En fait, l’homme descendrait du rat…

Ceux qui ont eu du mal à accepter que l’homme descende du singe vont encore passer un mauvais moment. Non seulement, cette origine n’est pas remise en question mais les chercheurs, en remontant beaucoup plus loin, ont abouti à un autre ancêtre: une sorte de rat… Publiée dans Science du 8 février 2013, l’article qui nous ôte tout espoir d’avoir été créé à l’image de Dieu. A moins de croire, comme les Indiens, à la réincarnation et de dédier certains temples aux… rats (voir la vidéo ci-dessous).

L’ancêtre commun des mammifères placentaires

L’équipe de 22 chercheurs américains, plus un Canadien, dirigée par Maureen O’Leary, du département de sciences anatomiques de l’école de médecine de l’université Stony Brook, a reconstruit l’arbre généalogique des mammifères placentaires. C’est-à-dire ceux qui se reproduisent à l’aide d’un véritable placenta qui alimente l’embryon et le fœtus. Dans ce groupe, on trouve les chats, les chiens, les chevaux, les musaraignes, les éléphants, les chauve-souris, les baleines  et… les hommes. Il s’agit du plus important groupe de mammifères avec plus de 5000 espèces dans une centaine de familles.

Juste après les dinosaures

En remontant aux origines de ce groupe, les chercheurs sont presque parvenus jusqu’aux dinosaures. Du moins jusqu’à leur extinction à la fin du Crétacé, il y a 65 millions d’années. Il semble que notre ancêtre rongeur soit apparu entre 200 000 et 400 00 ans après cette extinction. Deux à trois millions d’années plus tard, le groupe des mammifères placentaires modernes se mit à proliférer. Ces résultats bouleversent la chronologie admise auparavant puisque qu’elle fait reculer l’apparition du premier ancêtre commun aux mammifères placentaires de… 36 millions d’années.

Le plus remarquable, dans ce travail, est qu’il ne repose pas sur de nouveaux fossiles mais sur l’analyse des caractères anatomiques, morphologiques et moléculaires des animaux. Les chercheurs ont exploité les informations rassemblées dans la plus grande base de données mondiale sur les caractères morphologiques, la MorphoBank, soutenue par la National Science Foundation (NSF). Ils ont utilisé de nouveaux logiciels pour analyser les caractéristiques d’espèces de mammifères vivantes et éteintes. Pas moins 4541 phénotypes de 86 fossiles et espèces vivantes ont été associés à des séquences moléculaires. Au final, ce sont les traits morphologiques qui ont pris le dessus et conduit les chercheurs dans leur reconstruction de l’arbre de la vie des mammifères. Ce travail fait partie du projet Assembling the Tree of Life financé par la NFS. L’approche morphologique des chercheurs présente l’avantage d’aboutir à une image, certes reconstruite, de l’ancêtre commun. Elle ne pouvait que chatouiller les spécialistes de biologie moléculaire et de génétique.

Fossiles contre horloges

Ainsi, le jour même de la parution de l’article dans Science, une réponse a été publiée par Anne Yoder, biologiste spécialiste de l’évolution de l’université Duke ( Caroline du nord). Sous le titre : “Les fossiles contre les horloges”, Anne Yoder commence par rendre hommage au travail de ses collègues avant de lancer sa flèche. Selon elle, les chercheurs de l’équipe de Maureen O’Leary, en se focalisant sur les caractéristiques morphologiques s’est plus attachée à décrire la forme de l’arbre que la longueur des branches. D’où la non prise en compte des conséquences de cette longueur des branches déterminée par les horloges moléculaires de la génétique. On peut espérer que les deux approches s’associent et permettent affiner les résultats.

Michel Alberganti

22 commentaires pour “En fait, l’homme descendrait du rat…”

  1. Ca me laisse septique

  2. @pangaut – pensez-vous que l’information est fosse ?

