La Hongrie se bordurise

La nouvelle constitution hongroise fait prendre un virage autoritaire au pays qui ressemble de plus en plus à la Bordurie de Tintin.

A chaque nouvelle année son lot de hausses des prix, de révisions de taux d’intérêts et d’applications de textes législatifs au-premier-janvier. Parmi la fournée de 2012, il y en a une qui est très commentée: la nouvelle constitution hongroise ainsi que le chapelet de lois qui l’accompagne. Des dispositions, dont certaines ne pourront plus être modifiées qu’avec l’approbation des deux-tiers du Parlement, qui font prendre un virage autoritaire au pays. Au point que certains s’émeuvent de voir la démocratie mise à mal en Hongrie.

Un régime despotique au centre de l’Europe, ça ne vous fait penser à rien? Moi si: à la Bordurie, le pays imaginaire créé par Hergé dans les aventures de Tintin. Évocation d’état fasciste puis stalinien au fil des albums, la Bordurie reste, à mes yeux de lectrice de bandes-dessinées, l’archétype du pays autoritaire d’Europe centrale. Au point que je ne peux m’empêcher d’y penser quand j’entends aujourd’hui parler de la Hongrie. Après tout, The Economist avait bien fait le postulat de l’existence de la Bordurie il y a peu. Et l’avait d’ailleurs positionné… à la frontière avec la Hongrie.

Petite revue comparée des nouveaux textes de lois hongrois et de ce qu’on peut déduire de l’oeuvre d’Hergé concernant les Bordures…

Des régimes autoritaires et nationalistes
L’affrontement entre la Syldavie et la Bordurie dans Tintin marque assez bien les divisions au temps du mur entre deux pays anciennement unis, d’un côté l’Autriche, de l’autre la Hongrie. La Syldavie serait restée du côté des pays dits “libres” tandis que la Bordurie ferait partie du bloc de l’Est, sous une dictature  qui règne en maître depuis la capitale Szohôd (pour l’anecdote le fait de mettre des accents circonflexes partout fait dire à certains que Hergé a voulu que la langue bordure ressemble au magyar). Avec tout le folklore qui sied aux dictatures d’Europe de l’Est…

Les agents des services secrets sont en permanence dans la rue, à vouloir contrôler tout le monde, notamment à la sortie de l’opéra. Heureusement nous nous sommes pas là encore du côté de Budapest, mais les possibilités de répression de la population civile augmente: une loi rend les sans-abri éventuellement passibles de peines de prison. Depuis septembre, certains bénéficiaires des allocations chômages, en majorité des Roms, sont obligés de travailler sur des chantiers publics, ce qui rappellent des camps de travail de triste mémoire. Selon Sandor Szöke, qui dirige le “Mouvement des droits civiques hongrois”, les personnes visées “nettoient un terrain boisé en vue de la construction de résidences pour la classe aisée. Les outils semblent tout droit sortis du XIXème siècle: on travaille à la faucille ! Il n’y a rien à disposition : pas d’eau, pas de toilettes, pas d’abri contre le soleil, pas de protection contre les guêpes… C’est humiliant.” En Bordurie, on ne sait pas comment a été construit le complexe militaro-scientifique où doit être enfermé Tournesol, mais on imagine bien le même genre de procédé.

On pourra s’émouvoir aussi de la suppression de l’appellation “République de Hongrie” au profit de la seule “Hongrie” dans la nouvelle constitution, ce qui n’est pas franchement un bon signe pour démocratie. Ou encore du regroupement des radios, télévisions et agence de presse nationale en une seule entité supervisée par un Conseil des médias dirigé par une proche du Premier ministre Viktor Orban. Ou du retrait de la fréquence de Klubradio, l’unique radio d’opposition du pays. Ce n’est pas encore le régime de parti unique, sans contestation, à la Bordure, mais on s’en approche peu à peu…

La Bordurie à la marge de la Hongrie
Car il y a tout de même quelques différences entre la Bordurie et la Hongrie. La nouvelle Hongrie est anticommuniste et religieuse, alors que la Bordurie est stalinienne. Mais la Bordurie a aussi été fasciste fin années 1930. Comme la Hongrie de l’époque! Comme Hergé est mort, il n’y aura malheureusement plus de mise à jour du système politique à Szohôd, mais on peut très bien imaginer qu’il l’aurait fait évoluer pour ressembler à celui de Budapest aujourd’hui..

