Encens, myrrhe…

 

 

Jour des rois (mages), le 6 janvier apporte dans ses cadeaux parfumés l’encens et la myrrhe.

Si l’encens figure dans la Bible, il fut beaucoup associé à de nombreux cultes païens avant d’être adopté par la chrétienté. C’est à partir de ce souvenir d’église, en compagnie de sa grand-mère, que Giorgio Armani fit créer Bois d’encens (Armani privé). Composition de Michel Almairac, Bois d’encens s’entoure d’épices, de poivre et de vétiver. Chez Goutal, parmi la trilogie des orientalistes figure Encens flamboyant avec farandole d’épices, poivre, baie rose, cardamome, muscade sur encens, fir balsam, lentisque.

De l’église à la séduction selon Baudelaire :

« Sur ta chair, le parfum rôde

Comme autour d’un encensoir »

Deuxième cadeau des rois mages, la myrrhe, gomme résine odoriférante s’associe également à la séduction dans le Livre des Proverbes :

« J’ai parfumé ma couche

De myrrhe, d’aloès et de cinnamone

Viens, enivrons-nous d’amour jusqu’au matin, livrons-nous aux délices de la volupté ».

Chez Goutal, autre orientaliste (le troisième est l’Ambre fétiche), Myrrhe ardente est un boisé épicé, mais adouci, langoureux :  fève tonka, vanille, benjoin. La Myrrhe de Lutens efface vite la note hespéridée de la mandarine avant de basculer dans l’opulence orientale autour de la myrhe, magnifique.

Un petit dernier chez Guerlain : Myrrhe et délires. Une composition de Thierry Wasser, des notes fraîches sur un coeur floral rose, iris et fond encens, patchouli et réglisse.

Parmi les cadeaux des rois mages, l’or serait-il symbole de royauté, la divinité pour l’encens et l’humanité pour la myrrhe ? Qu’importe, en parfumerie : deux joyaux : myrrhe et encens.

 

 

Dans mon calendrier, le choix fut réalisé en toute subjectivité. Il ne s’agit pas forcément de « grands »  parfums, de succès incontournables, mais de fragrances qui ont marqué ma route.

Si j’avais continué, j‘aurais sans doute ajouté Encre noire (Lalique), L’ombre dans l’eau (Diptyque), Herba Fresca, Guet-apens (Guerlain), Cuir de Russie, Egoïste (Chanel) ; L’eau du fier (Goutal), King Kong, Kenzopower (Kenzo), l’Eau d’Ikar (Sisley), Untitled (Martin Margiela), Alien (Mugler), Helmut Lang, Iris (Prada), L’Eau d’Issey, Ombre rose (Brosseau), Le Male (Jean Paul Gaultier), Jean Charles de Castalbajac, Cuir (Lancôme), Bel ami, Eau de gentiane blanche (Hermès)… et sûrement d’autres Comme des garçons, d’autres Frédéric Malle, d’autres Lutens… Et puis des trésors, créations libres de parfumeurs (comme les compositions senties pendant les smell dating d’IFF)…

 

Si j’ajoute les différents commentaires et « like » entre slate et facebook. « Mes » parfums les plus plébiscités ont été  Aromatics Elixir, Opium, Comme des garçons, Eau noire (Dior) et M/Mink (Byredo).

 

Merci également à dix rois mages qui, l‘année dernière, ont composé chacun un parfum pour une chanson de Lewis Furey avec diffusion au Théâtre du Rond Point (avec la complicité de Akram Aschi, Shams Conseil).

Dix nez :

Hutler’s tango /Dominique Ropion

Vole pigeon vole / Anne Flipo

Mirage Geisho / Francis Kurkdjian

He says love me / Isabelle Doyen

Fire / Olivier Polge

Is she as beautifu as me / Antoine Lie

She says move on / Guillaume Flavigny

Litte red dress / Antoine Maisondieu

Dans la nuit / Aurélien Guichard

Dust / Mathilde Laurent

 

Et un petit dernier pour la route, un nom charmant, un flacon de Patrick Veillet, un parfum de Dominique Ropion (fraîcheur mandarine, coeur fleur d’oranger, amande sur fond ambré boisé) et une charmante campagne de pub : Catch Me (Cacharel). Yes I can.

 

 

2 commentaires pour “Encens, myrrhe…”

  1. Sentir Incense AVIGNON de Comme des Garçons, c’est un voyage dans le temps.

  2. Oui ! J’ai oublié la série Comme des garçons.

« »