Arabie

 

 

Marché d’épices, fruits confits, sarabande enfiévrée de senteurs cuites au soleil, Arabie (Serge Lutens) entraîne vers un Orient aux mille et une saveurs de marchés colorés.

Logiquement (merci Claire B.), le calendrier de l’Avent se clôt le 25 décembre, mais l’esprit des fêtes plane toujours. Jusqu’au 6 janvier, je prolongerai mes pérégrinations parfumées pour célébrer les cadeaux des rois mages avec la myrrhe et l’encens sans lesquels manquerait cruellement un pan de la parfumerie que j’aime.

Avec l’orientalisme, l’Occidental eut au XIXè siècle une vision phantasmée de ces pays méconnus. En parfums, l’oriental est aussi proche de la dénomination d’ambrée et recouvre une famille de fragrances aux notes chaudes et sensuelles avec des accents balsamiques, de la vanille… des parfums à sillage opulent.

Chez Serge Lutens, j’eus de nombreux coups de coeur. Si j’ai commencé par le bel Iris silver mist, mes goûts sont allés ensuite vers ses rêves d’Orient. J’ai déjà cité Cuir mauresque que j’aime infiniment, mais j’ai beaucoup porté la Myrrhe. Le Muscs Koublaï Khän, lui, m’emportait en rêve vers les steppes d’un Genghis Khan qui aurait fait cuire sa viande montant à cru son cheval !

Arabie est pour moi une merveille. Très épicé, il donne l’impression d’être au coeur d’un marché oriental (Istanbul, Dubaï, Marrakech…, peu importe) avec ses odeurs qui se mélangent, ses odeurs qui flirtent avec la cuisine. Écorces de mandarine, figues séchées, dattes brunes, fruits confits pourraient être au rendez-vous de ce parfum relevé d’épices (muscade, cumin, girofle ?) posé sur un fond sans fin de ciste labdanum, benjoin, fève tonka.

Serge Lutens a voulu cette composition sèche et il dit : « Une ancienne doctrine prétend que ce qui est sec est noble par essence et, qu’inversement, ce qui est humide incarne la luxure ».

Parfum de souk, rêve de sultan…

Avec Arabie, heureuse.

 

 

Naissance : 2000

Papa : Serge Lutens

Famille : Oriental

Genre : No sex

 

Le 26 decembre

 

Les commentaires sont fermés !

« »