréments pour aller les enterrer dans son garde-manger souterrain. De façon surprenante, il parvient à se déplacer en ligne droite en pleine nuit. La performance est d’autant plus remarquable que l’insecte la réalise tout en poussant une boulette et en marche arrière, comme le montre la vidéo ci-dessous. Comment prend-il ses repères ? Quel GPS le guide ?

La lumière de la Lune

La question tourmente une équipe de chercheurs de l’université de Lund, en Suède, depuis des années. La biologiste Marie Dacke avait déjà publié un article dans la revue Nature le 3 juillet 2003 dans lequel elle révélait que les scarabées bousiers utilisent la lumière polarisée provenant de la Lune pour se déplacer ainsi en ligne droite. Ceci malgré la puissance extrêmement faible d’une telle lumière. Dans un nouvel article paru le 24 janvier 2013 dans la revue Current Biology, Marie Dacke, associée à Emily Baird, Marcus Byrne, Clarke Scholtz et Eric Warrant, expliquent leur nouvelle découverte : la lumière des étoiles, en particulier celles provenant de la Voie Lactée, sert aussi de GPS aux insectes coprophages.

Les étoiles de la Voie Lactée

En effet, contrairement à ce qu’induisait la seule hypothèse de la Lune, le scarabée bousier se déplace également sans problème par une nuit sans Lune mais dont le ciel est constellé d’étoiles. Toutes les étoiles sont-elles utilisées ? Les chercheurs ont réalisé des tests dans lesquels ils ont masqué tout le ciel sauf la Voie Lactée. Pas de problème pour le rouleur de billes fécales. Mais lorsqu’ils ont masqué la Voie Lactée, plus de guidage, panne de GPS. Finie, la belle ligne droite. Pour les chercheurs, la plupart des étoiles ne sont pas assez lumineuses pour servir de point de repère aux scarabées. Mais la Voie Lactée, elle, brille suffisamment. La Lune aussi, lorsqu’elle est présente. Les pousseurs de boules odorantes disposent donc de plusieurs GPS célestes.

Toujours est-il que ce sont les premiers insectes capables d’une telle navigation. Jusque là, les spécialistes pensaient que seuls les hommes, les phoques et les oiseaux savaient utiliser les étoiles pour se diriger. Il faut donc ajouter le scarabée bousier à cette courte liste. On peut se demander pourquoi ces insectes ont développé un instrument de navigation aussi sophistiqué et si précis qu’il lui permet n,on seulement de se diriger mais aussi de se déplacer en ligne droite. La réponse réside peut-être dans une caractéristique sociale des bousiers. En effet, ils sont prompts à chiper la boule de leur voisin. Pour mettre à l’abri le plus vite possible son butin fécal, le scarabée a sans doute également compris une autre règle que les hommes connaissent bien: la plus courte distance entre deux points…

Michel Alberganti

lire le billet

La vache de mer de la Voie Lactée

Elle s’appelait W50. Pas très poétique pour une nébuleuse de la constellation de l’Aigle.  Et puis une nouvelle image issue du radiotélescope VLA (Very Large Array) dans le Nouveau Mexique (Etats-Unis) a révélé une forme étonnante. La nébuleuse W50 ressemble de façon troublante à… une vache de mer, autrement dit un lamantin, ou encore un Trichechus, ce bon gros mammifère herbivore qui ne dédaigne pas une petite sieste, allongé au soleil sur un fond confortable. C’est justement dans cette position assoupie que sa ressemblance avec la nébuleuse W50 est la plus parfaite. Il n’en fallait pas plus au National Radio Astronomy Observatory (NRAO) pour plaider pour rebaptiser W50 en Nébuleuse du Lamantin.

