Un chien plutôt qu’un musulman aux côtés de Superman

Un héros musulman devait accompagner Superman dans sa dernière aventure. Elle a été remplacée au denier moment par une histoire sans saveur avec… un super-chien. Polémique, forcément.

Muslims vs. Comics, épisode II. Il y a quelques mois, des conservateurs américains s’étaient offusqués qu’un épisode de Batman mette en scène un héros français d’origine algérienne et musulman. Selon eux, il ne représentait pas suffisamment la vraie France et il aurait mieux fallu un bon vieux paysan avec son béret et sa baguette. Une polémique qui avait été pas mal relayée dans l’hexagone (relire ici mon papier de l’époque).

Là, c’est globalement la même idée. Le mois dernier l’éditeur américain DC annonce que le prochain épisode de Superman, le #712, mettra en scène le super-héros en compagnie d’un certain Sharif. DC décrivait ainsi l’épisode: «Rencontrez le nouveau super-héros de Los Angeles: Sharif! Mais Sharif découvre que dans le climat culturel actuel (today’s current cutural climate), certaines personnes ne veulent pas de son aide, elles veulent juste le voir partir. Superman pourra-t-il aider Sharif et apaiser la foule, ou y-a-t-il des problèmes que The Man of Steel ne peut pas régler?»

Superman pour ramener la concorde entre les civilisations: joli programme. Sauf que DC annule finalement la publication et la remplace par une aventure avec un chien, Krypto the Superdog, dans laquelle, globalement, Superman sauve des chats. L’éditeur a expliqué que «l’histoire préalablement annoncée n’a pas été publiée car elle ne fonctionnait pas avec la trame générale de la série Grounded (la dernière en cours de Superman)».

Pour Chris Sims du site internet Comics Alliance, cette excuse est trop vague pour qu’on ne se pose pas des questions. Selon lui, Superman a été  mis en scène ces dernières années dans des scénarios tellement improbables comme “brûler des maisons de dealers de drogues avec sa vision de feu” ou “aider des aliens à construire une usine pour revitaliser l’économie”, qu’il parait difficile pour une histoire de ne pas respecter la ligne, puisqu’il n’y a plus de ligne.

Surtout, le site révèle que même des personnes directement impliquées, comme Chris Roberson, l’un des scénaristes, ont appris au dernier moment que l’histoire était annulée et remplacée par une autre.

De plus, Sharif n’est pas totalement une création, c’est une ré-interprétation d’un personnage déjà apparu en 1990. Et d’ordinaire DC n’a pas froid aux yeux. Pour preuve l’épisode récent avec le héros français et musulman dans Batman ou, en avril dernier, la volonté de Superman de renoncer à la nationalité américaine car il ne se reconnaissait plus dans la politique de son pays d’adoption.

“Islamophobie rampante”

Pour Comics Alliance, c’est justement dans ces derniers épisodes qu’il faut chercher la raison de l’évincement de Sharif. Après deux grosses polémiques “Batman aide des potentiels terroristes” et “Superman déteste l’Amérique”, DC n’aurait pas osé prendre le risque d’en créer une troisième. Peut-être moins pour des raisons politiques que purement mercantiles. A l’heure où DC cherche de nouveaux publics, la trame “Superman inspire un héros musulman pour faire le bien dans le monde” serait plus clivante que des histoires de chiens et de chats… Pour le blog Death and Taxes, tandis que le Sharif des années 90 ne posait pas de problème, «aujourd’hui le pays a succombé à une islamophobie rampante et DC doit tenir compte des critiques des conservateurs».

Deux points: il est tout d’abord fascinant de voir à quel point les super-héros sont devenus un enjeu de pouvoir aux Etats-Unis entre démocrates et conservateurs. Savoir que désormais DC recule par avance face à de potentielles polémiques est plutôt inquiétant.

Second point: la «question musulmane» en elle-même. La culture populaire américaine est en partie construite sur la notion de bien et de mal. L’islamiste (généralisé en musulman) est depuis le 11 septembre 2001 ce qu’était le Russe pendant la guerre froide: l’ennemi. Sauf qu’avec le communiste, c’était assez simple: pour qu’il rejoigne les gentils, il lui suffisait de passer à l’Ouest en adhérant aux valeurs du monde libre et capitaliste. Pour le musulman, c’est plus compliqué. Il ne peut pas décemment quitter sa religion, or, pour beaucoup de conservateurs, l’Islam est le mal.

Donc, pour eux, un musulman, s’il ne renie pas ses valeurs et sa religion, ne peut pas faire le bien puisque que ce sont ses croyances qui sont à l’origine de tous les problèmes. Accepter un héros musulman, c’est accepter que cette religion puisse faire le bien. Pour des conservateurs américains, «it’s complicated» comme on dit sur Facebook.

