L’OVNI et le Saint Suaire

Flash-Iridium

Des extraterrestres ont débarqué il y a quarante-trois ans en Italie et ont volé le Saint Suaire. Ci-dessus le cliché de leur soucoupe volante, pris par un garde suisse lorsqu’ils se sont enfuis. Le Vatican et les Etats-Unis (car, dans un complot, la main de la première puissance mondiale n’est jamais loin) ont étouffé l’affaire et remplacé le linge dérobé par une copie du Moyen-Age, ce qui explique pourquoi la datation au carbone 14 faite en 1989 ne fait remonter le suaire de Turin qu’à une date comprise entre 1260 et 1390. Mais une enquête approfondie de “Globule et télescope”, qui s’est procuré des dossiers ultra-secrets de la CIA et de la NASA, vous révèle tout aujourd’hui !

Quel merveilleux scoop. Bien sûr, tout est faux mais j’ai été conduit à imaginer cette histoire suite à la déferlante de commentaires que j’ai reçus après mon billet sur la reproduction du suaire de Turin par une équipe italienne dirigée par Luigi Garlaschelli. Je n’ai pas hésité à censurer certains d’entre eux, qui étaient injurieux, diffamatoires ou, plus simplement, bourrés de mensonges. Pourquoi tant de haine ? Ce n’est pas vraiment l’article qui a choqué, mais une phrase, celle où je signale la datation du suaire, expérience qui a brisé l’hypothèse selon laquelle ce tissu était le linceul du Christ. J’ai eu droit à la liste, facile à trouver sur Internet, de toutes les âneries qu’ont soi-disant commises les scientifiques en datant le suaire… De ces commentaires, il émane une volonté farouche de se raccrocher à toute branche permettant de conserver sa croyance intacte. Cette capacité qu’a l’esprit humain d’échafauder les plus incroyables théories pour éviter que ne soient détruites les principales idées qui le structurent m’a rappelé une histoire instructive que j’ai lue il y a quelques mois, au sujet d’astronomes qui avaient vu un objet volant non identifié.

C’est un Canadien, John Woolley, qui la raconte et je me permets d’en traduire quelques extraits ici. Elle remonte au milieu des années 1970, époque à laquelle il travaillait dans le groupe d’astrophysique de l’université d’Alberta. L’astronome de ce groupe avait eu un crédit pour doter l’observatoire d’un nouveau télescope et l’ancien instrument avait été installé sur le toit d’un autre bâtiment pour des cours ou des sessions d’astronomie ouvertes au public. Un soir, après l’une d’entre elles, John Woolley et un étudiant contemplaient le ciel à l’œil nu lorsqu’une escadrille de quatre OVNIs, sortie de nulle part, passa au-dessus d’eux avant de disparaître subitement.

“Les OVNIs étaient ronds et blancs, se souvient John Woolley, et ils volaient en formation diamant : un devant, deux sur les côtés et un qui fermait la marche. Ils ont balayé environ 90 degrés de ciel en moins de trois secondes.” Les deux hommes échangèrent quelques mots :

L’étudiant : “Ahhh, tu as vu ça ?”

John Woolley : “Ouais, j’ai vu ça, d’accord.”

L’étudiant : “Okaaay. C’était quoi ?”

John Woolley : “Je ne sais pas, mais gardons les yeux ouverts. Ils vont peut-être revenir.”

Et les deux de scruter le ciel, non plus pour regarder les étoiles, mais pour chercher ce qui était alors, au sens littéral de l’expression, des objets volants non identifiés. Et le cerveau de nos scientifiques de turbiner à plein régime : les objets mesuraient chacun un quart de degré, étaient séparés les uns des autres d’environ 5 degrés mais, dans ce ciel sans nuage, rien ne permettait d’estimer la distance à laquelle ils se trouvaient. Soit ils étaient très proches et petits, auquel cas leur vitesse était relativement modeste, soit ils étaient lointains, volumineux et très rapides. John Woolley et son acolyte auraient pu se demander toute leur vie ce qu’ils avaient vu. Heureusement pour eux, les quatre OVNIs revinrent. C’étaient quatre pigeons.

Voici l’analyse que John Woolley fait de cette histoire : “C’est un cas classique de “Voir ce à quoi on croit”. J’ai tendance à considérer l’information issue de nos sens comme passant à travers des filtres – ou comme étant mise en forme par nos cerveaux – tout comme nous essayons de donner du sens à tout ce qui se passe autour de nous. Cela signifie que la même information sensorielle peut être interprétée assez différemment par nos cerveaux suivant les occasions, suivant les filtres ou les formes qui opèrent à ces moments donnés. Dans le cas de nos pigeons, la lumière de l’éclairage public, en dessous de nous, nous était renvoyée bien mieux par le ventre blanc et rond des pigeons que par le reste de leur corps, ce qui faisait ressortir bien plus les ventres sur le ciel noir. Aussitôt que nous avons vu les quatre objets blancs, un filtre OVNI a surgi dans nos cerveaux. Il est absolument extraordinaire de voir avec quelle efficacité le filtre OVNI a évacué le reste des pigeons. Au premier passage, il n’y avait pas le moindre soupçon sur des pigeons. Au moment où ils ont effectué leur second passage, chacun de nous était parvenu à mettre de côté le filtre OVNI et à le remplacer par un filtre plus du genre “OK, que regardons-nous vraiment ?” Alors que les pigeons approchaient de nouveau, ces ventres ronds et blancs étaient si fascinants qu’il fallut beaucoup de concentration pour voir au-delà d’eux le reste des pigeons.”

Mais l’histoire ne s’arrête pas là… “Quelque temps plus tard, pendant une séance d’observation publique, j’étais de nouveau sur le toit en train de regarder le ciel. A côté de moi se tenait un jeune d’environ 14 ans, lorsqu’un pigeon solitaire vola au-dessus de nos têtes. Le garçon se retourna vers moi et me dit : “Waouh ! Vous avez vu ça ? Un OVNI vient juste de traverser la Grande Ourse !” “Oui”, ai-je répondu, “cela arrive de temps en temps ici, et il s’avère que ce ne sont pas des OVNIs mais des pigeons.” Je me suis ensuite lancé dans l’explication des ventres blancs qui reflétaient la lumière et des filtres dans le cerveau qui sélectionnaient les données, etc, etc. Bien que cet événement se soit passé environ deux décennies avant la sortie de Men In Black, j’ai dû faire une assez bonne imitation du personnage tenu par Will Smith qui essaie de convaincre quelqu’un qu’il n’a pas vu ce qu’il vient juste de voir, parce que ce garçon ne croyait rien de ce que je lui disais. Il savait ce qu’il avait vu (perçu, en réalité) et il n’avait certainement vu aucun pigeon. Son incrédulité totale vis-à-vis de ce qu’il entendait se lisait sur son visage. Je pouvais quasiment voir les engrenages tourner dans sa tête, alors qu’il tentait de mettre en adéquation ce que je lui disais avec ce qu’il avait vu (perçu). Pendant qu’il essayait de trouver ce qui se passait, l’expression sur son visage passa graduellement de l’incrédulité à la compréhension puis à l'”Eureka !”. Il recula alors d’un pas, pointa un doigt vers moi et cria : “VOUS FAITES PARTIE DE LA CONSPIRATION !” J’étais tellement déconcerté que je ne pus donner de meilleure réponse que “NON, NON, honnêtement, c’était un pigeon !” Il tourna le dos et s’en alla, apparemment convaincu de deux choses. Premièrement que des soucoupes volantes nous rendaient visite et, deuxièmement, qu’existait un vaste complot destiné à cacher cette information au grand public. Et tout ça parce qu’il n’avait pas su reconnaître un pigeon.”

