Pour nous pister, le jeux gratuits épuisent nos téléphones mobiles

Le jeu gratuit Angry Birds

La gratuité se présente souvent masquée. En ce qui concerne les jeux sur téléphones mobiles téléchargés par millions par les utilisateurs de smartphones, elle peut dissimuler un espionnage qui consomme à lui seul jusqu’à 75% de la charge de la batterie dédiée à ces applications. En effet, ces dernières communiquent en permanence des informations sur l’utilisateur à des annonceurs, en particulier sa géolocalisation fort coûteuse en  énergie. Tel est le résultat de l’étude effectuée par un professeur en électricité et en informatique de l’université de Purdue, Charlie Hu. “Il apparaît que ces applications gratuites ne le sont pas vraiment car elle induisent un coût caché: la réduction de l’autonomie de la batterie”, affirme-t-il. “Nous avons réalisé une analyse en profondeur, la première du genre, sur 6 applications populaires sur les smartphones comprenant le jeu Angry Birds, Facebook et le navigateur sous Android”, précise Abhinav Pathak, un doctorant travaillant avec Charlie Hu. Résultat: de 65% à 75% de l’énergie utilisée par ces applications n’est pas exploitée pour les faire fonctionner mais pour assurer des services publicitaires. Le “module commercial” d’Angry Birds absorbe ainsi 75% de l’énergie consommée par le jeu. Les 25% restants servent au jeu lui-même. “Nous pensons qu’il s’agit essentiellement de fournir aux annonceurs des informations sur la localisation géographique des utilisateurs afin que les publicités qui lui sont adressées soient précisément adaptées au lieu où ils se trouvent”, indique Charlie Hu. Autrement dit, si vous jouez à Angry Birds à proximité d’un centre commercial, d’un magasin ou d’un restaurant, vous recevrez de la publicité pour les commerçants les plus proches de vous. Le principe de l’affichage adapté au téléphone mobile.

Profilage de la consommation

Pour parvenir à ce résultat, les chercheurs ont mis au point un outil de profilage de la consommation d’énergie des applications de téléphones mobiles baptisé Eprof. “Il existe environ un million d’applications pour smartphone depuis leur apparition, il y a 5 ans environ mais il n’existait pas d’outils pour que les développeurs mesurent la consommation d’énergie de leurs logiciels”, note Abhinav Pathak qui espère que Eprof va permettre d’économiser de l’énergie. La publication des chercheurs montre que cette consommation peut être réduite de 20% à 65%.

 

Pistage mobile

L’équipe des scientifiques, qui comprend également Ming Zhang, chercheur chez Microsoft Research, s’est focalisée sur la question de la consommation d’énergie qui réduit l’autonomie des batteries de téléphones mobiles. La question de la protection de la vie privée, mise à mal par cet espionnage masqué, ne faisait pas partie de leurs préoccupations. Pourtant, leur découverte révèle une tendance lourde. Tandis que la navigation sur Internet fait déjà l’objet d’une pistage méticuleux par des acteurs devenus incontournables comme Google ou Facebook, c’est au tour des téléphones mobiles de devenir des auxiliaires indiscrets des services de marketing.

Michel Alberganti

2 commentaires pour “Pour nous pister, le jeux gratuits épuisent nos téléphones mobiles”

  1. Quand le service est gratuit, c’est que vous êtes le produit.

  2. Exactement. Qui a dit cela, déjà?

« »
  

Abonnement aux flux

 

Qui sommes-nous ?

Globule et téléscope est le blog Science et Environnement de Slate.fr.
Il est tenu par Michel Alberganti, journaliste scientifique, ancien journaliste au Monde où il a dirigé le service Science et technologie, et aujourd'hui également producteur de l'émission Science Publique sur France Culture.
En savoir plus

Au jour le jour

April 2012
M T W T F S S
« Mar   May »
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30  

Categories