Le Batman français est un musulman du 9-3

Image 12

Les Américains se demandent si l’acolyte français du super-héros peut être musulman, d’origine algérienne et de Clichy-sous-Bois.

La maison d’édition DC, qui domine le marché des BD américaines de super-héros avec son homologue Marvel, a donné vie le mois dernier à un justicier costumé made in France. Dans les éditions de décembre de Batman Annual et de Detective Comics Annual, le célèbre homme chauve-souris recrute un affidé en France: Nightrunner. Mais sous le masque noir du “coureur nocturne”, point de Julien, Marc ou Paul mais… Bilal (peut-être une référence à Enki Bilal). Bilal Asselah a 22 ans, il est français d’origine algérienne, musulman et habitant de Clichy-sous-Bois. Une identité qui a évidemment fait réagir certains commentateurs réactionnaires outre-Atlantique.

Le magazine Death and Taxes rapporte ainsi quelques réactions sur la blogosphère conservatrice, qui globalement ne comprend pas pourquoi Batman est allé chercher un partenaire là où ont éclaté les émeutes de 2005 plutôt que de recruter un “vrai Français”. Ainsi pour Avi Green, «Bruce Wayne va en France où il ne recrute pas un véritable garçon ou fille française avec un vrai sens de la justice, mais plutôt un représentant d’une minorité ‘oppressée’».

Pour le scénariste britannique David Hine, qui a créé le personnage, il était au contraire logique que le super-héros français vienne des cités. «Le processus d’écriture d’une histoire est complexe et j’ai fait attention à beaucoup de choses. Sous le gouvernement Sarkozy, l’actualité française est dominée par les banlieues et les problèmes de ses minorités éthniques. C’est devenu inévitable que mon héros ait une origine franco-algérienne” explique l’auteur, qui souligne qu’il a «créé le type de héros de comic qu’il souhaiterait voir s’il était Français».

Ce genre de polémique revient régulièrement et l’histoire des comics en est truffée. Récemment, à peu près les mêmes voix conservatrices se sont élevées contre Marvel, qui, selon elles, serait partisane, c’est-à-dire soutenant la cause démocrate, alors que les super-héros devraient être juste patriotiques, au-dessus des partis.

Depuis la fin des années 1950, la bande-dessinée de super-héros s’est de plus en plus affranchie du carcan du fameux Comics code authority (CCA), un ensemble de règles très contraignantes qui empêchaient les scénaristes d’aborder toutes sortes de thématiques sociales. Ainsi, au cours des 50 dernières années, les comics se sont de plus en plus fait le reflet de leur temps, via des innovations souvent jugées provocantes au moment de leur parution. Quelques exemples entre mille: Stan Lee décidant de s’affranchir du CCA pour aborder le problème de la drogue dans Spiderman en 1971, l’apparition de super-héros noirs (là encore, Stan Lee, qui créé Black Panther en 1966) ou bien la plus récente homosexualité de Batwoman (dans un ironique pied de nez à l’histoire, puisque le personnage de Batwoman avait été créé, en 1956, pour nier la supposée homosexualité de Batman affirmée par le retentissant pamphlet anti-comics Seduction of the Innocent, paru deux ans plus tôt).

Nightrunner est révélateur de la perception anglo-saxonne des problèmes français

Image 14

(Yamakasi)

On pourrait donc considérer que Nightrunner est simplement la dernière pierre posée à ce vaste édifice d’actualisation des super-héros. Et c’est sûrement le cas. Derrière la promotion ce super-héros d’origine étrangère et musulman, il y a évidemment un propos politique. Alors que le terrorisme islamiste constitue la plus grande menace pour l’Occident dans le discours ambiant, le choix de mettre derrière un masque de justicier un jeune musulman n’est pas anodin. C’est d’ailleurs ce qui fait réagir les blogueurs conservateurs américains: pour eux, un arabe ne peut être un partenaire de ce bon justicier qu’est Batman.