Quand on veut croire dur comme fer à quelque chose, rien, pas même la plus rationnelle des démonstrations, ne pourra vous faire changer d’avis, de filtre, de structure mentale. Il est si difficile d’envoyer ses convictions par-dessus les moulins, si rassurant de les protéger, qu’on préfèrera imaginer des complots abracadabrants plutôt que de regarder la vérité en face. Alors, je le redis, des extraterrestres ont débarqué il y a quarante-trois ans en Italie et ont volé le Saint Suaire. Le Vatican et les Etats-Unis ont étouffé l’affaire et remplacé le linge volé par une copie du Moyen-Age, ce qui explique pourquoi la datation au carbone 14 faite en 1989 a donné une date comprise entre 1260 et 1390. Comme cela, les scientifiques ont raison, et les autres aussi. Le vrai suaire se trouve aujourd’hui à 25 années-lumière de la Terre, sur une petite planète tournant autour de l’étoile GXD6985.

Pierre Barthélémy

Post-scriptum : la photo qui illustre cet article (crédit J. D. Maddy) est celle d’un flash Iridium, le reflet du Soleil dans l’antenne d’un des satellites de la constellation Iridium. Il arrive que ces flashes, parfois très brillants, soient pris pour des OVNIs. Il est possible de prévoir, pour un point donné sur la Terre, l’heure d’un flash Iridium.

47 commentaires pour “L’OVNI et le Saint Suaire”

  1. Je suis étudiant à l’Observatoire de Paris Meudon, je suis aussi à mes heures animateurs de club d’astronomie… J’ai beau expliquer au gens que je rencontre que l’esprit voit ce qu’il veut voir, certains s’imagine toujours que les maux de la Terre ont une origine extraterrestre avec un bon vieux complot de la CIA pour le couvrir…

    Pour avoir visité le site du Geipan (CNES), on peut vite se rendre compte que dans les meilleurs cas, on ne peut tirer aucune conclusion de ces dossiers (aucune preuve matérielle tangible) même dans le cas emblématique de Trans-En-Provence… Chacun est libre de se faire son idée, mais je ne ferai pas de l’Ufologie mon quotidien!

    Superbe article en tout cas! Il n’aura bien fait rire en ces temps de disette intellectuelle de la part de nos dirigeants!

    Cordialement,

    Laurent

  2. […] Ce billet était mentionné sur Twitter par Duncan, CaptainNavarre, CaptainNavarre, Audrey Ezanno, Enki et des autres. Enki a dit: Les Ovnis, le Saint Suaire et les pigeons http://bit.ly/bJi69x […]

  3. a lire a tete reposee.

  4. malheureusement le G.E.I.P.A.N ne sert à rien… Juste une bande d’incompétents tout juste bon à collectionner les rapports d’observations avec aucun résultat scientifique en 30 ans.
    tout simplement de l’argent foutu par les fenêtres.
    Moi j’ai été témoin des événements du 5 novembre 90… Extrêmement impressionnant…
    J’ai toujours eu la tête sur les épaules…
    Lorsque je vois une voiture passée sur la route même à 500 m je sais que c’est une voiture…. Et ce que j’ai vu cette nuit-la été des vaisseaux spatiaux gigantesques… Rien d’autre… Les ballons-sondes…la planète Vénus… Les lanternes thaïlandaises… Météores et autres explication du même cru ne tient absolument pas la route pour expliquer ce que j’ai vu cette année-là…
    Pendant que certains se demandent encore s’il y a d’autres formes de vie dans l’univers,moi je ne me pose même plus la question…totalement impossible que ces engins aient été construits sur terre…j’ai tout simplement eu la peur de ma vie…
    AL

  5. Merci pour cette anecdote (il y en a d’autres du genre mais celle-ci, en deux temps, est sympa).
    effectivement, belle et typique photo (en pose courte ou avec suivi) d’iridium sur fond de ciel légèrement nébuleux.
    Comme on peut le constater et jusqu’à preuve du contraire, le troisième étage de la fusée Proton fut certainement le plus gros “pigeon” du XX ème siècle. :-)
    Cela dit Laurent, il me semble encore prématuré de considérer la problématique PAN comme étant sans intérêt, même si je comprends aisément que cette recherche ne constitue pas, dans l’état actuel du dossier, une priorité évidente.

  6. A l’aimable attention d’Alexandre Groult,

    Quel fait (preuve) vous pousse à dire que les engins que vous avez vus n’ont pu être construit sur Terre?

    La plupart des gens ayant observé des OVNIs sont tout à fait sain d’esprit et de bonne foi! Mais ils voient souvent ce que leur esprit souhaite voir!

    Un soir, alors que je regardais le crépuscule, j’ai constaté ce que je pensais être une supernova, cela se passait en direction du sud (aucune raison donc que ce soit la planète Vénus)… Sans trop m’affoler, je décide de rentrer et de revenir une heure plus tard pour réobserver le phénomène… Il n’avait pas bougé! Or tous les astres bougent à raison d’environ 15°/heure d’est en ouest à cause de la rotation de la Terre en sens opposé… En fait, à la place d’une supernova, j’avais observé 2 avions différents décollant de Roissy, je ne m’étais jamais rendu compte que ma maison (dans le nord de l’Oise) était dans l’axe des pistes de décollage de Roissy (Val d’Oise)!

    Ma formation d’astrophysicien me poussait à voir une supernova!

    Je ne mets pas en doute votre bonne foi mais essayez de garder à l’esprit que aussi longtemps que nous n’aurons pas de preuve matériel, il sera impossible au GEIPAN de tirer des conclusions scientifiques! Et il est inutile, à moins de les armer de missiles antiaériens, de taxer les membres du GEIPAN d’incompétents…

    Cordialement,

    Laurent

  7. Cher Monsieur Barthélémy,

    Ce que vous omettez de préciser, c’est que le suaire de Turin est passé de main en main durant plusieurs siècles et s’est trouvé de ce simple fait sali, maculé et détérioré… Le temps l’a lui aussi fortement altéré, ce qui fait qu’une datation au carbone 14 ne sera jamais d’une quelconque fiabilité, l’échantillon en question étant hélas « contaminé », pour reprendre le jargon scientifique… Qu’on croie ou non à l’authenticité du suaire en question, il n’en demeure pas moins que le tramage et la façon de faire sont bel et bien de l’époque de Jésus.

    Lorsqu’on se prétend journaliste, il convient d’être neutre et de livrer toutes les données d’une problématique, et non celles qui arrange la thèse qu’on tente d’imposer…

    Bien à vous.

