Neige en décembre, gouvernement en vacance

FRANCE/

Il n’y a plus de saisons : voilà qu’il se met à neiger en décembre maintenant! Bon sang de bois, dans les 10 centimètres de poudreuse mercredi 8 décembre, quasiment l’équivalent de tout ce qui tombe durant un hiver russe ou canadien. On se croirait revenu au temps des grandes glaciations et si cela continue, dans trois jours, les ours polaires débarqueront à Paris. Heureusement, braves gens, dormez tranquilles, la France a un gouvernement. Un gouvernement lucide, intelligent, responsable.

Prenons, par exemple, Brice Hortefeux. Ainsi, alors même que la neige tombait depuis quelques heures et commençait à faire ses premiers «naufragés» de la route, qu’on allait compter jusqu’à 400 km de bouchons cumulés (soit la distance Paris-Clermont-Ferrand, ce qui est un ordre de grandeur compréhensible pour un Auvergnat), que plusieurs milliers de personnes allaient passer la nuit dans leur voiture ou dans des gymnases, le ministre de l’intérieur déclarait-il qu’il n’y avait «pas de pagaille». Un sang-froid churchillien, un flegme à toute épreuve. De deux choses l’une : ou bien Brice Hortefeux n’avait pas regardé dehors ou bien il a confondu la définition du mot «pagaille» avec celle du mot «pagaie» qui le précède dans le dictionnaire. Le fait est qu’il a dû bien ramer pour essayer de rattraper sa petite phrase. C’était pour la lucidité.

Autre membre du gouvernem… euh, non, finalement, on va rester sur M. Hortefeux qui, pour expliquer les petits soucis (puisqu’il n’y avait pas de pagaille) que rencontraient les automobilistes, a déclaré au JT de France 2 : “Ce qui pose problème, dans ces épisodes neigeux qui sont extrêmement forts comme vous avez pu le vivre vous-même j’imagine, ce sont les routes lorsqu’elles sont inclinées.” Ah, si Galilée avait eu une automobile et une route enneigée, nul doute que ses expériences sur le mouvement de la chute des corps le long d’un plan incliné eussent été simplifiées ! Quant au Belge de Coluche qui cherchait un lac en pente pour faire du ski nautique, on imagine qu’il a compris son erreur en écoutant Brice “Science” Hortefeux. Neige plus pente égalent glisse, le Prix Nobel de physique est en vue. C’était pour l’intelligence.

Un autre qui ne manque pas d’intelligence au gouvernement, c’est le premier des ministres. Arrivé à Moscou avec du retard en raison des intempéries ce fameux mercredi 8 décembre, François Fillon a rejeté la faute des petits problèmes routiers français (toujours pas de pagaille à l’horizon) sur MétéoFrance qui, comme on le sait, est l’organisme chargé du déneigement des routes dans notre pays : “Météo France n’avait pas prévu cet épisode neigeux, en tout cas pas son intensité”, a déclaré M. Fillon. On comprend bien que le locataire de Matignon a autre chose à faire que de lire les prévisions de MétéoFrance. Voici donc, pour son information, ce que disait le bulletin du mardi 7 décembre : “Les chutes de neige se renforceront demain matin sur les Pays de Loire et gagneront progressivement le Bassin parisien puis la Champagne. (…) Sur les départements en vigilance orange, la couche de neige atteindra 3 à 7 cm en moyenne, jusqu’à localement une dizaine de cm. (…) Les conditions de circulation peuvent devenir rapidement difficiles sur l’ensemble du réseau.” Un second bulletin fut émis le lendemain révisant à la hausse l’épaisseur de la couche de neige attendue.

Mais peu importe, quand la France est prise dans les congères (non, congère n’est pas un synonyme de ministre), on accuse le thermomètre. Cela évite d’avoir à expliquer pourquoi les services de l’Etat n’ont pas pu traiter ou dégager les routes. Cela évite aussi de justifier pourquoi, dans le projet de loi de finances pour 2011, les crédits de l’action “Entretien et exploitation du réseau routier national” perdent 27% en autorisations d’engagement et près de 20% en crédits de paiement. Selon la CGT Equipement, le gouvernement prévoit “une baisse de 10% des crédits de fonctionnement des routes nationales, qui sont consacrés principalement à l’exploitation et au traitement des chaussées pendant la période hivernale”. En tentant de reporter la faute sur MétéoFrance, Fillon a sans doute voulu se dispenser d’expliquer aux Français qu’on n’allait pas dépenser des millions d’euros pour deux jours de neige par an…  C’était pour le sens des responsabilités du gouvernement.