  3. Bon article, mais mes yeux ont pleuré sur le titre du deuxième paragraphe: “Juste après les dinausores”

  4. @antoine – Corrigé. Merci :)

  5. Pourquoi “en fait” ? Il n’y a rien de nouveau, on sait depuis pas mal de décennies que les premiers mammifères avaient l’apparence de musaraignes.

    Dommage ce genre d’accroche qui ne colle pas avec le fond de l’article, ce dernier est pourtant intéressant.

  6. Molière le savait déjà lorsqu’il a écrit l’avare…. :)

  7. Le “en fait” fait référence à notre ancêtre singe…

  8. C’est quoi ça encore ? Les faux paléontologues et autres scientifiques en court d’idées ne cesseront pas d’étonner. Un temps, ils ont dit que l’homme vient du crocodile. Ils se sont rétractés avant de nous faire croire que nous venions du singe. Maintenant, avec l’entrée de 2013, ils ont muri un autre gros mensonge : selon eux, l’homme aurait pour ancêtre le rat. Quelle sordidité ! Les matérialistes n’auront-ils pas honte ? Voyons voir.

  9. [...] Après avoir remonté l’arbre généalogique des mammifères placentaires, les spécialistes ont pu retrouver notre ancêtre rongeur, apparu entre 200 000 et 400 000 ans après l’extinction des dinosaures (il y a 65 millions d’années). L’homme et le rat seraient donc liés. Cette trouvaille risque d’en bouleverser plus d’un…  source [...]

  10. vous savez que la theorie de l’evolution , si c’est le singe ?

    L4HOMME DESCENDANT DU SINGE LE SINGE DOIT EXISTER ;pourquoi l’origine de l’homme vient d’une creation supreme !!!!

    a trouve.

  11. Ca me fascine.

    Lorsque l’on voit la diversité des espèces on peut comprendre qu’elle soit issue d’évolutions portées par le torrent des siècles. Mais en y réfléchissant, pour ce qui est de toutes les espèces de mammifères il n’aura donc fallu “que” 65 millions d’années pour en arriver à de telles différences.

    Cela remet bien en perspective l’écheveau des mutations sur des milliards d’années de vie pour passer d’un unicellulaire composé des mêmes éléments que les minéraux et dont les atomes ont été forgés dans les explosions des étoiles primitives à l’infinie complexité des formes actuelles en passant par toutes celles perdues en cours de route.

    Fascinant.

  12. Avec un raisonnement a dormir debout comme ceci,s’a prouve que l’avenement du christ est proche.

  13. En même temps c’est pas pour rien qu’on fait tout les test en labo sur des souris ça a plus de 80% du génome en commun avec nous c’est bien pratique

  14. Un bon article, mais l’article est véritablement trompeur… Je peux vous fournir tout une liste de titre pour les prochaines avancées concernant la reconstitution d’ancêtre communs: l’humain descend d’un poisson, l’humain descend d’un ver, l’humain descend d’une ancêtre unicellulaire, etc…
    A partir du moment où l’intégralité de la vie sur terre possède un ancêtre commun, ce genre de titre devient, de fait, assez incompréhensible. L’important n’est donc pas de savoir de qui descend l’humain, mais de comprendre à quels groupes il appartient et de reconstituer progressivement les ancêtres communs de ces groupes. Ici, il s’agit bien de l’ancêtre commun reconstitué de l’ensemble des mammifères placentaires. Cela n’infirme pas le fait que l’humain appartient au groupe des primates dont l’ancêtre commun avait l’apparence d’un singe…

  15. N’importe, l’Homme ne descend pas (ou ne vient pas ;-) ) “du singe” — l’Homme EST un grand singe… anthropoïde !

    ;-)

  16. D’ailleurs, l’Homme ne vient pas d’une espèce EXISTANTE — si on prend une “photo” à l’instant t actuel, on a un ensemble d’espèces, dont on ne peut pas dire que l’une *descendrait* d’une autre ; on peut juste dire que l’espèce x a un ancêtre (aujourd’hui disparu) qu’on *pourrait* classer dans les Primates.
    Donc, dans les ancêtres de l’Humanité, on pourrait trouver quelque chose qui ressemblerait à un petit rongeur — mais qui N’EST PAS un rat *actuel* ;-) ))

