////// THE FREE CAR PROJECT //////

photo Dominique Levenez

- La planète a besoin de légèreté.

- Mais la voiture aujourd’hui pèse en moyenne 1300kg (dont 500kg de suréquipement marketing old school)

- Tout le monde a besoin d’une voiture “pas cher”: les retraités, les jeunes, les familles, les artisans, les jet-setters en transit, et maintenant les pays émergents.

- Mais les gens n’ont plus d’argent.

- Et les constructeurs automobiles perdent de l’argent.

- Cependant une voiture populaire, après sa vente, crée un chiffre d’affaire annuel de 3.700€ pour son usage (carburant, assurance, entretien, parkings, péages,…) et de 2.900€ dans les centres commerciaux.

- Une sacré somme, sachant qu’une voiture vit en moyenne 15 années. Et les petites bien pratiques rendent service encore plus longtemps.

- Le prix de revient clés en main d’une automobile pratique, légère et durable peut largement être contenu sous les 6.000€, et donc ne représenter que 5% du chiffre d’affaire qu’elle générera durant sa vie autour d’elle.

- Mais, avec le modèle économique actuel de “vendre” des “produits”, ce segment n’est pas valorisant ni en terme de trésorerie, ni en image de Marque pour donner l’envie au constructeurs de s’y investir. La limite actuelle est la Dacia Logan, dont le prix de revient de fabrication est estimé à 3200€ par l’Auto-Journal, vendue en moyenne 10.000€ avec options, avec une marge opérationnelle de 6 à 8%.

- Toutefois, la Nouvelle Économie numérique démontre tous les jours qu’il est incroyablement profitable de valoriser l’usage sous forme de micro transactions lors des échanges commerciaux. Et même que celui qui a intérêt à payer l’outil, est celui qui gagne de l’argent avec.

- Nos calculs montrent qu’une nouvelle gamme complémentaire d’automobiles, solides et iconiques, dessinées comme des Market Places Gratuites, et ouvertes à de nouvelles histoires permet des revenus d’un montant de 500€ par voiture et par an! (et même 1500€ en cas d’utilisation partagée).

- De part sa conception simple et légère, la voiture gratuite est plus écologique à fabriquer, à conduire et est durable car plus longtemps on conserve sa voiture plus le système est rentable à la fois pour l’utilisateur, le constructeur, les marchands et… la planéte.

- Autre avantage de ce modèle économique, la part du coût du travail lors de cette industrialisation simplifiée devient minime face au montant astronomique des revenus de l’usage. De ce fait les délocalisations deviennent encore plus absurdes.

C.A.R.©2010 prototype basé une plateforme MiaElectric – L:3m20
/////////////////////////////     english version /////////////////////////////

Mother Earth needs to be relieved.

- But the car today weighs 1300kg on average (including 500kg of old school marketing promoting over equipment).

- Everyone needs an affordable car: the young, seniors, the unemployed, families, craftmen, jet-setters on the loose and now emerging countries.

- But people don’t have money anymore.

- And automakers are losing money.

- However a popular car once sold, creates an annual business turnover of € 3,700 for its functional costs (energy, insurance, maintenance, parking, tolls,…) and of € 2,900 in the shopping malls.

- Quite a lot of money, knowing that a car lives 15 years on average. Small helpful ones live even longer.

- On-the-road price of a sustainable, practical, light car can be effortlessly maintained below € 6,000, which represents only 5% of the business turnover generated by its lifetime use.

- But with the current economic model of “selling products”, this range is not rewarding enough in terms of cash nor Brand image, to give automakers envy to get involved. Today, the limit is represented by the Dacia Logan, whose manufacturing cost is estimated at € 3,200 by AutoJournal magazine, sold an average of € 10,000 with options, with an operating margin of 6 to 8%.

- Nevertheless the new digital economy shows everyday how profitable it is to valorize the use, thanks to management of micro-transaction fees when trade. Even more, the one who pays is the one who makes money out of it.

- Our calculations reveal that a new complementary range of iconic and solid cars such as Free Market Places opened to new stories allows incomes amounting to € 500 per car and per year! (and even € 1,500 in case of car sharing).

- thanks to its simple and lightweight design, the free car is more environmentally friendly to produce, to drive and is sustainable because the longer you keep the car the more profitable is the system for both the user, the manufacturer, dealers and.. the planet.