  8. @Telma : ce que vous dites n’a aucun sens sur le plan scientifique. Que le suaire soit sali, maculé ou détérioré en passant de main en main ne perturbera en rien sa datation au carbone 14. Pour reprendre votre formulation, lorsqu’on se prétend critique, on se renseigne d’abord sur les domaines où l’on veut donner son avis.

  9. A l’aimable attention de GMH,

    Je ne dis pas que la problématique PAN est sans intérêts, je dis juste que je n’en ferais pas mon ordinaire…

    Les membres du GEIPAN font un travail incroyable quoiqu’on en dise!

    Cordialement,

    Laurent

  10. c’est vrai que la démonstration est éloquente mais quelque peu réductrice du phénomène PAN car vous partez du principe que tout vient de l’imaginaire et de nos fantasmes sur le sujet et que donc la question n’a même pas à être traité puisque le phénomène n’existerait pas. Je ne suis pas de cette avis et la meilleure façon de le prouver est de voir comment les armées du monde entier s’y intéresse. Si la question était simple cette institution ne perdrait pas de temps à étudier la question.

    Voici un reportage sans complot et révélations spectaculaires réaliser par l’équipe de lundi investigation de canal + qui ne sont pas réputé pour être des charlatans question journalisme montrant comment le sujet est brûlant et toujours présent pour l’armée avec des témoignages de militaires gradées, de pilotes de chasse et de lignes bref des gens qui savent de quoi ils parlent et sans taboo. le geipan est également présent dans le doc .

    faites vous une idées après avoir eu ces quelques renseignements http://www.dailymotion.com/video/x7ybbq_ovnis-quand-l-armee-enquete-1-5_tech

  11. aaah merci! Qu’est-ce que c’est bon de rire!
    Quels farceurs ces pigeons…

  12. Cher Monsieur Barthélémy,

    Voici un lien qui vous éclairera quant aux limites de la datation au Carbone 14 :

    http://www.datation.vsprod.fr/limites.php

    Je cite un extrait :

    « L’échelle de temps du radiocarbone présente d’autres inconvénients : des erreurs, de 2 000 à 5 000 ans, peuvent se produire. De plus, des infiltrations d’eaux souterraines peuvent causer, et c’est le problème le plus grave, une pollution de l’échantillon, par l’incorporation de carbone plus ancien ou plus récent. Ainsi, les datations au carbone sont donc difficiles à établir avec précision. »

    Vous me conseilliez de me renseigner, n’est-ce pas ? Faites-le donc vous-même et excellente soirée.

  13. @Telma : Quand on présente une référence, il faut savoir la lire. Les erreurs en question ne se produisent que lorsque les objets ont quelques dizaines de milliers d’années !!! Lorsqu’on veut dater des objets très anciens, on utilise d’autres méthodes de datation radiométrique. Mais c’était inutile pour le suaire de Turin.

    Lorsqu’on veut jouer aux savants, on fait attention à ce qu’on dit. Bien le bonsoir.

  14. Je suis entièrement d’accord avec le fait que temps que le G.E.I.P.A.N ne possédera pas de preuves matérielles il sera strictement impossible de tirer la moindre conclusion du phénomène.
    Mais pour posséder ce type de preuves ,il faut des scientifiques compétents, qui travaillent intelligemment sur le sujet, ce qui n’est malheureusement pas le cas de cet organisme.
    Se contenter simplement de réunir des témoignages et de les classer ne suffit pas…je dirais même plus..cela ne sert strictement à rien.
    Que l’ovni se déplaçait de gauche à droite ou de bas en haut, qu’il était vert… Jaune ou bleu… N’apportera jamais rien de plus à l’explication de ce phénomène.
    De toute façon jamais aucun témoin n’a été cru sur parole… Alors c’est un travail totalement inutile.
    La seule conclusion qu’ils peuvent en tirer est la suivante:o.v.i ou o.v.n.i… Nous voilà bien avancé!
    Pourtant la question est grave… Il se pourrait que des visiteurs extraterrestres parfois violent l’espace aérien!
    On pourrait penser, que le G.E.I.P.A.N n’est qu’une sorte de couverture et que le phénomène est étudié de façon beaucoup plus rigoureuse par le biais d’un organisme secret… Mais j’ai l’intime conviction que malheureusement ce n’est pas le cas.
    Moi ce que j’ai vu en 1990 était tout simplement stupéfiant… J’y pense encore parfois aujourd’hui… Et je ne suis franchement pas rassuré.
    je sais que ces engins que j’ai vus n’étaient pas d’origine terrestre… Pour la simple et unique raison que a l’époque et même encore aujourd’hui, nous sommes dans l’incapacité totale de fabriquer ce type d’engins volants.
    Nous avons effectivement de très gros avion sur terre, mais ils sont très bruyants, surtout quand on les observe de près, mais des engins absolument gigantesques, sans ailes qui n’émettent absolument aucun bruit,ça je sais très bien que nous sommes incapables de le faire.
    Ces trois objets volants dégageaient une forte lumière qui venait de l’intérieur… Ils étaient relativement à basse altitude, je dirais maximum 300 m et se déplacer lentement d’ouest en est.
    J’étais pétrifié, je savais très bien qu’à l’intérieur les êtres n’étaient ni américains, ni chinois, ni africains!
    Ce n’était pas des engins secrets.
    Mais voilà… Je ne suis qu’un témoin… Et mon témoignage… Comme tous les autres… Ne sert strictement à rien.
    ALEX

  15. @ Telma,

    Pierre Barthélémy a, malheureusement pour vous, tout à fait raison, il ne faut pas sortir une citation de son contexte et l’élever en règle d’or!

    Je ne chercherais même pas à essayer de vous convaincre avec des démonstrations rationnelles puisque celles-ci n’ont aucune valeur dans votre référent. Vous avez votre avis rattaché à vos parcours religieux, nous avons le notre!

    Mais lorsque vous vous aventurez avec des citations sur le terrain scientifique, vous êtes chez nous et je pense qu’à ce sujet notre parole peut faire foi!

    Cordialement,

    Laurent

  16. A l’aimable attention de Romuald,

    Je ne dis pas que le phénomène OVNI ne doit pas être étudié, qu’il n’a pas une importance.

    Seulement, en lisant les statistiques du Geipan, on peut se rendre compte qu’environ 41% (A,B) des cas ont été identifiés ou probablement identifiés, que 22% (D) des cas résistent à toute identification et que les 37% (C) restant n’ont pas de données suffisantes pour être traités correctement..!

    C’est pour l’instant assez décevant si vous prenez la chose dans le sens des ufologues, ou encore assez satisfaisant si vous vous lancez dans ces études pour casser le caractère extraterrestre du phénomène OVNI (au choix)…

    Etant assez ouvert d’esprit, je laisse le temps faire son oeuvre sans me positionner pour l’instant pour l’une ou l’autre de ces “vérités”! Mais, il est clair que vous verrez plus facilement un vaisseau spatial extraterrestre, si vous êtes convaincu qu’ils existent!