Dans un billet qu’il consacre au sujet chez Smith-d’en-face, le compère Sébastien Naeco explique avec sincérité comment lui-même, par excès inverse (trouver l’initiative formidable parce qu’elle serait un contre-pied inattendu) s’est rendu complice de la stigmatisation: «J’ai voulu d’abord justifier le choix d’un héros musulman et prendre la défense des auteurs face à cela en cherchant des arguments… forcés. Or, justifier, c’est justement accepter tacitement l’ostracisme, la stigmatisation, comme si cela n’était pas naturel qu’un musulman puisse être un héros, voire un super-héros, et qu’il faille absolument ajouter un billet de cent ou une lettre de recommandation avec le passeport du personnage car, sait-on jamais, ça pourrait bloquer quelque part.» Il n’empêche, pour susciter telle réaction, l’initiative est belle et bien originale et reflète probablement une évolution sociale. D’ailleurs, c’est un propos largement développé dans les premiers épisode de ce nouveau héros: la thématique de la discrimination ethnique y est explicite, notamment à travers le masque qui permet au Nightrunner d’y échapper.

Clichés-sous-bois

Mais voir uniquement Nightrunner comme un «progrès» culturel ou social, ce serait occulter ses côtés très caricaturaux. Bilal, qui habite donc Clichy-sous-Bois (où, à en croire la BD, il y des émeutes continuelles depuis vingt ans) est devenu super-héros parce que son meilleur ami, Aarif, s’est fait tuer… par la police, ce qui a déclenché les inévitables émeutes. Les auteurs n’ont pas poussé le cliché jusqu’à faire mourir Aarif dans un transformateur électrique, mais le parallèle avec 2005 est évident. Et puis Bilal, qui se présente comme un «musulman sunnite» (aucun musulman français ne prendrait spontanément la peine de préciser ce détail), va évidemment faire sa prière sur un tapis avec sa mère voilée sur les toits de la cité..

Image 13

C’est de bonne guerre: c’est un des traits des comics grand-public de manier un certain nombre de lieux communs et de s’y complaire. Ce n’est d’ailleurs pas le seul du Comic: les premières pages nous entraînent entre les gargouilles de Notre-Dame et les catacombes. Il devient du coup très intéressant de mon point de vue de Française de lire Nightrunner puisqu’on peut y déceler une certaine perception outre-Atlantique de nos grands enjeux nationaux. Il est donc question de sécurité (on nous présente une France en quasi guerre civile), de minorités visibles, de l’opposition entre un centre-ville bourgeois, «capitale de la romance, du luxe et de la nourriture» et des banlieues délaissées. Quand on y assassine quelqu’un, c’est soit un leader syndical ayant des accointances au PCF, soit le leader d’un parti d’extrême-droite (avec des symboles nazis en arrière-fond de ces meetings, chose possible au Danemark, mais impossible en France). Même si le tout est ponctué de nombreuses maladresses et de quelques passages obligés, on ne peut s’empêcher de parcourir cette vision de la France avec intérêt. Ne serait-ce que parce que le chef de la police s’appelle Henri Lafayette.

Laureline Karaboudjan

Illustration : Extrait de Nightrunner, Batman Annual #28, DR.

PS : Vous pouvez en profiter pour relire mon billet sur les super-héros à la française. On y retrouve notamment Shaango, un éducateur de banlieue qui à le pouvoir de lancer des éclairs et qui est en conflit permanent avec la police.

34 commentaires pour “Le Batman français est un musulman du 9-3”

  1. […] Ce billet était mentionné sur Twitter par Laureline K. Laureline K a dit: Le Batman français peut-il être d’origine algérienne et musulman http://tinyurl.com/2evchro […]

  2. C’est beau :) *fait tourner le lien sur IRC*

  3. J’ai trop regardé le projet Batman Inc, j’attend le relié de Return of Bruce Wayne mais a prioris ca en est, ou pas ?

    Au passage les caractères gras fonctionnent mieux en vo non ?

  4. il faut lire pas trop :)

  5. Je l’ai reconnu, c’est un Yamakazi !

  6. Salut

    Moi y’en a pas comprendre : comment une BD révèlerait-elle une vision caricaturale, clichée qui serait celle d’une certaine frange de la population étasuinnienne alors que l’auteur de cette BD est français ?

    Ne serait-elle pas au contraire une rencontre entre la vision romancée de l’auteur et une curiosité croissante du grand public américain comme français pour le frisson que provoque l’imaginaire lorsqu’il se tourne vers les violences mal connues des ghettos (cf. La haine/the wire etc.) ?