- Last but not least, labor costs through simplified industrialization becomes minimal in front of astronomical profits coming from use of the Free Car. Thus offshoring becomes even more absurd.

 


 

 

 

 

14 commentaires pour “////// THE FREE CAR PROJECT //////”

  1. passionant!

  2. Bonjour,

    c’est une voiture de citadin n’est ce pas ?
    Quid des rouleurs ceux pour qui le confort est important quand on est tout le temps sur la route ? et la puissance un élément de securité ? partir au loin en vacance avec ce véhicule ?

    Je pense aussi aux ruraux, la voiture leur est INDISPENSABLE pour vivre car TOUS les déplacements se font en voiture. Je ne vois pas comment ils vont s’y retrouver en assurance car leur kilométrage est réellement important (les assureurs devraient plutôt faire un comptage horaire de fonctionnement routier plutôt que kilométrique : que ce soit à rouler ou dans les embouteillages la facture serait la même !). De plus les grandes enseignes uniquement en zone urbaines éloignées des campagnes vont elles participer financiérement au déplacements important de ces clients que suppose leurs venue au magasin ?

    Autrement l’aspect technique de ces véhicules reste un écueil, l’open-source appliqué au materiel est formidable à mon avis … mais il va y avoir du sacré boulot à faire au niveau contrôle des mines ! alors que l’administration restreint de plus en plus ses compétences et se désengage, restreint ses effectifs … exemple des medicaments generiques : ils ne sont pas assez surveillés, c’est une évidence que ils ne sont pas assez fiables et l’échec malheureux à ce niveau est en cours à cause du manque de fiabilité.

    Un autre avantage que vous ne citez pas c’est la prévention des vols de véhicule avec le géomarquage systématique de ces véhicules ! (par ailleurs ceci est un inconvénient sur la protection de la vie privée !)

    A surveiller, j’espére que ce concept verra le jours car nos modes de vie actuels ne sont plus tenables. Il faut profiter rapidement de la haute organisation de notre société pour fonder notre avenir et pouvoir rebondir, car autrement; comme pour notre économie bien entamée par la mondialisation; les structures organisationnelles transversales que suppose la mise en place d’un tel systéme vont se désagréger.

    Bon courage
    Cordialement

  3. Cher bipbip,
    - THE FREE CAR PROJECT est construit autour de la “petite” (<4m) voiture pratique qui rend des services à tout le monde, et en particulier aux ruraux et péri-urbains.
    Nous avons par ailleurs développé avec la même philosophie d'autres véhicules, de la micro-citadine à l'automobile réellement de luxe, en passant par la voiture familiale pour partir en vacances (chacunes avec leur modèle économique propre), mais nous en parlerons au fur et à mesure.
    - En effet, grâce au FREE CAR PROJECT, les assureurs vont pouvoir proposer de nouvelles offres en fonction du trajet (ville, route, autoroute), du moment (jour/nuit, semaine/week-end, été/hiver), et de l'expérience du conducteur. D'ailleurs, les travaux sont en cours.
    - La Free Car est une véritable automobile, qui sera plus facile à homologuer du fait de sa conception pragmatique, de son design mettant en valeur les normes, de son poids réduit (meilleur accélération et tenue de route, ainsi que distance de freinage réduite). Et si THE FREE CAR PROJECT tient toutes ses promesses sociales et économiques, les organismes d'état de contrôle auront certainement à coeur de nous faire part de leur expérience en la matière pour arriver au meilleur résultat.
    - C'est ce même type d'analyse sociétale qui nous a guidé pour réfléchir l'automobile différemment, puis pour trouver la façon de le rendre économiquement profitable pour encourager les différents acteurs à s'engager dans cette voie.

    Merci pour vos encouragements.

  4. Bonjour Michaël,

    Je suis journaliste pour un groupe de journaux anglophone en France. Nous aimerions faire un article sur votre project, sous notre rubrique ‘Business’ du mois de septembre et je me demandais si vous auriez quelques visuels de haute-définition (comme celui ci-dessus avec le coffre/carton) ainsi qu’une photo de vous-même? Il se peut que j’aie quelques questions aussi, après avoir lu les autres articles de presse… Vous serait-il possible de m’envoyer un e-mail avec vos coordonnées?

    Merci beaucoup pour votre aide et bon courage,

    p

  5. Bonjour

    personnellement, je trouve le projet intéressant.le problème c’est que les commerçant et les grand surface sont ils d’accord a joue le jeu, et en plus sur toute la France ou Europe.