Autre différence, la Bordurie est un Etat impérialiste, qui intervient par exemple directement au San Théodoros, ce qui n’est pas le cas de la Hongrie, qui aurait plutôt tendance à vouloir se replier sur elle-même. Un repli qui pourrait toutefois déstabiliser ses voisins… La volonté de donner ainsi le droit de vote aux étrangers d’origine hongroise vivant hors du pays n’est pas anodine dans un contexte de tensions récurrente entre Belgrade, Budapest, et la communauté magyare de Voïvodine. On voudrait alimenter des tensions séparatistes, on ne s’y prendrait pas mieux.

Rien à voir, toutefois, avec la haine que voue la Bordurie à son rival historique la Syldavie. La Hongrie n’est pas un Etat militaire et il n’y a pas de bruits de bottes à la frontière autrichienne ou serbe. Ce qui importe la Hongrie d’Orban, ce n’est pas de récupérer un sceptre doré chez ses voisins mais de couper peu à peu les ponts avec l’Union européenne C’est pourquoi le forint est devenu constitutionnellement la devise nationale pour rendre une adoption de l’euro plus difficile : elle nécessitera une révision de la constitution aux deux tiers des voix du parlement. Mais il ne s’agit pas d’envahir ses voisins.

Surtout, quand bien même Viktor Orban menace la démocratie dans son pays, la Hongrie n’est pas devenue une dictature, encore moins un état totalitaire façon bordure. Il n’y a pas de statue du Maréchal Orban sur la place Orban à Budapest, et on ne doit pas saluer d’un vigoureux “Amaïh Orban” ses interlocuteurs. Et la coupe de cheveux du premier ministre Hongrois n’a pas encore inspiré les capotes de voitures comme la moustache de Plekszy-Gladz les pare-chocs. Mais c’est bien pour éviter que cela se produise, pour servir de repoussoir, qu’existent les dictatures de fiction telles que la Bordurie d’Hergé..

Laureline Karaboudjan

Illustrations: extraits du Sceptre d’Ottokar et de l’Affaire Tournesol, DR.

32 commentaires pour “La Hongrie se bordurise”

  1. Si la nouvelle C° hongroise est consternante rendons quand même à ce peuple, d’avoir été relativement malmené depuis le début du XXème siècle au profit de ces voisins favorisés par l’Alliance après la fin de la 1ère GM et de la 2nd. Ce qui reconnaissons le ne force pas l’ouverture à autrui !

  2. Hergé avait de la suite dans les idées dans ses BD, il faisait apparaître phonétiquement le Bruxellois, langue fortement imagée si ce n’est, la traduction littérale de la capitale de Bordurie : “Si fou”

    Cordialement

  3. Ca alors, une dictacture qui voie le jour en europe et en plus l’europe de l’euro!

    C’est interressant de voir ,par la suite, les actions des autres “democraties” occidentales a face a un tel rejet.

    reagirront elles aussi violment qu’elles l’ont fait vis a vis des “dictactures” africaines et moyen orientales?
    A suivre….

