Deux planètes avec deux soleils, ça marche !

L’univers nous réserve des surprises qui, souvent, viennent confirmer ce que les auteurs de science-fiction ont imaginé. Le satellite Kepler de la Nasa vient d’en fournir un nouvel exemple avec la découverte d’un système planétaire comprenant deux planètes et deux étoiles, c’est à dire deux soleils. Jerome Orosz, professeur d’astronomie à l’université San Diego, révèle l’existence du système baptisé Kepler 47 dans un article publié par la revue Science du 28 août 2012.

Les deux étoiles tournent l’une autour de l’autre en 7,5 jours. La plus grosse est similaire à notre Soleil tandis que l’autre est trois fois plus petite et 175 fois moins massive. Avec un diamètre égal à trois fois celui de la Terre, la planète intérieure tourne autour de la paire de soleils en 49 jours. La planète extérieure du système, elle, a une taille similaire à celle d’Uranus et elle parcourt son orbite en 303 jours. Le plus intéressant pour Kepler, dont la mission est de débusquer des planètes habitables, est que cette orbite met justement cette planète dans une zone d’habitabilité. Cela signifie que sa distance aux soleils n’est ni trop faible ni trop grande, garantie de températures éventuellement compatibles avec la vie. Il sera néanmoins délicat d’aller vérifier. Le système Kepler 47 se situe dans la constellation du Cygne, à quelque 5000 années-lumière de la Terre…

Michel Alberganti

 

3 commentaires pour “Deux planètes avec deux soleils, ça marche !”

  1. “San Diego” et non “Sans Diego” s’il vous plaît !

  2. @Sinndho. Merci bien :)

  3. Excellent la planète a 303 jours a peut être un satellite de bonne taille… Mais bref, ce n’est que le début, les systèmes similaires notre sont très proche de d’être découvert, je crois que notre le monde d’aujourd’hui c’est le top des découvertes rafraichissantes, et encore une fois prouve que notre système est banale mais au combien important a conserver tel quel, surtout une certaine planète bleu…

    Nous ne pourrons atteindre de tel système avant 200 ans au moins, en attendant il nous faut résister a la tentation de détruire notre boule bleu, et c’est pas gagné, vu que l’on fait tout pour la détruire…

    Mais très bonne nouvelle, le centre de gravité étant ce qu’il est, je suppose que la petite étoile, n’a quasi aucune influence sur la luminosité de la 2eme planète ? Vivement que l’on puisse observer ce système avec les nouveaux télescopes en construction qui pourrons voir ces planètes telluriques si il y en a !

« »