    Sincères salutations

  6. Bienvenue Mister Chenced.
    Le principe est semblable à celui de Google: “celui qui paye est celui qui gagne de l’argent avec”, sinon c’est gratuit et bien pratique.
    Tous les e-marchands participent avec beaucoup de satisfaction au frais du moteur de recherche sur l’autoroute de l’information qui représente 40% de leur chiffre d’affaire. Parce que grâce à la gestion numérique des micro transactions c’est plus rentable pour tout le monde.

    Il faut remarquer que les clients qui viennent en voiture gratuite, soit ne seraient pas venus parce qu’ils n’avaient pas les moyens de s’acheter une voiture, soit ont un pouvoir d’achat supérieur puisqu’ils n’ont pas eu besoin d’acheter leur voiture. Par exemple, les retraités, les étudiants, les chômeurs qui pourront enfin avoir accès à la mobilité iront chez Ikea le mardi après-midi lorsque les caisses et parking sont vides.
    Les marchands ne paieront de micro-commissions que sur le surcroît effectif de chiffre d’affaire amené par la FREE CAR.

    Cela n’a donc rien a voir avec une quelconque répercussion sur les prix (c’est une question fréquemment posée).
    De plus, les utilisateurs recoivent chaque mois le relevé des promotions accordées par leurs commercants, avec l’évolution du décompte du prix de la voiture: “Cher Mr.Chenced, ce mois-ci Amaguiz, Auchan, Ikea, EuroDisney… sont heureux de vous avoir offert 45€ de réduction sur votre voiture.”
    La FREE CAR n’est pas un surcoût pour les marchands, c’est un nouvel outil flexible, visible, et surtout très rentable, pour fluidifier les échanges avec leurs clients.

    Pour l’instant, (presque) tout lemonde aime bien l’idée, mais pour ce déclarer effectivement, chaque partenaire du système a besoin d’être rassurer sur le fait qu’il n’est pas seul et que les futurs clients en ont envie. D’où cette démarche de communication ouverte à tous, pour débloquer ce dernier noeud du projet.

  7. continue,
    you are on the good track!

  8. bonjour,
    ce projet présente un intérêt et va dans le sens des tendances de consommation. Peut-on rentrer en contact pour en discuter?

  9. Bonjour,

    Existe-t-il un site sur lequel il serait possible de suivre la progression de ce fantastique projet ?

  10. Bonjour Hugo,
    toutes les informations publiques sont réunis ici: http://blog.slate.fr/free-car-project
    Si vous en voulez plus, n’hésitez pas à challenger le projet en posant vos questions ou vos commentaires.
    Au plaisir de vous lire.

  11. [...] absolument pas prises en compte, à l’heure actuelle. Pour le volet économique, M. Oualid remarque sur son blog qu’une voiture populaire « crée un chiffre d’affaire annuel de 3.700€ pour son usage [...]

  12. [...] développer de nouveaux modèles économiques pertinents. Le plus “extra-ordinaire” étant le FREE CAR PROJECT sur la base de la voiture [...]

  13. Chère Michaël, je viens de voir votre interview sur le site des échos, je trouve votre idée tout simplement grandiose! Et pourtant je suis un passionné et puriste d’automobiles. Certains vous diront peut être que ça n’est pas une vraie voiture et qu’ils préfèrent rouler en Audi ou BMW …. Moi je vois ça d’un autre œil et je me dis au contraire que je pourrai enfin mettre mon argent dans une voiture qui me fait rêver pour mes déplacements plaisirs plutôt que de devoir me payer une voiture qui ne m’apportera aucun agrément et qui me sert uniquement pour des trajets obligatoires (boulo, faire les commisions….).
    Bref l’idée me séduit complètement et devrait même s’appliquer sur d’autres modèles économiques que le e-commerce et l’automobile!
    Reste maintenant à faire bouger les esprits.
    Je croise les doigts pour que ce concept voit rapidement le jour.
    Je travaille dans un grand Groupe Français et m’occupe d’une mission pour une partie de la flotte de l’entreprise, il faudrait même imaginer un modèle permettant à l’entreprise de participer tout comme les grandes surfaces et autres de financer le véhicule! Aujourd’hui c’est un peu le cas sauf que l’employé n’est jamais propriétaire de son véhicule et bien souvent ne peut pas s’en servir pour le week-end!