    Et si c’était bien le cas, n’aurait-on pas, plutôt que les effets pervers d’une vision caricaturale, une dédramatisation de cet imaginaire en question grâce à une lecture plus ou moins catharsique ?

    @++

  7. Parce que l’auteur de la BD n’est pas français mais britannique, comme je l’indique dans l’article, et que l’éditeur est américain. Celà dit, je partage un peu ce que vous développez sur la dédramatisation de l’imaginaire même si, je pense, ça va de pair avec certains effets pervers (comme faire croire, par exemple, qu’il y a une émeute tous les 4 matins à Clichy-sous-Bois).

  8. minable…

  9. Sympa ! Je suis curieux de lire ça. Mais je n’ai pas compris : il s’agit d’un numéro spécial de Batman ou bien d’une véritable série à part entière ? Merci pour cet éclairage.

    Note : au fait, c’est quoi ce magazine “Death and Taxes” ? En tout cas le titre ne donne pas envie de l’acheter 😉

  10. Quelle honte !! Pauvre France

    Voire ces zigs prier sur le toit de leur immeuble… Qu’est ce que la religion vient foutre dans ce genre de BD ?!

  11. En tout cas, l’auteur a manifestement une excellente connaissance de l’Islam : un homme et une femme priant côte à côte, le premier ayant gardé ses chaussures…

  12. …. il y’a quelque temps, quand les étrangers voulaient représenter un français, c’était un béret sur la tête et une baguette sous le bras…. maintenant le “français types” est maghrébin, habillé en “caillra” et vie en cité (ha oui et les “flics” sont les méchants qui tue le pauvre délinquant “qui n’avait rien fait”…)
    … lamentable… et le plus triste c’est de voir qu’on soutient ça et qu’on applaudi des deux mains la disparition de la culture française (et pas seulement en France, mais en Europe aussi…)…
    …triste….

  13. @lafrancemeurt > dans pas mal de bds americaines les flics sont des mechants et ça n’a pas l’air de vous emouvoir outre mesure, et sinon le cliché horripilant du francais à béret et baguette est enfin passé de mode, je commencais à en avoir ras le … que la seule image qu on avait de nous etait superdupont

    On n’est plus en 1950, le monde et les gens ont changé, et cet anglais et ses clichés sur la france est sans doute plus realiste que vous quand il s’agit de parler de la france, ce pays qui est autant le votre que le mien, et autant celui de ce petit musulman de clichy sous bois.

  14. Très intéressant ce nouveau personnage, et qui illustre bien la complexité du paysage français d’aujourd’hui.

    Et c’est clair que je le préfère à Superdupont!

    @Stephane: on se passera de vos commentaires racistes et inutiles.
    @lafrancemeurt: la culture française ne disparaît pas, elle intègre de nouveaux éléments et elle évolue. Sinon on aurait la même culture qu’en l’an 1200, et ça serait pas beau à voir (paysans miséreux baisant la main des seigneurs, meurtres à gogo, Inquisition, etc)…

  15. Billet très intéressant qui me semble être l’un des plus commentés -14-et des plus appréciés-486- depuis des mois sur ce blog, que moi-même je découvre à l’instant. Cela prouve bien l’attente et l’intérêt extrêmement fort provoqué par the Nightrunner. Si DC Comics décide de le lancer en France comme galop d’essai pour l’Europe ou le Moyen-Orient, le succès sera éclatant.
    En effet, étant un français arabe fan de comics de 27 ans, je me souviens étant môme avoir rêver avec mes potes de quartiers, d’un super héros qui me ressemble-même origine ethnique et confessionnelle-Ce jour semble arriver et ce n’est qu’une normalisation ; c’était l’inverse-absence totale de super héros musulman-qui était anachronique. Sans oublier que la mise en place et le succès phénoménal des éditions Teshkeel ont obligé DC à réagir et ce n’est que le début. Ce mouvement va se poursuivre à l’avenir-cf la rencontre entre les justice league et les 99.

  16. Moi l’idée me plait bien. Le style yamakazi colle bien au prouesse super héroïque et les valeurs véhiculées par ces derniers sont positives. Aprés le contexte c’est autre chose. Wait and see.