  4. Je ne suis pas d’accord. Ce qui arrive aujourd’hui est infiniment plus grave qu’un simple traumatisme de guerre. L’Europe laisse faire un régime totalitaire sans lever le petit doigt. Il n’y avait que 200 personnes pour soutenir la grève de la faim du journaliste rendu au silence il y a deux semaines. Où sont les défenseur de la liberté de la presse en Europe. Ce n’est pas rassurant pour tous les pays européens et pa

  5. … et pas seulement pour la Hongrie. Geo

  6. La manifestation d’hier en face de l’opéra qui fêtait la Consitution-porte-ouverte-à-l’autoritarisme a montré que les hongrois (à la différence de la dictature de Tintin) savent se mobiliser (j’ai vu qu’ils étaient des dizaines de milliers hier malgré ce qu’en a dit la télévision). Si l’Europe et l’Amérique les aident ils seront davantage… Les aider comment? L’aspect financier de cette situation est claire: si on veut écraser ce gouvernement despote il va falloir le priver des devises extérieures et financer le mouvement de solidarité émergeant (un peu comme en Pologne) dès aujourd’hui avant que la violence ne surgisse et ne reproduise l’année sanglante de 2005. Si vous avez d’autres solutions faites m’en part. Je ne vois pas d’autres solutions malheureusement pour l’instant pour faire face au despote naissant.

  7. […] La Hongrie se bordurise (Slate) […]

  8. Je me demande si l’auteur de l’article a déjà été en Hongrie… Que dis-je ! Je sais qu’il n’y a jamais été. Autrement il ne pourrait écrire autant d’absurdités en une seule fois.

    Dire que la Hongrie “se bordurise” et la comparer à une dictature est plus qu’offensif, alors même que quand la Hongrie était vraiment une dictature (communiste qui de plus est), non pas de son plein gré mais forcée à l’être, la France a refusé d’offrir son aide à notre pays, bien que nous la réclamions, cette aide (cf. l’insurrection de 1956 à Budapest). On a alors dû attendre la fin du système communiste, qui est intervenue sans aide (ni militaire ni économique) extérieure.

    Maintenant que nous ne demandons RIEN, car il ne s’agit de loin pas d’un processus de transition vers une dictature, les Français sont là pour dire de la m*rde. On s’en passe, merci.

    Remarque : il existe plusieurs démocraties, et non pas seulement LA démocratie que les politiques essayent à tout prix de faire fonctionner à l’Ouest. Nous, on ne veut pas de votre démocratie qui ne fonctionne pas du tout (si ça marchait, la Grèce ne serait pas là où elle est… La France non plus, regardez sa dette… La Hongrie non plus, car c’est VOTRE démocratie qu’a mené la gauche pendant huit ans, et voyez où nous en sommes).

    Je ne dis pas qu’il n’y a pas un énorme changement en ce moment en Hongrie. Si, au contraire. Mais ce n’est pas parce qu’il y a un changement qu’on va tout de suite dans l’extrême.

    Je demande aux Français de réfléchir un peu, ça ne fait pas de mal. Ouvrez les yeux.

    Un Hongrois

  9. @ Zsolt : évitez de parler au nom des Hongrois en général, je suis moi-même Hongroise et je ne souscris pas à ce que vous dites. Allez parler de démocratie alors que la nouvelle consitution prive de certaines libertés… allez dire cela à tous ceux qui manifestent à Budapest !

  10. @Zsolt et Ezster : Evitez de parler au nom des Hongrois en général. Je ne suis pas Hongrois et j’essaye d’éviter de parler au nom de tous les non-Hongrois qui suivent ce blog.

    Merci.