    Bon courage, et si l’aventure continue n’hésitez pas à venir me débaucher ;)

  14. Avec plaisir Tn.
    En attendant n’hésitez pas à soutenir le projet autour de vous, et en particulier sur http://www.facebook.com/FreeCarProject
    Merci, et à bientôt donc…

Laissez un commentaire

»
  

Michaël OUALID

Michaël pense que l'Automobile a raté le virage du XXIème siècle.
. Designer, il est épuisé par les messages stylistiques hurlés dans nos rues alors qu'ils sont complètement vides de sens.
. Ingénieur, il ne comprend pas les bienfaits du suréquipement en essuie glace automatique, climatisation quadrizone tactilement programmable ou en enluminures de plastique chromé délicatement satiné pour ressembler à un jouet Made in China.
. Michaël a calculé qu'il est plus rentable pour les actionnaires, les constructeurs, les ouvriers, la planète et accessoirement les utilisateurs, d'industrialiser des histoires, des rêves, des services plutôt que des centaines de kilos de marketing qui n'ont ni queue ni tête.
. MO est spécialisé dans le design stratégique. A la fois issu du sérail (ex-directeur chez PSA et VW) et à sa marge (pilote le Center for Alternative Research, think tank indépendant), il se considère comme un Roger Corman de l’industrie automobile en proposant des solutions R’n'R à petits budgets mais néanmoins très rentables, grâce à des méthodes de travail qui donnent envie de se resservir.

Michaël Oualid sur linkedin

VOUS N'ETES PAS D'ACCORD?
Prouvez lui qu'il s'est mis le doigt, au lieu du compas, dans l'oeil. Utilisez ce blog pour critiquer ses balivernes, donner votre avis et poser vos questions, car il est indispensable de sortir l'automobile de cette voie de garage d'une façon ou d'une autre.
Mais ATTENTION ! Il sait de quoi il parle, ses intentions sont bonnes, et il aime la bagarre.

VOUS ETES D'ACCORD?
Félicitations, vous venez de gagner une voiture gratuite!

VOUS ETES PLUS QUE D'ACCORD?
Partagez, commentez, parlez-en...

//// THE FREE CAR PROJECT ////

. La planète a besoin de légèreté.

. Mais la voiture aujourd’hui pèse en moyenne 1300kg (dont 500kg de suréquipement marketing old school)

. Tout le monde a besoin d’une voiture "pas cher": les retraités, les jeunes, les familles, les artisans, les jet-setters en transit, et maintenant les pays émergents.

. Mais les gens n’ont plus d’argent.

. Et les constructeurs automobiles perdent de l’argent.

. Cependant une voiture populaire, après sa vente, crée un chiffre d’affaire annuel de 3.700€ pour son usage (carburant, assurance, entretien, parkings, péages,…) et de 2.900€ dans les centres commerciaux.

. Une sacrée somme, sachant qu’une voiture vit en moyenne 15 années. Et que les petites bien pratiques rendent service encore plus longtemps.

. Le prix de revient clés en main d’une automobile pratique, légère et durable peut largement être contenu sous les 6.000€, et donc ne représenter que 5% du chiffre d’affaire qu’elle générera autour d’elle durant sa vie.

. Mais malgré l'attente des clients, et du fait du modèle économique actuel de “vendre” des “produits”, ce segment n’est pas suffisamment valorisant en terme de trésorerie et en image de Marque pour donner l’envie au constructeurs de s’y investir. La limite actuelle est la Dacia Logan, dont le prix de revient de fabrication est estimé à 3.200€ par l’Auto-Journal, vendue en moyenne 10.000€ avec options, avec une marge opérationnelle de 6 à 8%.

. Toutefois, la Nouvelle Économie numérique démontre tous les jours qu’il est incroyablement profitable de valoriser l’usage sous forme de micro commissions lors des échanges commerciaux. Et même que celui qui a intérêt à payer l’outil, est celui qui gagne de l’argent avec.

. Nos calculs montrent qu’une nouvelle gamme complémentaire d’automobiles, solides et iconiques, dessinées comme des Market Places Gratuites, et ouvertes à de nouvelles histoires permettent des revenus d’un montant de 500€ par voiture et par an! (et même 1500€ en cas d’utilisation partagée).

. Autre avantage de ce modèle économique, la part du coût du travail lors de cette industrialisation simplifiée devient minime face au montant astronomique des revenus de l’usage. De ce fait les délocalisations deviennent encore plus absurdes.