    Cordialement,

    Laurent

  17. En matière d’extraterrestres, tant qu’ils se contenteront (comme ils l’ont fait jusqu’à présent) d’apparaitre la nuit, en rase campagne et de manière extrêmement brève, alors l’hypothèse du pigeon restera la plus vraisemblable.

    Avec toutes les soucoupes volantes qui, si on en croit les témoignages, sillonnent notre planète, il est incompréhensible qu’aucune d’elle n’ait eu l’idée ou l’envie d’apparaitre une après-midi de semaine sur la place de la Concorde.

  18. Cette histoire me rappelle quand Christophe COLLOMB voyait la terre ronde par ce que l’horizon donnait une vision courbe ou encore que le bateau passait derrière la ligne d’horizon et disparaissait.
    Mais heureusement, les scientifiques étaient là pour expliquer qu’il voyait ce qu’il voulait voir ou qu’il avait une vision déformée et que toute les méthodes modernes validées avaient démontré que la Terre était plate…

    La science est une bonne chose. La foi intégriste en la science est une religion…

  19. Je trouve dommage que vous répondiez si sèchement à Telma.
    Au final, d’autres scientifiques aussi dignes de foi que vous ne sont pas d’accord sur le Saint Suaire. Remettez-vous en cause la véracité des témoignages et des références diffusés dans le documentaire sur Arte et donc mettriez-vous en cause l’équipe de production de ce documentaire? Parce que, d’un autre côté, je vous rappelle que les traiter ouvertement de charlatan sans avoir de preuve formelle (reproduire n’est pas prouvée la production : on peut produire la même chose de manière différente et ce n’est pas parce que l’on peut refaire la Joconde que Léonard de Vinci ne l’a pas peinte…) peut être passible de diffamation.

    Bref, comme je l’avais dit en commentaire concernant une thèse suédoise sur la crucifixion de Jésus, il est aussi absurde de chercher des preuves scientifiques de l’existence que des preuves scientifiques de la non-existences de faits prétendus divins.
    En effet, à partir du moment où l’on suppose qu’il s’agit de surnaturel, la science est forcément mise en défaut.
    Exemple : si Jésus était effectivement Dieu et qu’il avait été recouvert d’un linceul. Si l’on suppose que l’action de résurrection comporte un fort dégagement atomique et un rayonnement pouvant perturber la nature environnante, comment une datation au carbone 14 pourrait-elle être fiable?

    Attention, je ne dis pas que la datation est fiable ou pas. Je dis qu’elle ne peut rien prouver si l’on part de l’hypothèse que ce linceul a pu recouvrir quelque chose qui dépasse nos connaissances actuelles et encore plus passées.

    Il serait donc utile de laisser à la science ce qui est à la science et à la foi ce qui est à la foi.

    Je précise que le Vatican est désormais très prudent en matière de miracles et de reliques et qu’ils avaient accepté la datation en espérant qu’elle prouve que ce linceul n’était qu’une pièce d’histoire. Malheureusement pour eux, il semble que la datation a été remise en cause assez sévèrement parfois même par des scientifiques (non non, ça ne veut pas dire que ce sont des charlatans mais qu’il ne pensent pas la même chose que vous ayant des éléments différents et des analyses différentes).

    Pour finir, je n’aurais pas écrit ce message si le propos de l’article ne m’avait pas semblé intolérant et fermé et donc portant une démarche à la base peu scientifique. (ce n’est pas une injure mais un avis)

  20. @Thomas
    Vous avez tout à fait raison : laissez à la science ce qui est à la science et à la foi ce qui est à la foi ! Votre réaction ne fait que conforter ce que j’ai écrit et je m’en réjouis.
    Un dernier mot : j’estime que si vous me traitez d’intolérant, vous m’insultez. Je n’ai pas créé ce blog pour me faire traiter de tous les noms par les commentateurs aussi peu courageux qu’ils sont anonymes (je n’écris pas cela pour vous).

  21. Excellent !!

    Merci beaucoup.

  22. @Thomas, une théorie n’est scientifique que si elle est réfutable. Dire que le suaire a été créé par l’action de Dieu n’est clairement pas réfutable donc ne présente aucun intérêt scientifique.

    De même la théorie suivante : “il existe un univers parallèle au nôtre dans lequel les planètes sont composées de gateau en chocolat” n’est pas réfutable. Si vous vous opposez à cette théorie, je peux tout aussi bien vous traiter d’obscurantiste en mettant de mon coté de mon côté Colomb et Gallilé.

    Gallilé est un personnage commode qui est brandi par tous les scientifiques maudits. Grâce à lui, avoir raison contre tous est devenu un gage de sérieux.

    On fait comme si la communauté scientifique du XXI siècle était comparable à ce qu’elle était au sortir du Moyen-Age, ce qui est bien évidemment malhonnête. Si la “science officielle” était toujours aussi obscurantiste qu’au XVe siècle, vous n’auriez pas la joie de pouvoir professer vos “théories” sur un ordinateur au travers d’un réseau couvrant l’ensemble de la planète…

  23. Oui, on peut être scientifique, et croyant en même temps.
    Voir le monde physique avec une raison cartésienne, et y percevoir avec le coeur une réalité qui ne s’arrête pas au matériel tangible.

    Le raisonnement scientifique apporte peu à peu de nombreuses réponses aux questions “comment”, mais au fond le “pourquoi” reste hors du champs de la science.

    Je ne sais pas si le Suaire de Turin est réellement le linceul qui enveloppa le Christ, ou une habile copie moyenâgeuse, mais qu’est-ce que ça change vraiment au fond ? Un chrétien ne prie pas un objet, fût-il de passé prestigieux ; l’objet n’est qu’un témoignage pour prier Dieu. Le Suaire, vrai ou faux, ne prouve rien, mais appelle à méditer sur le sens de la mort du Christ, la souffrance de la Passion endurée par amour, l’ensevelissement, et bien sûr la Résurrection pleine de promesses.

    Pour ceux qui ont suivi le discours de Benoît XVI à Cologne aux JMJ en 2005, ce pape jugé rétrograde, a rappelé que scientifiquement il est très improbable que le reliquaire de Cologne contienne les ossements de Mages venus adorer le Christ dans son étable. Par contre il nous a appelés à nous inspirer des milliers de pèlerins qui sont venus dans cette cathédrale de Cologne depuis le Moyen-Âge se recueillir avec humilité en méditant sur le geste d’un Dieu qui se fait petit enfant parmi les hommes.

  24. Je me permet de vous citer :
    ‘Quand on veut croire dur comme fer à quelque chose, rien, pas même la plus rationnelle des démonstrations, ne pourra vous faire changer d’avis, de filtre, de structure mentale’

    je suis d’accord avec vous sur ce point … mais cela vaux dans les 2 sens

    Et le rasoir d’Ockham même si il reste un bon principe aux yeux des scientifiques reste une instruction à charge.

    au plaisir !