  11. Mademoiselle Karaboudjan,

    Connaissez-vous non seulement la Hongrie ou bien même l’Europe de l’Est?? Parce que votre texte, bulles ou pas bulles, ressemble à un tas de préjugés mélangés à une méconnaissance de Hergé assez consternante. Pour commencer la Syldavie de Hergé est plus proche d’un mélange de la Roumanie et de la Yugoslavie des années 30 et n’a rien a voir avec l’Autriche. D’autre part le problème des nationalités pourrait se poser à la limite avec la Roumanie ou la minorité magyare est très importante ou avec la Slovaquie et même avec ces pays les relations sont normales en dehors des excités extrémistes des 2 bords. La Voivodine avec l’Autriche sont bien loin d’etre un problème mais bon si vous le dites. Après, bien sûr qu’il y a des problèmes mais au vu de la reaction des hongrois je pense qu’ils sont encore capables de défendre leur démocratie si difficilement acquise. Les roumains, pour ne citer qu’eux, qui passent leur vie en vacances à Budapest se sentent sûrement moins harcelés et discriminés que dans ce beau pays démocratique qu’est la France ou oui le totalitarisme à la Vichy sévit de plus en plus. Pas de planches d’Hergé pour cela??? Ou bien le fait que la Hongrie s’appelle Hongrie et non république n’a rien de bien étrange, c’est pas plus mal que dans la république de France on soit de moins en moins en république et que toutes les valeurs qui, un jour depuis longtemps passé, nous ont rendus dignes au yeux du monde.
    Sortez donc de vos cafés branchés bobo et faites un tour en Europe de l’Est. Vous découvrirez peut-être que les préjugés parisiens sont bien faux et ridicules.
    Merci

  12. @Mathias et aux autres grincheux:
    Il ne vous aura pas échappé que nous sommes sur un blog de bande-dessinée qui se propose surtout de faire résonner BD et actualité. Il ne s’agit pas de se prendre trop au sérieux et de voir dans cet article une agression contre la Hongrie. Par ailleurs, je vous invite à relire la fin de l’article où je souligne qu’évidemment la Hongrie d’aujourd’hui est loin d’être un Etat totalitaire comme la Bordurie.

    Quant au sort réservé aux Roms en France, j’ai également eu l’occasion de l’évoquer sur ce blog, avec justement des planches d’Hergé à l’appui: http://blog.slate.fr/des-bulles-carrees/2010/08/09/sarkozy-devrait-relire-les-bijoux-de-la-castafiore/ Vous voyez bien que je ne m’intéresse pas qu’au jardin des autres… ^^

  13. […] jQuery("#errors*").hide(); window.location= data.themeInternalUrl; } }); } blog.slate.fr – Today, 10:54 […]

  14. En Europe, il y a plusieurs gouvernements conservateurs, et ça ne gêne personne mais dès que l’on traite des sujets politiques sur la Hongrie, on n’omet (presque) jamais de qualifier le gouvernement hongrois de conservateur. Le conservatisme politique serait-il anticonstitutionnel en France ? Ce gouvernement tente de sauver le pays de la ruine qu’a engendré la politique de son prédécesseur corrompu jusqu’à la moelle. Ce gouvernement a pris des mesures pénalisant avant tout les banques et les entreprises commerciales qui ne produisent rien mais qui exportent l’argent des Hongrois. Il pénalisent donc, entre autres” les intérêts Français à l’étranger. C’est le labeur des “petites économies” qui est exploité pour maintenir le pouvoir d’achat des puissances économiques. Il faut l’avouer : ce qui agace, c’est qu’en Europe, il y a un peuple qui s’est réveillé et a placé une majorité des deux-tiers au Parlement. Ce parlement n’a jusqu’aujourd’hui pris aucune mesure totalitaire. Il n’y a pas de dictature en Hongrie ! Oui, il a limité constitutionnellement la dette de l’État. Fini les emprunt sous conditions (ingérence dans la politique interne). Oui, il veut un meilleur contrôle de la Banque Centrale qui prête aux banques privées au risque de plonger le pays dans un gouffre financiers. Louez cette politique au lieu de la dénigrer. Enfin, écoutez également les adeptes de cette politique, pas exclusivement les détracteurs.

    Quant à l’article, je n’ai même pas pris la peine de le lire. Le titre en dit long sur le contenu et parie que son rédacteur n’a jamais mis les pieds en Hongrie et a trouvé son inspiration dans la presse tout autant détractrice.

  15. Mathias s’il-vous plait, on est bien d’accord la Hongrie doit rester une démocratie et une république et non le pays d’un seul homme? Enlever le mot “république” de la constitution est-ce bien rassurant d’après vous?