Pendant ce temps, à Montréal, il tombait 32 cm de neige. Et il devrait en tomber à peu près autant pendant le week-end. Les opérations de déneigement s’effectuent normalement. Sans doute nos amis canadiens ont-ils mieux compris que nous ce qu’Emile de Girardin voulait dire avec son célèbre “Gouverner, c’est prévoir.” Mais, soyons-en assurés, le gouvernement français va tirer toutes les conclusions de cette non-pagaille et, la prochaine fois, il ne se laissera pas avoir. Qu’il se méfie cependant, parce que si le temps continue de se détraquer, nous aurons du soleil en juillet.

Pierre Barthélémy

19 commentaires pour “Neige en décembre, gouvernement en vacance”

  1. ” dans les 10 centimètres de poudreuse mercredi 8 décembre, quasiment l’équivalent de tout ce qui tombe durant un hiver russe ou canadien “…
    Au Canada et au Quebec, ce n’est pas loin de 2m en moyenne par hivers … Faudrait penser à réévaluer les connaissances.

  2. @dav : euh, c’est du second degré, évidemment !!!!!!!!!!!! La fin du papier montre bien qu’on sait ici à quoi ressemble un hiver canadien.
    @trackerman : en l’occurence, il s’agit de la vacance du pouvoir, c’est-à-dire le temps pendant lequel l’autorité de l’Etat ne s’exerce pas. Pour info, mon premier titre était “Neige en décembre, cache ton membre (du gouvernement)”. La rédaction de Slate a préféré le plus subtil (et moins vulgaire) jeu de mots sur la vacance du pouvoir.
    @Christian : merci pour ces précisions tout à fait fondées. Comme vous l’avez compris, le but du papier n’est pas de montrer que tout est mieux ailleurs mais simplement que l’Etat doit assumer ses responsabilités.

  3. je crois que vacances prend toujours un S non?

  4. Si je partage en grande partie les opinions de l’auteur, la comparaison avec Montréal, la Russie, sans oublier les “avis” éclairés des personnes interrogées sur les chaines de télévision comparant à la Finlande ou l’Islande (où d’ailleurs ils ne se sont probablement jamais rendus) est sans fondement.
    En effet on a pas autour de Montréal, par exemple, 15.000 camions qui circulent, sans équipements, aux abords immédiats de la ville comme c’est le cas à Paris.
    Par ailleurs dès la mi-octobre les propriétaire de véhicules pensent à les équiper , au minimum de pneus neige.
    Il ne faut surtout pas croire que le seul salage et déneigement des routes est suffisant. Il l’est si l’on passe peu de temps après les opérations des engins spéciaux.
    Par ailleurs pour l’avoir vu, dans ces pays habitués à la neige, en cas de très fortes précipitations les automobilistes ont le bon sens de laisser au moins une voie pour le passage des engins.
    Je pense donc que si les pouvoirs publics sont à pointer du doigt ( surtout d’ailleurs par leur grotesque communication) les usagers de la route ont également une grande part de responsabilité. Quant aux médias ils devraient nous faire grâce de tous ces experts qui avec une arrogance et suffisance bien française nous expliquent qu’ailleurs tout marche merveilleusement bien.
    J’ai d’ailleurs une copie d’écran de la situation mercredi à 23h00 ( origine Tomtom) et on voit clairement qu’en Allemagne par exemple la situation était bien pire que chez nous

  5. […] Ce billet était mentionné sur Twitter par Manon Vercouter, Monique HAZARD et M.P., Slate.fr. Slate.fr a dit: Panique sur la météo: neige en décembre, gouvernement en vacances http://bit.ly/hXju8Q […]

  6. dav va falloir prendre un cours d’ironie…..