Laureline Karaboudjan

Illustration : Extrait de la couverture de l’épisode #712 non-paru, DR.

53 commentaires pour “Un chien plutôt qu’un musulman aux côtés de Superman”

  1. Bonjour! Je ne poste jamais des trucs, mais je trouve que pas mal de commentaires sont assez tristes en fait. Je suis arabe et musulmane et je suis née/ vis en Belgique. Je peux rassurer certains d’entre vous en vous garantissant qu’on peut à la fois être arabe et musulman et ne pas être un terroriste/ délinquant en puissance. Je ne déteste pas les blancs, ni les juifs, au contraire, je n’estime pas que les arabes/ musulmans soient supérieurs à qui que ce soit, je n’ai jamais agressé personne/ je suis polie et serviable et j’adore…les chiens!
    Autant, je comprends les fans de BD qui préfèrent ne pas mêler la religion aux BD estimant que ces œuvres ont valeur d’universalité, autant je ne comprends vraiment ceux qui détestent à ce point TOUS les musulmans.
    Je vois bien que c’est la peur de l’autre qui paralyse les mentalités, mais la majorité des gens sont instruits et surement intelligents et j’aurai vraiment espéré que ca suffise à les amener à penser autrement la cohabitation culturelle et les problèmes qu’elle peut engendrer. Quand on sait que non-croyants, chrétiens et musulmans vivaient en bonne intelligence dans les années 60- 70 (du moins en Belgique), on ne peut manquer de déplorer cette situation “complicated” du moment.

    Je sais que certains jeunes de ma communauté ne nous ont pas fait bonne presse, loin de là. Une certaine partie d’entre eux agresse, vole et insulte. Ils constituent un probleme, un problème de taille même,mais ils ne sont absolument pas représentatifs de l’ensemble d’une culture ou d’une religion. Il y a un concept en psychologie sociale qui s’appelle “l’erreur ultime d’attribution” qui explique que lorsque des questions de race et d’ethnie sont en jeu, les individus expliqueront des actions faites par les étrangers par caractéristiques génétiques immuables des membres du groupe dénigré.
    En gros, si un italien est délinquant on pourrait l’expliquer par son histoire, ses problemes familiaux, psychologiques ou autres, alors que pour un arabe délinquant on l’expliquera par ses origines ( c’est un voleur parce que c’est un arabe). Or, scientifiquement, c’est pas tenable, car si c’etait dans nos gènes au même titre que notre couleur de peau, 100% des arabes de part le monde devraient obligatoirement être délinquants. Raisonnement absurde et pas tenable pour quelqu’un qui ne laisse la haine brouiller son intelligence.

    Par ailleurs, si je peux me faire l’avocat du diable, c’est difficile de grandir dans un autre pays que le sien d’un point de vue identitaire ( je veux ressembler à la fois à mes parents mais également à mes amis blancs) mais ça l’est encore plus quand on lit la haine/dégoût dans le regard de l’autre. L’exclusion et la stigmatisation ne pouvaient malheureusement pas apporter de bonnes choses, surtout quand elle est couplée à la misère sociale. Je n’incrimine pas les uns ou les autres, mais je pense qu’il y a une co-construction de cette haine mutuelle, dont la responsabilité incombe aux deux parties, pas plus à l’une ou à l’autre.

    Je suis arabe, musulmane, j’aime les chiens et j’aurai aimé lire cette BD de superman et de son poto Sharif, parce qu’elle m’aurait renvoyé l’image de la tolérance, de l’égalité et de la coopération entre des gens certes différents, mais tant que ça dans le fond.

    Mes amis aux idées racistes je ne vous en veux pas, je ne vous trouve pas “pitoyables”, je pense que êtes probablement dans la grande majorité des gens bien qui ont peur de cet autre que vous ne connaissez pas ( et si interaction il y a eu, ce n’est clairement pas avec les meilleurs d’entre nous…).Je comprends les processus qui vous amènent à penser/ dire des choses qui sont probablement contraires à vos propres croyances de tolérance et de liberté (au nom desquelles, paradoxalement, vous vous montrer intolérants et sectaires).

    Cordialement,

    Une arabe musulame qui aime les toutous :-)

  2. Ps: Excusez les quelques fautes d’orthographe/ de frappe sur la fin, j’étai un peu fatiguée! :-)

  3. Et pourquoi pas, à la place du chien, un norvégien, ange blond de la mort lecteur de l’Apocalypse de Saint Jean avec fastueux banquets anthropophage

« »