  25. A l’aimable attention de Thomas PETIT,

    Comme je l’ai écrit à Telma, je ne chercherai même pas à user de démonstrations cartésiennes pour prouver ou non l’existence d’un dieu. Celles-ci n’ayant aucune valeur dans votre référent basé sur votre parcours religieux (pour vous la question ne se pose même pas)… Je pense que Pierre Barthélémy est d’ailleurs très ouvert vis-à-vis de cette dame qui nous a sorti une superbe ânerie scientifique sur les calculs d’incertitudes…

    Par ailleurs, et pour la petite histoire, Colomb a toujours soutenu qu’il avait découvert les Indes, sinon il aurait dû avouer au Roi d’Espagne qu’il n’avait pas tenu promesse… De par sa mauvaise foi, je pense que le choix de ce personnage est assez mal venu pour nous donner des leçons scientifiques et d’ouverture d’esprit…

    Je comprends aussi très bien le désaroi d’Alexandre Groult en ce qui concerne son expérience vis-à-vis des OVNIs, néanmoins je n’ai pas de solutions et encore d’explications à lui fournir sur ce qu’il a vu!

    Cordialement,

    Laurent SENECA

  26. Je trouve pour ma part cet article édifiant, et je porte à rejoindre la thèse décrite, je cite:
    “Quand on veut croire dur comme fer à quelque chose, rien, pas même la plus rationnelle des démonstrations, ne pourra vous faire changer d’avis, de filtre, de structure mentale. Il est si difficile d’envoyer ses convictions par-dessus les moulins, si rassurant de les protéger, qu’on préfèrera imaginer des complots abracadabrants plutôt que de regarder la vérité en face. ”

    Mais peut être faut-il réfléchir plus loin à cette affirmation. Rappelons que tout ce qui est aujourd’hui, de la logique au sciences en passant par le raisonnement, reste filtré aussi par l’esprit humain. Même la raison et les démonstrations peuvent être biaisés, et cela même avec la meilleure volonté du monde.

    Je ne dis pas qu’il ne faut pas faire confiance à tous ces outils, mais qu’il faut rester prudent. C’est bien de démontrer tout ce qui nous tombe sur la main, mais la science reste en elle même aussi une religion. Parce qu’il faut croire aux postulats de départs (qui sont à la base de tout le raisonnement scientifique), au raisonnement, et enfin au résultat. Or, qui nous dit que demain 1+1 ne feront pas 3 ?

    Tout ça pour finir sur la vérité. Quelle vérité ? La mienne ou la tienne ? En existe t-il vraiment une universelle ? Les gens verront un complot abracadabrant parce que c’est LEUR vérité. Et c’est bien normal qu’on ne puisse pas dévier de SA vérité, sauf quand on la change soit même, quand on arrive à comprendre qu’il n’y a pas de vérité Universelle à tous, puisque nous croyons tous en quelque chose, que ce soit dieu, soi même ou des choses particulières. Donc il ne faut pas trop tirer à soi à la couverture en affirmant que j’ai la vérité, et que toi tu ne l’a pas, mais que tu ne verra rien car tu es borné et tu crois dur comme fer à ton truc. Et si c’était moi qui était borné et qui croyait dur comme fer que j’avais raison ? La thèse est donc ambiguë et se retourne dans tout les sens, un fanatique peut très bien la retourner contre vous parce que vous ne partagez pas sa vision, qui est dans son référentiel, SA vérité.

    Il est toujours difficile de se départir de ses convictions. Tout le monde en a, c’est certain :)

  27. @DokB et Julien : La science n’est pas une religion, elle ne fonctionne pas par croyance mais par preuve.

    Au sujet de la vérité, il y a plusieurs définitions dans le dictionnaire, en voici deux :
    Vérité : “Connaissance reconnue comme juste, comme conforme à son objet et possédant à ce titre une valeur absolue, ultime.”
    Et aussi :
    Eternelle vérité : “La seule vérité absolue, inaltérable, fiable, parce que donnée par Dieu.”
    Effectivement, si ma définition de la vérité est la première et la vôtre la seconde, nous ne pouvons pas être d’accord sur ce que ce mot recouvre. C’est une question de référent. Dans le système décimal, 1+1=2 et c’est une vérité qui a une valeur absolue. Donc, non, 1+1 ne fera jamais 3. Dans le système binaire, où on n’utilise que des 0 et des 1, 1+1=10 et c’est aussi une vérité qui a une valeur absolue.
    Tout le problème c’est que je parle dans un référent qui est celui de la science classique, et que vous me répondez dans un autre référent, celui de la religion. Encore une fois, je n’ai rien écrit sur la religion. Je respecte les croyances des uns et des autres tout comme j’écoute les témoignages de ceux qui ont vu des objets volants non identifiés.
    Cet article ne fait que parler d’un ressort psychologique incroyablement fort, celui qui pousse les gens à nier les évidences, à échafauder des théories incroyables pour éviter que soient détruites les convictions qui sont au fondement de leur personnalité. C’est humain, voilà tout.

  28. Thomas,
    Attention!

    1) Ce n’était pas “Collomb” (un cousin de Gérard?) Mais Colomb. Au XVe siècle, on savait depuis des siècles que la Terre était ronde. Ce n’est pas lui qui l’a découvert, mais des scientifiques, des mathématiciens. A vrai dire, Colomb n’a pas découvert grand-chose, même l’Amérique avait déjà été foulée par d’autres que ses habitants.
    2) Vous confondez avec Galilée, qui n’a pas non plus prouvé la rotondité de la Terre mais affirmé qu’elle tourne autour du soleil (et non l’inverse). Il a opposé une méthode scientifique à la foi de l’Eglise, ce qui lui a valu les problèmes que l’on sait.
    3) On ne peut prouver que l’existence de quelque chose, pas sa non-existence.

    Sans rancune!

  29. A l’aimable attention de Laurent :
    Nous sommes bien en accord puisque je reconnaissais effectivement qu’en faire une priorité ne s’imposait pas nécessairement à tout un chacun !
    C’est votre choix et je ne le remets aucunement en cause puisqu’il y a tant de choses aussi passionnantes par ailleurs (ne serait-ce qu’en sciences).
    Quand vous dites que même dans les meilleurs cas il n’y a aucune conclusion à en tirer, je présume que vous voulez dire que cela ne permet pas aujourd’hui de mettre en évidence d’éléments originaux (non ordinaire). En ce sens là je suis assez d’accord avec vous (ce qui n’exclut pas d’autres enseignements à tirer ou de constats à faire, sur d’autres points. Peut-être l’approche et les outils sont-ils à reconsidérer ?).
    Cordialement.