Reliques d’une étoile géante

Question échelle, bien entendu, la comparaison est moins convaincante. Même si le lamantin peut mesurer près de 5 mètres de long et peser 1500 kg, il reste bien loin des 700 années lumière de long de sa nébuleuse jumelle. Cette dernière s’est formée il y a 20 000 ans avec les restes d’une supernova. Située à 18 000 années lumière de nous, cette relique d’une étoile géante qui s’est écroulée sur elle-même pour former, sans doute, un trou noir, un micro quasar s’alimentant en gaz provenant d’une étoile très voisine. Rien de comparable avec les repas d’un lamantin. Pourtant, désormais, nébuleuse et vache de mer sont liés par le même patronyme. L’une bercée par les écoulements titanesques d’énergie et de matière cosmique. L’autre par les eaux tièdes de la Floride.

Michel Alberganti

lire le billet

Dauphins volants, requins cabotants et calmars géants [Vidéos]

La mer est une ressource inépuisable dans de nombreux domaines, comme l’a souligné, à la surprise générale, Jean-Luc Mélanchon lors du débat qui l’a opposé à Jérôme Cahuzac dans l’émissionMots Croisés du lundi 7 janvier 2013 sur France 2. Un autre aspect, moins économique qu’esthétique et spectaculaire, est apporté par trois vidéos publiées ces jours-ci sur Internet. S’il fallait leur trouver un point commun, c’est sans doute notre ignorance. Malgré toutes les études déjà réalisées et les documentaires tournés, une large partie du comportement des espèces marines nous reste inconnue.

Pourquoi ces dauphins bondissent-ils ainsi à la surface de la mer, préférant les sauts fatigants à la nage sous l’eau ? Pourquoi un tel groupe de plusieurs centaines d’individus ? Où vont-ils ainsi ? On aimerait pouvoir les suivre et comprendre.

Justement, c’est ce qui s’est passé en Floride pour le suivi des grands requins blancs, calibre “Dents de la mer“.  Grâce à des balises implantées directement sur la peau, leur cabotage a été pisté. Pour s’apercevoir… qu’ils s’approchent à moins de 200 mètres des côtes. Comment se fait-il que l’on ne découvre qu’aujourd’hui le parcours des grands requins qui s’approchent aussi près des plages de Floride ?

Comment les grands fonds peuvent-ils engendrer des calmars de cette taille ? Quel hommage à Jules Verne et à la pieuvre géante de ses “20 000 lieux sous les mers” ! Une équipe de scientifiques japonais a réalisé les premières images de ces céphalopodes vivant dans leur milieu naturel à plus de 700 mètres de profondeur. Ces calmars géants n’atteignent néanmoins que 3 mètres de longs, bien loin des 10 mètres et 495 kg du plus imposant calmar colossal capturé à ce jour.
Le film réalisé par l’équipe de Tsunemi Kubodera a du résoudre certains problèmes délicats pour approcher ces prédateurs dotés, obscurité abyssales oblige, d’un oeil gigantesque que l’on aperçoit dans la vidéo ci-dessous. Pour cela, le cameraman, transformé en calmarman, a fait appel à de la lumière infra-rouge invisible pour les céphalopodes et les hommes, mais pas pour les capteurs électroniques des caméras, et il s’est posté en restant le plus immobile possible dans l’attente de la visite du monstre. Traque réussie. Le film sera diffusé sur Discovery Channel aux Etats-Unis le 27 janvier 2013, sous le titre: “Le monstre calmar : le géant est réel”, en traduction littérale. Espérons que les images seront rapidement accessibles en Europe, via Internet sans doute. D’ici là, un aperçu de la vedette :

Michel Alberganti

lire le billet

Fin du monde : dernier coup d’oeil aux merveilles de la vie sur Terre

Bon, c’est pour demain… Pour ceux qui croient à la fin du monde et qui risquent de céder à la panique, voici une forme d’antidote. Comment imaginer que de telles merveilles disparaissent demain ? Combien de temps a-t-il fallu pour atteindre un tel mariage de la beauté et de l’efficacité ?