    Geo

  16. Vous avez utilisé des images de Tintin 3 fois, vous devez 27000€ à Moulinsart SA.

  17. Moi, je vit en Hongrie et je pense que, oui, mon pays est en train de se borduriser et devenir une dictature.

  18. Au sujet de la Syldavie : le nom d’Ottokar (roi de Bohême qui a vraiment existé) ainsi que la consonnance de la langue (noms en -ek) feraient plus penser à la Tchécoslovaquie.

  19. C’est triste. Il serait bon de déceler à travers les réformes ce que prépare le gouvernement Hongrois. Opération de protection(nisme)? Conservateur ? Rétrograde ? Progressiste ? Nationaliste ? Que l’on demande aux Roms de participer à l’effort commun avec des allocations en échange me parit faire partie du jeu. Si pas d’alloc pas de travail … Il serait plus intéressant et dynamique un système en flux tendu … peut-être.
    Je pense qu’il ne faut pas penser, et que cette parole vous fait réagir, parce que c’est impossible et que ce que pense, c’est qu’il faut profiter de savie pour voir le plus de choses possible et que la fermeture des frontières semble être la pire des choses, empêchant de circuler sans Visa à moins de tenter la clan”Destinité”.

  20. Ce qui est triste, c’est que cet article, même si Mme Karaboudjan essaye de minimiser la portée de ses propos, contribue comme tant d’autres à donner une idée totalement fausse de la Hongrie et de ce qui s’y passe actuellement. Dans ce qui se passe ne Hongrie, il y comme souvent du bon et du moins bon, du gris et du blanc. Traiter Orban de dictateur est un non sens absolu. Je n’ai encore lu aucun article relativement neutre sur le sujet. Ce serait bien qu’un journaliste de Slate l’écrive. Je fais relativement confiance à ce site.

  21. J’ai essayé de résumer la situation en tant que hongrois, je serais intéressé de ce que vous en dites!

    http://politique.com/la-democratie-hongroise-suite-et-fin-223.htm

  22. Encore un qui a une drôle conception de la démocratie! La démocratie n’est-elle pas le pouvoir du peuple par le peuple pour le peuple? Ceci entendu, qui oserait prétendre qu’Orban ait volé les élections qui l’ont amené au pouvoir? N’a-t-il pas plutôt profité de mensonges de la gauche -héritière du totalitarisme communiste- qui était alors au pouvoir? Orbarn n’a rien caché à son peuple, son programme national -conservateur a été plébiscité par ce même peuple? Qui êtes -vous donc pour dénier ce droit aux Hongrois? Le plus ironique dans l’Histoire est que les vrais anti-démocrates soient toujours les premiers à pousser les cris d’offraie lorsqu’un leader applique jusqu’au bout le programme pour lequel il a été elu. La dictature c’est l’Union Européenne, les Banksters ( qui ne supportent pas d’être sous contrôle de l’état), les apôtres de l’idéologie libérale pour qui toute référence à la tradition, à la religion suffit à les rendre hystériques. Vous pouvez diaboliser, c’est votre droit, mais les faits restent les faits: Orban n’a pas volé les éléctions, c’est le peuple souverain hongrois qui l’a plébiscité.

  23. @Aime, la Hongrie ne fait pas partie de l’euro.

  24. Marié à une hongroise, nous nous félicitions de ne pas avoir pris la décision de rentrer nous installer à Budapest suite à une opportunité professionnelle. Le salaire proposé vaudrait 20% de moins en euro et je serais un peu fatigué d’expliquer que Trianon, franchement, j’y peux rien.

    Voir encore des soutiens francophones du FIDESZ expliquer que tout va pour le mieux madame la marquise est assez édifiant. Imaginez juste Bruno Gollnisch diriger la comédie française, et vous aurez une parfaite transposition de ce qui se passe en Hongrie..