  30. Une bonne nouvelle : “slate” a rétabli ses forums !… Mais pour le reste, je suis désolé , mais je n’ai pas envie de fréquenter cette foire d’empoigne … où on raconte tout et son contraire !…

    N.B. La pseudo-relique de la Collégiale de Lirey ( “suaire de Turin” ) n’a jamais fait partie de l’ufologie ;
    * j’ai observé de nuit des vols d’oiseaux ( nocturnes) et je ne les ai jamais pris pour autre chose que ce qu’ils étaient ;
    ** nous autres ufologues avons travaillé dans les années 60/70 avec des taux de cas “irréductibles” ( à toute explication ) beaucoup plus faibles ( 3%, 1% ) et celà ne nous a pas découragés … et à bon escient : d’abord, ces taux n’étaient que désinformation ( avec la complicité de la “”grande presse” ! ) , ensuite 1% reste un pourcentage important , c’est 1 pour mille ou 1 pour 10.000 qui devient négligeable ,( quoique … c’étaient des quantités de matières fissiles encore plus infinitésimales qui avaient cours dans “l’industrie” nucléaire, aux tous débuts du projet Manhattan !!!… )

  31. bonjour
    je confirme formellement l’existence des ovnis et je peux le prouver :
    hier vendredi 3 septembre 2010 à 18h43 , j’ai vu un énorme vaisseau spatial traverser l’écran de ma télévision .
    il y avait marqué ANDROMEDA .
    je vais écrire un livre et ètre invité chez pivot , enfin j’espère !

  32. @Thomas PETIT :

    “La science est une bonne chose” : cette remarque a aussi peu de sens que “la couleur rouge est une bonne chose”. Vous confondez peut-être la science avec la technologie ?

    “La foi intégriste en la science est une religion…” : “la foi en la science” ne signifie pas grand chose non plus… Vous confondez peut-être “la science” avec “les conclusions des scientifiques” ? Dans ce cas, vous n’avez pas entièrement tort, mais votre manière de le dire prouve que vous ne savez pas ce qu’est la science, car vous en faites un invraisemblable fourre-tout (en dénigrant finalement le tout). Mais je suis inquiet pour vous si vous avez voulu dire “la foi en la démarche scientifique est une religion”…

    @ Pierre Barthélémy : remarquable article, d’une qualité pédagogique indéniable !

  33. Bonjour, je trouve cet article fort intéressant, mais je voudrais vous faire une remarque : Si les pigeons ont perdu leur caractère d’OVNI, d’objet volant _non idendifié_, une fois que vous les avez identifiés, il n’en demeure pas moins qu’ils étaient probablement extra-terrestres. En effet, le fait de voler en formation “diamant” est-il naturel chez les pigeons ? Et si ce n’est pas le cas…

    Plus sérieusement, je voudrais tout d’abord, proposer une réponse à Telma en reprenant sa logique :
    Si le fait que le Saint Suaire soit passé de mains en mains devait discréditer la datation au carbone 14, et expliquerait le fait qu’on ait trouvé une date au moyen-âge, comment expliquer que la datation n’ait pas indiqué une date bien plus récente ? Car si le Saint Suaire est passé de mains en mains jusqu’au Moyen Age, n’en est-il pas de même _après_ le Moyen Age jusqu’à nos jours ?

    Enfin, l’article me fait penser au dernier livre des frères Bogdanov, “La main de Dieu”.
    La réflexion que je me suis faite est qu’il semble insupportable pour la plupart de gens, même des scientifiques, de dire :
    “Je ne sais pas pourquoi”, ou “je ne comprends pas”.

    Les gens veulent des explications.
    Et quand ils n’en trouvent pas, il vont chercher dans l’irrationnel, les lutins et farfadets et autres démons au Moyen Age, ou maintenant les OVNI. En effet, les lutins, ça ne fait plus sérieux de nos jours. Par contre les OVNI, à l’époque des missions spatiales, et depuis qu’on est allé sur la lune, c’est quand même plus plausible. 😉

    Il y a aussi l’autre forme d’irrationalité : Dieu.
    Les frères Bogdanov ne trouvent pas d’explication au pourquoi du big bang, ni au pourquoi du devenir de l’univers pour qu’il soit tel qu’il est devenu, au pourquoi des constantes de la physique : Si ces constantes ont la valeur qu’elles ont et qui font que l’univers marche tel que nous le voyons, ce serait une preuve de l’intervention de la main de Dieu.
    Là est le problème : Ils ne disent pas “je _crois_ que c’est la main de Dieu”, ils disent : “c’est la main de Dieu”.

    Je ne dis pas qu’un scientifique n’est plus scientifique s’il croit en Dieu (ou aux OVNI). Mais je pense qu’un scientifique s’égare quand il confond croyance et preuve scientifique, s’il ne considère pas sa croyance que comme une hypothèse comme d’autres.
    Je trouve ce genre d’attitude bien malheureux, car la science j’aura jamais fini de poser les questions “pourquoi” et “comment”, et c’est à mon avis justement aux scientifiques de montrer qu’il faut accepter de ne pas tout savoir – ce qui ne veut pas dire renoncer à chercher à savoir, au contraire.

  34. Comme Alexandre, j’ai vu un o.v.i. dans le ciel du Gabon en 84, 85. Mai ce n’était pas la nuit comme beaucoup de témoignages qui peut faire confondre un pigeon d’une Soucoupe volante ! Mais en plein après-midi dans un beau soleil comme c’est bien le faire nos pays d’Afrique centrale. C’est vrai que je ne l’ai vu que quelques secondes car il descendait à vive allure vers le sol. Il sortait d’un nuage et c’est dans un beau ciel bleu que je l’ai vu, en très clair, avant qu’il ne rentre dans un autre nuage et derrière les maisons qui me cachait la vue. Il était comme en feu sans se consummer (pareil à la navette quand elle entre dans l’atmosphère. Mais le feu l’a couvrait dans son entier et terminait en queue.
    L’O.V.I. ( bien identifié comme étant un engin fabriqué par un être intelligent) avait une forme de ballon de rugby mais applati en haut et en bas. Il était pas forcément immense mais d’une taille assez raisonable pour le voir distinctement. Il avait des sortes de gros hublots très lumineux jaunes, un cylindre verticale sur son dessus. Il était d’un gris métalisé très net.
    Il est vrai que j’étais jeune à l’époque (dans les 14, 15 ans) mais assez intelligents pour savoir ce que j’avais vu. De plus dans le quartier d’autres personnes se sont manifestés comme l’ayant vu aussi (j’ai une seule personne que je connais de renom qui l’aurait vu aussi étant dans mon quartier à l’époque, mais nous ne nous sommes jamais confrontés).
    De plus dans les heures qui suivaient, au bord de mer de Libreville ( capitale du Gabon) en passant en voiture avec mon père, de nombreuses voitures étaient arrêtées et la “rumeur” disaient que les gens avaient vu quelque chose tombée dans la mer (il y a un estuaire) J’étais trop jeune pour entamé une enquête et pour récolter des témoignages. Ce qui est sur, il s’est réellement passé quelque chose ce jour-là. De nombreuses personnes l’avait vu en plein jour. Peut-être s’écrasait-il et git-il jusqu’à présent dans l’estuaire (mais là n’est que mon hypothèse).
    Pour ce qui concerne les preuves scientifiques, çà vous regarde ! je n’ai pas vu de pigeons, ni d’éléphants roses, ni un 737. A bon entendeur, salut…

  35. Questions très basiques et très sérieuses à Telma et Thomas Petit, et que je me suis toujours posées sans jamais obtenir de réponse :

    Pourquoi tenez-vous tant à la véracité de ce fameux suaire (que des écrits de l’Église à l’époque où il a été fabriqué, au Moyen-Âge, indiquent qu’elle interdisait publiquement de faire croire qu’il s’agissait d’un vrai, sachant parfaitement qu’il s’agissait bien d’un faux, alors très récent) ? Ce suaire doit-il nécessairement être vrai pour que l’édifice de vos convictions ne s’écroule pas, et pourquoi ? Quel rapport entre la véracité de ce suaire et la véracité de l’existence de Jésus, par exemple ? Vos convictions religieuses ont-elles des liens si minces avec la réalité ou avec votre propre conscience qu’elles se reposent sur de tels insignifiants détails (la véracité ou non d’un morceau de tissu, qui n’a pas grand chose à voir avec la religion) ? Si vous estimiez un jour – même par simple supposition – que ce suaire est réellement faux, quelles conséquences cette constatation pourrait-elle avoir sur vos convictions (la logique voudrait que ce fait évident soit reconnu, et que les conséquences sur vos convictions soient nulles) ?