Les merveilles de notre univers sont révélées depuis des décennies grâce aux progrès de l’imagerie scientifique. La biologie, comme l’espace, est une source inépuisable d’émerveillement visuel. Depuis 10 ans, la filiale américaine du fabricant d’appareils photo et de microscopes japonais Olympus organise un concours annuel international  intitulé BioScapes. Les lauréats de l’édition 2012 viennent d’être révélés et ils donnent largement raison au président d’Olympus America lorsqu’il déclare: “Les images au microscope forgent un lien extraordinaire entre la science et l’art”. Contrairement aux images des télescopes qui bénéficient de l’impulsion de puissantes agences comme la Nasa, celles qui proviennent de la biologie sont beaucoup moins popularisées. Même si elle n’est pas dénuée d’objectifs commerciaux, on ne peut donc que saluer l’initiative d’Olympus America.

Vous pouvez découvrir les 10 images et vidéos gagnantes ainsi que les 62 mentions honorables décernées cette année. Vous y retrouvez l’image ci-dessus ainsi que celles ci-dessous. Je ne résiste pas au plaisir de vous montrer mes préférées. Avec une mention spéciale pour la vidéo sur les Rotifères, classée première. On note que plusieurs Français se trouvent parmi les lauréats et les mentions.

Michel Alberganti

lire le billet

Dans le Tarn, des poissons-chats pratiquent la chasse aux pigeons

Qui les connaît, surtout s’il est pêcheur, n’a guère de sympathie pour les poissons-chats. Outre leur aspect peu esthétique de prime abord, les Ameiurus melas et autres Silurus glanis, avec leur 6 barbillons et leurs trois épines aux piqûres douloureuses, ont la désagréable habitude de dépeupler les eaux de leurs autres habitants. Ils se nourrissent en effet essentiellement de poissons. Et ils grossissent très rapidement. Le Silure glane peut atteindre 1 à 2 mètres de long, voire 2,5 mètres, et peser jusqu’à 100 kg. Espèce invasive, les étangs et autres cours d’eau qu’ils investissent ne laissent rapidement aux pêcheurs d’autres possibilités que d’abandonner les gardons et les brèmes pour se résoudre à pêcher… des poissons-chats.

La voracité de ces envahisseurs est telle que cette pêche peut se révéler sportive. Une voracité que l’étude publiée dans la revue PLOS One du 5 décembre 2012 par Julien Cucherousset, biologiste du CNRS à l’université de Toulouse, confirme au delà de ce que l’imaginait jusqu’à présent. Avec son équipe, il a étudié les pratiques de chasse au pigeon de ces prédateurs d’eau douce.

Les scientifiques rappellent d’abord plusieurs stratégies de captures des carnassiers dont la fameuse technique des crocodiles pour sauter à la gorge des gazelles ou des gnous en Afrique. Difficile de ne pas y penser lorsque l’on observe la technique des poissons-chats vis à vis des pigeons.

L’équipe de Julien Cucherousset a analysé 24 scènes de chasse dans le Tarn, rivière dans laquelle les poissons-chats ont été introduits en 1983. De 1 à 9 poissons-chats de 90 cm à 1,5 mètre de long chassaient tandis que, sur la berge, un groupe de pigeons était venu boire et faire toilette. Les chercheurs ont ainsi analysé et filmé 54 attaques de silures sur les pigeons. Dans 28% des cas, le poisson a capturé l’oiseau sur la terre, est retourné dans l’eau et l’a avalé. Une seule fois, le poisson est entièrement sorti de l’eau, mais sans succès. Dans environ 40% des attaques, plus de la moitié de la longueur du corps du poisson-chat est sorti de l’eau. Dans tous les cas, l’assaut a été rapide puisqu’il a duré de 1 à 4 secondes. Les chercheurs ont remarqué que seuls les pigeons en mouvement étaient attaqués, même lorsque l’un d’entre eux était plus proche mais restait immobile. La vue du poisson-chat n’est pas son point fort. Il semble ainsi que ce soit plutôt leurs barbillons détectant les vibrations de l’eau qui les guident.