  25. […] Vous connaissez déjà sans doute cette délicieuse histoire d’un homme nu apparu dans les pages du catalogue en ligne de la Redoute (sinon, cliquez absolument ici). Le web français a été assez réactif,  faisant de ce “naked man” un mème. Un tumblr recence notamment les meilleurs.  Je ne résiste pas à poster celui-là,  surtout qu’il résonne avec mon précédent article sur la Bordurie. […]

  26. Je ne connais pas suffisamment la situation politique, économique ou sociale de ce pays pour me prononcer sur le fond, mais il y a au moins un élément qui me paraît assez “bordure line” dans la nouvelle constitution hongroise : la mise sous tutelle des médias. Il y a donc une Vérité Officielle et parler autrement devient illégal ? Le système est encore en rodage je suppose, mais si on laisse faire, il n’a pas de raison de s’arrêter là n’est-ce pas ? Et que va faire alors ce nouveau régime une fois bien installé des Hongrois qui ne veulent pas de cette Hongrie là ?
    Du coup, bien que Mathias semble trouver ça sans importance, la suppression constitutionnelle du terme “république” n’est quand même pas bon signe. Quel est alors le régime affirmé et assumé de cette «Hongrie» ? Un «État hongrois» (attention copyright made in France) ? La «régence», comme au bon vieux temps de l’Amiral et en attendant un retour à la monarchie rêvée ?
    Sérieusement, on a déjà vu ça plus d’une fois en Europe et partout dans le monde, on a l’expérience de tout ça non ? Y compris, ô Veritas, des dictateurs qui débutent leur carrière en se faisant élire à la loyale…

  27. @Aime Mon salaire représente certainement une fraction du tien et je ne me plains pas. On voit bien par ton discours que tu es loin de la Hongrie. Imaginez Thomas expliquer Trianon… .

  28. BHL, où es tu??? tu dors???

    la Hongrie ne serait elle pas assez glamour pour que tu te fasses mousser là bas???

    Pourtant de nombreux Hongrois auraient bien besoin d’un coup de main pour virer leur “Müssler”

  29. Article intéressant; il y a un autre pays en Europe, bien plus près de nous, qui prends une fâcheuse tendance autorito-nationale, c’est……………………………
    la Suisse, et particulièrement du côté alémanique (à l’est)….Mais même Genève semble prendre un coup de brun !

  30. Chers défendeurs de la liberté,

    J’aurais une seul question seulement:
    C’est vraiment admirable que vous êtes tellement inquiétez par rapport la constitution Hongroise que vous serez prêt de mettre les sanctions lourdes contre le paye ou simplement enlever le gouvernement éluer par 68%. Mais vous étiez ou en 2006 quand les policiers ont tiré sur les manifestants, quand ils les ont battu avec des bâtons en acier (non autorisé dans la police), quand ils ont cassé les doit des gens déjà menottés?
    Ou peut être vous n’avez pas entendu d’en parler? Alors, méfiez vous sources d’information!

  31. Je crois qu’il est impossible pour un Occidental de comprendre le traumatisme des traités de Trianon et de Yalta (pour faire simple). Il ne me semble pas qu’il y ait un autre exemple de pulvérisation d’une nation avec des millions de ses citoyens se retrouvant en position de minorités généreusement rattachés à des pays voisins. Vaste sujet, mais c’est une explication et naturellement aucunement une excuse.

    Quant aux défenseurs du Fidesz dans les commentaires, se gargarisant de ‘démocratiquement élu’, je voudrais rappeler que ce n’est pas le critère de vrais démocrates. N’importe quel démagogue un peu habile peut se faire élire: Hitler, Mussolini, Poutine, etc. ont été élus démocratiquement. Mais ils ont verrouillé le système, par la triche, par la violence pour ne plus être délogés du pouvoir. Et c’est clairement la voie qu”emprunte Orban.

    P.S. Il n’y a pas d’accent circonflexe en hongrois.

  32. 10 Usefull things to remember…

    […] … great article that everyone should read […]…

« »