    Il ne s’agit pas là d’invectives, mais bien de questions que je me pose depuis longtemps.

  36. @ Patrick

    Je ne réponds pas à la place de ceux que vous interpelez, mais je pense de mon côté que la plupart des croyants croient en des trucs que l’on pourrait trouver complètement farfelus, comme l’existence des dieux (je dit “farfelus” parce que ça ne repose sur rien d’autre que… la croyance) parce qu’ils ont peur de la mort. C’est tellement plus rassurant de se dire qu’au lieu de devenir une charogne qui finit bouffée par les asticots, et puis plus rien, nada, il y a une vie après la mort. Les vierges au paradis d’Allah pour les bons musulmans, après tout, c’est pas plus con que les croyances des catholiques. Jugez-en plutôt par ce hadith (communication orale) du prophète Mahomet :
    “à chaque fois qu’un homme touche une houri, il la trouve vierge. Le pénis des élus ne faiblit jamais ; l’érection est éternelle. La sensation ressentie en faisant l’amour est à chaque fois absolument délicieuse et extraordinaire, et quiconque la ressentirait en ce monde s’évanouirait. Chaque élu (musulman) épousera 70 houris, en plus des femmes qu’il a épousées en ce monde, et elles auront toutes des vagins appétissants.”

  37. @ Edmond M :

    “Pour ce qui concerne les preuves scientifiques, ça vous regarde” :

    Une preuve est nécessairement “scientifique”, par définition, en ce sens qu’il est nécessaire de respecter une démarche scientifique pour l’obtenir, sinon elle ne peut pas porter le nom de “preuve”. Que pourrait donc bien être une “preuve non scientifique” ? Le fait que de nombreuses personnes ont vu quelque chose, et le fait que la majorité pense y avoir vu un objet extraterrestre ne sont pas la preuve qu’un objet extraterrestre soit apparu ce jour-là. C’est peut-être une “preuve non scientifique” pour certains, mais c’est très loin d’être une preuve.

    “ça vous regarde” : en fait, ça vous regarde en premier lieu. Si je venais à prétendre que le Père-Noël existe bien et qu’il vit sur Pluton, faudrait-il vraiment mobiliser des moyens pour apporter la preuve que c’est bien le cas (ou non) ? Ne vaudrait-il pas mieux attendre que je présente des éléments tangibles et vérifiables, même très ténus, pour étayer mes propos ? Depuis que la Terre existe et jusqu’à présent, personne n’a encore jamais exhibé ou mis en évidence un objet extraterrestre construit par des êtres intelligents – ce qui ne signifie pas que cela ne se fera pas un jour -. Il ne suffit pas de dire “j’ai vu des objets extraterrestres” pour convaincre. Et même si on se fiche de convaincre ou non, il ne suffit pas d’être soi-même convaincu pour être dans la vérité.

    Si un objet est tombé dans cet estuaire et que plusieurs personnes en ont apporté leur témoignage à la police, il est probable que des investigations ont été menées pour savoir ce qui est tombé là. Avez-vous lu les journaux les jours qui ont suivi, pour connaître le fin mot de l’histoire ? Si ce supposé objet extraterrestre est toujours au fond de cet estuaire, votre nom pourrait être connu du monde entier si vous parvenez à convaincre quelqu’un d’aller le repêcher, ou plus simplement, le photographier. Le premier objet extraterrestre de l’histoire de l’humanité ne passerait pas inaperçu. Ce ne sont là que de simples commentaires inspirés par les vôtres, et je n’ai bien sûr aucun autre élément pour juger.

  38. Merci Patrick pour ta reflexion sur ma “situation”. Tu as raison sur toute la ligne.
    Mais quand je dis : “çà vous regarde”, c’est un peu pour charrier ce qui, parce qu’ils n’ont jamais rien vu, ironisent ou décrédibilisent ceux qui auraient vu des choses. Aussi, il est vrai que tant que l’on n’amène la preuve de ce que l’on dit, on est sujet au doute. c’est normal.

    Je ne sais si il y a eu des rapports de police à ce sujet ou dans la presse à l’époque. En outre, Je l’ai envisagé, de faire mes propres investigations dans l’Estuaire du Gabon. Disons que j’y ai pensé sérieusement juste cette année. Car il faut que j’ai le fin mot de cette histoire et peut être donner enfin une preuve “scientifique” au monde de leur existence. pourquoi pas?
    Autre chose (je ne sais s’il y a un rapport), mais quelques temps avant sa mort Cousteau a fréquenté les eaux gabonaises et aux dires de certaines personnes l’ayant acceuillies pendant son séjour, il aurait avancé “qu’il y a des choses étranges qui grouillent dans vos eaux”.
    Je réside depuis en France, mais je me prépare sérieusement pour une investigation.

    Sait-on jaimais…

  39. Pour revenir au “saint” suaire, je vous invite à lire le “Traité des reliques” de Jean Calvin, réformateur et pourfendeur du catholicisme. C’est assez drôle de voir que la polémique n’est pas nouvelle, loin de la, et qu’il n’est pas besoin de C14 pour démonter le mythe.

  40. Merci pour les diverses réponses.
    Il est amusant de voir que ces réactions démontrent la théorie que l’on veut voir ce que l’on veut qui est la base exacte de l’article (je ne remets pas en cause cette partie, vous remarquerez, même si parfois, ce que l’on voit correspond à quelque chose d’inattendu, sans apriori et n’est pas ce que l’on veut voir mais simplement la réalité. Si si, ça arrive de temps en temps… : ).

    Bref, quand je dis que la science est utile, je parlais de la recherche de la compréhension du monde qui nous entoure à la fois pour le simple plaisir de la connaissance et pour la volonté de savoir nous extraire de notre petitesse qui ne nous permet pas de voler sans appendice artificiel (par exemple).

    Quand je parlais de la foi en la science, c’était l’idée que la science pouvait ou pourrait expliquer tout, qu’il n’y a rien d’autre que la science et que les conclusions scientifiques sont d’une fiabilité à toute épreuve.
    L’histoire montre que plus on explique et plus on trouve de nouvelles questions, que la science ne peut (effectivement) pas expliquer la non-existence et donc pas toujours l’existence, et que de nombreux théorèmes vrais dans un environnement sont faux dans un autre cassant de là des lois que l’on croyait universelles… jusqu’à preuve du contraire.

