Le Hollandais volant: Vrai ou faux homme-oiseau?

A la première vision de cette vidéo, je l’avoue, j’ai marché… Le 19 mars 2012, Jarno Smeets, un ingénieur hollandais de 31 ans, l’a publiée sur Youtube. Elle a déjà été visionnée plus d’un million de fois. Voir un homme voler en battant des ailes ne peut qu’impressionner, tant l’exploit renvoie à l’un des plus grands rêves de l’homme. Depuis le mythe d’Icare, nous semblons condamnés à rester cloués au sol par la gravité. L’aviation n’y a rien fait. C’est l’avion qui vole, pas nous. Lorsque Jarno Smeets décolle en battant l’air avec ses ailes de géant, tel un albatros, on ne peut réprimer un pincement au coeur. Et si, finalement, c’était possible ! Si les nouveaux textiles ultra légers et résistants et les structures en fibre de carbone nous apportaient enfin la solution: des ailes assez grandes et légères pour qu’un homme ait la force de les faire battre pour s’envoler comme un oiseau…

Les experts de l’image numérique doutent

Mais à force de regarder cette vidéo pour y détecter d’éventuelles traces d’un faux et de survoler la Toile pour y consulter les réactions, il faut bien se rendre à l’évidence : il s’agit très probablement d’un canular monté avec un luxe de moyens et de soins. Pourtant, le très sérieux Wired présente la performance sans la moindre réserve et nous sommes encore assez loin du 1er avril. Mais sur Gizmodo, le ton est bien différent. Sous le titre “Haut mensonge”, l’article de Sam Biddle rend compte des réactions des spécialistes des effets spéciaux de Industrial Light and Magic, l’entreprise de Georges Lucas qui s’est illustrée avec Star Wars. Dans leur majorité, les experts de l’imagerie informatique penchent pour le canular, même s’ils reconnaissent que les trucages ne sont guère visibles. Pour eux, c’est la mauvaise qualité de la vidéo qui permet de masquer les défauts d’une animation informatique imparfaite puisque réalisée par un amateur. Ils décèlent néanmoins certains caractéristiques qui plaident en faveur d’images créées par ordinateur.

Plusieurs raisons de s’interroger

Certains hésitent pourtant à croire qu’un tel luxe d’efforts a été mis au service d’un faux. En effet, avant la vidéo publiée le 19 mars, Jarno Smeets en a réalisé pas moins de 13 autres pour montrer les différentes étapes de son travail. Cela n’empêche pas la balance de pencher du coté du canular. En regardant avec attention la dernière vidéo, celle de l’exploit, plusieurs caractéristiques se révèlent très suspectes.

  1. Pourquoi ne pas avoir fait appel à un cameraman digne de ce nom pour tourner ces images historiques ? Au contraire, il s’agit là d’une réalisation d’une qualité si médiocre qu’elle jette le doute. On pense au projet Blair Witch, mais, dans ce cas, rien ne justifie des plans qui filment le sol, par exemple, et qui auraient pu être coupés au montage. A moins qu’ils se servent à rompre la continuité des plans pour faciliter le trucage.
  2. La suspicion grandit encore avec les plans réalisés par la GoPro, cette fameuse mini-caméra qui fleurit partout aujourd’hui et qui est, là, installée sur le casque de Jarno Smeets. Premier soupçon: l’orientation de la caméra (0’16”) plutôt vers le haut, impose que le pilote regarde vraiment vers le sol et non devant lui pour justifier les plans insérés dans la vidéo pendant le vol. Second soupçon: on voit Jarno Smeets battre des bras comme un forcené lorsqu’il vole alors que les plans de la GoPro sont remarquablement stables. Et ce type de caméra ne dispose pas de systèmes intégrés de stabilisation. Ces derniers seraient d’ailleurs incapables de compenser des vibrations induites par les mouvements brusques du corps de l’homme volant. Paradoxalement, ce sont les plans pris depuis la terre qui sont plutôt moins stables que ceux de la Gopro…