  17. Pffff … les commentaires pourris des nostalgiques de l’image ringarde du français avec son beret et sa baguette de pain … T’as pas honte ?

    Hey mec on est au 21e siècle la … nous sommes dans l”ère où tout se mélange …

  18. Je ne peux évidemment pas partager l’idée saugrenue de ce dessinateur britannique qui ferait mieux de venir vivre en France voir la réalité en face au lieu de faire passer des messages politiques et jouer au pseudo sociologue.

    Les bandes dessinées sont universelles, elles ne s’adressent pas à un public particulier. Est-ce que Batman, superman, wonderwoman, spiderman sont chrétiens ? Personne ne le sait. Ils viennent certes d’un pays chrétien mais dans aucune bande dessinée on ne met un superman ou spiderman allant prier à l’église.
    L’objectif d’une bande dessinée est de faire “rêver” les enfants, le méchant est à la fin attrapé par le gentil, le gentil combat le mal et tombe souvent au bon moment pour nous sortir d’un mauvais pas.
    Personne en Espagne, Argentine, Danemark, Allemagne, ne se demande si superman aime manger de la paella, se rend à l’oktoberfest et aime la bière allemande, manger de la viande argentine ou fricoter avec de belles blondes danoises. Ce n’est pas l’objectif et ça ne doit pas l’être, de traiter de sujets politiques, ou faire passer des messages politiques.

    Le monde des adultes ne doit pas immiscer ces problèmes dans le monde des enfants. C’est une erreur monumentale que d’avoir fait un “héros” musulman car la soi disante minorité musulmane en France est opprimée.

    Si on se met à faire des bandes dessinées en faisant passer des messages politiques, on ne s’en sortira pas.

    Qu’on laisse le monde des enfants aux enfants, et les problèmes des adultes aux adultes.

  19. Sur les derniers articles publiés sur Slate.fr, on fait souvent référence à ces américains qui cotoient de plus en plus nos banlieues et étudient ces nouveaux “Francais” d’origine maghrébine et de l’Afrique subsaharienne, ce depuis 2005. Nous sommes véritablement en face d’une mentalité Anglo-saxone, à savoir qu’un individu ayant des origines immigrées, est avant tout considéré comme Francais à part entière. Les Américains notamment juxtaposent leur vision de leur société sur la notre. Ils avancent donc que l’immigration est une FORCE pour leur pays. Et par déduction, l’immigration des anciennes colonies doit une FORCE pour la France. Il est donc tout naturel que même dans la création de leur BD, le Francais d’origine maghrébine (1ere ou 3 génération) peut être AUSSI un héros…

  20. Remettons un peu ce qu’est le comics en contexte: un reflet de la société et la vision du comics est une vision qui parfois joue sur les clichés et parfois évoluent.
    En 1990, des épisodes se passant en France mettait encore en scène des tractions avant! (Black Panther).
    Ensuite, le nombre de fois où l’on a pu lire:” se rendre aux allemands et le champagne sont les deux seules choses que savent faire les français” (Larry Hama, Wolverine). J’en passe et des meilleurs. Un français issu de l’immigration? Ca ne gênerait. personne si c’etait Zidane. Clichy Sous bois et les émeutes? Eh bien ça fait partie du genre du comics (Colossus est bien passé dans la rosace de notre dame). Il faut que celà puisse appeler au lecteur, et les émeutes d’il y a quelques années ont énormément marqué aux USA. En angleterre, on dit régulièrement que les français “brulent les voitures quand ils ne sont pas contents”. S’ils précisent “sunnites” c’est justement parce que les chiites, minoritaires sauf en Irak, sont ceux qui ont une très mauvaise image aux USA, fournissant pour certains les réseaux terroristes.
    Je trouve que c’est une très bonne initative de faire celà, c’est ce qu’est le comics: une adaptation constante. Car c’est vrai qu’en France, on ne caricature jamais les américains..;-)

  21. Ce qui me gêne le plus, moi, c’est que le trait est vraiment maladroit. Une BD avec des dessins pas beaux, c’est dommage non ?

  22. Le niveau minable des commentaires laisse pantois!

    Une accumulation de méconnaissance du sujet et de clichés, justement. Les commentateurs font la même chose que ce qu’ils reprochent à l’auteur.