  17. Il faut être aussi malhonnêtes que le sont nos scientistes actuels,dignes “suiveurs” d’un Darwin qui est de + en + contesté et remis en question aujourd’hui, dans ses thèses et ses conclusions!…
    Comment des hommes ont -ils pu avoir leur état de conscience lessivé, au point de croire qu’ils pouvait descendre?! d’un singe!!!.. Alors maintenant, le pompon : l’homme ,fils du rat !…
    Pauvre humanité dégénérée! Et dire que ceux qui pondent de telles absurdités se disent scientifiques; heureux ceux qui n’ont pas étudiés pour finir comme eux!!!….des crétins sans vision!

  18. “… les chercheurs, en remontant beaucoup plus loin, ont abouti à un autre ancêtre: une sorte de rat…”

    Ca alors … quel scoop !

    En remontant encore plus loin (vers -300 millions d’années), on tombe sur une sorte de lézard.

    En remontant encore plus loin (vers -400 millions d’années), on tombe sur une sorte de poisson.

    En remontant encore plus loin (vers -600 millions d’années), on tombe sur une sorte de petit vers.

    En remontant au delà de 1 million d’années, on tombe sur un microbe (unicellulaire eucariote qui ressemble à un choanoflagellé).

    Bref … on va encore avoir droit à beaucoup d’autres “scoops” de ce genre avant que nos concitoyens finissent pas comprendre que tous les animaux descendent d’un ancêtre commun … ce que les scientifiques disent depuis plusieurs sciècles !

  19. @GrosCouic – Le nouvel ancêtre est celui des mammifères placentaires. Le droit, sacré, à la critique ne dispense pas de lire et de comprendre ce que l’on prétend critiquer.

  20. Plus les gens sont religieux i.e. superstitieux plus ils sont ignorants plus ils ridiculisent Darwin

  21. A propos du dernier paragraphe et de la mise en relation des résultats moléculaires et fossiles, je viens d’écrire un petit billet :

    http://toutsepassecommesi.cafe-sciences.org/2013/02/12/un-petit-debat-scientifique-pour-darwinday-fossiles-contre-adn-chez-les-mammiferes/

    Il est possible selon l’analyse de génomes que l’ancêtre commun des mammifères placentaires ait été au contraire relativement gros :

    http://toutsepassecommesi.cafe-sciences.org/2013/01/18/pas-si-petits-les-mammiferes-du-temps-des-dinosaures/

  22. @claude cormier : Je suis bien d’accord.
    Cela en devient presque terrifiant. Certains commentaires reflètent à la fois des avis personnels argumentés sur la base de doutes parfois bien mal inspirés. Darwin n’est pas remis en cause pour ce qui est de la théorie de l’évolution. Ce socle là est prouvé depuis belle lurette. Il est plus critiqué pour d’autres hypothèses qui se sont révélées fausses ou partiellement erronées. MAis ce n’est pas en rapport avec l’évolution.

    Petite précision, l’homme ne vient pas du rat pas plus qu’il vient du singe, il vient d’ancêtres qui leurs sont communs.

    Les espèces à force de mutations transmissibles se séparent les unes des autres et supplantent les anciennes ou cohabitent avec ces dernières tout en poursuivant leur évolution au gré du hasard.

« »
  

Abonnement aux flux

 

Qui sommes-nous ?

Globule et téléscope est le blog Science et Environnement de Slate.fr.
Il est tenu par Michel Alberganti, journaliste scientifique, ancien journaliste au Monde où il a dirigé le service Science et technologie, et aujourd'hui également producteur de l'émission Science Publique sur France Culture.
En savoir plus

Au jour le jour

February 2013
M T W T F S S
« Jan    
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728  

Categories