Comment gérer une prise d’otages ?

Image 12

En bande-dessinée, on se fait prendre en otage encore plus souvent que dans le Sahel.

Depuis la semaine dernière, l’enlèvement de cinq Français au nord du Niger fait la une des journaux. Travaillant pour Satom ou Areva, deux compagnies françaises, ils sont gardés en otage par Al-Qaida au Maghreb islamique (Aqmi). En bande-dessinée, les prises d’otage sont monnaies courante. Heureusement, en BD, les prises d’otages finissent souvent bien. Petit manuel de la prise d’otage à travers quelques albums de ma bibliothèque. Lire la suite…

lire le billet

Blacksad se noie à la Nouvelle Orléans

Blacksad

Le privé félin revient après cinq ans d’absence. Cinq ans après que Katrina a frappé la Nouvelle Orléans aussi. Un retour avec et sans fanfares.

Enfin ! Blacksad, le chat noir au museau blanc, le détective privé cynique, amusé et désabusé, est revenu. Après cinq longues années d’attente. Car la série des espagnols Diaz Canales et Guarnido est clairement l’une des plus marquantes de la dernière décennie. Je l’avais d’ailleurs placée deuxième de mon Top 50 des meilleures BD des années 2000 – 2010, tant les trois premiers opus étaient graphiquement et scénaristiquement maîtrisés. Et, en ce qui concerne Blacksad, le succès commercial a même surpassé le succès critique. Alors, forcément, j’attendais avec impatience le quatrième tome de la série qui vient de sortir. Malheureusement, ma première impression de lecture est mi-figue, mi-raisin.

Lire la suite…

lire le billet

Super-héros, nouveaux saints patrons des villes

388

Spiderman se balance de gratte-ciel en gratte-ciel à New-York tandis que la Ligue des Gentlemens Extraordinaires s’enfonce en sous-marin dans la Tamise. Improbables guides urbains, les super-héros de bande-dessinée incarnent l’esprit des villes où ils évoluent. Zoom sur New-York, Tokyo, Paris et Londres.

(Aparté: Mes camarades de Megalopolis s’apprêtent à sortir leur troisième numéro, j’ai d’ailleurs réadapté pour eux ma chronique sur la banlieue en BD. Megalopolis, c’est un excellent magazine sur la région parisienne, avec de l’enquête et du grand reportage, qui envisage Paris et sa banlieue non pas comme des espaces cloisonnés mais comme une seule métropole. Si vous êtes francilien, vous pouvez l’acheter en kiosques et si vous êtes un provincial curieux, en pdf sur leur site internet.)

Quand on me parle de métropole, je pense tout de suite à Metropolis de Superman, évidemment. Si on réfléchit un instant, qu’est-ce qui symbolise le mieux une métropole que ses super-héros? Les villes du Moyen-Âge avaient leurs saints-patrons, censés protéger la cité contre les épidémies, les guerres, la fatalité. Dans notre imaginaire contemporain, l’office est rempli par les vengeurs masqués. Dotés de pouvoirs plus ou moins extraordinaires, ils veillent sur la cité. La plupart du temps, ils sont attachés à une ville en particulier, voire à un quartier. Qu’ils soient policiers, justiciers en slip, détectives ou scientifiques, ils sont souvent bien plus que des personnages lâchés dans la ville. Ils sont la ville. Du coup, qu’est-ce que ces personnages nous disent des cités modernes? Tentative de réponse à travers quatre cités protégées, à leur façon, par des héros de bande-dessinées.

Lire la suite…

lire le billet

Pour la rentrée, 10 bêtises à faire à l’école (ou pas)

SpirouPetitDoigt

Les vacances finies, c’est la rentrée pour quelques 12 millions d’élèves français. Un moment pas forcément agréable, car si on retrouve les copains/copines à qui on raconte ses vacances, on retrouve aussi le prof de mathématiques détesté ou les interminables leçons de Latin. Pour faire passer la pilule, rien de tel que d’ouvrir quelques bonnes bandes dessinées, surtout qu’on y trouve une foule d’exemples de bêtises à faire à l’école. Des petites broutilles qui font passer l’année scolaire plus vite aux grandes conneries qui marquent à vie.

  • Copier sur ses petits camarades (Ducobu,)

Qui n’a jamais copié ? Tout le monde, évidemment, à moins d’avoir toujours été le (ou la) meilleur élève. C’est le gag récurrent dans les albums de l’élève Ducobu : réussir à copier, par tous les moyens, sur sa copine de classe, la binoclarde aux longues nattes noires. On ne lui jettera pas la première pierre.

Extrait de Un copieur sachant copier

  • Refuser d’être dans un binôme (Titeuf)

Pour disséquer une grenouille, réaliser une improbable expérience sur l’électricité ou préparer un exposé ennuyeux, il est souvent demandé de se mettre en groupe de deux. Trop souvent à en croire Titeuf. Il faut dire qu’il a le chic pour tomber sur les mauvais partenaires. Mais le héros à la banane jaune croit tenir le bon tuyau : demander à aller aux toilettes pour se retrouver tout seul. Grave erreur…

Lire la suite…

lire le billet