    En ceci, la seule chose sure et certaine en science est que 1+1=2 puisque c’est une définition humaine. 1+1=3 redéfinit le langage mathématique ce qui n’est pas incohérent mais ne contredit pas la première vérité : ce n’est qu’un changement de définition. On pourrait d’ailleurs reconstruire toute la mathématique sur cette base pour obtenir les mêmes conclusions.

    Pour Christophe COLOMB (merci pour la correction du nom :), je ne parlais pas de la découverte des Amériques par les Européens du Moyen-âge mais de la partie où il était à terre et où il expliquait que la Terre étant ronde il pouvait arriver aux Indes en partant vers l’ouest. Les autres le contredisaient à tort : on peut effectivement arriver par l’ouest. Qu’il ait ensuite maintenu que les Amériques étaient les Indes pour sauver sa tête peut se comprendre (que ceux qui sont plus courageux se coupent la tête eux-même… pas de volontaire? Ah bon.) de la même manière que Galilée (dont je n’avais pas parlé…) a préféré changer sa position, si je ne m’abuse, histoire de survivre. Ceci montre aussi d’ailleurs que les gens de science ont parfois plus peur de la mort que les gens de foi :)

    Enfin, le plus important me semble-t-il dans cette discussion : quel impact de la véracité du Saint-Suaire sur la foi religieuse? Ma réponse : aucun. C’est simplement à la fois une énigme scientifique à laquelle j’ai bien peur que l’on n’ait jamais une réponse certaine, et à la fois le plaisir de se dire que si ce suaire est vraiment celui ayant recouvert le Christ, il nous en donne la seule “photo” existante. Ce dernier élément est aussi important qu’un buste de César ou une photo de JFK. Pas d’impact au niveau de la foi qui repose sur bien d’autres éléments mais une question amusante … pour tout scientifique (il est vrai que je ne suis pas super diplômé dans une science dure mais il paraît que j’ai un esprit très cartésien). Mon message avait donc juste pour de rappeler le côté désagréable d’affirmations péremptoires de certains vis-à-vis d’autres. Certains ont leurs convictions que d’autres n’ont pas et ce n’est pas un exemple contre-disant un OVNI qui empêche l’existence de tout OVNI (construction pas très scientifique me semble-t-il) par exemple. De même, les “démonstrations” de l’article s’opposent à d’autres “démonstrations”. Qui a raison? Pour le moment, tous les arguments évoqués ne donnent aucune certitude scientifique. Alors un peu de modestie et de tolérance me paraissent une bonne chose. C’est tout.

    Dernière remarque pour le plaisir, il me semble que la mort est un passage soit vers le néant, soit vers un autre monde. Dans le 1er cas (cas sans religion), pas de risque. Dans le second, ça dépend du monde en question. La religion est-elle donc une manière d’avoir moins peur de la mort? Pas sur.

    PS : Désolé si intolérant est pour vous une injure, pour moi, il s’agit d’une remarque constructive d’un ressenti extérieur à vos propos. Pris comme tel, ça vous permet de vous améliorer. Mais si vous n’acceptez pas les critiques, ça devient une injure faite par quelqu’un qui ne peut vous comprendre (selon vous) et ne vous comprendra jamais puisque vous ne ferez pas l’effort de vous remettre en question (ce qui est la conséquence logique de cette construction). C’est ma manière de voir. Je vous laisse le loisir d’avoir une autre position.
    PPS : désolé pour les fautes, pas le temps de me relire…

  41. @Thomas : je pense que les mots ont un sens et je ne crois pas que qualifier quelqu’un d’intolérant soit particulièrement positif ni constructif. Cela dit, étant donné les noms d’oiseaux dont m’ont affublé nombre de commentateurs, celui-ci est sans doute le moins méchant…

  42. A noter quand même que le postulat de la platitude terrestre tenait à l’époque de Galilée plus de la posture idéologique de l’église que d’une vérité scientifique du temps.
    Car il était bien la, le véritable scandale de Galilée: il contredisait la foi, qui était alors la vérité absolue, et la seule possible. Et mettre en doute le dogme revenait a mettre en doute le bien fondé de l’église elle même.

  43. La question qu’il serait peut être bon de se poser c’est non pas si telle assertion est vraie ou fausse scientifiquement et qui nous donne ces joutes de bac à sable récurrentes l’échelle mondiale du web et autres espaces de débats, mais plutôt pourquoi les gens y croient, qu’est ce que ça apporte d’y croire, qu’est ce que ça vient compenser, sur quoi cela prend appui pour fonder une croyance etc… On évite ainsi les procès en vérité qui a le penchant curieux d’esquiver le fond du problème : pourquoi croit-on en des choses “fausses” ou “invérifiables” ?
    Ex pour le 11 septembre : au lieu de dire que les conspirationnistes sont des imbéciles qui ne voient que ce qu’ils veulent voir etc… interrogez vous sur ce qui, au delà du caractère véridique de leur théorie ( diverses en + ), légitime à priori ces idées. La réponse ? Défiance à l’égard du politique, intentionnalité floue des élites à l’égard des masses, conflits d’intérêt entre le corporate et le citoyen lambda, la culture du secret dans une société soit disant de plus en plus ouverte ( pendant naturel de l’existence des services secrets ) etc etc etc … On a là des vrais questions de civilisation à mon avis, bien plus intéressantes à discuter que qui a tord ou raison dans cette affaire.
    L’autre pendant c’est pourquoi tous ces entrepreneurs de vérité, la seule légitime, pour réaffirmer que la réalité c’est cela et rien d’autre. Il y a dans le dénigrement des pts de vue alternatifs comme une sorte de convulsion à la réaffirmation d’un ordre du monde dans lequel on s’est inséré avec souffrance et pénibilité. En dénigrant l’autre, on peut rester soit même dans son propre confort, et l’on cultive l’inertie et l’auto satisfaction civilisationnelle.
    Je renvoie les uns comme les autres dos à dos. Amusez vous bien.

  44. C’est très habile cette façon de prétendre faire de l’ironie en dévoilant un vrai complot, pour nous faire croire qu’en fait il n’existe pas… Tout en racontant l’histoire d’un astronome qui emploi la même technique avec les OVNIs, mais sans dire qu’il s’agit en fait d’une technique… Vraiment très très habile…

  45. A l’aimable attention de Quentin,

    Vous avez tout à fait raison : tous les astronomes sont des comploteurs… En fait, la nuit, il nous pousse une queue de dragon et un 3ème oeil!

    Cordialement,

    Laurent SENECA

    PS : c’est cela faire de l’ironie!

  46. […] la suite sur http://blog.slate.fr/globule-et-telescope/2010/09/02/ovni-et-le-saint-suaire/ […]

  47. […] suite sur http://blog.slate.fr/globule-et-telescope/2010/09/02/ovni-et-le-saint-suaire/ de → Non classé ← Des ovnis ont survolé Rouen Aucun commentaire […]

« »