  7. Dav, je pense, je suis même sûr, que c’était ironique. Et le Québec, c’est une province canadienne…

  8. Pour info à Montréal 30 cm de neige c’est 5 jours et 17 millions $ pour déneiger http://www.24hmontreal.canoe.ca/24hmontreal/actualites/archives/2010/12/20101207-120458.html

  9. Et quand il neige à Grenade ?

  10. Pour moi c’est bien drole d’accuser MétéoFrance … il faudrait surtout prévoir des process d’alerte et d’information des citoyens pour éviter la non information et réussir à informer l’ensemble des personnes concernées pour ne pas dire … personne m’avait prévenu etc…
    la plus grosse lecon pour le gouvernement doit etre l’instauration d’une cellule de crise avec des gros moyen de communication – un peu comme des flash alerte enlèvement pour informer hyper rapidement les personnes

  11. Pierre Perret chantait “La neige tombe à gros flocons”.
    Voila qui résume assez cette situation ubuesque

  12. Au pire si il vaut mieux prévoir que guérir, 2 jeux de pneus, hiver/été, ça coute pas plus cher (sachant qu’on ne peut user que 4 pneus à la fois), c’est juste un investissement. Ça devrait être obligatoire et basta. En plus on peut aller à la montagne comme ça =) Après c’est vrai que chez nous le gouvernement c’est un peu comme maman…

    Les routes enneigées sont praticables, seul le verglas est un problème, ce qui nécessite un salage préventif des routes.

  13. Nathalie Kosciusko-Morizet a été excellente : “Avant de ramasser la neige, il faut bien qu’elle tombe”. Et je la cite sans aucune ironie. S’il est exact que la RGPP, avec la réorganisation des services de l’Etat, et les suppressions de crédits n’arrangent pas les choses, il faut bien admettre qu’il y a des phénomènes naturels que nous devons bien subir et qu’il n’y a pas forcément un responsable à lapider à chaque fois ! Qui les contribuables vont-ils accuser quand les impôts vont augmenter parce que chaque commune, chaque département, vont se doter d’engins de déneigement qui serviront une fois par an (au mieux) et que de plus, il faudra entretenir ?

  14. @Herveline Capi : parfaitement d’accord. Simplement, dans ces cas “exceptionnels”, on assume.

  15. Puis-je me permettre d’ajouter que le gouvernement n’a pas eu la délicatesse de s’intéresser au sort de l’au-delà Ile-de-France.
    En Lorraine ( Moselle, 57), les automobilistes ( dont je fais partie) se sont retrouvés prisonniers sur un tronçon de quelques kilomètres de l’A31 mercredi dernier. Les frontaliers en provenance de Luxembourg ont abandonné leur voiture sur l’autoroute pour certains, d’autres ont dormi dedans, les plus courageux auront mis jusqu’à 9h pour rentrer. Les secours ont distribué couvertures de survie et nourritures aux naufragés. Jeudi matin, quelques dizaines d’automobilistes étaient toujours bloqués sur les trois derniers kilomètres avant la frontière du Luxembourg. Plus d’un MILLIER de camions sont restés immobilisés sur ce même tronçon jusqu’au début de soirée de ce jeudi, perturbant fortement le traffic de cette plaque tournante européénne…
    Ceci n’étant qu’un échantillon des péripéties extra muros à Paris

  16. Et oui….

    Il ne neige pas ailleurs, sauf en France (Norvège, Finlande, Russie, Allemagne et surtout l’ennemi juré : Le Canada (incomparable, 5 jours pour nettoyer 30 cm.
    À paris, tout le monde le sait on aurait out fait cela en 1 journée).

    En Écosse le ministre démissionne…
    Ici, on blâme Météo France…

    Non, il ne neige pas ailleurs…

  17. Marrant, Français travaillant à Munich je m’aperçois que les gens ici en Allemagne n’ont que rarement cette pagaille quand il neige. La raison est simple: pneus d’hiver….Même s’il ne neige pas, ils sont nettement meilleurs que les pneus d’été en dessous de 7 degrés.

    C’est pas le faute du gouvernement si les automobilistes ne sont pas équipés !
    Aberrant et criminel de voir des camions en pneus d’été

  18. Très bon ! J’adore le ton, même si certains ne semblent pas le comprendre (dav ?)

  19. […] sur la page du calendrier en ce mercredi 22 décembre, mais il y a déjà quelques jours qu’il s’est invité sur nos routes, au point que toutes les conversations tournent autour de ce sujet météorologique qui met en […]

« »