    1/ La Bande Dessinée pour faire réver les enfants… c’est fini Bécassine et Bibi Fricotin, faut sortir un peu et se renseigner. Les Pieds Nickelés n’étaient pas non plus des parengons de vertus. Et les lecteurs de ce genre de comics ont en général entre 20 et 40 ans, pas 10. Monsieur “France Propre” parle sans savoir. La BD pour enfants, aseptisée, neutre, n’existe plus depuis au moins 50 ans! Cabu, Bilal, Christin, Reiser, Fred, Moebius, Franquin, Larcenet…, ça vous dit quelque chose?

    2/ La religion des super-héros est pour la plupart parfaitement établie, qu’ils soient protestants comme la plupart des américains, juifs ou catholiques (pour Daredevil, c’est même un des axes principaux de la série).

    3/ Ensuite, effectivement, il faut relativiser : ce n’est qu’un comics industriel, qui étale les lieux communs, pas une oeuvre d’artiste murement réfléchie et personnelle. Il y a un petit effort de faire quelque chose de différent, ce qui n’est déjà pas si mal, mais quand vous avez 4 ou 5 scénarios à écrire par mois, on ne va pas chercher une étude sociologique et politique pointue.

    4/ La bande dessinée est universelle : elle est au contraire plurielle, segmentée et vise de plus en plus précisément un public spécifique : les fans de foot, de motos, les catégories socio-professionnelles (pompiers, CRS, instits, etc…), les sympathisants de gauche pour certains albums, les écolo pour d’autres, les amateurs de montages financiers compliqués… il y a de l’humour, du polar, du politique, de l’érotisme, de la science-fiction, de l’intimiste, du romantisme, pour adultes, adolescents, enfants ou même les 3, pour hommes, pour femmes, etc….

    Bref, avant de cracher son venin, il faut se renseigner et savoir de quoi on parle.

  23. ah oui… au fait, la notion de “beau” ou “moche” est relative…

    Comme on dit, chacun ses goûts! (oui, c’est aussi un lieu commun).

    On aime ou on n’aime pas, mais :

    – y a t-il des erreurs de perspectives, de proportions?
    – y a t-il des erreurs d’anatomie sur les personnages?

    Dans le cas contraire, ce n’est pas mal dessiné mais un style qui plait ou pas… 😉

  24. … et pour finir… il a une bonne tête, Bilal, je le trouve assez beau mec avec un air sympa.

    Ça doit être cool de l’avoir comme pote. 😉

  25. Moi ce qui me dérange c’est surtout la “réputation” que la France a aux États- Unis. Le monde subit un véritable lavage de cerveau depuis 10 ans et la haine contre la religion musulmane ne cesse d’augmenter chaque jour à cause des fanatiques/terroristes et certaines pratiques (certes immorales).

    Et voilà que “Batman/Bruce Wayne”, américain irréprochable (milliardaire et symbole de la justice), débarque à Paris représenté comme une ville remplie de “racailles” et prend pour acolyte un jeune des banlieues, Bilal du 93. Plus cliché et anti-français que ça, que tu meurs (plusieurs fois la France a été critiquée comme étant un “refuge” pour immigrés musulmans – ce qui n’est pas totalement faux).

    C’est comme si un héros bobo-parisien français débarquait à New York pour faire équipe avec un black de Harlem.

  26. Y’a erreur, Bilal il est du 92 : http://www.youtube.com/watch?v=AI5b8T0NAWo&feature=related

  27. Même si on ne peut que louer la volonté d’intégration dont fait preuve l’auteur, pourquoi introduire des signes religieux dans cette histoire ?! Qu’il soit banlieusard n’est pas plus choquant pour moi qu’il soit BoBo de Neuilly, ou campagnard reculé.
    Simplement, le propre du super héros est d’être laïque afin que tout un chacun puisse s’y identifier …

