La vengeance du zombie Kadhafi

A quoi pourrait ressembler une BD sur la guerre en Libye ?

Avec la mort du colonel Kadhafi et la prise de son bastion de Syrte, la guerre de Libye semble bel et bien finie. Le conflit aura duré un peu plus de sept mois, avec des pertes importantes et de grandes batailles (Misrata, Ras Lanouf, Syrte), des bombardements et des combats au sol… Bref, une “vraie” guerre. Voilà de quoi réjouir les éditeurs spécialisés en BD de guerres, dont les auteurs vont pouvoir retranscrire à leur manière les affrontements libyens.

Mais à partir d’un seul et même conflit, on peut tirer des albums de BD très différents. Selon que l’on se place du point de vue de tel ou tel camp, que l’on s’adonne au réalisme le plus poussé ou que l’on s’autorise quelques licences littéraires, que l’on recherche la véracité absolue des faits ou que l’on vire carrément dans le fantastique ou la science fiction. A quoi pourrait ressembler des BD sur la guerre en Libye ?

Les éditions Eyrolles viennent justement de sortir “La guerre dans la BD”, un ouvrage qui se propose de balayer tout le spectre de la bande-dessinée militaire. Comme l’auteur, Mike Conroy, est britannique, c’est essentiellement la BD de guerre anglo-saxonne qui est abordée. Mais l’ouvrage n’oublie pas, par exemple, de mentionner l’excellent travail de Tardi sur la première guerre mondiale ou le troublant Gen d’Hiroshima de Keiji Nakazawa.

 

Et si toutes les époques sont évoquées, la Seconde guerre mondiale tient le haut du pavé, tant le conflit a donné lieu à une importante production du neuvième art. L’ouvrage évoque en tous cas des BD de genres très variés, dont on peut ressortir une véritable typologie des bande-dessinées de guerre. Pour l’illustrer, je vous ai imaginé quelques exemples fictifs de BD sur la guerre en Libye.

  • Airborne Jack, dans l’enfer de Misrata : la BD de guerre héroïque

De GI Combat (dont une couverture est détournée ici) à War Adventures en passant par une foule d’autres titres, c’est le genre de BD de guerre le plus courant. Généralement, un ou plusieurs héros vivent des aventures rocambolesques sur le front, accomplissent des exploits épiques et manquent une demi-douzaine de fois par épisode de se faire tuer. Ici, Airborne Jack est un pilote de l’OTAN abattu à proximité de Misrata et pris sous le feu d’une improbable aviation kadhafiste.

  • Kamel, le sauveur du croissant rouge : la BD de guerre véridique

Les BD de guerre dites “véridiques” sont celles qui veulent avant tout raconter des histoires vraies. Mike Conroy cite plusieurs exemples dans son livre, à commencer par True Comics, une publication américaine des années 1940 où l’on trouvait beaucoup de récits réels de guerre (mais pas seulement). Ici, c’est un numéro spécial Libye, avec l’histoire de Kamel, un bénévole du croissant rouge, mais aussi le récit de la résistance de combattants du CNT à Ras Lanouf ou des bombardements de l’OTAN au-dessus de Tripoli.

  • La vengeance du zombie de Kadhafi : la BD de guerre fantastique

Parfois, la BD utilise la guerre comme prétexte à la fiction la plus fantastique. C’est notamment le cas de la série de comics Weird War Tales qui a décrit force mort-vivants nazis et autres loups-garous soviétiques dans ses pages. Mais on peut aussi penser à la très bonne série française Les Sentinelles où la Première guerre mondiale voit s’affronter des super-combattants dignes de créatures de Frankenstein. Ici, c’est tout bonnement le Guide de la révolution libyenne qui revient sous la forme d’un zombie, prêt à terroriser de nouveau son pays.

  • Tripoli après : la BD de reportage de guerre

Presque sous-genre de la BD de guerre véridique, la BD de reportage de guerre consiste, comme son nom l’indique, à coller au plus près des évènements puisque l’auteur dessine ce qu’il a vu sur place. C’est devenu un peu la spécialité de l’américain Joe Sacco, qui a notamment promené son carnet de croquis dans les conflits des Balkans ou en Palestine. Ici l’idée d’une couverture de BD qu’il pourrait faire s’il se rendait en Libye dans les semaines à venir. Et comme c’est un auteur reconnu, il serait préfacé par BHL.

  • A la poursuite de Kadhafi Duck : la BD de guerre humoristique

La guerre, c’est globalement pas marrant, mais ça n’empêche pas certains auteurs d’en rire, notamment à des fins de propagande. C’est ce qui donne lieu au genre de la BD de guerre humoristique. Mike Conroy cite plusieurs exemples dans La guerre en BD, comme Mighty Misfits qui met en scène des sortes de Laurel et Hardy de l’armée britannique ou la célèbre Jane, une héroïne aussi idiote que plastiquement réussie, dont les aventures militaires érotico-humoristiques paraissaient pendant la Seconde guerre mondiale pour remonter le moral des troupes anglaises. Ici un exemple (potache, je vous l’accorde) de ce qu’aurait pu être une BD humoristique sur la guerre en Libye.

  • Une histoire populaire de la guerre en Libye – 2011 : la BD de guerre didactique

La BD de guerre didactique, elle, est nettement moins drôle et peut même être assez ennuyeuse. Son principe est simple : il s’agit d’éduquer le lecteur et de raconter un conflit de manière très académique. On en trouve notamment un paquet sur les grandes batailles napoléoniennes. Ici un exemple libyen en reprenant la couverture de l’Histoire populaire de l’Empire américain d’Howard Zinn adaptée en BD.

  • Benghazi, 2045, la guerre continue: la BD de guerre de science fiction

Dans la même veine que les BD de guerre fantastiques, les BD de guerre de science-fiction s’éloignent volontairement de la réalité pour raconter des grandes luttes fictives futuristes. Batailles interstellaires, combats de robots, tirs de canons laser sont autant d’ingrédients de ces aventures. Ici, un exemple de BD de science-fiction sur la guerre en Libye avec deux mastodontes qui se font face à Benghazi en 2014 : un de l’ancien régime kadhafiste, l’autre du nouveau régime issu de la guerre civile de 2011.

Laureline Karaboudjan

Illustration de une: extrait d’un montage perso, DR.

3 commentaires pour “La vengeance du zombie Kadhafi”

  1. Il ne reste plus qu’à rajouter les grands classiques:

    “Tintin au pays de la Jamahiriya”
    “Gaston Lagaffe: Tripotée de gaffes à Tripoli”

    Et bien évidemment, un bon vieux “Tanguy et Laverdure” en mission dans le ciel Lybien…

  2. […] [Bulle blog] VN:F [1.9.11_1134]Veuillez patienterRating: 0.0/10 (0 votes cast) Cliquez ici pour […]

  3. Dans la même idée, le sujet du blog m’a fait penser à cette petite vidéo :
    http://www.dailymotion.com/video/xl8vqi_zombinladen-the-axis-of-evil-dead_shortfilms

« »