Pour tenter d’évaluer la part prise par les pigeons dans l’alimentation des poissons-chats, les chercheurs ont analysé la chair de 14 d’entre eux mesurant entre 90 cm et 2 mètres. Ils ont ainsi découvert une grande dispersion dans la part des volatiles dans le menu des poissons. Il semble donc qu’il s’agisse d’une pratique de certains individus seulement. En revanche, le pigeon se substitue au poisson dans le régime. Cette chasse, coûteuse en énergie, est-elle causée par un manque de nourriture aquatique ou bien par l’attrait du goût du volatile ? L’étude ne répond pas à cette question. Néanmoins, la taille semble jouer un rôle. Celle des chasseurs de pigeons varie entre 90 cm et 1,5 mètre lorsque celle de l’échantillon total observé va de 90 cm à 2 mètres. Cela pourrait indiquer que les plus gros poissons sont moins habiles chasseurs sur terre.


La découverte de l’équipe de Julien Cucherousset apparaît comme totalement inédite. Elle induit d’autres questions concernant l’impact de la part de nourriture terrestre sur la capacité invasive de l’espèce. Sur le plan écologique, la chasse aux pigeons des poissons-chats interroge sur leur équilibre avec les ressources de leur milieu. Sont-ils trop nombreux par rapport aux poissons ? Leurs proies aquatiques sont-elles devenues moins nombreuses, peut-être à cause, justement, de l’augmentation de la population de poissons-chats ?

Ce dont les chercheurs sont sûrs, à ce stade, c’est qu’ils ont observé un cas assez extraordinaire d’adaptation d’une espèce à son milieu. Une pratique entièrement nouvelle a été développée par les poissons-chats, malgré la difficulté. Cela montre une espèce en pleine évolution. Mais la chasse au pigeon est sujette à l’absence d’évolution… des pigeons eux-mêmes. Combien de temps leur faudra-t-il pour apprendre à se méfier de l’eau qui ne dort qu’en apparence ?

Une autre vidéo, glanée sur Flickr, montre, ci-dessous, que la prochaine victime des poissons-chats pourrait bien être le canard. Un futur sujet d’étude, peut-être, pour les chercheurs toulousains.

La revanche de l’oiseau :

Michel Alberganti

lire le billet

Helmut, le mammouth de la Marne a-t-il été victime de l’homme ?

Belle prise, peut-être, pour l’homme de Néandertal… Helmut était un mammouth laineux de 2,9 à 3,4 m au garrot pour environ 5 tonnes. Pas mal de viande pour l’hivers qui devait être long, à l’époque, avec le climat sibérien qui régnait sur la région de cet ancien lit de la Marne où il a été trouvé. Cette carrière de Changis-sur-Marne (Seine et Marne) a ensuite vu passer les gaulois et les romains. C’est d’ailleurs la fouille d’un site gallo-romain par l’Institut de recherches archéologiques préventives (Inrap) qui a mis au jour cet habitant des lieux, il y a 200 000… ou 50 000 ans.

Éclats de silex

La fourchette reste large, avant les analyses de datation, pour ce troisième exemplaire de mammouth découvert en France. Du sol sableux, émergent deux défenses imposantes, un fémur, une partie du bassin, un humérus, une mandibule, quatre vertèbres encore connectées et passant sous les omoplates… Le tout, en assez bon état et assez dispersé pour poser question. D’autant que la présence d’éclats de silex près du crane de l’animal suggère une présence humaine.

Cold Case

Sur l’enquête scientifique, va dont se greffer une enquête policière qui aurait sans doute passionné les héros de la série Cold Case. Espérons que l’affaire soit élucidée de façon convaincante. L’archéologie en souvent conduite à bâtir des scénarios peu crédibles en raison du manque de preuve, c’est à dire de traces édifiantes. Trouveront-ils, cette fois, des marques laissées par le silex sur les os d’Helmut ? L’auteur sera-t-il identifié comme l’homme de Néandertal qui a vécu en Europe entre moins 250 000 et moins 28 000 ans ? Si c’est le cas, cela remettra-t-il en cause nos connaissance sur les capacités de cet “ancêtre” qui reste au coeur de nombreux débats, en particulier sur les possibles croisements avec l’Homo sapiens, apparu il y a quelque 400 000 ans ? Aux archéo-policiers de nous le dire.

Michel Alberganti

lire le billet

Copyright © 2015 slate.fr
Articles (RSS) et Commentaires(RSS).