  28. je viens de découvrir cette vignette et il faut dire que je ne reviens pas de toute cette effervescence .
    les avis sont partagés , certes , mais au fond un héros (ou super héros) c’est quoi ?
    Pour moi au delà du buzz , il y a cette question qui est déterminante , et je vois dans le personnage de Nightrunner tout les ingrédients du héros en puissance.
    Un passé injuste , une incompréhension de/pour ses contemporains, l’envi de rendre justice là même ou rôde l’injustice.
    je vois pas beaucoup de cas de figure qui colle aussi bien a la situation en France que la banlieue et tout ces aspects .Sans tomber dans le clichés, et venant moi-même de banlieue , il faut dire qu’il y a une réalité ici que la France ne peu plus occulté, une France black-blanc-beur (+asiat +indo-srilanko-pakistanaise) qui existe et qui a soif d’identité et d’égalité.

    je pense vraiment que le héros moderne français ne pouvait vivre quand banlieue. et être a l’image de nos banlieue c-a-d coloré, et que c’est vraiment ce qui est le plus représentatif du héros français moderne façon comics us . le héros vie dans un univers où le chaos peu régner a tout moment ,mais par ces actions et sa volonté il maintient la paix .
    le héros fascine par ces capacités (agilité genre yamakasi), mais surtout parce qu’il est ce qu’il est (dans ce cas un maghrébin musulman des banlieues). le comics réponds a la première attente et une certaines société française a l’autre.

    c’est donc déjà un héros , et si ca continu , il va venir giflé les “le pen” et les autres obscurantistes de sa cour…

  29. Il y a le fantasme… et le réel :
    http://www.youtube.com/watch?v=kspvbYszeCM&feature=related

    Et pour info : effectivement les seuls “batman” que j’ai pu voir en France etaient des femmes musulmanes toutes drapées de noir,elles aussi !

  30. Votre couplet d’indignation anti-racisme est vraiment ridicule.

    Il n’y a rien de choquant à souhaiter qu’un héros français ressemble à la majorité des Français. Votre superhéros musulman peut parfaitement exister, par exemple en étant le Batman d’Algérie, plutôt que le Batman Français.

    C’est bien gentil de se réjouir comme vous qu’il n’ait aucune ascendance française (comme si c’était une honte), mais nous sommes le seul pays qui a un tel masochisme vis-à-vis de ses propres origines. Ce n’est pas un petit François qui sera le batman d’Algérie, alors s’il ne l’est pas dans son propre pays, il devient quoi, le petit François ?

  31. […] pas forcément à tout le monde. Les conservateurs ont ainsi récemment mal pris qu’un héros français et musulman vienne seconder Batman ou que le nouveau dessin de Superman fasse passer Clark Kent pour un vampire hipster des quartiers […]

  32. […] ne plaît pas forcément à tout le monde. Les conservateurs ont ainsi récemment mal pris qu’un héros français et musulman vienne seconder Batman ou que le nouveau dessin de Superman fasse passer Clark Kent pour un vampire hipster des quartiers […]

  33. Hey braves gens!!…Calmez-vous…C’est qu’une BD…C’est pas un discours politique récité à l’ONU…L’auteur se tape un délire avec un “Robin” à la sauce “couscous”…Y a rien de mortel la dedans. Et comme tout super-héros, faut un côté sombre au départ, un talon d’Achille, un rouage qui grippe…Sinon ça marche pas. Donc ouais, il a pris un gamin des cités qui saute partout et qui dans sa tête d’ado’ a des clichés…Normal, il est pas fini, il n’a pas de vécu, etc. Sans parler du fait que l’image de la police nationale souffre, mais bon y a pas de fumée sans feu non plus. Les flics qui officient dans les banlieues c’est pas vraiment les flics sympa qui aident les mamies à traverser la rue dans le 16 ème, mais certains ont envie de bien faire les choses, envie que ça change et que ça sois pas le chaos non plus…Quoi de mieux donc, qu’un mentor milliardaire emblématique comme BATMAN pour faire comprendre à notre “nightrunner”, lui faire capter que le discours ne peut pas être blanc ou noir…Même pour le “dark night”…(qui au passage a un ami policier ne l’oublions pas: le commissaire Gordon)…

  34. S.v.p. j’aimerais des preuves de la confession de chaque super-héros.

    Merci

    2/ La religion des super-héros est pour la plupart parfaitement établie, qu’ils soient protestants comme la plupart des américains, juifs ou catholiques (pour Daredevil, c’est même un des axes principaux de la série).

« »