    Avant le décollage (0'28'')

  3. On peut remarquer une aberration dans la succession des plans. Si l’on observe la position du personnage en blouson noir et sac à dos, à droite, avant le décollage (0’28”), on peut s’étonner de le retrouver après l’atterrissage (1’04”) à peu près à la même distance de Jarno Smeets… A-t-il couru pendant tout le vol ?
  4. Comment expliquer que sur cette même image (1’04”), l’incrustation de la GoPro montre le sol après l’atterrissage de Jarno Smeets… Debout, regarde-t-il encore par terre?

    Après l'atterrissage (1'04'')

  5. La durée du vol, estimée à une minute dans le communiqué de presse de Jarno Smeets, ne dure que de 0’32” à 1’05” sur la vidéo, soit 33 secondes alors que je tournage donne l’impression d’avoir été réalisé en temps réel… Par ailleurs, le parcours de de 100 mètres en une minute donne une vitesse de 6 Km/h, ce qui est la vitesse de la marche à pied… Le vol ne permet donc guère de gagner du temps. Si l’on prend le temps de vol sur la vidéo, on atteint les 12 km/h, ce qui n’est même pas la vitesse de la course à pied (13 à 19 km/h).

Tout cela ressemble donc bien à un canular. Les recherches du français Yves Rousseau (ci-dessous), datant de 2006, semblent plus réalistes même si elles sont loin du rêve de l’homme oiseau. Ce dernier est d’ailleurs considéré comme largement improbable si l’on se réfère de nouveau à Wired en raison des simples lois de la physique. Enfin, pour le plaisir, on peut toujours jeter un regard attendri sur les fous volants du début du 20ème siècle. Eux ne trichaient pas…
Néanmoins, je suis curieux de connaître votre sentiment sur la vidéo de Jarno Smeets.
N’hésitez pas à nous en faire part !

Michel Alberganti

14 commentaires pour “Le Hollandais volant: Vrai ou faux homme-oiseau?”

  1. plus un cerf-volant humain qu’un oiseau

  2. J’opte de plus en plus pour un hoax !
    D’ailleurs à la fin l’homme volant joue assez mal la comédie.
    De plus le plan de l’objet du délit (voir lien joint) laisse aussi perplexe à la fois par le luxe de détails et la question qui reste tout de même celle de la puissance des moteurs d’aéromodélisme ???
    Le fonctionnement du mécanisme des ailes reste aussi assez mystérieux?
    http://static.theurbn.com/wp-content/uploads/2012/03/backplate.jpg

  3. Oui j’ai aussi des doutes
    En fait, de pres on ne voit pas le materiel en entier de face.
    il part ensuite dos à la caméra, sans doute pour cacher un cable de traction situé devant lui, et lui permettant de décoller à la facon d’un planeur
    Je remarque aussi de nombreuses traces de roues dans la pelouse
    D’autre part, les mouvements de l’homme ,juste apres le décollage, lors de la montée sont bien saccadés, on dirait du vue par vue

  4. Moi aussi j’ai l’impression d’une farce mais si il a vraiment réussi , ça risque d’emboucher un coin à beaucoup de gens .
    Faut pas perdre espoir ptêt qu’il a concrétisé un rêve .

  5. Je pensait aussi à un canular, car le gros problème du vol humain est que nous ne possédons pas les muscles thoraciques des oiseaux (blanc de poulet). Or il faut un effort énorme pour battre les ailes, et ainsi arriver à se propusler. Nos pectoraux, même gonflés, sont incapables de ces battements.
    Ce qui me fait changer d’avis c’est au contraire le détail du film,
    et nottemment la montée en altitude. Là on voit bien que l’aviateur fait des mouvement de bras énormes, bcp plus grands que le mouvement des ailes. C’est là la réponse : il a ultilsé un démultiplicatuer (comme les séries de poulies emboitées, bien connues depuis l’antiquité). Du coup, au prix d’un grand mouvement peu intense, il arrive à faire un petit mouvement suffisement intense pour faire effectivement battre l’aile. C’est une idée de génie dont on peut se demander (comme toutes les idées de génie) pourquoi personne n’y a pensé avant ! Mais la dépense d’énergie est quand même très grande et le battement ne dure pas très longtemps…
    Quand à la critique de l’absence de mouvement de la petite caméra, c’est jsutemetn parceque le bout montré correspond à la phase de descente en vol plané (très calme alors). Le film est en effet un montage qui ne reprends pas (maladroitement) toutes les séquences possibles.

  6. En fait, dans les vidéos de préparation (13 au total)=, on apprend que la puissance nécessaire est en partie fournie par des moteurs électriques alimentés par des batteries logées sur le dos de Jarno Smeets. Néanmoins, ce sont des moteurs de modèles réduits d’hélicoptères qui paraissent bien trop faibles pour faire battre de telles ailes.

  7. p.s. on ne peut pas non plsu calculer que l’oiseau ne vas pas très vite (probablement vent debout), et avance à la vitesse de la marche, et trouver suspect que l’accompagnateur au cas à dos se tretouve à la même distance après le vol… C’est au contraire très cohérent.

  8. Ce sont deux points différents:
    1°/ La vitesse est déduite du temps de donné par Jarno Smeets (1 minute) et de la distance parcourue (100 mètres). Et cette vitesse paraît très faible.
    2°/ Sur la vidéo, le plan de profil (0’36”) montre une vitesse de déplacement qui semble plus rapide que celle de la marche.
    3°/ L’accompagnateur ne suit pas du tout l’homme oiseau lors de son décollage. Il prend donc pas mal de retard. De même, à l’arrivée (1’05), il semble tout aussi immobile…

  9. Verre à moitié vide ou a moitié plein…

    il y a la prise d’élan, rapide, alors que la phase d’envol est plus lente. l’accompgnateur reste (inconsciement?) solidaire de celui qui filme, relativement immobile dans ce moment de prise de vue. Il a pu très bien courrit vite entre les deux. En cas de hoax, il faudrait aussi expliquer comment est réalisé le film de descente plannée, avec le sol qui se rapproche, qui correspond par ailleurs au mouvement visible dans l’autre vue.

    Il semble que si on veut ne pas y croire on trouve suffisamment de maladresses pour monter un dossier, mais je ne trouve pas celui-ci très solide.

    Reste la suprise en effet que cela puisse marcher. Ce film me convainc qu’avec une aide en puisance, un bon desgin de la transmission de la puissance aux ailes (démultiplication), cela est peut-être possible.

    On saura de toute façon si c’est vrai ou pas en répétant l’expérience, avec autant de témoins que nécessaire… ce qui devrait être facile vu son succès d’audience.

  10. Clap de fin de partie.
    Ouf ! c’était un hoax mais ce qu’il y a de troublant c’est qu’un site aussi sérieux que Wired Sciences se soit fait prendre.
    Cela en dit long sur la nervosité qui anime les journalistes même scientifiques de “louper” un scoop!
    http://www.wired.com/wiredscience/2012/03/birdman-admits-hoax/

  11. […] la vidéo montrant un homme s’appelant Jarno Smeets et dont j’ai rendu compte dans un billet le 22 mars est bien un canular. Son auteur se nomme en réalité Floris Kaayk et il a avoué à la […]

  12. Bravo belle reussite pour ce vol battu motorise avec 4000 watt. Sur le dos

  13. Ce canular à fait rêver. Il fallait attendre le 1er Avril pour ne pas prendre le risque de discréditer l’URVAM.
    Yves Rousseau.

  14. Si on regarde le point de decollage et d atterrissage et le plan sattellite de westbroekpark il a voler plus de 200 metre en 33 secondes environ et si son cz est eleve a cause du battement avec cette vitesse ca doit etre possible de voler

« »